Costa Rica... prise 2 !

Voyez l'épisode 15 et 16 sur notre chaine YouTube
..................................................................................

 

..................................................................................

À la 195ième journée de notre voyage, nous revenons au Costa Rica ( encore une fois!). Cette fois, nous attaquons la partie caribéenne, que nous n'avons pas pris le temps d'explorer en décembre. Nous allons donc à Puerto Viejo, à la playa Cocles, qui nous avait un peu déplu en 2007. 

Il faut préciser qu'à l'époque, lors de notre passage, il venait tout juste d'y avoir une tempête, les plages étaient sales et notre hôtel était situé tout juste à côté d'une boîte de nuit. Cette fois, nous allons au Caribe Town, un hôtel tenu par une Torontoise et son copain Italien. L'endroit est superbe et, pour 15$, nous pouvons y stationner le Staubus, utiliser la cuisine ainsi que la toilette et la douche extérieure.

Comble de bonheur, nous avons aussi accès à la piscine qui est l'une des plus belle que nous ayons vu jusqu'à présent. Creusée, elle est moulée en béton. Un long banc la longe d'un côté et de l'autre et des tabourets donnent sur le bar. De plus, elle possède des jets, non fonctionnels au moment de notre passage, tel un bain tourbillon.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 196, nous disons au revoir à nos nouveaux amis puis l'on se dirige vers Cahuita. Sur place, on arrête au village saluer Julie Soudre, une amie du secondaire de Simon qui demeure au Costa Rica depuis 18 ans. Elle y a tenu pendant plusieurs années le restaurant Cha-cha-cha. En la quittant, elle nous conseille le camping Maria, tenu par une Tica. L'endroit est magnifique, à côté de la playa negra, avec une piscine naturelle, creusé dans la pierre. Au moment de notre passage, Maria n'a aucun client mais plusieurs membres de sa famille y sont en visite. Nous passons un moment à jaser avec l'une de ses nièces qui a apprit le français à l'école et profite de cette occasion pour le pratiquer. Après le dîner, nous allons avec cette famille se baigner à la plage. En soirée, nous partons au restaurant Miss Edith où nous dégustons un repas créole plus ou moins épicés, délicieux, mais un peu cher.

Le lendemain, on quitte la côte pour se diriger vers les montagnes. Nous arrivons à Zarcero et faisons un arrêt sur le bord de la route pour acheter des spécialités locales dont le fameux fromage Palmito, qui s'apparente un peu au fromage en grain québécois, tout en ayant la forme d'une pelote de laine. Après avoir fait le tour du village pour se trouver un endroit où se stationner pour la nuit, on voit une affiche qui annonce un stationnement à l'Iglesia de San Rafael, située au centre du village. Après que l'ébéniste est demandé la permission au Père, nous nous installons pour la nuit. Tout juste avant que l'église ne ferme, nous avons la possibilité de la visiter. Bâtie en 1895, elle vient à peine d'être rénovée, elle est magnifique avec ses peintures et sculptures.

Puisque Léa était malade depuis le jour de l'an, elle n'avait toujours pas eu la chance de manger son gâteau de fête. C'est donc ce soir là que l'on dévore un Très Leche, une spécialité d'Amérique Centrale; un gâteau qui baigne dans un mélange de trois laits; lait régulier, lait évaporé et lait condensé-sucré. Après s'être régalé de ce dessert, nous sortons les sacs de couchages et les pyjamas chauds pour la nuit, situé en montagne, les nuits sont très fraîches et ce, pour notre plus grand bonheur!
 

Au matin, nous visitons le parc Francisco Alvarado qui est juste à côté de l'Église. En 1960, le jardinier Evangelisto Blanco à taillé les cèdres en formes plus ou moins abstraites. Depuis, le site est devenu un jardin topiaire, avec des arbustes en forme d'animaux, de personnages ou simplement des formes étranges!

Nous reprenons ensuite la route en direction d'Esterillo Este où nous avons hâte de saluer Christine et Heiner qui nous avaient si bien accueilli lors de notre passage avec nos mamans. Simon est un peu hésitant à passer les voir puisqu'il se dit qu'en plein mois de janvier, l'hôtel de Christine doit être plein à craquer et il ne veut surtout pas déranger. Pour sa part, Marie-Jo se dit qu'à l'inverse, nous devons absolument arrêter au moins les saluer, et que nos amis nous en voudraient si l'on passait au Costa sans aller chez eux!

 

En chemin, on arête à Jaco, sur un pont sous lequel vivent une colonie de crocodiles. Une trentaine se prélassent au soleil cette journée là!

Ensuite, on arrive au BleuAzul où l'on est reçu, encore une fois, comme des rois! C'est si bon de se sentir à la maison! D'ailleurs, Christine est officiellement devenue notre ''maman Cricri'' d'adoption! Puisqu'elle a des clients, comme nous l'avions pensé, nous partons nous installer chez Heiner. Étant gardien de la maison d'un riche américain, il a lui même une maison sur le même terrain. Il nous accueille à bras ouvert chez lui, nous donne le choix de camper dans sa cour ou encore de dormir dans sa maison. Nous avons accès à de l'eau potable, l'électricité, sa cuisine, 2 toilettes, une douche extérieure, une piscine et une magnifique plage! Le bonheur! Et puis ce fut si beau de voir les retrouvailles entre lui et Zack, dans la mer jusqu'à la taille, puisqu'il pêchait au moment de notre arrivée! Cette image restera gravée à jamais dans notre tête ainsi que dans celle de Christine.

 

Après s'être installé, nous partons rejoindre Christine et nous soupons tous ensemble sous son rancho et rencontrons par le fait même, Jacinthe et Marcel, un couple charmant originaire de Joliette.

En jasant, nous expliquons à Christine et Heiner que nous ne voulons pas les déranger pendant la haute saison, mais que nous tenions à les saluer tout de même. Nous pension donc passer 2-3 jours et reprendre la route....c'était sans compter l'hospitalité de ces 2 êtres au cœur si grand....Christine nous menaçe de crever nos pneus si nous ne passons pas au moins 2 semaines chez elle et chez Heiner! Nous avons donc conclu de vivre au jour le jour mais de bien profiter du temps passé avec nos ''parents du sud''!

Jour 199, nous nous offrons la première d'une longue série de journées tranquilles! Au déjeuner, Heiner nous fait découvrir le Pan Casero. C'est comme une pizza pochette de luxe, garnie de sauce à spaghetti à la viande, un peu épicée.

 

En avant-midi, nous profitons des piscines ( celle d'Heiner et celle de Christine), de la plage et observons les Aras rouges qui déjeunent dans les amandiers. Au dîner, nous avons droit aux crêpes de Christine et a un délicieux cappuccino. Ensuite nous ''skypons'' notre famille et quelques amis, on sort les planches de boogy-surf puis partons à Parrita, le village voisin, acheter avec Heiner ce qui manque pour le souper qui sera encore une fois un festin : Ceviche à la Tica de Christine et rouleaux de printemps de Marie-Jo! Heiner est bien surprit par la forme et surtout la texture des rouleaux!

Après le souper, nous faisons un feu sur la plage, au grand bonheur des enfants qui ont passé des heures à ramasser le bois de grèves. Quelques clients se joignent à nous puis nous regagnons le Staubus.

Le 12 janvier, nous en sommes rendu à notre 200ième jour sur la route! Comme le temps file, plus de la moitié du chemin de fait, déjà!

Au matin, nous nous installons sous le rancho du BleuAzul afin d'y faire l'école, de travailler sur le blogue et sur les capsules vidéo. Tout juste avant, nous avons la chance d’apercevoir un paresseux qui a élu domicile dans les cocotiers et les amandiers chez Heiner!

En après-midi, nous nous baignons, ressortons les planches et avons l'ultime chance de surfer avec d'immenses raies, inoffensives! C'est tout simplement magique d'être dans la vague et d'avoir 5 raies qui planent à nos côtés!!!

 

C'est donc ainsi que s’échelonnent les jours suivants; le matin les enfants font l'école, pendant ce temps Marie-Joëlle travaille sur le blog, les photos et les articles, tandis que Simon travaille sur ses vidéos. Au dîner, nous mangeons soit chez Heiner ou encore sous le rancho ce Christine. Ensuite, nous nous baignons tant dans la mer que dans la piscine. Nous surfons, Zack pêche, nous partons au village acheter ce qui manque pour que nous soupions tous ensemble. Marcel et Jacinthe se joignent à nous jusqu'à ce que chacun regagne son chez-soi pour la nuit! Une belle routine s'installe et il nous fait du bien de demeurer au même endroit si longtemps.

 

Jour 204, au moment de leur départ, Marcel et Jacinthe nous offrent une commandites surprise : 180$ afin d'offrir du Diesel au Staubus! Nous profitons de ce blog pour les remercier, encore une fois, ainsi que leur entreprise : Techno Diesel inc, de Joliette.

 

Puis, puisque tous les studios se sont vidés d'un coup et qu'il n'y a plus de clients dans l'hôtel, Christine nous fait elle aussi un beau cadeau : 2 studio pour la familia! Simon, Marie-Jo et Léa dans l'un, puis un autre pour Zackary tout seul afin qu'il est un congé de sa sœur et de ses parents!

 

En fin de journée un orage digne d'une tempête tropicale, débute et ce pour toute la soirée! La fraîcheur s'installe et nous soupons dans l'appartement que nos mamans avaient occupées en décembre. Au menu; du poulet BBQ, salade de choux et frites maisons! Menoum!!!

 

C'est donc dans un vrai lit que nous passons tous la nuit dans les magnifiques studio du BleuAzul!

 

Jour 205, Via Skype, Simon réussi, sans trop de difficultés à convaincre nos amis, Éric Faucher et Mariève Côté à venir nous visiter....le 23, soit 5 jours plus tard!

 

Le lendemain, nous rencontrons le fils, la belle-fille et la petite fille d'Heiner. Nous soupons tous ensemble et Heiner nous fait sa succulente soupe au poisson-coco, que Christine nous vente depuis le mois de décembre et ce, avec raison! C'est du pur bonheur en bouche!

 

Le lendemain, des clients arrivent à l'improviste et l'hôtel se rempli d'un coup! Nous nous réinstallons donc chez Heiner et nous passons la journée à faire du Ménage; Marie-Jo dans le Staubus et Simon dans le studio! Puis nous soupons tous chez Heiner avec sa famille et Christine....la soirée s'étire jusqu'aux petites heures!

 

20 Janvier, jour 208, c'est l'anniversaire de Simon et nous célébrons ces 37 ans! On s'offre une journée relax puisque l'on s'est couché tard. Nous nous baignons, faisons la siesta, Simon et Léa érigent un gros château de sable.....et pour le souper Marie-Jo a confectionné un festin! Du gravlax de saumon maison, des steaks de thon teryiaki et sésame et du risotto à la noix de coco. Christine à amener ses fèves vertes aux amandes et pour le dessert nous avons droit au désormais traditionnel gâteau Très Leche!

Les 2 jours suivants, nous nous préparons à l'arrivée des Faucher! Nous amenons le Staubus au garage dans l'espoir de se faire poser une nouvelle jante sur notre roue de secours et se faire souder la charpente qui a un peu forcé tout au long des 34 000km de routes plus ou moins belles! Finalement, ni l'un ni l'autre ne sera être effectué, selon le garagiste du Costa et notre mécanicien personnel, Mécanique Luc Gareau, la charpente à l'air plus abîmée qu'elle ne l'est réellement, donc nous n'avons pas à nous inquiéter plus qu'il ne le faut. Quant à la roue, nous devrons repasser la semaine prochaine.

C'est donc au jour 211, le 23 janvier que nos amis arrivent! Nous sommes si excités, surtout que ce voyage s'est organisé à la toute dernière minute! Nous partons donc à San Jose afin de les accueillir à l'aéroport.

Alors que l'on observe chaque passager dans l'espoir de voir nos amis, nous avons eu une belle surprise : Jean Leloup, sa guitare et sa choriste ( à peu près dans cet ordre) passent sous nos yeux; ils ont fait le voyage avec nos amis! Finalement, on aperçoit nos amis et l'on se jette tous dans les bras l'un de l'autre! Un coup le drink de bienvenue débouché, une canette de cuba libre, nous reprenons la route vers l'hôtel que nous leur avons réservé, le Flor D'Esterillo, situé pas très loin de chez Christine. En chemin, nous arrêtons à Jaco, afin d'y manger une pizza, il est passé 20hrs et nous sommes tous affamés! Arrivé chez nous, nous couchons les enfants dans le Staubus et allons rejoindre nos amis à leur hôtel où nous restons dans la piscine jusqu'à 3hre du matin! Encore une fois, nous tenons à nous excuser au près des autres clients de l'hôtel, mais ça faisait 7 mois que l'on ne s'était pas vu et cela faisait plus de 4 ans que nos amis n'étaient pas venus dans le sud, ce qui nous excuse un peu....

Le lendemain, on s'installe chez Heiner pour y déjeuner, se baigner et dîner. En après-midi, on sort les boogie-board et l'on initie nos amis au surf! En fin d'après-midi, on va s'installer chez nos amis et l'on se concocte une sauce à spaghetti au saucisses épicées. Léa est si bien installée avec Aryane dans le lit simple qu'on la laisse là pour la nuit ( au grand bonheur de Zack!)

 

À la 213ième journée, 2 autos arrivent chez Heiner afin de passer la journée dans la maison du proprio et sur la terrasse. Nous apprenons que ces 2 familles ( une dizaine de personnes) sont des amis de celui qui est en charge de la maison ( bref un ami de l'ami du proprio!). Nous préférons donc se sauver chez les Faucher et y passer la journée. En soirée, on va rejoindre Christine et Heiner chez lui où l'on se fait un bbq sur le charbon tout le monde ensemble. Vers minuit, un autre fils d'Heiner arrive avec 2 de ses amis. Nous passons donc une partie de la nuit dans la piscine encore une fois!

Le samedi, nous faisons un peu d'école puisque les enfants sont en pédagogique depuis l'arrivée de nos amis. Ensuite l'on va rejoindre les Faucher-Côté pour un pique-nique face à la plage et un après-midi tranquille à se baigner. En soirée, on s'installe sur le sable pour observer la pleine lune. Nous repartons ensuite en amoureux pour une dernière saucette dans la piscine chez Heiner avant le dodo.

 

Jour 215, on laisse notre linge sale chez Maman Cri-Cri ainsi que Zack qui aide Heiner à jardiner, puis l'on part en direction de Jaco pour aller au super-mercado, à la fruiterie et à la boucherie. On revient en après-midi pour se baigner et souper chez Heiner avec Christine. En fin de soirée, elle offre à Zack de venir dormir chez elle, afin de s'offrir une pause de ses parents et de sa sœur! Il a donc une chambre pour lui tout seul, qu'il partage finalement avec Azuro, le labrador de Christine. Il y dort jusqu'à 10h30 le lendemain! Lui qui se réveille habituellement vers 6 heures!

 

Le lendemain, nous vidons l'autobus de l'essentiel puisqu'il s'en va passer la journée au garage afin d'y ajouter une nouvelle boîte pour la batterie et envoyer notre jante en ville.

 

Pendant ce temps Marie-Jo fait faire l'école aux enfants tout en terminant la chronique pour le journal. Ensuite nous passons l'après-midi à se baigner, encore une fois, et Marie-Jo et Mariève s'adonne à leur vice : une partie de scrabble! En fin de soirée, après un souper hamburger et de légumes grillés, nous nous couchons tous très tôt.

 

C'est au jour 219, que nous décidons que ça suffit la vie de pacha à profiter des piscines et de la plage, nous partons en expédition au Parc Manuel Antonio. Nous y apercevons plusieurs singes hurleurs et des capucins à face blanche avant même d'avoir débuter notre randonnée dans le sentier de la cathédrale. Après un pique-nique où il nous fallut se protéger des ratons-voleurs, les filles se sont baignées dans la mer puis nous reprenons la route vers le Staubus. En chemin, Léa n'est pas du monde, alors nous décidons de souper chacun chez soi afin de réintégrer une certaine routine et de lui permettre de se reposer.

 

Jour 220, nous partons souper chez une bonne amie à Mariève , Fannie Doré, qui, par pur hasard, se trouve à 20 minutes de chez nous en même temps qu'eux! Fannie demeure dans une maison avec son chum et leur fille ainsi que ces parents qui ont loué la demeure pour 3 mois. Quant à eux, ils y sont pour une semaine. Nous y passons une magnifique soirée où les discussions sur le thème du voyage sont à l'honneur. Les parents de Fannie ont toujours voyagé, avec ou sans leurs enfants. Tandis que Fannie et son chum, Pierre-André, ont fait le même itinéraire que nous en automobile il y a quelques années.

 

Le lendemain, 1 février, c'est le dixième anniversaire de rencontre d'Éric et de Mariève. Après avoir fait l'école, travaillé sur les photos et les vidéos en matinée, nous partons faire des commissions à Parita. Fruiterie, épicerie, quincaillerie, garage et poissonnerie, nous faisons le tour du village!

 

En soirée, nous dégustons un festin sous le rancho, chez les Faucher avec leur voisin; Pat, un Québécois qui vient dans cette région du Costa depuis une vingtaine d'année, avec son père. Sa copine viendra le rejoindre d'ici quelque jour jusqu'à la fin de son séjour. Nous passons une agréable soirée avec lui et en apprenons un peu plus sur son métier; policier à Montréal.

 

Jour 222, nous sommes tranquilles et passons la journée à faire de la piscine, Simon fait un peu de mécanique, les 2 Marie jouent au scrabble, nous assistons à notre quotidien couché de soleil sur la plage puis nous nous couchons tous très tôt.

Au matin, nous partons en expédition au Rain Maker, près de Jaco, marcher dans les sentiers dans la jungle et traverser des ponts suspendus. Alors que nous regardions leur site, la veille, nous avions bien rit d'y lire : construit selon les standards américains de sécurité. Arrivés sur place, nous avons vite compris qu'il s'agissait des standards d'il y a plusieurs années! Les ponts étaient très branlants, les filets de sécurités, séchés par le soleil, étaient tous déchirés et ne servaient plus à grand chose... bref, la vraie vie en jungle! Sans compter les sons que l'on entendait et les insectes, reptiles et amphibiens que nous avons eu la ''chance'' d'apercevoir....ce n'est pas pour rien qu'ils nous ont fait signer une décharge à l'arrivée et que nous avons croisé une famille qui avait rebroussé chemin car leurs enfants ne suivaient pas la route!

Au premier pont suspendu, nous avons failli revirer de bord nous aussi! Non pas par crainte de traverser le pont, mais bien car nous avons eu peur, nous devons l'admettre, d'une armée de fourmis! Oui, oui! Elles faisaient le guet aux marches du pont et tout le long de la main couante Vous devez vous dire qu'il faut plus que des fourmis pour faire reculer de braves aventuriers tels que nous, mais quand les dites fourmis sont noires guerrières et ont un derrière jaune, mais surtout qu'elles suivent de la tête, de l'abdomen et, surtout, des mandibules, chacun de nos mouvements.....mais bon, nous voulions une expérience hors des sentiers battus, alors nous nous devions d'au moins traverser un pont! L'autre bord du pont, nous apercevons des grenouilles noires et vertes fluo! Vite on sort les caméras!!! Les enfants sont un peu lassent d'attendre les photographes et les cameramans ( Mariève et Simon) alors Marie-Jo prend de l'avance avec eux....jusqu'à ce qu'elle entend : ''Maman! Un serpent!!!'' Comme elle croit qu'il est au sol, elle manque de s’accoter sur un arbre pour chercher le dit serpent qui est finalement sur l'arbre en mode plus que camouflage! Comble de chance, c'est un fer de lance, un serpent extrêmement venimeux plus il est petit et qui a tendance à se jeter sur ces proies pour les mordre et les laisser tomber dans le coma....

Par chance, le reste de la promenade fut un peu plus tranquille, de nombreux papillons, dont le morpho Azul, des libellules tout droit sorti d'un film d'animation, des lézard, salamandres et gecko....bref, des espèces presque banales! Au milieu de notre expédition, nous nous offrons une pause baignade en eau glacée avant de poursuivre notre chemin jusqu'à l'accueil.... En résumé, ce fut une matinée haute en couleur et forte en émotion!

De retour à l'hôtel des Faucher, nous prenons l'apéro avec Fannie et P-A en fin d'après-midi, soupons sous leur rancho et jouons aux cartes avec un couple voisin qui vient de Montréal, Jean-Guy et Hallah.

 

Jour 224, nous partons à Jaco rejoindre P-A et Fannie afin de dîner avec eux au Fish Taco, un coup de cœur gastronomique! Un bar à tacos, et un bar à salade à un coût très raisonnable. La fraîcheur des aliments est exceptionnelle et l'éventail de choix est alléchant! Ensuite, sur le chemin du retour, nous présentons au Faucher nos ''amis'' les crocos qui vivent au pont à Jaco! Cette fois, ils sont encore plus nombreux à se prélasser au soleil et nous passons plusieurs minutes à les observer et les photographier.

Au lendemain, c'est déjà l'avant dernier jour de vacances de nos amis. Nous en profitons pour faire du ménage chacun de notre côté puisque ce sera le moment du départ pour nous aussi. Nous irons les reconduire à l'aéroport le lendemain et ensuite nous reprendrons la route après presque un mois d'arrêt.

 

Après le ménage, Mariève vient nous rejoindre chez Christine afin de nous offrir, en tant que photographe officielle d'Exploraventure, un shooting photo dans la cour du Bleu Azul et sur la plage....encore une fois, cette photos sont superbes! Elle sait capter la beauté en chacun de ses sujets et immortaliser les parcelles de bonheur du quotidien!

Le soir, alors que les Faucher-Côté soupent avec Pat à leur hôtel, nous soupons pour une dernière fois avec nos chers Heiner et Christine, bien que nous ayons du plaisir, nous avons tous le cœur lourd de savoir que demain nous nous dirons au revoir....mais tout de même, nous avons droit à un ultime festin de rois : La Ceviche de Christine et le cœur de palmier d'Heiner!

En plus, à la fin du repas, ils nous font cadeau du restant de palmier afin que moi et Zack en cuisinions une dernière fois en pensant à eux!

Jour 226, nous partons prendre nos dernières vagues en boogy board, nous mangeons pour une dernière fois un gallo Pinto a la Heiner, puis allons verser quelques larmes sur l'épaule de notre maman CriCri!

Ensuite l'on dit au revoir à tous les clients du Flor D'esterillo et nous partons pour San Jose reconduire nos amis à l’aéroport...encore des larmes aux yeux, mais au moins l'on sait que l'on se reverra très bientôt!

Alors que nous reprenons la route, ça nous fait vraiment drôle de se retrouver en famille sans endroit précis où aller. C'est la première fois que l'on s'arrête si longtemps et c'est comme si nous étions un peu ankylosés!

 

Nous décidons de retourner où nous étions au début du mois, dans la fraîcheur des montagnes de Zarcero. Nous arrivons au moment même où Oswaldo s'apprête à fermer le stationnement d'église! C'est avec joie qu'il nous ré-accueille chez lui et nous passons une excellente nuit au frais sous une couverte!

Jour 227, nous reprenons la route vers Los Chiles. Heiner nous a parlé d'endroits magnifiques à visiter dans ce coin et puis nous aimons l'idée d'emprunter une nouvelle frontière. Nous arrêtons acheter du palmita ( le fromage local) ainsi que du bon miel frais. Alors que nous arrêtons dans un garage afin de faire vérifier un frein qui fait du bruit, le garagiste nous informe qu'il est impossible de traverser à Los Chiles. Seulement les camions d'oranges ont accès à cette frontière! Par chance, il n'est pas trop tard pour rebrousser chemin et nous retournons donc où nous nous étions promis de ne plus revenir : Arenal. Comme elle nous l'a prouvé mainte fois lors de ce voyage, la vie est bien faite! Figurez-vous que pour la première fois, nous avons eu la chance de voir le fameux volcan et en plus il était en éruption!!! Comme quoi ce n'est pas pour rien que nous devions repasser par cet endroit! Nous avons donc dîner du restant de gallo pinto d'Heiner à La Fortuna puis avons longer le volcan ainsi que le lago Arenal. En chemin, nous avons aperçus un coatzi qui traversait la route!

En fin d'après-midi, nous nous sommes arrêté à une station-service près de Liberia et nous nous sommes installés pour la nuit. Léa s'est fait offrir une mangue par des cueilleuses et nous nous sommes promis de se faire des provisions au matin avant de repartir!

C'est donc après avoir fait le plein d'une douzaine de mangues, de Diesel et de propane que nous reprenons la route. Après un arrêt dans un stationnement de Mcdo afin de prendre nos messages, le même où nous étions arrêter en décembre, nous reprenons la route jusqu'à Bahia de Salinas à la playa Soley. Sur place, il y a un poste de police frontalier, directement sur la plage, où nous avons le droit de camper. Nous y observons de nombreux geais gris qui ont vite trouver notre cachette de mangues ainsi qu'un couple d'inséparables. Nous passons un après-midi relaxe dans le Staubus à mettre à jour nos textes, vidéo, photos, à écouter des films et même à jouer une partie de scrabble. Nous nous couchons tôt car le lendemain nous avons des douanes à traverser.

Jour 229, on se réveille au lever du soleil avec plein de pélicans qui déjeunent au sardines dans la baie. Nous arrivons aux douanes du Costa Rica à 8h15 et en ressortons à 9h15. Ensuite, nous faisons les démarches pour entrer au Nicaragua et réussissons à pénétrer dans le pays à 10h50....ce qui n'est pas si mal!

Après avoir fait un arrêt à l'épicerie nous nous dirigeons vers la Casa Del Titito....nous avons bien hâte de revoir notre ami et aussi d'y rencontrer sa conjointe, Denise qui n'était pas arrivée lors de notre passage en novembre....ne manquez pas notre prochain blogue afin de connaître toutes, ou presque, les péripéties que nous vivrons dans ce cher pays qui deviendra notre terre d'adoption!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Panama, deuxième partie avec notre ami C-Bass!

 

Visionnez notre plus récent épisode...

.................................................................................................................................

..................................................................................................................................

174ième journée, alors que nous sommes un peu triste du départ des grand-mamans, nous partons à la recherche d'un bivouac intéressant, ce qui n'est pas évident dans une grosse ville! Finalement, nous allons au centre d'achat Albrook Mall,  un mall plus gros que tout ce que nous avons au Québec, afin d'y faire l'épicerie et nous nous installons au fond du stationnement, après avoir donner un pourboire et un jus à l'un des vigiles. Nous y soupons en écoutant l'Ère de glace 4 puis une fois les enfants couchés, les parents s'installent chacun à l'ordinateur, l'un pour travailler sur ses vidéo, l'autre à rédiger une chronique pour le journal.

Jour 175, c'est déjà la veille de l'arrivée de Sébas. Nous passons donc une bonne partie de la journée à lui trouver un hôtel pour sa première nuit. Nous aimerions lui trouver un endroit pas trop cher, avec une piscine et où l'on pourrait se stationner.....chose pas trop facile dans cette grande ville! À Panama City, la classe moyenne n'a pas sa place. Ici, il n'y a que des gens très très riches ou des gens très très pauvre. En plus la ville au complet est en travaux, donc plusieurs rues sont fermées et lorsqu'elles ne le sont pas, c'est l'hôtel qui est en travaux et, ou le stationnement....bref, nous avons chercher en vain l'hôtel idéal, pour finalement  lui réserver un hôtel ''correct'' qui répond à 2 de nos 3 critères; il n'est pas cher et l'on peut s'y stationner.

 

 

Ensuite nous partons au Balboa Yacht Club. Un port situé juste à côté du Country Inn où nos mamans avaient dormi. À cet endroit, nous pouvons nous stationner dans la rue sans problème, nous captons un signal Wifi, nous pouvons laver et sécher notre linge à un prix dérisoire et, comble de bonheur, nous avons accès à une douche gratuitement! Marie à bien aimé l'ambiance en sortant toute propre de la salle de bain avec une serviette sur la tête d'arriver face à face avec les marins qui  jouaient ( et gageaient) aux dominos en buvant allègrement de l'alcool! Avec tous ces chats couchés partout, il ne manquait que Jack Sparrow pour compléter le tableau!


C'est à la 176ième journée que Sébas arrive!!! Tout de suite après le dîner nous partons l'attendre à l'aéroport qui est un peu désorganisé; il y a 2 sortis pour les gens du même vol....par chance l'on s'e rend compte et l'on se sépare afin d'être sûr de ne pas le manqué! Finalement, il arrive par la 2ième sortie, on se sert dans nos bras, on est vraiment content de l'accueillir à notre tour! Malgré sa fatigue ( il est parti de l'Alberta, en passant par l'Ontario avant d'arriver au Panama, il a bien hâte de festoyer avec nous! On part à son hôtel porter ses bagages et boire l'apéro, ensuite on sort marcher dans les rues afin de se trouver un endroit où souper. Après avoir mangé, on couche les enfants et l'on s'installe autour d'une bouteille pour se raconter tous ce qui s'est passé depuis juillet!!!

 

 

Au lendemain matin, nous avons tous très chaud dans l'humidité de la ville et nous n'avons tous qu'une envie; être à la plage! Direction Punta Chame, une pointe de sable semi-déserte. On fait le plein de bouffe, d'eau et d'alcool puis l'on part s'installer en camping sauvage pour 2-3 jours. L'endroit est magnifique, très venteux ( une école de kite-surfing se trouve dans ce village) et isolé. Par contre, nous devons attendre avant de profiter de la plage car nous arrivons en même temps qu'un immense orage!
 

 

Une fois la pluie cessée, Simon part au restaurant au village acheté des frites pour le souper car Sébas nous a fait une belle surprise, tout juste avant de partir de Calgary, il nous a trouvé du fromage en grain et de la sauce chez un ami Québécois, il a congelé le fromage et nous a apporté le tout afin que l'on se fasse des bonnes poutines!!!! Menoum-Menoum!!! La dernière vrai poutine que l'on avait mangé était justement en Alberta avec lui à Canmore. Marie-Jo en avait refait une maison au Mexique mais sans le fromage en grain, ce n'est pas pareil!

 

 

 

Le lendemain matin on a profiter de la magnifique plage. On y a marché, on s'est baigné....Nous avons passé une journée relaxe à profiter de l'endroit tout en se reposant. Le soir, une fois les enfants couchés, nous avons terminé une bouteille de rhum en jouant aux dés et, en faisant une marche sur la plage avant de se couché, nous avons eu la surprise de voir un bébé tortue sortir de son nid et l'accompagner jusqu'à  la mer! Nous nous sommes sentis vraiment privilégiés de vivre se moment, d'autant plus qu'au début nous n'y avions pas fait trop attention, pensant que c'était un crabe!

Jour 179, on ramasse notre campement et l'on part vers Santa Clara. Marie-Jo a lu qu'il y a dans cette ville le seul camping équipé pour les vr de tout le Panama. L'endroit se nomme XS Memories et est tenu par un américain. Il y a sur place un restaurant, une piscine plusieurs volières avec des perroquets ainsi qu'une quinzaine d'emplacement de camping. Nous sommes le 22 décembre et l'on pense y rester quelques jours, peut-être même y fêter Noël.

 

 

 

Lorsque nous prenons nos messages, nous sommes bien content d'avoir des nouvelles de nos amis David et Claudia, le couple Franco-Québécois que nous avions rencontré au Yukon. Heureux hasard, eux aussi ont prit la même décision que nous; après le Panama, ils rebrousseront chemin. Au moment ou Simon leur écrit où nous sommes afin que si ils ne sont pas trop loin, il viennent nous rejoindre, on entend des coups de klaxon; surprise, leur petite voiture bleu électrique arrive dans l'entrée du XS Memories!!! Les hasards de la route nous étonnerons toujours!

 

 

 

Une fois les présentation faite, nous nous installons tous sous le rancho communautaire et passons une soirée mémorable! 5 bouteilles de vin et un litre de rhum plus tard, nous allons nous couché au moment ou le coq commence à chanter!!!
 

 

Pas besoin de préciser que le lendemain nous sommes TRÈS tranquilles! Par chance la piscine est là pour nous rafraîchir et divertir les enfants, car nous n'avons aucune énergie pour faire quoi que ce soit d'autre. En fin de journée nous marchons vers le village afin de trouver un resto abordable pour y souper, chose plutôt rare à distance de marche. Finalement le seul resto ouvert est le XOCO, un resto assez cher pour ce qui l'a offrir, c'est à dire pas grand chose. Chaque assiettes et breuvages que nous désirons est non disponible cette journée....c'est à se demander pourquoi ils ont ouvert!

Après le souper, nous retournons au camping se coucher très tôt!

Jour 181, nous sommes le 24 décembre, veille de Noël. C'est un peu irréaliste de célébrer alors qu'il fait si chaud, on l'impression que c'est le noël des campeurs! Après un bon déjeuner de crêpes, Claudia et David partent en ville acheter ce qu'il faut afin que l'on se fasse un réveillon digne de ce nom! Ce sera un immense BBQ; poulet, saucisses, crevettes, maïs et papillote de légume. Pour dessert, une Key Lime pie de la Mère Veilleuse!

 

 

Bien repus, même beaucoup trop, nous nous offrons une baignade de minuit tout juste après que les enfants aient vidé leurs bas de Noël puis, nous allons nous couché au moment où le Père Noël s’apprête à passer!

 


Le lendemain matin c'est Noël!!!!! Les enfants sont tellement excités qu'à 6h30 du matin les parents les laisses déballés les cadeaux sans eux, sous le rancho! Malheureusement, Marie-Joëlle et Claudia ne se sente pas bien....les excès d'alcool et de bouffes, la chaleur, l'eau ''potable'' bref, elles ont l'estomac et les intestins tout de travers!
 

 

 

Léa est très contente de la Barbie que le Père Noël lui a apporté. Elle l'a désirait tellement qu'elle avait même remis une de ses Barbies à Mamie Marielle afin de faire de la place dans le Staubus! Zackary tant qu'à lui est un peu dessus de son cadeau....bien qu'il est lui même demandé des sous pour se payer des leçons de surf avec son ami Aauricio à Jiquilillo.  À 11 ans, presque 12, il est mitigé entre choisir lui même son cadeau puisqu'il ne croit plus au Père Noël ou se laisser mener par la magie de Noël et avoir une belle surprise....par chance plus tard dans la journée il a une immense surprise (ses parents aussi!), le Père Noël aurait laisser une Xbox pour lui chez son oncle Luc!!!! Rien de moins!
 

 

Après le déjeuner, nous rencontrons une famille de la Californie qui viennent de se louer une cabinas face à la playa Blanca, pour la fin de leur séjour au Panama et ils nous invite à aller profiter de la plage avec eux. Nous passons donc l'après-midi avec eux puis nous les invitons pour le souper chez nous, c'est Noël après tout! Malheureusement, Marie-Jo qui ne feel toujours pas, dicte à Simon sa recette de pâtes aux crevettes, légumes et crèmes puis se couche afin de reposer son système un peu.
 

 

Jour 183, on se prépare à reprendre la route, tout juste avant la dernière baignade, Simon s’aperçoit que l'on a failli perdre une roue!!! Lors de notre passage au garage au Guatemala, le mécano a mal revisser la roue et depuis les boulons ont tant bouger et frotter qu'ils sont sur le point de passer à travers les trous!!!! Avec les 5 tonnes que pèse le Staubus, nous ne pouvions sentir la roue bouger! Alors ni une ni deux, Simon sort les outils et change la roue avec notre roue de secours, on se baigne, on dit au revoir à  Claudia et David et l'on reprend la route direction la côte Caraïbe.
 

 

C'est au Pirate Cove à Portobello que nous nous arêtons. Tom, un sympathique Panaméen qui a passé de nombreuses années au Michigan nous accueille chaleureusement. De plus, nous ne sommes pas le seul VR à cet endroit, un couple d'européen s'y trouve à bord de leur énorme camper.
 

 

Nous installons pour souper, puis Sebas se loue une chambre puisque Tom lui fait un prix plus que raisonnable; 15$ pour la nuit!

Ensuite, une fois les enfants couchés, nous allons nous asseoir au bar qui est un genre de rancho sur le bord de la mer et nous y buvons une bière avant de se coucher nous aussi.

Jour 184, cela fait 6 mois que nous sommes sur la route!!!! 31 875 km de bonheur, de joie ,de plaisirs, de découvertes. Mais aussi, soyons francs, 31 875 km d’engueulades entre frère et sœur et entre parents-enfants, 31 875 km, de doutes, de fatigues, de nostalgies...mais en sommes ce fut 31 875 km magnifiques! Nous ne regrettons rien, tant nos choix de vies que de route!!!!

 

 

En cette journée, nous partons assouvir le désir de Sébastien. Depuis son arrivée qu'il a envie de se baigner dans la mer transparente. Alors ce matin, nous préparons une expédition en lancha pour aller sur une presqu'île où la mer est pure comme le crystal. On prépare un lunch, la glacière, des collations, de l'eau, du jus, de l'alcool....bref un bon pic-nic que nous devrons finalement entamer puisque le bateau est en retard! Mais tout de même, malgré ce contre-temps plus qu'habituel en sol latin, nous passons une magnifique journée! En plus, tout juste avant notre départ, nous avons la chance d'entendre puis d'observer des singes et des 2 espèces de toucans.
 

 

Revenu au Pirate Cove, Tom nous apporte des calmars frits, cadeau de la maison, pour accompagner notre apéro. Ce qui est drôle, c'est que le matin même, Marie-Jo expliquait à Sébastien que lorsqu'elle commande des calmars, elle a la chance d'avoir l'assiette pour elle toute seule puisque Simon n'aime pas ça.....qu'elle ne fut pas sa surprise lorsque Simon termina cette assiette-ci!!!! Y'a pas à dire, Tom est un excellent cuisinier et son cadeau lui rapporte 5 commandes pour le souper!! C'est à cet endroit que nous avons eu la chance de manger les meilleures rondelles d'oignon de notre vie!!!!! Fait avec des oignons rouges et une pâte qui se rapproche des fish and chips!
 

 

Après ce bon souper nous jasons un peu avec les autres clients du Pirate Cove; le couple d'européen ainsi que 2 alcooliques qui passent leurs vacances amarrés au bar! Ensuite, on prend un dernier drink dans la chambre à Sébass pour se rafraîchir puisqu'il a l'air climatiser. C'est d'ailleurs au court de cette soirée que nous est venu cette charmante phrase : ''Ouvre la porte; on gèle!''
 

 

Le lendemain, nous décidons d'aller à Santa Isabel et d'y dormir.....par contre il a tant plu sur la côte qu'une rivière passe par dessus la route! On profite donc de cet arrêt pour dîner et on revire de bord! Mais tant qu'à être sur la route, nous prenons un autre chemin vers Isla Grande, nous visitons un hôtel miteux que nous retenons pour sa plage mais que nous oublions pour y dormir! En chemin, nous embarquons 2 pouceux Norvégiens puis on retourne chez Tom! On passe la soirée à jouer au dés puis l'on va se coucher.
 

 

À la 186ième journée, nous rencontrons l'armée qui est venu faire de laplongée afin de récupérer des morceaux d'anciens bateaux échoués. Ensuite, nous retournons à l'hôtel miteux pour passer la journée à la plage. Tout juste avant, nous partons visiter une forteresse de Portobello construite en corail afin de protéger le port des attaques du pirate, le Capitaine Henri Morgan.

 

À la plage, l'eau y est turquoise et le sable est blond-blanc.....Au dîner les gars font une surprise à MJ; il se charge de la cuisine! En fin d'après-midi, nous retournons chez Tom et soupons dans la chambre de Sébas; un bon souper-déjeuner!

 

 

Jour 187, on retourne à Panama Ciudad, Sébas nous offre un cadeau de Noël, il réserve une chambre au Country Inn, où nos mamans avaient dormi et il garde les enfants pour toute la nuit!!!! puisque la fête de Léa est dans 4 jours, nous profitons de cette soirée pour aller au centre d'achat. Bon, ok, ce n'est pas l'idée que l'on se fait habituellement d'une soirée d'amoureux, surtout que l'on déteste tous les 2 magasiner, mais ce qu'on ne ferait pas pour nos enfants! Nous soupons donc sur place et faisons même un arrêt au Casino qui se trouve dans le mall. C'est une première pour Marie-Jo qui n'est pas du tout du type gamblers, la preuve; après avoir dépenser 4$ ( 2$ chacun), elle n'en peu plus des lumières, des couleurs et des bruits!!!
 

 

Après avoir fait nos achats, nous retournons ou Country Inn se stationner et profiter de la piscine en amoureux....
 

 

Au matin, veille du jour de l'an, nous retentons notre chance en faisant semblant d'être des clients et allons profiter du buffet! Ensuite nous allons à l'Amadore, là ou nous avions été avec nos mamans au marché artisanal. Un ami de Tom, du Pirate Cove, nous avait dit que ça serait l'endroit pour fêter le jour de l'an. Selon lui, plusieurs familles viennent à cet endroit faire la fête, pic-niquer et regarder les feux d'artifices. En plus, on peut dormir dans le stationnement. Nous profitons donc du fait que nous soyons ici afin d'aller à la boutique hors taxe remplir nos réserve d'alcool ( c'est le jour de l'an après tout!) et Sébass en profite pour acheter quelques souvenirs. Nous nous informons à la caissière pour savoir où à lieu le party ce soir. Elle nous déçoit un peu lorsqu'elle nous explique que la veille du jour de l'an se fête en famille et qu'à minuit les gens vont dans les bars et qu'il n'y aura personne ici à l'Amadore. Plan B, on trouve la plage la plus proche et on se fait un jour de l'an à notre façon! En observant la carte du Panama, on choisit la plage Veracruz, en arrêtant dans un restaurant de sushi tout juste avant afin de s'offrir un réveillon digne de ce nom!
 

 

Arrivé à Verracruz, on voit quelques restaurants de type rancho le long de la plage....on se dit qu'on peut aller y prendre un verre et monnayer un espace pour la nuit. Finalement alors que l'on s'arrête pour s'informer, une auto se stationne à côté de nous et nous demande si l'on se cherche une rancho pour la nuit!! On se dit que l'on a rien à perdre et l'on verra en temps et lieux combien tout cela coûte, alors on le suit. L'homme, qui s'appelle Miguel, nous emmène à un rancho abandonné et nous explique qu'il a déjà eu un restaurant ici mais que puisqu'il travaille énormément pour le Canal, il n'a pas le temps de tenir le resto aussi, il l'a donc fermé. Miguel nous donne la clé de la salle de bain et nous indique que l'eau est potable. Ensuite, vient la question épineuse : ''Combien tu veux pour tout cela?'' Il parut surpris et nous dit que tout cela était un cadeau! Il a lui même voyager un peu quand il était plus jeune et lorsqu'il a vu le Staubus sur le pont qui traverse le Canal du Panama il nous a suivi, pendant 20 minutes, pour nous offrir son rancho, le temps que nous le désirions! Ça fait chaud au cœur de voir qu'il existe encore sur cette terre des gens généreux sans arrière pensée!
 

 

Nous nous sommes donc installé, nous dans le Staubus, Sébas dans notre tente et avons sorti les chaises et la table de pic-nic. Nous nous sommes fait un réveillon des plus gargantuesques; Sushi, nouilles et légumes asiatique du bon vin....seul ombrage au tableau; Léa est malade et ne mange pas avec nous, elle va plutôt se coucher très tôt.
 

 

À minuit, on s'installe les 2 pieds dans la mer afin d'observer les plus beaux feux d'artifices que l'on est vu de notre vie! Ce n'est pas tant la qualité des feux qui est impressionnante mais bien la quantité! Sur plus de 2 km, sur la pointe de sable, les gens font sauter des feux d'artifices pendant plus d'heure! C'est tout simplement féerique!

Pendant la nuit, nous avons un réveil un peu brutal; Léa a été malade dans son lit!!! Vite on change les draps, on la lave et on termine notre nuit!

 

 

1er Janvier, nous partons à la Chorrera en espérant se baigner dans les cascades El Chorro. Encore une fois on tourne en rond longtemps avant de trouver l'endroit pour finalement¸ arriver à une rivière brune et polluer.....nous retournons donc à Veracruz où une surprise nous attend : Il y a des milliers de personnes sur la plage et notre rancho est envahi par des familles qui s'y sont installés pour manger et qui utilisent le lavabo pour prendre leur douche. Nous restons une heure à côté de l'autobus en prenant notre apéro mais on devient vite fou à écouter le poom-poom différent qui sort des autos stationnées! On décide d'aller au Balboa Yacht Club afin de tous prendre une bonne douche, y souper et prendre nos messages. On se dit qu'après le souper, les gens auront sûrement regagner leur maison et que l'on pourra réintégrer notre rancho! Effectivement, cela fonctionne et à notre retour, il n'y a plus personne sur la plage.
 

 

Jour 190, nous sommes le 2 janvier, jour de la fête de Léa! Par chance, elle est habituée de fêter son anniversaire sur la route, du haut de ces 7 ans c'est son 3ième party de fête à l'extérieur du pays! Elle est toute excitée de déballée ses cadeau sous le rancho! Depuis notre départ, elle s'ennuie de ses robes ''d'occasion spéciale'', au centre d'achat, Simon lui a trouvé une robe de ballerine avec un tutu rose et un cornet sur le ventre! Pour aller avec cela, nous lui avons acheter un bandeau avec une grosse fleur et 2 paires de boucles d'oreilles qu'elle réclamait depuis longtemps....ce n'est pas facile de trouver des cadeaux qui lui feront plaisir tout et qui ne prendrons pas de place...surtout que Noël vient tout juste de passer et que le bac de jouets est déjà bien rempli!
 

 

Après le dîner, nous laissons Léa choisir ce qu'elle a envie de faire en cette journée. Elle avait déjà émit le souhait d'une sortie en famille, alors nous lui laissons le choix entre une journée au Jardin Botanique et Zoo de Panama City, ou bien une visite au musé marin. C'est le zoo qu'il l'emporte!
 

 

On y passe l'après-midi, à visiter l'endroit qui est en harmonie avec la nature. Les animaux qui s'y trouve, sont des bêtes rescapées soit d'accident ou encore de braconnage. Pour une rare fois, on y voit des animaux en santé qui vivent dans des espaces aérés. Nous y croisons des quantités de perroquets, des singes, 2 jaguars, des tortues, un crocodile (qui s'est fait nourrir de carcasse de poulet), un caïman ( pas clôturer), un tapir, des chevreuils et quantité d'insectes qui y étaient sans nécessairement faire partie du zoo!
 

 

Arrivée à la fermeture, Simon demande à la blague, combien ça coûte pour camper ici! Les gens à l'accueil lui réponde très sérieusement '' Le prix d'entrée par personne plus 5$''!!! Nous n'en revenons pas, pour 5$ nous pouvons dormir où nous voulons dans le jardin, à condition de partir avant l'ouverture du zoo, soit à 8 heures demain matin!
 

 

Nous nous installons donc à côté d'un rancho où Sébas plante la tente. Sur la table de pic-nic, nous avons la chance d'observer une grosse cigale et sous le rancho nous regardons les chauves-souris qui y ont élu domicile! Une fois les enfants couchés et endormis, nous attendons minuit pour aller effectuer une petite visite nocturne dans le zoo! Ce n'est pas tous les jours que nous avons la chance de vivre cela! Nous partons donc avec nos lampes de poches dans l'espoir de voir les jaguars qui sont des animaux nocturnes....par contre on avait oublié qu'ils ne sont pas les seuls! Les bruits étranges que nous entendons nous font frémir un peu....il ne faut pas oublier que nous sommes dans un immense jardin au Panama et que tous les animaux qui se trouvent dans les cages existent aussi en liberté dans ce même pays! C'est à ce moment que nous passons à côté du caiman, qui l'o vous le rappelle n'est pas dans un enclos.....nous scannons donc l'horizon avec nos lampes de poches jusqu'à ce que l'on repère 2 yeux jaunes luisant.....tout en marchant, nous continuons de l'éclairé puisqu'il bouge!!!! Ouf! Nous le semons et continuons notre escapade! Finalement nous allons aux 2 cages des jaguars qui sont somme toute plutôt tranquilles. Probablement que le fait d'être nourri à chaque matin les a rendu moins nocturnes. Nous retounons ensuite à notre campement, en ré-illuminant le caïman et puis nous nous endormons au son des chauves-souris et autres animaux....
 

 

Le lendemain matin, nous partons vers la montagne où il y a un immense drapeau du Panama à son sommet. La famille de Californien que nous avions rencontré à Santa Clara nous avait dit que de là, la vue y était magnifique et que l'on pourrait y faire de superbe photo de la ville. Arrivé à la barrière, le vigile nous signale que notre autobus ne passe pas....par contre, si nous lui donnons 5$, il pourrait lever la barrière pour nous! Que de gentillesse!!! Sur place, nous en profitons donc pour prendre quelques photos, nous observons une grosse chenille tout en buvant une bière puis nous redescendons. Nous allons reconduire Sébas au musé Miraflores que nous avions déjà visité avec nos mamans et nous retournons au zoo afin de payer avant la fermeture pour y repasser la nuit, puisque l'on avait vraiment aimé l'expérience! Nous repartons ensuite chercher Sébas et passons une dernière soirée avec lui. Nous cuisinons un pâté chinois sur le BBQ puisque notre fourneau à décidé qu'il ne fonctionnait plus. Une fois les enfants couchés, nous repartons en expédition pour retenté de voir les jaguars, cette fois l,un des 2 nous fait la surprise de se lancer contre la fenêtre en plexiglas! Par chance, le tout est solide! Ensuite nous retournons au campement pour jouer aux dés une dernière fois tous ensemble.
 

 

Jour 192, nous partons déjeuner face au canal, puis l'on retourne au Balboa Yacht Club afin de prendre nos messages et confirmer le vol de Sébastien. Ensuite l'on part acheter des sushis pour notre dernier dîner tous ensemble. Puis vient le moment déchirant de faire nos adieux à notre ami....encore une fois! Par contre l'on se console en se disant que lorsque nous arriverons au Québec, nous le reverrons puisqu'il vient passer tout le mois de juin dans notre village! Sébas est la première personne chez qui nous nous sommes arrêtés, au tout début de notre voyage. Il est venu nous voir au milieu de notre voyage, c'est avec lui que nous avons visité notre dernier ''nouveau'' pays, puisqu'à son départ, nous effectuons notre demi-tour. Pour conclure le tout, il sera là pour nous accueillir alors que nous arriverons au Québec afin de boucler la boucle. C'est tout de même étrange si l'on se dit que ça faisait plus de 15 ans que Simon ne l'avait pas vu et que cette année il a été de toutes nos étapes ''cruciales''!
Pour détendre l'atmosphère au moment des adieux, nous nous imaginons la tête des douaniers au moment où ils demandent ''Avez-vous séjourner dans une ferme?'' si Sébas leur répondait ''Non, mais j'ai dormi 2 nuits dans un zoo!''

 

 

Après se triste départ, nous retournons au Yacht club pour y prendre une douche, y faire notre lavage et y passer la nuit. Simon s'y repose puisque depuis le dîner il ne se sent pas trop bien....

 



Au matin, nous reprenons la route et roulons toute la journée jusqu'à ce que l'on arrive à David. Nous demandons aux pompier derrière le Gran Hotel Nacional, la permission de passer la nuit dans e stationnement de leu caserne.
 

 

Jour 194, nous visitons la caserne en matinée puis reprenons la route vers Almirante. En chemin, nous avons la surprise de croiser un jeune paresseux qui traverse la route. Nous nous stationnons et Simon fait la circulation afin de s'assurer qu'aucun véhicule ne lui passe dessus. Il profite du 15 minutes que ça lui prend pour traverser pour le filmer et le photographier.
 

 

Sur la route qui sillonne les montagnes à travers les plantation de café, nous subissons des rafales de vents les plus fortes jamais croisées! Sur une crête, nous nous arrêtons pour s'assurer que l'auvet tient le coup. Marie-Jo doit tenir ses lunettes et sa jupes pour ne pas que le tout s'envole! Le vent est si fort, qu'il en éteint le propane du frigo!
 

 

Arrivé à Almirante, nous dînons au port en regardant les bateaux se faire remplir de caisses de bananes. Toute l'économie des villages avoisinant tourne autour de ce commerce. Après le dîner, nous rencontrons un couple de retraité Albertain, Path et Craig. Nous jasons avec eux quelque temps, ils viennent tout juste d'arriver au Panama et se dirige vers les îles de Boca Del Torro. Nous leur donnons nos meilleurs bivouacs pour le reste du pays puis nous reprenons la route jusqu'à Changuinola. Dans ce village, nous nous arrêtons à l'aéroport d'où décolle très peu d'avions si ce n'est celles qui servent à répandre les pesticides dans les champs de bananes. Le gardien nous donne la premission d'y passer la nuit et nous de l'internet pour Skyper nos amis, Luc et Mélanie ainsi que Éric et Mariève avec qui l'on a pas parler depuis notre départ! Ça fait du bien de prendre une bière ''avec'' nos amis, surtout que c'est notre dernière nuit dans ce pays. Le lendemain nous arriverons au Costa Rica où nous pensons y rester que quelques jours afin d'arriver le plus vite possible au Nicaragua et s'y magasiner un terrain....qui sait ce que l'avenir nous réservera!

 

Le Panama; la fin des aventures des grand-mères!

 

À la toute fin du dernier ''post'' nous en étions rendu au moment crucial où nous traversions les douanes pour la première fois accompagnés. L'on espérait de tout cœur que le tout se fasse de façon rapide et sécuritaire....la prochaine fois, nous n'émettrons aucun souhait! Nous arrivons sur place à 11h15, la partie ''Costa'' se fait en 15 minutes. Nous étions donc très confiant pour le reste des procédures...et bien non! Nous sommes sortis des douanes du Panama à 15h30!!!! Marie-Jo et Simon faisaient le relais dans la file d'attente, pendant que les enfants écoutaient un film dans l'autobus, jouaient avec les grand-mamans aux cartes ou à des jeux de mots....bref, nous étions bien heureux d'avoir nos mères pour les occuper ainsi que d'avoir une cuisine pour se préparer un lunch!!!

À 15h30 donc, nous reprenons enfin la route jusqu'à David, au Gran Hotel Nacional. Nous nous offrons un bon souper au resto Italien de l'hôtel, puis après une baignade, les enfants partent avec les grand-mamans pour une bonne nuit de sommeil tandis que les parents regagnent le Staubus.

 


 

 

Jour 167, nous mangeons un bon déjeuner au buffet de l'hôtel ( enfin un allongé digne de ce nom!!!!), puis nous roulons jusqu'à Boquete, un petit village en montagne. La principale raison pour laquelle Marie-Jo tenait à visiter cet endroit, était pour avoir un peu de fraîcheur ( désolée les grand-mamans!). Boquete est un endroit magnifique tout en vallées, mais malheureusement, depuis qu'un magasine Américain à décréter que c'était l'endroit au Panama pour y passer sa retraite, le village est rendu hors de prix et l'ambiance un peu artificielle. Par contre ces champs de café et ses habitants continue d'en faire un endroit charmant et l'air frais de la montagne est très rafraîchissant après avoir passé une journée entière à cuire aux douanes!

Après avoir magasiner plusieurs hôtels, soit trop cher ou trop sale ( petite pensée pour la tarentule recroquevillée derrière une porte!), notre choix c'est arrêté au Riverside Inn. Un endroit luxueux et champêtre, en construction ( ce sera décidément notre karma tout au long de notre passage dans ce pays!), un peu cher, mais nous nous rattrapons en soupant dans l'autobus plutôt qu'au resto.

 

 

 


Après une belle soirée à se gaver de pâtes aux crevettes, à jouer au skip-bo avec les grand-mamans et à boire du vin, un drame arrive au moment du dodo : Léa a laissé sa doudou, son toutou (2-2) et sa jaquette dans la taie de son oreiller au Gran Hotel Nacional : catastrophe!!! Par chance, nous repassons par David le lendemain, en espérant que la femme de chambre ne pense pas que c'est un cadeau....Mamie accepte de remplacer l'ours en peluche pour une nuit!
 

 

À la 168ième journée, nous retournons donc au Gran Hotel et c'est avec soulagement ( le mot est faible!) que nous assistons aux retrouvailles entre Léa et 2-2!! Ensuite direction Santiago. Encore une fois, nous magasinons des hôtels qui sont tous en constructions. Arrivés au Gran David, nous voyons une affiche à côté de la caisse; 50% pour les 62 ans et plus....ce qui sera le cas de Marielle dans un mois....après avoir amadouer la réceptionniste, nous réussissons à leur réserver la grande suite, qui donne sur la piscine pour la moitié du prix! Nous passons donc la journée à se baigner puis en fin d'après-midi nous nous écrasons dans les lits gigantesques pour écouter Frère Claus en espagnol sur l'écran géant!

 

 

 

Le lendemain matin, nous déjeunons tous dans le Staubus puis l'on part à Pedasi. Arrivé à la playa El Arenal, nous retrouvons avec joie nos amis Basques, Christian, Béa, les enfants et Maïka leur chienne! Après avoir dîner sur la plage, l'on retourne dans la ville afin de trouver un endroit où dormir pour nos mamans....après plusieurs malentendus, nous concluons finalement au Bed and Breakfast Casita  Margarita. Les enfants sont un peu déçus, cette fois il n'y a pas d'espaces pour eux dans la chambre, mais l'endroit est magnifique, tranquille et accueillant.
Ensuite, on rejoint les Basques au parc central afin de prendre l'apéro tous ensemble et de se raconter nos dernières péripéties depuis que l'on s'est laissé au Guatémala.

 

 

 

En soirée, nous partons souper au Smiley et Zack est bien heureux d'y manger des côtes levées, l'un de ses repas préféré! Ensuite nous allons reconduire nos mamans à leur chambre et nous allons nous stationner au parc avec nos amis, pour la nuit.
 

 

Jour 170, nous partons rejoindre les grand-mères à leur Bed and Breakfast, Sylvie nous paie le déjeuner ( tout au long de leur séjour, nous avons eu la gentillesse de les laisser s'obstiner à savoir qui paierait le repas....comme nous sommes galants, nous ne voulions pas nous en mêler, alors un repas c'était l'une, ensuite l'autre!), puis, après avoir pris chacun une douche, nous sommes partis en direction de la playa Venado. Marie-Jo avait lu dans un de ces guides, qu'un hôtel, de type ''resort'', avait un accès public à la plage et qu'il n'en coûtait pas trop pour y souper et y dormir. Après avoir tourner en rond et croiser des arbres remplis de singes hurleurs ( appelle-t-on cela un singier?), nous n'arrivons pas à trouver le dit complexe hôtelier....on s'arrête donc à un autre resort, qui a un nom similaire et qui lui aussi offre un accès public pour les surfer, par contre il est vraiment hors de prix! L'endroit est très luxueux et superbe, mais nous ne sommes pas du tout la clientèle visée! Par contre l'on décide de profiter de la plage tout de même un peu.....on se rend vite compte qu'une plage de surfeur n'est pas du tout appropriée pour les baigneurs! Chacun notre tour les vagues nous font faire des culbutes et l'on atterri fort disgracieusement dans les coquillages et le sable!! Bref, nous ne nous sommes pas baigné très longtemps et l'on a du prendre 3 douches chacun pour réussir à vider le sable de nos maillots et de notre fond de tête!!!

 

 

 

Nous sommes donc retourné à la Casita Margarita en souhaitant qu'il reste une chambre pour les grand-mamans. Fiou, il en reste une! Après avoir reprit une douche (foutu sable!), le proprio nous accueille sur la terrasse au bar avec le drink favori de sa femme : Rhum Tonic. Étant de grands amateurs de Gin Tonic et n'étant plus capable de supporter le Cuba Libre, nous fûmes très heureux de découvrir une nouvelle façon de boire notre rhum! Nous avons tous passé un bon moment avec les propriétaires, un couple d'Américains à la retraite fort sympathique. Le monsieur ressemble à un personnage de dessin animé, tant physiquement que mentalement! Après avoir bien rit, sa femme nous suggère un excellent restaurant à distance de marche, l'Isla Iguna, où l'on y sert de l'excellent poisson. Cette fois, pour ne pas faire de chicane, c'est Marielle qui nous paie la traite! Ensuite nous allons reconduire les grand-mères à la Casa et nous partons rejoindre les Basques, encore une fois au parc central, qui est wifi comme c'est souvent le cas depuis le Mexique.

 

 

 

Au jour 171, nous faisons nos adieux à nos amis Basques, qui sait, peut-être se reverrons nous dans un autre pays en remontant, puisqu'eux aussi ont pris la décision de ne pas traverser en Amérique du Sud. Quant à nous, nous partons à Panama City. Il ne reste que 3 jours à passer avec Grand-Maman Sylvie et Mamie Marielle, alors nous décidons de ne pas les passer à se chercher des endroits pour dormir. La solution la plus simple est donc d'aller au Country Inn And Suites. Bien que ce soit légèrement plus dispendieux qu'ailleurs, cela évite bien des complications de tournage en rond  dans la grande capitale et en plus, la plupart des autres hôtels n'offrent pas de stationnement assez grands pour le Staubus. C'est donc en fin d'après-midi que nous arrivons à cet hôtel qui est, vous l'aurez deviné, en construction! Après avoir profitez de la piscine, on part downtown se trouver un resto pour le souper. Selon notre GPS, tout près de l'hôtel, il y en a plusieurs.....malheureusement, ce n'est pas vrai et en plus au moment ou nous prenons la décision de souper à notre hôtel, nous sommes incapable de regagner le chemin à cause de travaux....Nous sommes à Panama City, dans un bidonville, il fait noir et nous sommes en plein heure de pointe pris dans le trafic! Tout à coup, nous entendons des bruits à l'arrière de l'autobus : Quelqu'un est en train de grimper sur le toit par l'échelle arrière!!! Sylvie ne fait ni une ni deux et elle se met à cogner dans la fenêtre et sur le toit en lui criant après!!! Marie-Jo panique un peu quand elle voit un jeune homme s'approcher avec un manche à balais en bois, mais finalement, il s'éloigne en même temps que l'intrus! Quant à Zackary, il a bien hâte que l'on soit arriver à l'hôtel pour vérifier qu'il ne s'est pas fait voler son ballon de soccer! Ouf!!!! Morale de l'histoire, ne pas aller se planter dans le trafic dans un bidon ville une fois la nuit tombée! Une fois de retour au Country Inn nous passons une commande au resto de l'hôtel, thank's God is Friday, puis attendons sagement dans la chambre de l'hôtel afin d'y manger bien tranquillement. Une fois bien repus, les enfants s'installent avec leurs grand-mères pour la nuit tandis que Simon et Marie-Joëlle partent faire une petite baignade avant de regagner le Staubus.

 

 

 

Le lendemain matin, Simon et Marie-Jo se sentent un brin délinquant. Au prix que les mamans paient leur chambre, on se dit que l'on peut bien nous aussi profiter du buffet déjeuner. Après tout, cet hôtel est une immense chaîne Américaine et ils jettent des quantités phénoménales de nourritures à chaque repas. Et puis si jamais ils nous interpellent, on se dit qu'on aura qu'à payer la valeur de notre déjeuner. Finalement, nous nous sommes inquiété pour rien, personne ne nous as demandé quoi que ce soit et l'on s'est gaver comme des porcs!
 

 

Ensuite nous sommes partis au Mercado de Artesanias afin que les grands-mamans puissent faire le plein de souvenirs. Après l'avoir chercher pendant une quinzaine de minute puisqu'il a déménagé, c'est finalement à l'Amadore, la marina pour riche Américains qu'il est relocalisé.  Après leur magasinage, nous allons à une petite pizzeria pour dîner et se faire payer la traite encore une fois! Ensuite nous retournons à l'hôtel se baigner, profiter de la chambre, écouter la télé en espagnol....on soupe tous ensemble dans le Staubus et puis ensuite, une fois les Grand-mamans et les enfants couchés, Simon et Marie-Joëlle partent faire une marche en amoureux sur le bord du Canal et une dernière baignade avant de dormir.
 

 


Jour 173, Simon et Marie-Jo teste si la technique ''nous sommes clients, on vient déjeuner'' fonctionne toujours, au grand plaisir de notre bedon et de notre porte-feuille, puis l'on passe un matin relax à mettre des photos en lignes et à se baigner. Après le dîner, nous partons visiter le musé Miraflores aux écluses du Canal du Panama. Nous y passons une bonne partie de l'après-midi, le musé compte 3 étages et en plus des expositions, on y visionne un film 3D qui relate les grande ligne de l'histoire du Canal ainsi que ses plans futurs puisque les Panaméens sont entrain d'en construire 2 nouveaux afin de suffire à la demande.
 

 

 

Au retour, malgré que l'on ne soit que le 16 décembre, on s’organise une soirée de Noël. Après tout, nos mamans partent le lendemain. Marie-Jo prépare des Brownies dans le Staubus que l'on accompagnera de crème glacée, on met une bouteille de mousseux et une de vin rouge au frais et l'on passe une commande au resto de l'hôtel. Ensuite on regarde des films de Noël, on déballe des cadeaux.....un Noël tropical! Simon et M-J termine le tout dans la piscine encore une fois avant d'aller faire dodo dans le Staubus qui sent bon la pâtisserie!
 

 

Le lendemain matin, c'est déjà, malheureusement, le temps d'aller reconduire nos mamans à l'aéroport. 2 semaines c'est si vite passé! Le cœur gros nous nous disons au revoir même si  l'on sait que les 6 prochains mois passerons vite....c'est toujours déchirant les adieux et l'on doit tellement en faire dans ce type de voyage. Mais nous nous consolons en se disant que notre ami Sébastien, chez qui nous étions arrêté au tout début de notre voyage, à Calgary, arrive dans 3 jours!
 

 

C'est ainsi que nos aventures avec les grand-mamans se terminent....nous avons bien hâte de les revoir et de faire d'autres voyages avec elles! Au court de ces 2 semaines nous avons pu connaître d'autres facettes de nos mamans et les enfants ont rempli leur têtes de beaux souvenirs qu'ils chériront toute leur vie.
 







 

  • Total posts(30)
  • Total comments(24)

Forgot your password?