Costa Rica... prise 2 !

Voyez l'épisode 15 et 16 sur notre chaine YouTube
..................................................................................

 

..................................................................................

À la 195ième journée de notre voyage, nous revenons au Costa Rica ( encore une fois!). Cette fois, nous attaquons la partie caribéenne, que nous n'avons pas pris le temps d'explorer en décembre. Nous allons donc à Puerto Viejo, à la playa Cocles, qui nous avait un peu déplu en 2007. 

Il faut préciser qu'à l'époque, lors de notre passage, il venait tout juste d'y avoir une tempête, les plages étaient sales et notre hôtel était situé tout juste à côté d'une boîte de nuit. Cette fois, nous allons au Caribe Town, un hôtel tenu par une Torontoise et son copain Italien. L'endroit est superbe et, pour 15$, nous pouvons y stationner le Staubus, utiliser la cuisine ainsi que la toilette et la douche extérieure.

Comble de bonheur, nous avons aussi accès à la piscine qui est l'une des plus belle que nous ayons vu jusqu'à présent. Creusée, elle est moulée en béton. Un long banc la longe d'un côté et de l'autre et des tabourets donnent sur le bar. De plus, elle possède des jets, non fonctionnels au moment de notre passage, tel un bain tourbillon.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 196, nous disons au revoir à nos nouveaux amis puis l'on se dirige vers Cahuita. Sur place, on arrête au village saluer Julie Soudre, une amie du secondaire de Simon qui demeure au Costa Rica depuis 18 ans. Elle y a tenu pendant plusieurs années le restaurant Cha-cha-cha. En la quittant, elle nous conseille le camping Maria, tenu par une Tica. L'endroit est magnifique, à côté de la playa negra, avec une piscine naturelle, creusé dans la pierre. Au moment de notre passage, Maria n'a aucun client mais plusieurs membres de sa famille y sont en visite. Nous passons un moment à jaser avec l'une de ses nièces qui a apprit le français à l'école et profite de cette occasion pour le pratiquer. Après le dîner, nous allons avec cette famille se baigner à la plage. En soirée, nous partons au restaurant Miss Edith où nous dégustons un repas créole plus ou moins épicés, délicieux, mais un peu cher.

Le lendemain, on quitte la côte pour se diriger vers les montagnes. Nous arrivons à Zarcero et faisons un arrêt sur le bord de la route pour acheter des spécialités locales dont le fameux fromage Palmito, qui s'apparente un peu au fromage en grain québécois, tout en ayant la forme d'une pelote de laine. Après avoir fait le tour du village pour se trouver un endroit où se stationner pour la nuit, on voit une affiche qui annonce un stationnement à l'Iglesia de San Rafael, située au centre du village. Après que l'ébéniste est demandé la permission au Père, nous nous installons pour la nuit. Tout juste avant que l'église ne ferme, nous avons la possibilité de la visiter. Bâtie en 1895, elle vient à peine d'être rénovée, elle est magnifique avec ses peintures et sculptures.

Puisque Léa était malade depuis le jour de l'an, elle n'avait toujours pas eu la chance de manger son gâteau de fête. C'est donc ce soir là que l'on dévore un Très Leche, une spécialité d'Amérique Centrale; un gâteau qui baigne dans un mélange de trois laits; lait régulier, lait évaporé et lait condensé-sucré. Après s'être régalé de ce dessert, nous sortons les sacs de couchages et les pyjamas chauds pour la nuit, situé en montagne, les nuits sont très fraîches et ce, pour notre plus grand bonheur!
 

Au matin, nous visitons le parc Francisco Alvarado qui est juste à côté de l'Église. En 1960, le jardinier Evangelisto Blanco à taillé les cèdres en formes plus ou moins abstraites. Depuis, le site est devenu un jardin topiaire, avec des arbustes en forme d'animaux, de personnages ou simplement des formes étranges!

Nous reprenons ensuite la route en direction d'Esterillo Este où nous avons hâte de saluer Christine et Heiner qui nous avaient si bien accueilli lors de notre passage avec nos mamans. Simon est un peu hésitant à passer les voir puisqu'il se dit qu'en plein mois de janvier, l'hôtel de Christine doit être plein à craquer et il ne veut surtout pas déranger. Pour sa part, Marie-Jo se dit qu'à l'inverse, nous devons absolument arrêter au moins les saluer, et que nos amis nous en voudraient si l'on passait au Costa sans aller chez eux!

 

En chemin, on arête à Jaco, sur un pont sous lequel vivent une colonie de crocodiles. Une trentaine se prélassent au soleil cette journée là!

Ensuite, on arrive au BleuAzul où l'on est reçu, encore une fois, comme des rois! C'est si bon de se sentir à la maison! D'ailleurs, Christine est officiellement devenue notre ''maman Cricri'' d'adoption! Puisqu'elle a des clients, comme nous l'avions pensé, nous partons nous installer chez Heiner. Étant gardien de la maison d'un riche américain, il a lui même une maison sur le même terrain. Il nous accueille à bras ouvert chez lui, nous donne le choix de camper dans sa cour ou encore de dormir dans sa maison. Nous avons accès à de l'eau potable, l'électricité, sa cuisine, 2 toilettes, une douche extérieure, une piscine et une magnifique plage! Le bonheur! Et puis ce fut si beau de voir les retrouvailles entre lui et Zack, dans la mer jusqu'à la taille, puisqu'il pêchait au moment de notre arrivée! Cette image restera gravée à jamais dans notre tête ainsi que dans celle de Christine.

 

Après s'être installé, nous partons rejoindre Christine et nous soupons tous ensemble sous son rancho et rencontrons par le fait même, Jacinthe et Marcel, un couple charmant originaire de Joliette.

En jasant, nous expliquons à Christine et Heiner que nous ne voulons pas les déranger pendant la haute saison, mais que nous tenions à les saluer tout de même. Nous pension donc passer 2-3 jours et reprendre la route....c'était sans compter l'hospitalité de ces 2 êtres au cœur si grand....Christine nous menaçe de crever nos pneus si nous ne passons pas au moins 2 semaines chez elle et chez Heiner! Nous avons donc conclu de vivre au jour le jour mais de bien profiter du temps passé avec nos ''parents du sud''!

Jour 199, nous nous offrons la première d'une longue série de journées tranquilles! Au déjeuner, Heiner nous fait découvrir le Pan Casero. C'est comme une pizza pochette de luxe, garnie de sauce à spaghetti à la viande, un peu épicée.

 

En avant-midi, nous profitons des piscines ( celle d'Heiner et celle de Christine), de la plage et observons les Aras rouges qui déjeunent dans les amandiers. Au dîner, nous avons droit aux crêpes de Christine et a un délicieux cappuccino. Ensuite nous ''skypons'' notre famille et quelques amis, on sort les planches de boogy-surf puis partons à Parrita, le village voisin, acheter avec Heiner ce qui manque pour le souper qui sera encore une fois un festin : Ceviche à la Tica de Christine et rouleaux de printemps de Marie-Jo! Heiner est bien surprit par la forme et surtout la texture des rouleaux!

Après le souper, nous faisons un feu sur la plage, au grand bonheur des enfants qui ont passé des heures à ramasser le bois de grèves. Quelques clients se joignent à nous puis nous regagnons le Staubus.

Le 12 janvier, nous en sommes rendu à notre 200ième jour sur la route! Comme le temps file, plus de la moitié du chemin de fait, déjà!

Au matin, nous nous installons sous le rancho du BleuAzul afin d'y faire l'école, de travailler sur le blogue et sur les capsules vidéo. Tout juste avant, nous avons la chance d’apercevoir un paresseux qui a élu domicile dans les cocotiers et les amandiers chez Heiner!

En après-midi, nous nous baignons, ressortons les planches et avons l'ultime chance de surfer avec d'immenses raies, inoffensives! C'est tout simplement magique d'être dans la vague et d'avoir 5 raies qui planent à nos côtés!!!

 

C'est donc ainsi que s’échelonnent les jours suivants; le matin les enfants font l'école, pendant ce temps Marie-Joëlle travaille sur le blog, les photos et les articles, tandis que Simon travaille sur ses vidéos. Au dîner, nous mangeons soit chez Heiner ou encore sous le rancho ce Christine. Ensuite, nous nous baignons tant dans la mer que dans la piscine. Nous surfons, Zack pêche, nous partons au village acheter ce qui manque pour que nous soupions tous ensemble. Marcel et Jacinthe se joignent à nous jusqu'à ce que chacun regagne son chez-soi pour la nuit! Une belle routine s'installe et il nous fait du bien de demeurer au même endroit si longtemps.

 

Jour 204, au moment de leur départ, Marcel et Jacinthe nous offrent une commandites surprise : 180$ afin d'offrir du Diesel au Staubus! Nous profitons de ce blog pour les remercier, encore une fois, ainsi que leur entreprise : Techno Diesel inc, de Joliette.

 

Puis, puisque tous les studios se sont vidés d'un coup et qu'il n'y a plus de clients dans l'hôtel, Christine nous fait elle aussi un beau cadeau : 2 studio pour la familia! Simon, Marie-Jo et Léa dans l'un, puis un autre pour Zackary tout seul afin qu'il est un congé de sa sœur et de ses parents!

 

En fin de journée un orage digne d'une tempête tropicale, débute et ce pour toute la soirée! La fraîcheur s'installe et nous soupons dans l'appartement que nos mamans avaient occupées en décembre. Au menu; du poulet BBQ, salade de choux et frites maisons! Menoum!!!

 

C'est donc dans un vrai lit que nous passons tous la nuit dans les magnifiques studio du BleuAzul!

 

Jour 205, Via Skype, Simon réussi, sans trop de difficultés à convaincre nos amis, Éric Faucher et Mariève Côté à venir nous visiter....le 23, soit 5 jours plus tard!

 

Le lendemain, nous rencontrons le fils, la belle-fille et la petite fille d'Heiner. Nous soupons tous ensemble et Heiner nous fait sa succulente soupe au poisson-coco, que Christine nous vente depuis le mois de décembre et ce, avec raison! C'est du pur bonheur en bouche!

 

Le lendemain, des clients arrivent à l'improviste et l'hôtel se rempli d'un coup! Nous nous réinstallons donc chez Heiner et nous passons la journée à faire du Ménage; Marie-Jo dans le Staubus et Simon dans le studio! Puis nous soupons tous chez Heiner avec sa famille et Christine....la soirée s'étire jusqu'aux petites heures!

 

20 Janvier, jour 208, c'est l'anniversaire de Simon et nous célébrons ces 37 ans! On s'offre une journée relax puisque l'on s'est couché tard. Nous nous baignons, faisons la siesta, Simon et Léa érigent un gros château de sable.....et pour le souper Marie-Jo a confectionné un festin! Du gravlax de saumon maison, des steaks de thon teryiaki et sésame et du risotto à la noix de coco. Christine à amener ses fèves vertes aux amandes et pour le dessert nous avons droit au désormais traditionnel gâteau Très Leche!

Les 2 jours suivants, nous nous préparons à l'arrivée des Faucher! Nous amenons le Staubus au garage dans l'espoir de se faire poser une nouvelle jante sur notre roue de secours et se faire souder la charpente qui a un peu forcé tout au long des 34 000km de routes plus ou moins belles! Finalement, ni l'un ni l'autre ne sera être effectué, selon le garagiste du Costa et notre mécanicien personnel, Mécanique Luc Gareau, la charpente à l'air plus abîmée qu'elle ne l'est réellement, donc nous n'avons pas à nous inquiéter plus qu'il ne le faut. Quant à la roue, nous devrons repasser la semaine prochaine.

C'est donc au jour 211, le 23 janvier que nos amis arrivent! Nous sommes si excités, surtout que ce voyage s'est organisé à la toute dernière minute! Nous partons donc à San Jose afin de les accueillir à l'aéroport.

Alors que l'on observe chaque passager dans l'espoir de voir nos amis, nous avons eu une belle surprise : Jean Leloup, sa guitare et sa choriste ( à peu près dans cet ordre) passent sous nos yeux; ils ont fait le voyage avec nos amis! Finalement, on aperçoit nos amis et l'on se jette tous dans les bras l'un de l'autre! Un coup le drink de bienvenue débouché, une canette de cuba libre, nous reprenons la route vers l'hôtel que nous leur avons réservé, le Flor D'Esterillo, situé pas très loin de chez Christine. En chemin, nous arrêtons à Jaco, afin d'y manger une pizza, il est passé 20hrs et nous sommes tous affamés! Arrivé chez nous, nous couchons les enfants dans le Staubus et allons rejoindre nos amis à leur hôtel où nous restons dans la piscine jusqu'à 3hre du matin! Encore une fois, nous tenons à nous excuser au près des autres clients de l'hôtel, mais ça faisait 7 mois que l'on ne s'était pas vu et cela faisait plus de 4 ans que nos amis n'étaient pas venus dans le sud, ce qui nous excuse un peu....

Le lendemain, on s'installe chez Heiner pour y déjeuner, se baigner et dîner. En après-midi, on sort les boogie-board et l'on initie nos amis au surf! En fin d'après-midi, on va s'installer chez nos amis et l'on se concocte une sauce à spaghetti au saucisses épicées. Léa est si bien installée avec Aryane dans le lit simple qu'on la laisse là pour la nuit ( au grand bonheur de Zack!)

 

À la 213ième journée, 2 autos arrivent chez Heiner afin de passer la journée dans la maison du proprio et sur la terrasse. Nous apprenons que ces 2 familles ( une dizaine de personnes) sont des amis de celui qui est en charge de la maison ( bref un ami de l'ami du proprio!). Nous préférons donc se sauver chez les Faucher et y passer la journée. En soirée, on va rejoindre Christine et Heiner chez lui où l'on se fait un bbq sur le charbon tout le monde ensemble. Vers minuit, un autre fils d'Heiner arrive avec 2 de ses amis. Nous passons donc une partie de la nuit dans la piscine encore une fois!

Le samedi, nous faisons un peu d'école puisque les enfants sont en pédagogique depuis l'arrivée de nos amis. Ensuite l'on va rejoindre les Faucher-Côté pour un pique-nique face à la plage et un après-midi tranquille à se baigner. En soirée, on s'installe sur le sable pour observer la pleine lune. Nous repartons ensuite en amoureux pour une dernière saucette dans la piscine chez Heiner avant le dodo.

 

Jour 215, on laisse notre linge sale chez Maman Cri-Cri ainsi que Zack qui aide Heiner à jardiner, puis l'on part en direction de Jaco pour aller au super-mercado, à la fruiterie et à la boucherie. On revient en après-midi pour se baigner et souper chez Heiner avec Christine. En fin de soirée, elle offre à Zack de venir dormir chez elle, afin de s'offrir une pause de ses parents et de sa sœur! Il a donc une chambre pour lui tout seul, qu'il partage finalement avec Azuro, le labrador de Christine. Il y dort jusqu'à 10h30 le lendemain! Lui qui se réveille habituellement vers 6 heures!

 

Le lendemain, nous vidons l'autobus de l'essentiel puisqu'il s'en va passer la journée au garage afin d'y ajouter une nouvelle boîte pour la batterie et envoyer notre jante en ville.

 

Pendant ce temps Marie-Jo fait faire l'école aux enfants tout en terminant la chronique pour le journal. Ensuite nous passons l'après-midi à se baigner, encore une fois, et Marie-Jo et Mariève s'adonne à leur vice : une partie de scrabble! En fin de soirée, après un souper hamburger et de légumes grillés, nous nous couchons tous très tôt.

 

C'est au jour 219, que nous décidons que ça suffit la vie de pacha à profiter des piscines et de la plage, nous partons en expédition au Parc Manuel Antonio. Nous y apercevons plusieurs singes hurleurs et des capucins à face blanche avant même d'avoir débuter notre randonnée dans le sentier de la cathédrale. Après un pique-nique où il nous fallut se protéger des ratons-voleurs, les filles se sont baignées dans la mer puis nous reprenons la route vers le Staubus. En chemin, Léa n'est pas du monde, alors nous décidons de souper chacun chez soi afin de réintégrer une certaine routine et de lui permettre de se reposer.

 

Jour 220, nous partons souper chez une bonne amie à Mariève , Fannie Doré, qui, par pur hasard, se trouve à 20 minutes de chez nous en même temps qu'eux! Fannie demeure dans une maison avec son chum et leur fille ainsi que ces parents qui ont loué la demeure pour 3 mois. Quant à eux, ils y sont pour une semaine. Nous y passons une magnifique soirée où les discussions sur le thème du voyage sont à l'honneur. Les parents de Fannie ont toujours voyagé, avec ou sans leurs enfants. Tandis que Fannie et son chum, Pierre-André, ont fait le même itinéraire que nous en automobile il y a quelques années.

 

Le lendemain, 1 février, c'est le dixième anniversaire de rencontre d'Éric et de Mariève. Après avoir fait l'école, travaillé sur les photos et les vidéos en matinée, nous partons faire des commissions à Parita. Fruiterie, épicerie, quincaillerie, garage et poissonnerie, nous faisons le tour du village!

 

En soirée, nous dégustons un festin sous le rancho, chez les Faucher avec leur voisin; Pat, un Québécois qui vient dans cette région du Costa depuis une vingtaine d'année, avec son père. Sa copine viendra le rejoindre d'ici quelque jour jusqu'à la fin de son séjour. Nous passons une agréable soirée avec lui et en apprenons un peu plus sur son métier; policier à Montréal.

 

Jour 222, nous sommes tranquilles et passons la journée à faire de la piscine, Simon fait un peu de mécanique, les 2 Marie jouent au scrabble, nous assistons à notre quotidien couché de soleil sur la plage puis nous nous couchons tous très tôt.

Au matin, nous partons en expédition au Rain Maker, près de Jaco, marcher dans les sentiers dans la jungle et traverser des ponts suspendus. Alors que nous regardions leur site, la veille, nous avions bien rit d'y lire : construit selon les standards américains de sécurité. Arrivés sur place, nous avons vite compris qu'il s'agissait des standards d'il y a plusieurs années! Les ponts étaient très branlants, les filets de sécurités, séchés par le soleil, étaient tous déchirés et ne servaient plus à grand chose... bref, la vraie vie en jungle! Sans compter les sons que l'on entendait et les insectes, reptiles et amphibiens que nous avons eu la ''chance'' d'apercevoir....ce n'est pas pour rien qu'ils nous ont fait signer une décharge à l'arrivée et que nous avons croisé une famille qui avait rebroussé chemin car leurs enfants ne suivaient pas la route!

Au premier pont suspendu, nous avons failli revirer de bord nous aussi! Non pas par crainte de traverser le pont, mais bien car nous avons eu peur, nous devons l'admettre, d'une armée de fourmis! Oui, oui! Elles faisaient le guet aux marches du pont et tout le long de la main couante Vous devez vous dire qu'il faut plus que des fourmis pour faire reculer de braves aventuriers tels que nous, mais quand les dites fourmis sont noires guerrières et ont un derrière jaune, mais surtout qu'elles suivent de la tête, de l'abdomen et, surtout, des mandibules, chacun de nos mouvements.....mais bon, nous voulions une expérience hors des sentiers battus, alors nous nous devions d'au moins traverser un pont! L'autre bord du pont, nous apercevons des grenouilles noires et vertes fluo! Vite on sort les caméras!!! Les enfants sont un peu lassent d'attendre les photographes et les cameramans ( Mariève et Simon) alors Marie-Jo prend de l'avance avec eux....jusqu'à ce qu'elle entend : ''Maman! Un serpent!!!'' Comme elle croit qu'il est au sol, elle manque de s’accoter sur un arbre pour chercher le dit serpent qui est finalement sur l'arbre en mode plus que camouflage! Comble de chance, c'est un fer de lance, un serpent extrêmement venimeux plus il est petit et qui a tendance à se jeter sur ces proies pour les mordre et les laisser tomber dans le coma....

Par chance, le reste de la promenade fut un peu plus tranquille, de nombreux papillons, dont le morpho Azul, des libellules tout droit sorti d'un film d'animation, des lézard, salamandres et gecko....bref, des espèces presque banales! Au milieu de notre expédition, nous nous offrons une pause baignade en eau glacée avant de poursuivre notre chemin jusqu'à l'accueil.... En résumé, ce fut une matinée haute en couleur et forte en émotion!

De retour à l'hôtel des Faucher, nous prenons l'apéro avec Fannie et P-A en fin d'après-midi, soupons sous leur rancho et jouons aux cartes avec un couple voisin qui vient de Montréal, Jean-Guy et Hallah.

 

Jour 224, nous partons à Jaco rejoindre P-A et Fannie afin de dîner avec eux au Fish Taco, un coup de cœur gastronomique! Un bar à tacos, et un bar à salade à un coût très raisonnable. La fraîcheur des aliments est exceptionnelle et l'éventail de choix est alléchant! Ensuite, sur le chemin du retour, nous présentons au Faucher nos ''amis'' les crocos qui vivent au pont à Jaco! Cette fois, ils sont encore plus nombreux à se prélasser au soleil et nous passons plusieurs minutes à les observer et les photographier.

Au lendemain, c'est déjà l'avant dernier jour de vacances de nos amis. Nous en profitons pour faire du ménage chacun de notre côté puisque ce sera le moment du départ pour nous aussi. Nous irons les reconduire à l'aéroport le lendemain et ensuite nous reprendrons la route après presque un mois d'arrêt.

 

Après le ménage, Mariève vient nous rejoindre chez Christine afin de nous offrir, en tant que photographe officielle d'Exploraventure, un shooting photo dans la cour du Bleu Azul et sur la plage....encore une fois, cette photos sont superbes! Elle sait capter la beauté en chacun de ses sujets et immortaliser les parcelles de bonheur du quotidien!

Le soir, alors que les Faucher-Côté soupent avec Pat à leur hôtel, nous soupons pour une dernière fois avec nos chers Heiner et Christine, bien que nous ayons du plaisir, nous avons tous le cœur lourd de savoir que demain nous nous dirons au revoir....mais tout de même, nous avons droit à un ultime festin de rois : La Ceviche de Christine et le cœur de palmier d'Heiner!

En plus, à la fin du repas, ils nous font cadeau du restant de palmier afin que moi et Zack en cuisinions une dernière fois en pensant à eux!

Jour 226, nous partons prendre nos dernières vagues en boogy board, nous mangeons pour une dernière fois un gallo Pinto a la Heiner, puis allons verser quelques larmes sur l'épaule de notre maman CriCri!

Ensuite l'on dit au revoir à tous les clients du Flor D'esterillo et nous partons pour San Jose reconduire nos amis à l’aéroport...encore des larmes aux yeux, mais au moins l'on sait que l'on se reverra très bientôt!

Alors que nous reprenons la route, ça nous fait vraiment drôle de se retrouver en famille sans endroit précis où aller. C'est la première fois que l'on s'arrête si longtemps et c'est comme si nous étions un peu ankylosés!

 

Nous décidons de retourner où nous étions au début du mois, dans la fraîcheur des montagnes de Zarcero. Nous arrivons au moment même où Oswaldo s'apprête à fermer le stationnement d'église! C'est avec joie qu'il nous ré-accueille chez lui et nous passons une excellente nuit au frais sous une couverte!

Jour 227, nous reprenons la route vers Los Chiles. Heiner nous a parlé d'endroits magnifiques à visiter dans ce coin et puis nous aimons l'idée d'emprunter une nouvelle frontière. Nous arrêtons acheter du palmita ( le fromage local) ainsi que du bon miel frais. Alors que nous arrêtons dans un garage afin de faire vérifier un frein qui fait du bruit, le garagiste nous informe qu'il est impossible de traverser à Los Chiles. Seulement les camions d'oranges ont accès à cette frontière! Par chance, il n'est pas trop tard pour rebrousser chemin et nous retournons donc où nous nous étions promis de ne plus revenir : Arenal. Comme elle nous l'a prouvé mainte fois lors de ce voyage, la vie est bien faite! Figurez-vous que pour la première fois, nous avons eu la chance de voir le fameux volcan et en plus il était en éruption!!! Comme quoi ce n'est pas pour rien que nous devions repasser par cet endroit! Nous avons donc dîner du restant de gallo pinto d'Heiner à La Fortuna puis avons longer le volcan ainsi que le lago Arenal. En chemin, nous avons aperçus un coatzi qui traversait la route!

En fin d'après-midi, nous nous sommes arrêté à une station-service près de Liberia et nous nous sommes installés pour la nuit. Léa s'est fait offrir une mangue par des cueilleuses et nous nous sommes promis de se faire des provisions au matin avant de repartir!

C'est donc après avoir fait le plein d'une douzaine de mangues, de Diesel et de propane que nous reprenons la route. Après un arrêt dans un stationnement de Mcdo afin de prendre nos messages, le même où nous étions arrêter en décembre, nous reprenons la route jusqu'à Bahia de Salinas à la playa Soley. Sur place, il y a un poste de police frontalier, directement sur la plage, où nous avons le droit de camper. Nous y observons de nombreux geais gris qui ont vite trouver notre cachette de mangues ainsi qu'un couple d'inséparables. Nous passons un après-midi relaxe dans le Staubus à mettre à jour nos textes, vidéo, photos, à écouter des films et même à jouer une partie de scrabble. Nous nous couchons tôt car le lendemain nous avons des douanes à traverser.

Jour 229, on se réveille au lever du soleil avec plein de pélicans qui déjeunent au sardines dans la baie. Nous arrivons aux douanes du Costa Rica à 8h15 et en ressortons à 9h15. Ensuite, nous faisons les démarches pour entrer au Nicaragua et réussissons à pénétrer dans le pays à 10h50....ce qui n'est pas si mal!

Après avoir fait un arrêt à l'épicerie nous nous dirigeons vers la Casa Del Titito....nous avons bien hâte de revoir notre ami et aussi d'y rencontrer sa conjointe, Denise qui n'était pas arrivée lors de notre passage en novembre....ne manquez pas notre prochain blogue afin de connaître toutes, ou presque, les péripéties que nous vivrons dans ce cher pays qui deviendra notre terre d'adoption!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Panama, deuxième partie avec notre ami C-Bass!

 

Visionnez notre plus récent épisode...

.................................................................................................................................

..................................................................................................................................

174ième journée, alors que nous sommes un peu triste du départ des grand-mamans, nous partons à la recherche d'un bivouac intéressant, ce qui n'est pas évident dans une grosse ville! Finalement, nous allons au centre d'achat Albrook Mall,  un mall plus gros que tout ce que nous avons au Québec, afin d'y faire l'épicerie et nous nous installons au fond du stationnement, après avoir donner un pourboire et un jus à l'un des vigiles. Nous y soupons en écoutant l'Ère de glace 4 puis une fois les enfants couchés, les parents s'installent chacun à l'ordinateur, l'un pour travailler sur ses vidéo, l'autre à rédiger une chronique pour le journal.

Jour 175, c'est déjà la veille de l'arrivée de Sébas. Nous passons donc une bonne partie de la journée à lui trouver un hôtel pour sa première nuit. Nous aimerions lui trouver un endroit pas trop cher, avec une piscine et où l'on pourrait se stationner.....chose pas trop facile dans cette grande ville! À Panama City, la classe moyenne n'a pas sa place. Ici, il n'y a que des gens très très riches ou des gens très très pauvre. En plus la ville au complet est en travaux, donc plusieurs rues sont fermées et lorsqu'elles ne le sont pas, c'est l'hôtel qui est en travaux et, ou le stationnement....bref, nous avons chercher en vain l'hôtel idéal, pour finalement  lui réserver un hôtel ''correct'' qui répond à 2 de nos 3 critères; il n'est pas cher et l'on peut s'y stationner.

 

 

Ensuite nous partons au Balboa Yacht Club. Un port situé juste à côté du Country Inn où nos mamans avaient dormi. À cet endroit, nous pouvons nous stationner dans la rue sans problème, nous captons un signal Wifi, nous pouvons laver et sécher notre linge à un prix dérisoire et, comble de bonheur, nous avons accès à une douche gratuitement! Marie à bien aimé l'ambiance en sortant toute propre de la salle de bain avec une serviette sur la tête d'arriver face à face avec les marins qui  jouaient ( et gageaient) aux dominos en buvant allègrement de l'alcool! Avec tous ces chats couchés partout, il ne manquait que Jack Sparrow pour compléter le tableau!


C'est à la 176ième journée que Sébas arrive!!! Tout de suite après le dîner nous partons l'attendre à l'aéroport qui est un peu désorganisé; il y a 2 sortis pour les gens du même vol....par chance l'on s'e rend compte et l'on se sépare afin d'être sûr de ne pas le manqué! Finalement, il arrive par la 2ième sortie, on se sert dans nos bras, on est vraiment content de l'accueillir à notre tour! Malgré sa fatigue ( il est parti de l'Alberta, en passant par l'Ontario avant d'arriver au Panama, il a bien hâte de festoyer avec nous! On part à son hôtel porter ses bagages et boire l'apéro, ensuite on sort marcher dans les rues afin de se trouver un endroit où souper. Après avoir mangé, on couche les enfants et l'on s'installe autour d'une bouteille pour se raconter tous ce qui s'est passé depuis juillet!!!

 

 

Au lendemain matin, nous avons tous très chaud dans l'humidité de la ville et nous n'avons tous qu'une envie; être à la plage! Direction Punta Chame, une pointe de sable semi-déserte. On fait le plein de bouffe, d'eau et d'alcool puis l'on part s'installer en camping sauvage pour 2-3 jours. L'endroit est magnifique, très venteux ( une école de kite-surfing se trouve dans ce village) et isolé. Par contre, nous devons attendre avant de profiter de la plage car nous arrivons en même temps qu'un immense orage!
 

 

Une fois la pluie cessée, Simon part au restaurant au village acheté des frites pour le souper car Sébas nous a fait une belle surprise, tout juste avant de partir de Calgary, il nous a trouvé du fromage en grain et de la sauce chez un ami Québécois, il a congelé le fromage et nous a apporté le tout afin que l'on se fasse des bonnes poutines!!!! Menoum-Menoum!!! La dernière vrai poutine que l'on avait mangé était justement en Alberta avec lui à Canmore. Marie-Jo en avait refait une maison au Mexique mais sans le fromage en grain, ce n'est pas pareil!

 

 

 

Le lendemain matin on a profiter de la magnifique plage. On y a marché, on s'est baigné....Nous avons passé une journée relaxe à profiter de l'endroit tout en se reposant. Le soir, une fois les enfants couchés, nous avons terminé une bouteille de rhum en jouant aux dés et, en faisant une marche sur la plage avant de se couché, nous avons eu la surprise de voir un bébé tortue sortir de son nid et l'accompagner jusqu'à  la mer! Nous nous sommes sentis vraiment privilégiés de vivre se moment, d'autant plus qu'au début nous n'y avions pas fait trop attention, pensant que c'était un crabe!

Jour 179, on ramasse notre campement et l'on part vers Santa Clara. Marie-Jo a lu qu'il y a dans cette ville le seul camping équipé pour les vr de tout le Panama. L'endroit se nomme XS Memories et est tenu par un américain. Il y a sur place un restaurant, une piscine plusieurs volières avec des perroquets ainsi qu'une quinzaine d'emplacement de camping. Nous sommes le 22 décembre et l'on pense y rester quelques jours, peut-être même y fêter Noël.

 

 

 

Lorsque nous prenons nos messages, nous sommes bien content d'avoir des nouvelles de nos amis David et Claudia, le couple Franco-Québécois que nous avions rencontré au Yukon. Heureux hasard, eux aussi ont prit la même décision que nous; après le Panama, ils rebrousseront chemin. Au moment ou Simon leur écrit où nous sommes afin que si ils ne sont pas trop loin, il viennent nous rejoindre, on entend des coups de klaxon; surprise, leur petite voiture bleu électrique arrive dans l'entrée du XS Memories!!! Les hasards de la route nous étonnerons toujours!

 

 

 

Une fois les présentation faite, nous nous installons tous sous le rancho communautaire et passons une soirée mémorable! 5 bouteilles de vin et un litre de rhum plus tard, nous allons nous couché au moment ou le coq commence à chanter!!!
 

 

Pas besoin de préciser que le lendemain nous sommes TRÈS tranquilles! Par chance la piscine est là pour nous rafraîchir et divertir les enfants, car nous n'avons aucune énergie pour faire quoi que ce soit d'autre. En fin de journée nous marchons vers le village afin de trouver un resto abordable pour y souper, chose plutôt rare à distance de marche. Finalement le seul resto ouvert est le XOCO, un resto assez cher pour ce qui l'a offrir, c'est à dire pas grand chose. Chaque assiettes et breuvages que nous désirons est non disponible cette journée....c'est à se demander pourquoi ils ont ouvert!

Après le souper, nous retournons au camping se coucher très tôt!

Jour 181, nous sommes le 24 décembre, veille de Noël. C'est un peu irréaliste de célébrer alors qu'il fait si chaud, on l'impression que c'est le noël des campeurs! Après un bon déjeuner de crêpes, Claudia et David partent en ville acheter ce qu'il faut afin que l'on se fasse un réveillon digne de ce nom! Ce sera un immense BBQ; poulet, saucisses, crevettes, maïs et papillote de légume. Pour dessert, une Key Lime pie de la Mère Veilleuse!

 

 

Bien repus, même beaucoup trop, nous nous offrons une baignade de minuit tout juste après que les enfants aient vidé leurs bas de Noël puis, nous allons nous couché au moment où le Père Noël s’apprête à passer!

 


Le lendemain matin c'est Noël!!!!! Les enfants sont tellement excités qu'à 6h30 du matin les parents les laisses déballés les cadeaux sans eux, sous le rancho! Malheureusement, Marie-Joëlle et Claudia ne se sente pas bien....les excès d'alcool et de bouffes, la chaleur, l'eau ''potable'' bref, elles ont l'estomac et les intestins tout de travers!
 

 

 

Léa est très contente de la Barbie que le Père Noël lui a apporté. Elle l'a désirait tellement qu'elle avait même remis une de ses Barbies à Mamie Marielle afin de faire de la place dans le Staubus! Zackary tant qu'à lui est un peu dessus de son cadeau....bien qu'il est lui même demandé des sous pour se payer des leçons de surf avec son ami Aauricio à Jiquilillo.  À 11 ans, presque 12, il est mitigé entre choisir lui même son cadeau puisqu'il ne croit plus au Père Noël ou se laisser mener par la magie de Noël et avoir une belle surprise....par chance plus tard dans la journée il a une immense surprise (ses parents aussi!), le Père Noël aurait laisser une Xbox pour lui chez son oncle Luc!!!! Rien de moins!
 

 

Après le déjeuner, nous rencontrons une famille de la Californie qui viennent de se louer une cabinas face à la playa Blanca, pour la fin de leur séjour au Panama et ils nous invite à aller profiter de la plage avec eux. Nous passons donc l'après-midi avec eux puis nous les invitons pour le souper chez nous, c'est Noël après tout! Malheureusement, Marie-Jo qui ne feel toujours pas, dicte à Simon sa recette de pâtes aux crevettes, légumes et crèmes puis se couche afin de reposer son système un peu.
 

 

Jour 183, on se prépare à reprendre la route, tout juste avant la dernière baignade, Simon s’aperçoit que l'on a failli perdre une roue!!! Lors de notre passage au garage au Guatemala, le mécano a mal revisser la roue et depuis les boulons ont tant bouger et frotter qu'ils sont sur le point de passer à travers les trous!!!! Avec les 5 tonnes que pèse le Staubus, nous ne pouvions sentir la roue bouger! Alors ni une ni deux, Simon sort les outils et change la roue avec notre roue de secours, on se baigne, on dit au revoir à  Claudia et David et l'on reprend la route direction la côte Caraïbe.
 

 

C'est au Pirate Cove à Portobello que nous nous arêtons. Tom, un sympathique Panaméen qui a passé de nombreuses années au Michigan nous accueille chaleureusement. De plus, nous ne sommes pas le seul VR à cet endroit, un couple d'européen s'y trouve à bord de leur énorme camper.
 

 

Nous installons pour souper, puis Sebas se loue une chambre puisque Tom lui fait un prix plus que raisonnable; 15$ pour la nuit!

Ensuite, une fois les enfants couchés, nous allons nous asseoir au bar qui est un genre de rancho sur le bord de la mer et nous y buvons une bière avant de se coucher nous aussi.

Jour 184, cela fait 6 mois que nous sommes sur la route!!!! 31 875 km de bonheur, de joie ,de plaisirs, de découvertes. Mais aussi, soyons francs, 31 875 km d’engueulades entre frère et sœur et entre parents-enfants, 31 875 km, de doutes, de fatigues, de nostalgies...mais en sommes ce fut 31 875 km magnifiques! Nous ne regrettons rien, tant nos choix de vies que de route!!!!

 

 

En cette journée, nous partons assouvir le désir de Sébastien. Depuis son arrivée qu'il a envie de se baigner dans la mer transparente. Alors ce matin, nous préparons une expédition en lancha pour aller sur une presqu'île où la mer est pure comme le crystal. On prépare un lunch, la glacière, des collations, de l'eau, du jus, de l'alcool....bref un bon pic-nic que nous devrons finalement entamer puisque le bateau est en retard! Mais tout de même, malgré ce contre-temps plus qu'habituel en sol latin, nous passons une magnifique journée! En plus, tout juste avant notre départ, nous avons la chance d'entendre puis d'observer des singes et des 2 espèces de toucans.
 

 

Revenu au Pirate Cove, Tom nous apporte des calmars frits, cadeau de la maison, pour accompagner notre apéro. Ce qui est drôle, c'est que le matin même, Marie-Jo expliquait à Sébastien que lorsqu'elle commande des calmars, elle a la chance d'avoir l'assiette pour elle toute seule puisque Simon n'aime pas ça.....qu'elle ne fut pas sa surprise lorsque Simon termina cette assiette-ci!!!! Y'a pas à dire, Tom est un excellent cuisinier et son cadeau lui rapporte 5 commandes pour le souper!! C'est à cet endroit que nous avons eu la chance de manger les meilleures rondelles d'oignon de notre vie!!!!! Fait avec des oignons rouges et une pâte qui se rapproche des fish and chips!
 

 

Après ce bon souper nous jasons un peu avec les autres clients du Pirate Cove; le couple d'européen ainsi que 2 alcooliques qui passent leurs vacances amarrés au bar! Ensuite, on prend un dernier drink dans la chambre à Sébass pour se rafraîchir puisqu'il a l'air climatiser. C'est d'ailleurs au court de cette soirée que nous est venu cette charmante phrase : ''Ouvre la porte; on gèle!''
 

 

Le lendemain, nous décidons d'aller à Santa Isabel et d'y dormir.....par contre il a tant plu sur la côte qu'une rivière passe par dessus la route! On profite donc de cet arrêt pour dîner et on revire de bord! Mais tant qu'à être sur la route, nous prenons un autre chemin vers Isla Grande, nous visitons un hôtel miteux que nous retenons pour sa plage mais que nous oublions pour y dormir! En chemin, nous embarquons 2 pouceux Norvégiens puis on retourne chez Tom! On passe la soirée à jouer au dés puis l'on va se coucher.
 

 

À la 186ième journée, nous rencontrons l'armée qui est venu faire de laplongée afin de récupérer des morceaux d'anciens bateaux échoués. Ensuite, nous retournons à l'hôtel miteux pour passer la journée à la plage. Tout juste avant, nous partons visiter une forteresse de Portobello construite en corail afin de protéger le port des attaques du pirate, le Capitaine Henri Morgan.

 

À la plage, l'eau y est turquoise et le sable est blond-blanc.....Au dîner les gars font une surprise à MJ; il se charge de la cuisine! En fin d'après-midi, nous retournons chez Tom et soupons dans la chambre de Sébas; un bon souper-déjeuner!

 

 

Jour 187, on retourne à Panama Ciudad, Sébas nous offre un cadeau de Noël, il réserve une chambre au Country Inn, où nos mamans avaient dormi et il garde les enfants pour toute la nuit!!!! puisque la fête de Léa est dans 4 jours, nous profitons de cette soirée pour aller au centre d'achat. Bon, ok, ce n'est pas l'idée que l'on se fait habituellement d'une soirée d'amoureux, surtout que l'on déteste tous les 2 magasiner, mais ce qu'on ne ferait pas pour nos enfants! Nous soupons donc sur place et faisons même un arrêt au Casino qui se trouve dans le mall. C'est une première pour Marie-Jo qui n'est pas du tout du type gamblers, la preuve; après avoir dépenser 4$ ( 2$ chacun), elle n'en peu plus des lumières, des couleurs et des bruits!!!
 

 

Après avoir fait nos achats, nous retournons ou Country Inn se stationner et profiter de la piscine en amoureux....
 

 

Au matin, veille du jour de l'an, nous retentons notre chance en faisant semblant d'être des clients et allons profiter du buffet! Ensuite nous allons à l'Amadore, là ou nous avions été avec nos mamans au marché artisanal. Un ami de Tom, du Pirate Cove, nous avait dit que ça serait l'endroit pour fêter le jour de l'an. Selon lui, plusieurs familles viennent à cet endroit faire la fête, pic-niquer et regarder les feux d'artifices. En plus, on peut dormir dans le stationnement. Nous profitons donc du fait que nous soyons ici afin d'aller à la boutique hors taxe remplir nos réserve d'alcool ( c'est le jour de l'an après tout!) et Sébass en profite pour acheter quelques souvenirs. Nous nous informons à la caissière pour savoir où à lieu le party ce soir. Elle nous déçoit un peu lorsqu'elle nous explique que la veille du jour de l'an se fête en famille et qu'à minuit les gens vont dans les bars et qu'il n'y aura personne ici à l'Amadore. Plan B, on trouve la plage la plus proche et on se fait un jour de l'an à notre façon! En observant la carte du Panama, on choisit la plage Veracruz, en arrêtant dans un restaurant de sushi tout juste avant afin de s'offrir un réveillon digne de ce nom!
 

 

Arrivé à Verracruz, on voit quelques restaurants de type rancho le long de la plage....on se dit qu'on peut aller y prendre un verre et monnayer un espace pour la nuit. Finalement alors que l'on s'arrête pour s'informer, une auto se stationne à côté de nous et nous demande si l'on se cherche une rancho pour la nuit!! On se dit que l'on a rien à perdre et l'on verra en temps et lieux combien tout cela coûte, alors on le suit. L'homme, qui s'appelle Miguel, nous emmène à un rancho abandonné et nous explique qu'il a déjà eu un restaurant ici mais que puisqu'il travaille énormément pour le Canal, il n'a pas le temps de tenir le resto aussi, il l'a donc fermé. Miguel nous donne la clé de la salle de bain et nous indique que l'eau est potable. Ensuite, vient la question épineuse : ''Combien tu veux pour tout cela?'' Il parut surpris et nous dit que tout cela était un cadeau! Il a lui même voyager un peu quand il était plus jeune et lorsqu'il a vu le Staubus sur le pont qui traverse le Canal du Panama il nous a suivi, pendant 20 minutes, pour nous offrir son rancho, le temps que nous le désirions! Ça fait chaud au cœur de voir qu'il existe encore sur cette terre des gens généreux sans arrière pensée!
 

 

Nous nous sommes donc installé, nous dans le Staubus, Sébas dans notre tente et avons sorti les chaises et la table de pic-nic. Nous nous sommes fait un réveillon des plus gargantuesques; Sushi, nouilles et légumes asiatique du bon vin....seul ombrage au tableau; Léa est malade et ne mange pas avec nous, elle va plutôt se coucher très tôt.
 

 

À minuit, on s'installe les 2 pieds dans la mer afin d'observer les plus beaux feux d'artifices que l'on est vu de notre vie! Ce n'est pas tant la qualité des feux qui est impressionnante mais bien la quantité! Sur plus de 2 km, sur la pointe de sable, les gens font sauter des feux d'artifices pendant plus d'heure! C'est tout simplement féerique!

Pendant la nuit, nous avons un réveil un peu brutal; Léa a été malade dans son lit!!! Vite on change les draps, on la lave et on termine notre nuit!

 

 

1er Janvier, nous partons à la Chorrera en espérant se baigner dans les cascades El Chorro. Encore une fois on tourne en rond longtemps avant de trouver l'endroit pour finalement¸ arriver à une rivière brune et polluer.....nous retournons donc à Veracruz où une surprise nous attend : Il y a des milliers de personnes sur la plage et notre rancho est envahi par des familles qui s'y sont installés pour manger et qui utilisent le lavabo pour prendre leur douche. Nous restons une heure à côté de l'autobus en prenant notre apéro mais on devient vite fou à écouter le poom-poom différent qui sort des autos stationnées! On décide d'aller au Balboa Yacht Club afin de tous prendre une bonne douche, y souper et prendre nos messages. On se dit qu'après le souper, les gens auront sûrement regagner leur maison et que l'on pourra réintégrer notre rancho! Effectivement, cela fonctionne et à notre retour, il n'y a plus personne sur la plage.
 

 

Jour 190, nous sommes le 2 janvier, jour de la fête de Léa! Par chance, elle est habituée de fêter son anniversaire sur la route, du haut de ces 7 ans c'est son 3ième party de fête à l'extérieur du pays! Elle est toute excitée de déballée ses cadeau sous le rancho! Depuis notre départ, elle s'ennuie de ses robes ''d'occasion spéciale'', au centre d'achat, Simon lui a trouvé une robe de ballerine avec un tutu rose et un cornet sur le ventre! Pour aller avec cela, nous lui avons acheter un bandeau avec une grosse fleur et 2 paires de boucles d'oreilles qu'elle réclamait depuis longtemps....ce n'est pas facile de trouver des cadeaux qui lui feront plaisir tout et qui ne prendrons pas de place...surtout que Noël vient tout juste de passer et que le bac de jouets est déjà bien rempli!
 

 

Après le dîner, nous laissons Léa choisir ce qu'elle a envie de faire en cette journée. Elle avait déjà émit le souhait d'une sortie en famille, alors nous lui laissons le choix entre une journée au Jardin Botanique et Zoo de Panama City, ou bien une visite au musé marin. C'est le zoo qu'il l'emporte!
 

 

On y passe l'après-midi, à visiter l'endroit qui est en harmonie avec la nature. Les animaux qui s'y trouve, sont des bêtes rescapées soit d'accident ou encore de braconnage. Pour une rare fois, on y voit des animaux en santé qui vivent dans des espaces aérés. Nous y croisons des quantités de perroquets, des singes, 2 jaguars, des tortues, un crocodile (qui s'est fait nourrir de carcasse de poulet), un caïman ( pas clôturer), un tapir, des chevreuils et quantité d'insectes qui y étaient sans nécessairement faire partie du zoo!
 

 

Arrivée à la fermeture, Simon demande à la blague, combien ça coûte pour camper ici! Les gens à l'accueil lui réponde très sérieusement '' Le prix d'entrée par personne plus 5$''!!! Nous n'en revenons pas, pour 5$ nous pouvons dormir où nous voulons dans le jardin, à condition de partir avant l'ouverture du zoo, soit à 8 heures demain matin!
 

 

Nous nous installons donc à côté d'un rancho où Sébas plante la tente. Sur la table de pic-nic, nous avons la chance d'observer une grosse cigale et sous le rancho nous regardons les chauves-souris qui y ont élu domicile! Une fois les enfants couchés et endormis, nous attendons minuit pour aller effectuer une petite visite nocturne dans le zoo! Ce n'est pas tous les jours que nous avons la chance de vivre cela! Nous partons donc avec nos lampes de poches dans l'espoir de voir les jaguars qui sont des animaux nocturnes....par contre on avait oublié qu'ils ne sont pas les seuls! Les bruits étranges que nous entendons nous font frémir un peu....il ne faut pas oublier que nous sommes dans un immense jardin au Panama et que tous les animaux qui se trouvent dans les cages existent aussi en liberté dans ce même pays! C'est à ce moment que nous passons à côté du caiman, qui l'o vous le rappelle n'est pas dans un enclos.....nous scannons donc l'horizon avec nos lampes de poches jusqu'à ce que l'on repère 2 yeux jaunes luisant.....tout en marchant, nous continuons de l'éclairé puisqu'il bouge!!!! Ouf! Nous le semons et continuons notre escapade! Finalement nous allons aux 2 cages des jaguars qui sont somme toute plutôt tranquilles. Probablement que le fait d'être nourri à chaque matin les a rendu moins nocturnes. Nous retounons ensuite à notre campement, en ré-illuminant le caïman et puis nous nous endormons au son des chauves-souris et autres animaux....
 

 

Le lendemain matin, nous partons vers la montagne où il y a un immense drapeau du Panama à son sommet. La famille de Californien que nous avions rencontré à Santa Clara nous avait dit que de là, la vue y était magnifique et que l'on pourrait y faire de superbe photo de la ville. Arrivé à la barrière, le vigile nous signale que notre autobus ne passe pas....par contre, si nous lui donnons 5$, il pourrait lever la barrière pour nous! Que de gentillesse!!! Sur place, nous en profitons donc pour prendre quelques photos, nous observons une grosse chenille tout en buvant une bière puis nous redescendons. Nous allons reconduire Sébas au musé Miraflores que nous avions déjà visité avec nos mamans et nous retournons au zoo afin de payer avant la fermeture pour y repasser la nuit, puisque l'on avait vraiment aimé l'expérience! Nous repartons ensuite chercher Sébas et passons une dernière soirée avec lui. Nous cuisinons un pâté chinois sur le BBQ puisque notre fourneau à décidé qu'il ne fonctionnait plus. Une fois les enfants couchés, nous repartons en expédition pour retenté de voir les jaguars, cette fois l,un des 2 nous fait la surprise de se lancer contre la fenêtre en plexiglas! Par chance, le tout est solide! Ensuite nous retournons au campement pour jouer aux dés une dernière fois tous ensemble.
 

 

Jour 192, nous partons déjeuner face au canal, puis l'on retourne au Balboa Yacht Club afin de prendre nos messages et confirmer le vol de Sébastien. Ensuite l'on part acheter des sushis pour notre dernier dîner tous ensemble. Puis vient le moment déchirant de faire nos adieux à notre ami....encore une fois! Par contre l'on se console en se disant que lorsque nous arriverons au Québec, nous le reverrons puisqu'il vient passer tout le mois de juin dans notre village! Sébas est la première personne chez qui nous nous sommes arrêtés, au tout début de notre voyage. Il est venu nous voir au milieu de notre voyage, c'est avec lui que nous avons visité notre dernier ''nouveau'' pays, puisqu'à son départ, nous effectuons notre demi-tour. Pour conclure le tout, il sera là pour nous accueillir alors que nous arriverons au Québec afin de boucler la boucle. C'est tout de même étrange si l'on se dit que ça faisait plus de 15 ans que Simon ne l'avait pas vu et que cette année il a été de toutes nos étapes ''cruciales''!
Pour détendre l'atmosphère au moment des adieux, nous nous imaginons la tête des douaniers au moment où ils demandent ''Avez-vous séjourner dans une ferme?'' si Sébas leur répondait ''Non, mais j'ai dormi 2 nuits dans un zoo!''

 

 

Après se triste départ, nous retournons au Yacht club pour y prendre une douche, y faire notre lavage et y passer la nuit. Simon s'y repose puisque depuis le dîner il ne se sent pas trop bien....

 



Au matin, nous reprenons la route et roulons toute la journée jusqu'à ce que l'on arrive à David. Nous demandons aux pompier derrière le Gran Hotel Nacional, la permission de passer la nuit dans e stationnement de leu caserne.
 

 

Jour 194, nous visitons la caserne en matinée puis reprenons la route vers Almirante. En chemin, nous avons la surprise de croiser un jeune paresseux qui traverse la route. Nous nous stationnons et Simon fait la circulation afin de s'assurer qu'aucun véhicule ne lui passe dessus. Il profite du 15 minutes que ça lui prend pour traverser pour le filmer et le photographier.
 

 

Sur la route qui sillonne les montagnes à travers les plantation de café, nous subissons des rafales de vents les plus fortes jamais croisées! Sur une crête, nous nous arrêtons pour s'assurer que l'auvet tient le coup. Marie-Jo doit tenir ses lunettes et sa jupes pour ne pas que le tout s'envole! Le vent est si fort, qu'il en éteint le propane du frigo!
 

 

Arrivé à Almirante, nous dînons au port en regardant les bateaux se faire remplir de caisses de bananes. Toute l'économie des villages avoisinant tourne autour de ce commerce. Après le dîner, nous rencontrons un couple de retraité Albertain, Path et Craig. Nous jasons avec eux quelque temps, ils viennent tout juste d'arriver au Panama et se dirige vers les îles de Boca Del Torro. Nous leur donnons nos meilleurs bivouacs pour le reste du pays puis nous reprenons la route jusqu'à Changuinola. Dans ce village, nous nous arrêtons à l'aéroport d'où décolle très peu d'avions si ce n'est celles qui servent à répandre les pesticides dans les champs de bananes. Le gardien nous donne la premission d'y passer la nuit et nous de l'internet pour Skyper nos amis, Luc et Mélanie ainsi que Éric et Mariève avec qui l'on a pas parler depuis notre départ! Ça fait du bien de prendre une bière ''avec'' nos amis, surtout que c'est notre dernière nuit dans ce pays. Le lendemain nous arriverons au Costa Rica où nous pensons y rester que quelques jours afin d'arriver le plus vite possible au Nicaragua et s'y magasiner un terrain....qui sait ce que l'avenir nous réservera!

 

Le Panama; la fin des aventures des grand-mères!

 

À la toute fin du dernier ''post'' nous en étions rendu au moment crucial où nous traversions les douanes pour la première fois accompagnés. L'on espérait de tout cœur que le tout se fasse de façon rapide et sécuritaire....la prochaine fois, nous n'émettrons aucun souhait! Nous arrivons sur place à 11h15, la partie ''Costa'' se fait en 15 minutes. Nous étions donc très confiant pour le reste des procédures...et bien non! Nous sommes sortis des douanes du Panama à 15h30!!!! Marie-Jo et Simon faisaient le relais dans la file d'attente, pendant que les enfants écoutaient un film dans l'autobus, jouaient avec les grand-mamans aux cartes ou à des jeux de mots....bref, nous étions bien heureux d'avoir nos mères pour les occuper ainsi que d'avoir une cuisine pour se préparer un lunch!!!

À 15h30 donc, nous reprenons enfin la route jusqu'à David, au Gran Hotel Nacional. Nous nous offrons un bon souper au resto Italien de l'hôtel, puis après une baignade, les enfants partent avec les grand-mamans pour une bonne nuit de sommeil tandis que les parents regagnent le Staubus.

 


 

 

Jour 167, nous mangeons un bon déjeuner au buffet de l'hôtel ( enfin un allongé digne de ce nom!!!!), puis nous roulons jusqu'à Boquete, un petit village en montagne. La principale raison pour laquelle Marie-Jo tenait à visiter cet endroit, était pour avoir un peu de fraîcheur ( désolée les grand-mamans!). Boquete est un endroit magnifique tout en vallées, mais malheureusement, depuis qu'un magasine Américain à décréter que c'était l'endroit au Panama pour y passer sa retraite, le village est rendu hors de prix et l'ambiance un peu artificielle. Par contre ces champs de café et ses habitants continue d'en faire un endroit charmant et l'air frais de la montagne est très rafraîchissant après avoir passé une journée entière à cuire aux douanes!

Après avoir magasiner plusieurs hôtels, soit trop cher ou trop sale ( petite pensée pour la tarentule recroquevillée derrière une porte!), notre choix c'est arrêté au Riverside Inn. Un endroit luxueux et champêtre, en construction ( ce sera décidément notre karma tout au long de notre passage dans ce pays!), un peu cher, mais nous nous rattrapons en soupant dans l'autobus plutôt qu'au resto.

 

 

 


Après une belle soirée à se gaver de pâtes aux crevettes, à jouer au skip-bo avec les grand-mamans et à boire du vin, un drame arrive au moment du dodo : Léa a laissé sa doudou, son toutou (2-2) et sa jaquette dans la taie de son oreiller au Gran Hotel Nacional : catastrophe!!! Par chance, nous repassons par David le lendemain, en espérant que la femme de chambre ne pense pas que c'est un cadeau....Mamie accepte de remplacer l'ours en peluche pour une nuit!
 

 

À la 168ième journée, nous retournons donc au Gran Hotel et c'est avec soulagement ( le mot est faible!) que nous assistons aux retrouvailles entre Léa et 2-2!! Ensuite direction Santiago. Encore une fois, nous magasinons des hôtels qui sont tous en constructions. Arrivés au Gran David, nous voyons une affiche à côté de la caisse; 50% pour les 62 ans et plus....ce qui sera le cas de Marielle dans un mois....après avoir amadouer la réceptionniste, nous réussissons à leur réserver la grande suite, qui donne sur la piscine pour la moitié du prix! Nous passons donc la journée à se baigner puis en fin d'après-midi nous nous écrasons dans les lits gigantesques pour écouter Frère Claus en espagnol sur l'écran géant!

 

 

 

Le lendemain matin, nous déjeunons tous dans le Staubus puis l'on part à Pedasi. Arrivé à la playa El Arenal, nous retrouvons avec joie nos amis Basques, Christian, Béa, les enfants et Maïka leur chienne! Après avoir dîner sur la plage, l'on retourne dans la ville afin de trouver un endroit où dormir pour nos mamans....après plusieurs malentendus, nous concluons finalement au Bed and Breakfast Casita  Margarita. Les enfants sont un peu déçus, cette fois il n'y a pas d'espaces pour eux dans la chambre, mais l'endroit est magnifique, tranquille et accueillant.
Ensuite, on rejoint les Basques au parc central afin de prendre l'apéro tous ensemble et de se raconter nos dernières péripéties depuis que l'on s'est laissé au Guatémala.

 

 

 

En soirée, nous partons souper au Smiley et Zack est bien heureux d'y manger des côtes levées, l'un de ses repas préféré! Ensuite nous allons reconduire nos mamans à leur chambre et nous allons nous stationner au parc avec nos amis, pour la nuit.
 

 

Jour 170, nous partons rejoindre les grand-mères à leur Bed and Breakfast, Sylvie nous paie le déjeuner ( tout au long de leur séjour, nous avons eu la gentillesse de les laisser s'obstiner à savoir qui paierait le repas....comme nous sommes galants, nous ne voulions pas nous en mêler, alors un repas c'était l'une, ensuite l'autre!), puis, après avoir pris chacun une douche, nous sommes partis en direction de la playa Venado. Marie-Jo avait lu dans un de ces guides, qu'un hôtel, de type ''resort'', avait un accès public à la plage et qu'il n'en coûtait pas trop pour y souper et y dormir. Après avoir tourner en rond et croiser des arbres remplis de singes hurleurs ( appelle-t-on cela un singier?), nous n'arrivons pas à trouver le dit complexe hôtelier....on s'arrête donc à un autre resort, qui a un nom similaire et qui lui aussi offre un accès public pour les surfer, par contre il est vraiment hors de prix! L'endroit est très luxueux et superbe, mais nous ne sommes pas du tout la clientèle visée! Par contre l'on décide de profiter de la plage tout de même un peu.....on se rend vite compte qu'une plage de surfeur n'est pas du tout appropriée pour les baigneurs! Chacun notre tour les vagues nous font faire des culbutes et l'on atterri fort disgracieusement dans les coquillages et le sable!! Bref, nous ne nous sommes pas baigné très longtemps et l'on a du prendre 3 douches chacun pour réussir à vider le sable de nos maillots et de notre fond de tête!!!

 

 

 

Nous sommes donc retourné à la Casita Margarita en souhaitant qu'il reste une chambre pour les grand-mamans. Fiou, il en reste une! Après avoir reprit une douche (foutu sable!), le proprio nous accueille sur la terrasse au bar avec le drink favori de sa femme : Rhum Tonic. Étant de grands amateurs de Gin Tonic et n'étant plus capable de supporter le Cuba Libre, nous fûmes très heureux de découvrir une nouvelle façon de boire notre rhum! Nous avons tous passé un bon moment avec les propriétaires, un couple d'Américains à la retraite fort sympathique. Le monsieur ressemble à un personnage de dessin animé, tant physiquement que mentalement! Après avoir bien rit, sa femme nous suggère un excellent restaurant à distance de marche, l'Isla Iguna, où l'on y sert de l'excellent poisson. Cette fois, pour ne pas faire de chicane, c'est Marielle qui nous paie la traite! Ensuite nous allons reconduire les grand-mères à la Casa et nous partons rejoindre les Basques, encore une fois au parc central, qui est wifi comme c'est souvent le cas depuis le Mexique.

 

 

 

Au jour 171, nous faisons nos adieux à nos amis Basques, qui sait, peut-être se reverrons nous dans un autre pays en remontant, puisqu'eux aussi ont pris la décision de ne pas traverser en Amérique du Sud. Quant à nous, nous partons à Panama City. Il ne reste que 3 jours à passer avec Grand-Maman Sylvie et Mamie Marielle, alors nous décidons de ne pas les passer à se chercher des endroits pour dormir. La solution la plus simple est donc d'aller au Country Inn And Suites. Bien que ce soit légèrement plus dispendieux qu'ailleurs, cela évite bien des complications de tournage en rond  dans la grande capitale et en plus, la plupart des autres hôtels n'offrent pas de stationnement assez grands pour le Staubus. C'est donc en fin d'après-midi que nous arrivons à cet hôtel qui est, vous l'aurez deviné, en construction! Après avoir profitez de la piscine, on part downtown se trouver un resto pour le souper. Selon notre GPS, tout près de l'hôtel, il y en a plusieurs.....malheureusement, ce n'est pas vrai et en plus au moment ou nous prenons la décision de souper à notre hôtel, nous sommes incapable de regagner le chemin à cause de travaux....Nous sommes à Panama City, dans un bidonville, il fait noir et nous sommes en plein heure de pointe pris dans le trafic! Tout à coup, nous entendons des bruits à l'arrière de l'autobus : Quelqu'un est en train de grimper sur le toit par l'échelle arrière!!! Sylvie ne fait ni une ni deux et elle se met à cogner dans la fenêtre et sur le toit en lui criant après!!! Marie-Jo panique un peu quand elle voit un jeune homme s'approcher avec un manche à balais en bois, mais finalement, il s'éloigne en même temps que l'intrus! Quant à Zackary, il a bien hâte que l'on soit arriver à l'hôtel pour vérifier qu'il ne s'est pas fait voler son ballon de soccer! Ouf!!!! Morale de l'histoire, ne pas aller se planter dans le trafic dans un bidon ville une fois la nuit tombée! Une fois de retour au Country Inn nous passons une commande au resto de l'hôtel, thank's God is Friday, puis attendons sagement dans la chambre de l'hôtel afin d'y manger bien tranquillement. Une fois bien repus, les enfants s'installent avec leurs grand-mères pour la nuit tandis que Simon et Marie-Joëlle partent faire une petite baignade avant de regagner le Staubus.

 

 

 

Le lendemain matin, Simon et Marie-Jo se sentent un brin délinquant. Au prix que les mamans paient leur chambre, on se dit que l'on peut bien nous aussi profiter du buffet déjeuner. Après tout, cet hôtel est une immense chaîne Américaine et ils jettent des quantités phénoménales de nourritures à chaque repas. Et puis si jamais ils nous interpellent, on se dit qu'on aura qu'à payer la valeur de notre déjeuner. Finalement, nous nous sommes inquiété pour rien, personne ne nous as demandé quoi que ce soit et l'on s'est gaver comme des porcs!
 

 

Ensuite nous sommes partis au Mercado de Artesanias afin que les grands-mamans puissent faire le plein de souvenirs. Après l'avoir chercher pendant une quinzaine de minute puisqu'il a déménagé, c'est finalement à l'Amadore, la marina pour riche Américains qu'il est relocalisé.  Après leur magasinage, nous allons à une petite pizzeria pour dîner et se faire payer la traite encore une fois! Ensuite nous retournons à l'hôtel se baigner, profiter de la chambre, écouter la télé en espagnol....on soupe tous ensemble dans le Staubus et puis ensuite, une fois les Grand-mamans et les enfants couchés, Simon et Marie-Joëlle partent faire une marche en amoureux sur le bord du Canal et une dernière baignade avant de dormir.
 

 


Jour 173, Simon et Marie-Jo teste si la technique ''nous sommes clients, on vient déjeuner'' fonctionne toujours, au grand plaisir de notre bedon et de notre porte-feuille, puis l'on passe un matin relax à mettre des photos en lignes et à se baigner. Après le dîner, nous partons visiter le musé Miraflores aux écluses du Canal du Panama. Nous y passons une bonne partie de l'après-midi, le musé compte 3 étages et en plus des expositions, on y visionne un film 3D qui relate les grande ligne de l'histoire du Canal ainsi que ses plans futurs puisque les Panaméens sont entrain d'en construire 2 nouveaux afin de suffire à la demande.
 

 

 

Au retour, malgré que l'on ne soit que le 16 décembre, on s’organise une soirée de Noël. Après tout, nos mamans partent le lendemain. Marie-Jo prépare des Brownies dans le Staubus que l'on accompagnera de crème glacée, on met une bouteille de mousseux et une de vin rouge au frais et l'on passe une commande au resto de l'hôtel. Ensuite on regarde des films de Noël, on déballe des cadeaux.....un Noël tropical! Simon et M-J termine le tout dans la piscine encore une fois avant d'aller faire dodo dans le Staubus qui sent bon la pâtisserie!
 

 

Le lendemain matin, c'est déjà, malheureusement, le temps d'aller reconduire nos mamans à l'aéroport. 2 semaines c'est si vite passé! Le cœur gros nous nous disons au revoir même si  l'on sait que les 6 prochains mois passerons vite....c'est toujours déchirant les adieux et l'on doit tellement en faire dans ce type de voyage. Mais nous nous consolons en se disant que notre ami Sébastien, chez qui nous étions arrêté au tout début de notre voyage, à Calgary, arrive dans 3 jours!
 

 

C'est ainsi que nos aventures avec les grand-mamans se terminent....nous avons bien hâte de les revoir et de faire d'autres voyages avec elles! Au court de ces 2 semaines nous avons pu connaître d'autres facettes de nos mamans et les enfants ont rempli leur têtes de beaux souvenirs qu'ils chériront toute leur vie.
 







 

Costa Rica, la nature a son meilleur !

....................................................................................................................................
Visionnez l'épisode 13 de notre périple...
Les États-Unis, les beautées cachées de la CALIFORNIE !
............................................................................................................................................
Costa Rica, la nature a son meilleur!

 

C'est au jour 153 de notre voyage que nous arrivons au Costa Rica, pays assez connu pour Simon puisque c'est la quatrième fois qu'il y vient tandis que le reste de la famille y a passé 2 semaines il y a de cela 5 ans. Donc il n'y a que Léa qui a très peu de souvenirs de ce pays, sinon, nous nous sentons presque à la maison ici! D'autant plus que ce pays est très différent du reste de l'Amérique Centrale. Le pays est comme une continuité des États-Unis ou du Canada....tellement que Marie-Jo se plaît à le rebaptiser ''Costa Gringo Rica''. En plus, le coût de la vie, pour les étrangers, y est pratiquement le même. Par contre sa faune et sa flore y est pas mal plus diversifiée! La RainForest est d'une luxure incroyable et il n'est pas rare d'y croiser plusieurs espèces de singes, des paresseux, des reptiles, des amphibiens et de papillons, dont le fameux Morpho Azul, cet immense papillon bleu métallique. En fait, 5% de la biodiversité mondiale se trouve au Costa Rica. Il paraîtrait que 160 nouvelles espèces sont découvertes chaque année dans le pays, selon l'instituto Nacional de Biodiversdad. On y compte 850 sortes d'oiseaux, 230 types de mammifères, 7 000 espèces de papillons, environ 200 sortes de reptiles et 150 espèces de grenouilles et de crapaud. Sur une superficie de 51 100 km carré, plus de 23% du territoire est protégé, par chance!

 

 

Pour notre première nuit en ce pays, après avoir tourné en rond pendant quelques heures, nous trouvons un campement magnifique sur la plage 4X4 à Cuajiniquil, une ville pas trop loin de la frontière. Avant de s'installer pour la nuit, nous avons la chance d’apercevoir plusieurs perroquets amazones verts et de nombreux colibris.

 

Le lendemain nous prenons la route pour aller à Playa Del Coco, un endroit très touristique! Nous sommes à quelques jours de la haute saison pourtant il y a déjà beaucoup de monde et le village ainsi que la plage est malheureusement très sale. Sur place nous rencontrons 2 Ticos avec qui nous jasons une partie de l'après-midi. L'un d'eux étudie à l'université en écologie et il est emballé par notre projet.

 

Jour 155, nous partons pour La Fortuna, espérant voir le Volcan Arénal une bonne fois pour toute! C'est la quatrième fois que Simon y vient et il ne l'a toujours pas vu! Chaque fois que l'on visite l'endroit, il pleut ou bien la tête du volcan se cache dans les nuages.....et cette fois ne fit pas exception, malheureusement. Après avoir demander à plusieurs hôtels si l'on peut se stationner et utiliser leurs services moyennant un montant, nous essuyons plusieurs refus et nous nous installons finalement en plein cœur du village, entre l'église et le parc central. Zack décide de nous payer le souper au Soda Visquez où nous goûtons à la spécialité locale : Casado qui signifie, l'homme marié. Autrement dit, c'est ce que la femme prépare à son homme quand il revient du travail; des légumes, du riz, des frijoles ( beans) et de la viande. Rapport quantité-prix, il n'y a pas mieux!

 

À la 156ième journée, nous arrêtons à un garage afin de changer nos freins et de refaire nos réserves d'huile synthétique, ensuite nous retournons à notre stationnement de la veille et passons la journée à faire le ménage du Staubus. Nous trions les livres et les papiers, lavons les fenêtres, la console avant......bref nous nous préparons pour la visite de nos mamans qui arrivent dans 5 jours!

 

 

Le lendemain nous partons à Santa Ana, une banlieue de San Jose, réserver une chambre pour la première nuit de nos mamans. Ensuite nous partons à Jaco, nous trouvons un superbe endroit où dormir, directement sur la plage. Par contre dès que les enfants sont couchés, nous nous rendons compte que le resto juste à côté du Staubus est en fait un bar Karaoké! Nous nous trouvons donc un autre endroit, un peu plus loin, toujours sur la plage, qui nous semble beaucoup plus tranquille. Erreur! Tout juste avant minuit, on a droit a un spectacle Brésilien digne du Carnaval de Rio! S'ensuit des feux d'artifices aussi beau que ceux de la ronde! Malgré le bruit, ce camping est beaucoup plus intéressant que celui à côté du Karaoké!

 

Jour 158, nous partons à Esterillo Este afin de réservé un autre hôtel pour nos mamans. Lorsque nous étions chez André, à la Casa Del Titito, des filles rencontrées sur place nous avait suggéré 2 hôtels sur cette section de plage qui se situe entre Jaco et Quepos. C'est à cet endroit que nous rencontrons Christine, une dame de Sainte-Anne-Des-Lacs, qui tient un hôtel magnifique, le BleuAzul. Nous nous empressons de réserver un studio pour nos mères et, puisque nous sommes encore en basse saison, nous pourrons nous stationner chez elle et utiliser ces services. Nous avons tellement hâte de montrer l'endroit à nos mamans!

 

Ensuite nous partons trouvé un dernier hôtel à Manuel Antonio. Dans cette ville, les choses se compliquent un peu; il y a peu d'hôtel pour notre budget avec un stationnement assez grand pour nous accueillir.....C'est un peu découragés que nous retournons à Quépos se stationner dans une ruelle d'où l'on peut prendre nos messages et magasiner des hôtels sur le net. Nous sommes fatigués, les enfants sont tannants et nous ne trouvons aucun endroit où loger nos mamans dans cette ville! Il y a des moments comme ça lors de notre voyage où nous avons juste envie de baisser les bras.....puis tout à coup, on entend un Québécois qui nous salue. Il se nomme Richard et demeure au Costa Rica depuis 20 ans. On lui parle de notre voyage, il est emballé! Lui même est parti du Québec alors qu'il avait 17 ans, il a habité quelques années dans l'ouest Canadien avant de venir s'installer ici, au Costa Rica. Alors qu'on lui explique que nous cherchons un endroit où nos mamans pourraient dormir et nous, nous stationner, il nous nomme quelques endroits puis ensuite nous propose une offre que l'on ne peut refuser : Il est lui même propriétaire de quelques maisons qu'il loue à la semaine. Il nous offre l'une de ces maisons avec piscine privée et BBQ, pour à peine 100$, le temps d'une nuit. À condition qu'il n'y est pas d'autres réservations d'ici là. Nous nous échangeons donc nos adresses courriels et l'on se promet de s'écrire 3 jours plus tard pour confirmer si l'offre tient toujours. Le moral des troupes s'est vite amélioré suite à cette belle rencontre!

 

Nous retournons ensuite à Manuel Antonio, dans un stationnement privé sur le bord de la plage que nous avions magasiné le matin même. L'employé nous avait dit que nous pourrions y passer l'après-midi ainsi que la nuit pour 3000 colones ( 6$) et avoir accès à une douche. Par contre au moment où l'on y revient pour se stationner, il nous fait une facture de 6000 colones, soit le double! Simon lui demande pourquoi, il y a 3 heures, il nous chargeait la moitié, il nous explique que c'est 3000 pour la journée et un autre 3000 pour la nuit! On se dit que l'on se fait arnaquer mais qu'au moins nous avons accès à une douche, c'est à ce moment qu'il nous dit que la douche coûte 500 colones ( un dollar). Il nous explique que ce matin, Simon lui a demander si il y avait une douche et non si la douche était incluse dans la prix!!!! C'est à ce moment, que nous l'avons ''affectueusement'' baptiser Gros Jambon et ce pour la durée de notre séjour!

 

En soirée, après le souper, nous entendons de la musique TRÈS forte qui vient de l'autre côté de la rue. On se dit qu'il doit y avoir un bar près du stationnement et que ça nous ferais du bien, les parents, de s'offrir une sortie. Nous expliquons à Zack qu'à 11 ans, bientôt 12, il est en mesure de garder sa sœur qui dort pendant 1 heure ou 2, nous barrons les portes de l'autobus et nous nous dirigeons vers la source de musique dan l'espoir de déguster un margarita avant de se coucher. Nous fûmes un peu déçus, arrivés de l'autre côté de la rue de s'apercevoir que la musique venait en fait d'un haut-parleur sur le trottoir d'une pharmacie!!!! Après avoir déambulé sur la rue principale de bord en bord, nous avons finalement trouvé un petit bar où nous avons pu prendre un verre en amoureux, sans enfants pendant une heure complète : le bonheur!!!!

 

Jour 159, nous faisons une dernière trempette dans la mer puis nous nous apprêtons à partir lorsque nous nous apercevons que nous sommes infestés, encore une fois, de fourmis! Le Gros Jambon, nous a fait stationner sous un arbre, avec une branche qui frottait sur le toit. De là, les fourmis ont réussi en une nuit à infester tout le dessus de l'autobus et ont commencé à pénétrer l'intérieur. Nous sommes découragés! Alors que Simon monte sur le toit, il se rend compte que le mur qui fera la séparation dans le Staubus lors de notre traversée en Colombie et qui est présentement assemblé en boîte sur le toit, est devenu leur nid.....c'est à ce moment que nous prenons une grande décision. Cela faisait environ 2 semaines que nous hésitions, nous prenons cette invasion pour un signe de la vie : nous ne traverserons pas en Amérique du Sud lors de ce voyage. Nous devons nous débarrasser de cette boîte et de ces fourmis le plus vite possible! Bien sûr, ce n'est pas qu'à cause de ces bestioles que nous changeons nos plans, nous trouvons que 6 mois c'est trop court pour visiter tous ces pays. De plus, la traversée du Staubus en cargo et de nous même par avion pour la Colombie sera très dispendieuse....puisque nous sommes tombé en amour avec le Nicaragua et que nous aimerions bien y acheter un terrain, nous croyons qu'il est plus sage de prendre ces sous et de les investir là-bas, pour le moment. Par contre, nous nous promettons de refaire des plans, dans le futur, afin de consacrer une année entière pour visiter ce continent.

 

Au moment présent, ce qu'il nous faut, c'est un endroit où passer la nuit, pas trop dispendieux, d'où nous pourrons vider l'autobus afin de le traiter. Notre premier réflexe est d'aller chez Christine au BleuAzul, voir si la chambre que nous avons réservé pour nos mères est disponible ce soir et si nous pouvons lui emprunté sa balayeuse et sa laveuse à linge. En voyant notre découragement, Christine nous fait un merveilleux cadeau de noël, elle nous offre un appartement complet afin que les enfants aient leur propre chambre et que nous puissions se reposer avant l'arrivée de nos mamans, le lendemain!

 

Nous passons donc l'après-midi à frotter, laver, balayer l'autobus au complet. Il y a une éclosion de fourmi dans le lit de Léa et lorsque nous enlevons les rideaux, (confectionnés par l'entreprise Petit Velours, en passant) des milliers de fourmis sortent des ourlets!!!! Par chance nous pouvons traiter l'autobus et dormir à l'extérieur pour ne pas s'intoxiquer.

 

Le soir, nous profitons du rancho de Christine et soupons tout le monde ensemble. Nous rencontrons Heiner, son voisin et meilleur ami, un Tico, qui est arrivé à Esterillo il y a quelques années afin de travailler dans le domaine de la construction.Il est aussi cordonnier, électricien, jardinier, pêcheur, cuisinier et cuidador, c'est à dire gardien de maison.

 

Après notre souper, nous allons faire un tour dans la piscine avant d'avoir une bonne nuit de sommeil dans un lit gigantesque!!!! Même en faisant l'étoile nos pieds et nos mains ne se touchaient pas!

 

Le lendemain matin, nous sommes très excités! Non seulement nos mamans arrivent, mais en plus, nous nous réveillons dans une maison! Nous nous sentons tel le matin de noël, nous déjeunons dans une cuisine, prenons une douche, profitons de la terrasse, de la piscine...le vrai bonheur! Tellement, que nous décidons d'annuler la chambre pour nos mamans à Santa Ana afin de les amener directement ici. Christine est emballée et nous laisse l'appartement plutôt que le studio que nous avions réservé. Ainsi, les enfants pourront dormir avec leurs grand-mamans et nous dans l'autobus....le paradis!

 

Nous partons donc à Alajuela, à l'aéroport, chercher nos mamans, nous sommes très excités! Nous avons tous hâte de les voir et de les serrer dans nos bras! Cela fait 5 mois et demi que nous ne les avons pas vu et en plus pour Sylvie,la maman de Marie-Jo, ce sera sa première expérience dans les pays chauds! Lorsqu'elles arrivent nous nous empressons de les amener chez Christine tout juste après un arrêt à l'épicerie.

 

Une fois installées et les présentations faites, nous profitons de la piscine pendant que la sauce à spaghetti cuit et après le souper, nous allons faire une courte marche sur la plage éclairée par la lune. La luminosité est si forte, que les coquillages et le dessus des vagues semblent fluorescents,tellement, que l'on se demande même si il n'y a pas du phytoplancton! Après toute cette excitation, nous partons tous nous coucher. Mais avant, une autre belle surprise nous attend lorsque Simon lit nos courriel; Richard, le Québécois qui nous offrait l'une de ces maisons pour 100$, nous fait cadeau d'une nuit finalement! La villa Manakin de Manuel Antonio Estate nous attend donc ce jeudi. Nous en profitons pour aller voir son site internet.....nous en restons bouche bée! Lorsqu'il nous a parlé de maison, nous pensions à des cabinas avec des toit de pailles ou de petites maisons simplettes.....et bien sa villa est digne du Mont Tremblant! Non seulement nous avons une piscine privée mais en plus, selon les photos, la vue est magnifique, c'est sur pilotis dans la rainforest. Bref, un coin de paradis pour nous tout seul en pleine jungle!

 

 

Au 161ième jours, nous nous offrons une journée de fainéantise et passons le matin à alterner nos baignades entre la mer et la piscine. Grand-Maman Sylvie sort des ces valises une belle surprise; elle est allée à l'école de Zack et tous ces amis lui ont écrit un petit mot afin qu'elle le lui apporte ici. En plus, elle a fait le tour des cousines pour que Léa ne soit pas en reste!

 

 

En après-midi, Simon part avec Heiner acheter du poisson chez un pêcheur, puis Zack va à la pêche avec Heiner, pratiquer de nouvelles techniques. C'est avec surprise qu'il pêche une raie! Après avoir coupé sa queue avec une machette, Heiner prend soin de l'enterrée dans la sable afin que personne ne se pique dessus.

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout juste avant le coucher de soleil, nous avons le plaisir d'apercevoir nos premiers aras rouges. Tous excités, nous l'annonçons à Christine qui nous explique que sa maison est située dans le corridor aérien où les aras passent soir et matin. Encore mieux; si nous avons de la chance, peut-être les verrons-nous venir souper dans l'un de ses amandiers!

 

En soirée, nous nous concoctons un délicieux souper communautaire sous le rancho. Christine nous prépare de délicieuses fèves vertes aux amandes avec un riz, Heiner et Zack apprêtent le poisson à la Tica et Marie-Jo termine le souper en beauté avec un pouding chômeur au sirop d'érable et au sucre de cane. Voilà notre vision de la cuisine fusion! Nous passons la soirée à jaser tous ensemble, à mieux se connaître.....une belle soirée magique. Puis après un bain de minuit, nous sommes tous allé nos couchés, les enfants avec les grand-mamans et les parents dans le Staubus.

 

 

 

Jour 162, Zack et Léa partent en expédition clandestine avec Heiner après le coucher de soleil pour couper un palmier! Il faut dire qu'au Costa Rica, le palmier est une espèce protégée. Non pas car il est en danger, mais plutôt car les propriétaires de palmeraies tiennent à garder le monopole sur l'exportation de cœur de palmier et sur la production d'huile de palme. Il est donc illégal de couper un palmier même sur notre terrain. Mais Christine et Heiner tiennent tant à nous faire goûter à un vrai cœur afin que l'on goûte la différence de celui en cane, qu'ils sont prêts à passer outre cette loi! Mais c'est bien beau le couper, encore faut-il l'éplucher! Le palmier doit avoir entre 4 et 7 ans afin que le cœur soit comestible, plus jeune ça ne vaut pas la peine et plus vieux, il devient trop coriace. Du palmier de 5 pieds, nous ne gardons à peine 40 cm! Et puis ensuite, on garde une partie pour le manger cru en salade ( comme ce que l'on trouve dans les cane mais 100 fois meilleurs!) et une autre partie, plus dure, est apprêtée à la Tica, en picadillo de corazon de palmito con Atun. Le cœur est couper en dés très fin et cuit avec des oignons, de l'ail, des poivrons rouges, des épices et à la toute fin, on y ajoute une boîte de thon : Simplement divin! Nos mamans ainsi que nous même avons été conquis! Marie-Jo qui était restée avec l'impression que le pays n'avait aucune culture gastronomique lors de sa précédente visite, fut heureuse de s'apercevoir qu'elle se trompait. Ce plat, traditionnellement, est cuisiné à la semaine sainte, soit au dimanche de Pâques.

 

 

 

À la fin du souper, Gilles, un voisin de Christine, est passé emprunter des pâtes pour son souper, mais finalement, nous l'avons convaincu, sans difficulté, à manger le palmier! Tout comme nous, il a vendu sa maison au Québec, mais lui c'est pour venir s'installer ici, à temps plein,au Costa Rica. Puisque son métier s'effectue par internet, il a la possibilité de continuer son travail de n'importe où sur la planète! Il a donc tout vendu et présentement, il loue une cabinas afin de tester si ce style de vie lui convient.

 

Le lendemain matin, il est déjà temps, pour nos mamans, de faire leurs adieux à Christine et Heiner. Quand à nous, nous préférons se dire simplement à bientôt. Puisque nous avons pris la décision de rebrousser chemin après le Panama, nous reviendrons assurément les saluer sur notre chemin du retour!

 

Après avoir roulé environ 1 heure, nous arrivons à la somptueuse villa Manakin au Manuel Antonio Estate. Bien que nous ayons visité le site internet, rien ne nous préparait à tant de luxe! Surtout pour nous, pauvre gipsy qui vivons la simplicité volontaire depuis près de 6 mois! Quand Simon arriva à l'accueil la secrétaire lui sorti 4 clés, Richard arriva à ce moment et lui dit : '' Non, non, ils sont avec les grand-mamans, donne leur le trousseau au complet, ils pourront se choisir chacun une chambre!''

 

Comment décrire l'endroit...? Disons que c'est une immense villa, qui peut être louée en partie ou en totalité. Puisque nous avions le trousseau au complet, nous avions le choix entre 8 chambre, accès à 9 salles de bains, dont certaines avec des douches multi-jets et une, dans la chambre des maîtres avec un bain tourbillon. De plus, nous avions une piscine privée, une immense cuisine, une salle à manger, un salon avec écran géant et chaque chambre avait un balcon! Le gros luxe!!! À chaque chambre que nous visitions, Léa disait : ''C'est là que je dors ce soir!'' Nous avons finalement compris que son choix s'arrêtait selon la forme de la serviette pliée sur le lit! Après une bonne demi-heure de visite, nous avons finalement choisi chacun une chambre, les parents en haut ( avec le jacuzzi), les enfants chacun à côté et les grand-mamans en bas.

 

 

 

Nous avons passé la journée à vivre la vie des gens riches et célèbres! Nous nous sommes baigné dans la piscine, les enfants ont écouté des films sur l'écran géant, Marie-Jo a montré quelques photos aux grand-mamans....puis en fin d'après-midi, Richard est venu s'assurer que tout était à notre goût (!!??!) et nous l'avons garder le temps d'un Pina Colada. Ainsi nous avons pu en apprendre un peu plus sur le parcourt de cet homme si généreux.

 

Le lendemain on se lève tôt pour aller visiter le parc Manuel Antonio. Lors de notre précédent séjour dans ce pays, ce parc avait été notre coup de cœur à tous. Tant pour ses plages presque privées, pour ses sentiers dans la jungle, mais surtout pour sa faune. Ce parc regorge de singes hurleurs, de capucins, de paresseux, d'oiseaux et de papillons.

 

Malheureusement, en 5 ans, le parc a énormément changé. D’abord, on n'y entre plus par la même place. Avant, nous devions passé par un petit estuaire pour atteindre l'endroit, ce qui ajoutait une touche d'aventure! Maintenant, ils ont aménagés une entrée de l'autre côté du parc, avec des bureaux d'accueil et d'information en plus d'avoir construit des toilettes publiques digne de la SEPAC!! Après avoir marché parmi des groupes de touristes assez nombreux et n'avoir vu pratiquement aucun animal, si ce n'est que quelques ombres dans les arbres qui semblaient être des singes hurleurs et un paresseux, nous allons nous installer à la plage afin de se baigner avant de quitter le parc. Par contre, les vagues étaient si fortes que nous ne nous sommes pas baignés très longtemps!

 

 

Ensuite l'on retourne à la villa pour y préparer notre dîner et se baigner une dernière fois avant de reprendre la route en direction de de Joachil. En chemin nous avons la chance, mis à part Sylvie, de voir 5 Toucans qui traversent la route avant d'arriver à l'hôtel Disquis Del Sur, tenu par un couple de Québécois à la retraite. Le terrain est magnifiquement aménagé. Nous y trouvons des bananiers, limiers, orangers, citronniers, caramboliers, pamplemoussiers, de la vanille, du poivre, des fleurs Ylang-Ylang ( à l'origine du parfum Chanel #5 )....un beau coin de paradis! Nous nous y installons pour 2 nuits. Le premier soir, nous allons souper à une pizzeria, au village, tenue par un Italien et une Tica. Nous y mangeons une pizza des plus délicieuse! Le vrai goût de l'Italie! Le lendemain, nous sommes allés souper à un endroit où l'on peut pêcher du Tilapia et ensuite il nous le cuisine....encore une fois ce fut délicieux, même si ce n'était pas très sportif de pêcher dans un bassin qui contenait 2 000 poissons!

 

 

C'est au jour 166 que se termine nos aventures au Costa Rica, nous allons traverser les douanes du Panama et pour la première fois, nous le ferons accompagnés...nous espérons tous que ça se fera dans la joie et surtout de façon rapide! C'est ce que nous vous raconterons dans nos prochaines aventures!

 

 

 

 

Le Nicaragua, un coup de cœur inattendu!

Visionnez l'épisode 12 de notre passage en Oregon...

..........................................................................................

 

..........................................................................................

 

Comme mentionné lors du dernier ''post'', au moment où nous partions du Guatemala, nous avions exactement 5 jours pour traverser le Salvador, le Honduras et gagner la capitale du Nicaragua; Managua. Pourquoi cette hâte? Nous avions une visite inattendue de Geneviève Lefevbre, Gigi pour les intimes, qui venait échappé à la grisaille québécoise de novembre, chez nous, au Nicaragua, pour une semaine entière! Alors c'est le branle-bas de combat, après être resté une vingtaine de journées consécutives, on reprend notre routine d'enfiler un kilomètre après l'autre!

 

Jour 133, nous arrivons à la frontière du El Salvador à 12h30. Nous réussissons à clore notre dossier du Guatemala en 2 heures. Encore une fois, un responsable ministérielle a voulu se faire graisser la patte. C'est à croire que d'un bureau à l'autre ils font exprès de faire de minimes erreurs invisible à nos yeux de touristes, mais vite repérables entre eux! Cette fois, c'est lors de l'émission de notre papier pour l'importation de notre véhicule, à l'entrée du Guatemala, que le responsable à ''oublié'' de signer par dessus l’estampe, à l'endos de la feuille! Plutôt que de perdre 2 heures de notre temps en envoie de courriels, en confirmation de paperasse et en heure du dîner (à 14 heures!), nous avons préféré ''offrir'' 15 dollars ( ce qui nous restait en quetzales) sous les judicieux conseils d'un passeur!

 

Rendu aux bureaux du El Salvador, tout va rapidement pour s'inscrire....c'est pour le véhicule que ça se corse! Il y a trop d'achalandage pour les 2 employés derrière le comptoir! Résultat, Simon a passé 3 heures debout, dans la file d'attente! Ce n'est qu'à 18h30 que nous pouvons enfin circuler au Salvador! Le problème est qu'à cette heure, il fait noir et que nous n'osons pas longer la frontière avec les enfants. Nous décidons plutôt de profiter du stationnement des douanes, plus que surveillé afin d'y passer la nuit. Le lendemain matin, nous nous levons à 5h30 afin de traverser le pays le plus rapidement possible. Sur l’accotement de la Panaméricaine, nous voyons du café ainsi que du foin se faire sécher. Ici, aucun espace perdu!

 

Pour ne pas se faire avoir à la frontière, cette fois, nous choisissons de dormir tout près des douanes et de traversé dès l'ouverture des bureaux, alors que c'est moins achalandés! L'on se trouve une station-service Puma, où le cuidador ( garde) accepte sans problème que nous y passions la nuit. En plus, on s'en fait un ami! C'est drôle, puisque lorsque l'on planifiait notre voyage, nous nommions, à la blague, les Latinos ''Pedro''. Étrangement, aucun Pedro n'était encore venu sur notre chemin jusqu'à ce jour. Il fallait bien être rendu au Salvador pour enfin en rencontré un, et tout un en plus! Pedro est tellement sympathique et accueillant qu'il est déçu lorsque vient le temps de se dire au revoir....il voulait nous inviter chez lui pour se baigner et goûter la délicieuse soupe indienne que cuisine sa femme! Alors c'est décidé, nous qui ne pensions même pas passé par El Salvador lors de ce voyage, devrons revenir un jour pour dormir chez Pedro!

 

 

À 6h30, nous sommes à la frontière, à 8h nous passons au Honduras, notre record de temps jusqu'à présent! Nous réussissons à traversé le pays en 3 heures, dînons tout juste avant la frontière, et en 1h30, la paperasse est terminée et nous pouvons passer au Nicaragua; un autre record de battu!!!

En fin d'après-midi, nous arrivons à Jiquilillo, un village de pêcheur sur la côte Pacifique. Lors de notre passage à Whitehorse, au Yukon, Mike, le pompier qui nous avait fait visiter la caserne, nous avait parlé de ce village où il s'est acheté une maison....l'endroit est magnifique!

 

Tout petit, pas trop développé, les rares touristes y viennent pour faire du voyage humanitaire et/ou, suivre des leçons de surf. Nous nous stationnons à l'hôtel Monty's pour s'informer si quelqu'un connaît notre ''ami'' Mike. Il est sensé venir en vacance au mis de novembre alors sait-on jamais, peut-être y est-il en ce moment! Le proprio de l'endroit, Monty, est un Canadien. Présentement il n'est pas au Nicaragua, Mike non plus, mais son associé, Gerry, un Nica nous accueille à bras ouvert! Il s'adonne que Gerry est lui aussi pompier, il est le chef de la caserne de Chinendega, une ville à 30 minutes de Jiquilillo. Gerry nous permet de dormir dans le stationnement de son hôtel, d'utiliser ses toilettes et son accès à la plage! Le tout, gratuitement!

Jour 136, nous nous lions d'amitié avec Auricio, un rasta qui fait un peu de tout dans l'hôtel (barman, rénovation, leçon de surf....). Il nous offre de marcher sur la plage ainsi que dans la communauté. Il Salue tout le monde sur son passage et nous emmène jusqu'à une école en construction. Ce sont des voyageurs, guidé par la fondation Rotary, qui bâtisse cette école à l'aide de 2 litres de boisson gazeuse remplies de sable et de béton! C'est très impressionnant à voir et nous rappelle à quel point il y a des voyageurs extraordinaires; de prendre des vacances non pas pour se reposer sur une plage dans un tout inclus, mais bien pour venir aider des gens dans le besoin! Nous leur levons notre chapeau!

En soirée, après s'être offert un bon souper à l'hôtel, de poisson frais, nous jasons avec une dame de Whistler très intéressante et intéressée, ainsi qu'avec Karen, une Nica qui travaille ici à l'hôtel. Karen vient de El Viejo, un village près d'ici. Sa fille de 3 ans y demeure chez la mère de Karen et elle y retourne ces journées de congés.

Le lendemain matin, Zack se fait offrir un beau cadeau : Auricio lui offre une leçon de surf avant que l'on parte! Tout de suite il a la piqûre pour la planche! Ensuite vient le temps de faire nos adieux aux gens de l'hôtel...Gigi arrive demain!!!!! Nous partons en direction du lac Xiloa tout près de Managua. Marie-Jo a lu dans divers blogues, qu'il y aurait un Bivouac (endroit où camper). Arrivé sur place, c'est sale et délabrer, en plus, on se fait dire que l'on ne peut y dormir....tant pis, nous dormons dans le stationnement d'une station service!

Jour 138, c'est aujourd'hui que notre Gigi à nous arrive!!!! Roulement de tambour, confetti et trompette!!!

 

 

Tôt le matin nous passons devant une caserne que nous décidons de visiter. C'est Mickaelo qui nous fait visiter. Mickaelo est pompier volontaire depuis 25 ans, il a commencé alors qu'il avait à peine 8 ans!! Ici, au Nicaragua, les pompier volontaire le sont vraiment, c'est à dire qu'il ne sont as payé. Il nous explique que par contre ce métier lui donne droit à des crédits d'impôt et lorsqu'il est de garde il est nourri et logé. La ville de Managua compte 50 casernes pour 2,5 millions d'habitants. Certains pompiers sont salarié à temps plein tandis que d'autres sont volontaires. Au moment où l'on termine notre visite, un homme arrive en courant à la caserne; il vient de voir une moto déraper, une rue plus loin. Les pompiers sont premier répondant, alors vite, ils embarquent dans leur camion et vont sur les lieux de l'accident.

 

 

Après cette visite, nous nous dirigeons vers l'aéroport afin de le situer puis nous partons à la recherche de l'hôtel Los Felipe, où nous comptons réservé une nuit pour Geneviève et demander si l'on peut dormir dans leur stationnement. Le problème à Managua cest qu'il n'y a aucun nom de rue et encore moins de numéro civique....et lorsque nous demandons notre chemin la réponse est très simple; c'est toujours Recto-Recto-Recto (tout droit)! Alors, après avoir tourné en rond sans trouver l'hôtel nous décidons de sortir de la ville pour se diriger vers la réserve de Chocoyero-El Brujo en se disant que ça pourrait être un bel endroit où planter la tente et que Gigi y dorme. Juste pour sortir de la ville cela nous prend 1 heure et demi! Quand finalment nous trouvons la trail pour atteindre la réserve, nous roulons pendant une demie heure dans des trous des roches et des bosses! Finalement nous demandons à un chauffeur de taxi combien de temps reste t'il avant d'atteindre la chute et si la route est ainsi tout le long. Il nous dit qu'il reste 45 minutes de route et de ne as s’inquiéter; la route est aussi belle tout le long! Il n'en faut pas plus pour que nous revenions sur nos pas! Tant pis! Gigi connaîtra notre quotidien dès le départ, ce soir nous dormirons tous dans le Staubus à une station-service!

En fin d'après-midi, alors que Marie-Jo lave le plancher de l'autobus ( on attend de la visite quand même!) Simon voit des pompiers faire leur plein d'essence. Alors qu'il veut aller photographier leur camion il croise un pompier qui est entrain de photographier notre Staubus! Simon lui explique qu'il est pompier au Québec et il lui parle de notre voyage. Le pompier, Mario, nous demande où nous couchons ce soir, quand nous lui expliquons que l'on vient de donner un pourboire au gardien de sécurité de la station-service afin d'y dormir, il nous invite à se stationner à leur caserne plutôt! Nous les suivons donc afin de connaître le chemin ( les directions sont si clair à Managua!), y soupons puis partons, enfin, chercher Geneviève à l'aéroport! Marie-Jo est très émotive à son arrivée, il faut dire qu'au moment de notre départ, cela faisait déjà un mois que toutes 2 s'étaient dit au revoir puisque Gigi partait pour l'Inde tout le mois de juin!

Après avoir jaser tard dans la nuit nous nous sommes installés pour les dodos.....Gigi dans le passage avec un matelas de camping qui se courbe tel un tacos!

Jour 139, nous partons vers une autre caserne escorté par une ambulance ( rien de moins) afin de ne pas se perdre! Le marché de Managua se trouve juste derrière et nous pouvons laisser le Staubus dans le Stationnement de la caserne le temps de visiter le marché. Une chance que nous ne sommes pas lendemain de brosse ou encore qu'il n'y a personne d'enceinte avec nous; le marché vend des parties d'animal que nous ne sommes pas trop habitué de voir....cela va des yeux, aux cerveaux en passant par les pattes, les langues......il y a même des iguanes (qui goûtent meilleur que le poulet paraît-il) et, malheureusement, des œufs de tortues.

Après cette visite, nous sommes encore une fois escorté par une ambulance afin de sortir de la ville et nous nous dirigeons vers la très coloniale ville de Granada. Alors que nous prenons un apéro stationné à la lace centrale, nous recroisons Ernesto et Suzanna, les suisses que nous avions rencontré à Antigua, puis surprise, alors que Simon vient tout juste de lui envoyer un courriel nous tombons sur Benoît notre ami Belge! Nous partons nous installé à leur campement; dans la cour de la croix rouge! Geneviève est choyée, une première nuit dans le stationnement d'une caserne puis à la croix rouge!

Après un bon souper de pâtes rosées arrosé d'une bouteille de vin Californien, que Gigi a eu la bonne idée d'apporter dans ces valises,nous passons une belle soirée sur le terrain de basket ball, tel des adolescents qui veillent dans un parc!

Le lendemain matin, nous partons marché dans Granada Et Geneviève nous offre un excellent dîner à la rôtisserie J13. Nous y rencontrons 2 jeunes Québécois qui sont entrain d'ouvrir une auberge de jeunesse dans la ville. Ensuite nous partons pour le Laguna de Apoyo où l'on tourne encore une fois rond....les routes sont tellement claires!!! Finalement, nous y arrivons en fin de journée, juste à temps pour entendre quelques singes hurleurs. Nous partons souper au restaurant d'un hôtel où on se stationne pour la nuit et ainsi, nous avons accès à leur piscine pour se rafraîchir un peu et sur place, nous retrouvons nos amis Belges.

Jour 141, nous partons au Parque Nacional Volcan Masaya. Avant d'aller voir le volcan accessible en voiture nous visitons l'exposition du centre des visiteurs. Ensuite nous nous dirigeons vers le cratère et sa fumée! C'est le premier volcan que Gigi à la chance de voir et il est définitivement actif! Sa dernière éruption remonte à avril 2012! Malheureusement, le belvédère a été atteint à ce moment et l,on ne peux plus y monter. Au moment de se stationner, un gardien nous signale que nous devons nous stationner de reculons, près à partir au cas où! De plus, nous devons effectuer la visite avec des casques de protection sur la tête! Alors que nous discutons avec le gardien, nous lui demandons si quelques jours avant la dernière éruption, puisqu'il y a des sondes qui indique les risques, le parc a dû fermer. Et bien non! Au contraire, il y avait beaucoup plus de touristes qui y sont venus, excités par le danger et par les sons que faisait l'éruption!

En après-midi, nous sommes arrêté à Léon, espérant se trouver un bel endroit pour dormir mais il y avait beaucoup trop de trafic et les rues sont trop étroites pour que l'on puisse s'y stationner pour la nuit! Nous nous sommes donc trouvé un auto-hôtel en périphérie, pour la nuit.

Les auto-hôtel sont un concept inconnu pour nous, nord-américain. Ce sont des hôtels avec un garage par chambre. Le principe est de pouvoir y cacher son véhicule pour que le monde ne sache pas que l'on y est ni surtout avec qui! Bref, c'est l'endroit pour amener sa maîtresse ou, surtout, pour y faire l'amour avant le mariage!

 

Nous en trouvons donc un où l'on peut se stationner pour la nuit ( rassurez-vous, l'on ne s'est pas caché dans un garage!). Nous devons avouer que le nom du dit auto-hôtel y est pour beaucoup dans notre choix : Le Pussy Cat!

 

Sur place, nous avons eu la surprise d'y croiser des oies ultra territoriales! Impossible de jouer à l'extérieur du véhicule, elles chargeaient tout de suite!!!! Le temps que Simon confirme avec le proprio que l'on peut se stationner, il a été attaqué au moins 4 fois! En plus des oies, il y avait des cochons, des poules et quelques doberman et berger allemand. Bref nous étions protéger!

 

Après une nuit assez étrange, Léa s'étant réveillée en hystérie en hurlant qu'elle avait peur car il faisait trop noir, nous nous apprêtons à partir. Alors que Simon remplissait les réserves d'eau (les oies étaient dans un enclos), il eu droit a un cour sur la révolution du Nicaragua en 1979 par les Sandinistes. Quelle histoire fascinante. Une des facettes du peuple Nica qui nous a charmé dès le début est leur fierté face à cette révolution. Malgré le fait que ce la fait plus de 33 qu'ils ont acquis leur indépendance, partout, à travers le pays, les drapeaux des Sandinistes flottent au vent! Comme si c'était arrivé au printemps dernier!

 

En après-midi nous arrivons à Jiquilillo. Nous avions tant aimé cet endroit que nous nous sommes dit que ce serait l'endroit idéal pour finir notre semaine avec Gigi. Et avec la générosité qu'elle est capable de témoigner, elle nous a offert une chambre d'hôtel afin que l'on puisse se retrouver en amoureux et se faire une petite thérapie de couple! De son côté elle a prit notre lit dans le Staubus avec les 2 enfants à l'arrière!

Jour 143, nous prenons cela très relax. Alors que les enfants terminent leur devoir, les adultes s'offrent un pina colada et un margarita au bar de l'hôtel! Ensuite l'on passe l'après-midi à se baigner et Gigi nous offre encore une chambre pour la nuit ( on y prend goût!) Le lendemain, l'on profite de la plage au maximum car après le dîner, nous devons nous préparer à regagner Managua.....malheureusement toute bonne chose a une fin et Geneviève doit prendre son avion tôt le lendemain matin. Nous décidons donc de dormir dans le stationnement de l'aéroport en se disant que ça termine bien un voyage improvisé!

 

 

En chemin nous nous faisons arrêter par la police. Pour ne pas subir les mêmes problèmes que lors de notre dernière arrestation au Mexique, nous tentons une nouvelle tactique : Nous ferons croire que nous ne parlons pas espagnol! Et bien ça marche!!! L'officier tente de nous expliqué notre infraction ( nous avons passé au feux de circulation alors qu'il était jaune), nous faisons semblant de ne rien comprendre. Lorsqu'il nous demande les papiers du véhicule, nous lui sortons les mauvais papier par exprès! Finalement, il nous dit, en espagnol; ''Tu as passé sur une lumière jaune, c'est illégale mais, je ne sais pas comment te le faire comprendre, alors : vas t'en!'' Nous lui faisons donc des signes pour être sûr si l'on peut partir et nous reprenons la route en s'esclaffant!!!

 

Jour 145, c'est le cœur gros que nous faisons nos adieu à Gigi....par contre on se console en se disant qu'elle vient nous rejoindre au mois de février pour 2 semaines! 3 mois, c'est vite passé! Après son départ, pour se consoler, nous partons à la plage. Cette fois c'est à Pochomil que nous nous dirigeons, un peu plus au sud du pays, toujours le long du Pacifique. Alors que nous nous dirigions vers un hôtel avec une piscine, signalé dans un guide de voyage, afin de demander si nous pouvons s'y stationner et utiliser leurs services, nous apercevons une affiche d'hôtel avec une fleur de lis....nous ne faisons ni une ni deux et nous nous dirigeons en premier lieu à cet endroit; Casa Del Titito. Le propriétaire,André Thibault, qui vient d'arriver après avoir passer 6 mois au Québec, nous accueil à bras ouverts! En plus, son voisin Michel Garceau, qui a aussi une maison à Val-David, est sur place et reconnaît tout de suite le Staubus pour l'avoir vu dans le journal au Québec! Et oui, le monde est petit!

 

C'est avec une énorme générosité qu'André nous accueille dans son hôtel. Pour une modique somme, nous avons accès à sa cuisine, la plage, une toilette et même une douche extérieure! Nous avons passé une merveilleuse journée avec lui et le soir, nous avons souper tous ensemble et avons jaser une bonne partie de la nuit à faire et refaire le monde!

 

Le lendemain matin, Léa part faire un tour de cheval sur la plage. Son cheval est magnifique avec des yeux bleus presque transparents! Pendant ce temps, Zack part avec le cuidador d'André ( l'homme qui surveille sa maison et qui fait la maintenance) ainsi que son fils pour apprendre de nouvelle technique de pêche au filet! En après-midi, Simon et Léa parte avec le ''chauffeur'' d'André, au quai des pêcheurs. Son taxi est en fait un vélo à 3 roues avec un banc à l'arrière où les passagers s'installent! En soirée, Marie-Jo a la chance de cuisiner avec la cuisinière de la Casa Del Titito des crevettes et des langoustines! En fait, Marie-Jo fait office d'aide cuisinière afin de voir comment les langoustines sont apprêtées traditionnellement.

Jour 147, Zackary part avec André à San Raphaël afin de faire des commissions. Simon et Marie-Jo reste à la Casa, en jouant au gérant car André attend une livraison de bière et qu'il a des employés qui effectuent des travaux sur son terrain. C'est une belle pratique pour le jour où nous aurons notre propre hôtel! Après une belle baignade dans la mer, nous accueillons 5 Québécoises qui viennent passer quelques jours à la Casa. Alors que 4 d'entre elles partent souper en ville, Cindy reste souper avec nous puisqu'elle couvre un virus. Nous installons donc une belle tablée dehors et dégustons un bon spaghetti avec un pouding chômeur et un café espagnol : la belle vie! Après le souper, Zack part au village avec un jeune voisin afin d'y voir une partie de soccer. Nous nous sentons comme à la maison. C'est incroyable à quel point Zack s'intègre partout où nous allons. Il est si intéressé et intéressant! Il aime aller pêcher, jouer au soccer et même embarqué à 2 sur un vélo!

 

Jour 148, c'est malheureusement le temps des aux revoir...par contre nous savons que nous nous reverrons, une belle amitié c'est tissé entre nous et André et en plus nous avons tellement eu un coup de cœur pour ce pays que nous envisageons sérieusement s'y acheter un terrain afin de s'y bâtir un jour un chalet, ou qui sait, un hôtel....un jour à la fois, un projet à la fois!

 

 

En attendant, il faut rester terre à terre et il est grand temps pour nous de remplir notre réservoir de propane! Vers San Jorge, on s'informe pour faire le plein mais puisque notre bonbonne est fixée à l'autobus et non interchangeable, il n'y a qu'un endroit dans tout le pays ou c'est possible de la remplir; à Managua! Nous n'avons donc pas d'autre choix que de virer de bord et de retourner dans la capitale! Nous en profitons donc pour retourner dormir chez nos amis pompiers! Le lendemain matin, avant de reprendre la route, Simon vérifie la transmission....depuis quelques jours le Staubus est capricieux dans les rapport de vitesses....Nous sommes un peu inquiet, au Québec, nous avions eu toute une saga avec cette la transmission et avions finalement dû la faire réusinée. Si elle nous lâche, nous n'aurons malheureusement pas les moyens de continuer le voyage plus loin.....nous restons donc à l'écoute jusqu'à ce que l'on trouve un garage qui pourra vérifier le tout.

 

 

Arrivé à Rivas, on trouve de l'huile à transmission, on se dit qu'en attendant ça peut toujours aider. Par contre les instructions sur la bouteille disent d'effectuer une vidange d'huile avant d'appliquer le produit, alors Simon range la bouteille jusqu'à ce que l'on trouve un garage....par contre il lui vient à l'idée de nettoyé avec un souffleur les filtres à air.....miracle! C'est tout ce que le Staubus désirait! Il roule comme un neuf! Nous nous empressons d'écrire à notre ami mécano, Luc, afin qu'il nous fasse parvenir des nouveaux filtres par nos mamans, lorsqu'elle viendront nous visiter!

 

Après toutes ces péripéties et inquiétudes tant pour le propane que pour notre mécanique, nous arrivons finalement à San Jorge, ville sur bord de l'immense lac Nicaragua, face à l'île d'Ometepe. Delà, nous avons une vue magnifique du volcan inactif Madera ainsi que du volcan Conception, qui fume de temps à autre. Nous prenons donc un apéro au coucher du soleil, face à cette île en observant ces magnifiques volcans ainsi que les chevaux et les chiens qui courent sur la plage.

 

 

Ensuite, nous nous sommes dirigés au restaurant Los Ranchitos où nous avons goûter des plats typiques de l'endroit dont du boudins frit au riz....plat très apprécié par Zackary jusqu'à ce qu'on lui explique la composante de ce met!!!

 

 

Jour 150, nous nous dirigeons vers la trop touristique ville de San Juan Del Sur. Simon était venu dans cette ville il y a de cela une dizaine d'année. À l'époque, il n'y avait que quelques motels miteux et un ou deux restaurants. Depuis, la rue principale c'est remplie d'hôtels, de restaurants chics, de tour pour les surfers....le tout débordant dans le village entier, Cela s'explique par le fait que San Juan est à la frontière du Costa Rica. Donc tous les touristes qui trouvaient le Costa trop touristique se sont déplacés vers le nord.....rendant par le fait même cette nouvelle destination tout aussi touristique que celle qu'ils fuyaient! Mais bon, nous nous y sommes installés pour la nuit après avoir pris de magnifiques photos sur la plage....c'est au moment du coucher que le monstre est apparu! Sans crier gare, il est vrai que nous étions tous fatigués et impatients depuis quelques jours, que le ''faux'' problèmes de transmissions nous a amenés à revoir notre itinéraire au cas où....que nous en étions arrivés à recalculer notre budget et voir combien notre voyage nous avait coûtés jusqu'à présent et combien de sous nous restait-il pour la suite....bref, nous étions un peu sur le qui vive et les enfants le sentent dans ce temps-là.....tout ça pour dire que ce soir là, Léa a explosé! Littéralement....elle est tombé dans une crise d'hystérie....nous ne savions plus quoi faire....si nous l'ignorions elle continuait, si nous lui donnions des conséquences, elle amplifiait sa crise.....tellement qu'elle a finit par brisé son lit et qu'elle tomba sur Zack ( avec le panneau de son lit! Bref ce fut la panique générale. Simon, pour se calmer est parti marcher à l'extérieur, les gens le regardait comme s'il venait d'égorger un enfant! Marie-Jo installa Léa dans le corridor sur un matelas et tentas de se calmer. Comme quoi ce n'est pas toujours jojo la cellule familiale dans un espace si restreint!

 

Le lendemain, après des explications, des conséquences ( pas de baignade pour Léa), Simon va à une ferrateria ( quincaillerie) afin d'acheter ce qu'il faut pour réparer le lit. Ensuite, nous partons vers Playa Del Coco, une plage à une trentaine de minute de San Juan, un peu plus déserte! Nous trouvons un magnifique endroit pour dormir au Lug's Place tenu par 2 Ontariens, un oncle et son neveu. L'endroit est magnifique et nous avons accès au wifi, à de l'eau, des toilettes, des douches et leur magnifique plage. Par contre, surprise, le fait que l'on soit dans une baie rend l'eau très froide! Le soir nous nous couchons avec comme berceuse le vent qui siffle à travers nos fenêtres.

Le lendemain, nous prenons la vie relaxe! Nous marchons sur la plage, travaillons sur notre blogue et sur nos vidéo. En marchant nous voyons notre première raie ainsi qu'un gros rat mort!!! Zack rencontre des touristes et des locaux et en profite pour jouer au soccer!

Jour 153, nous repartons vers San Juan afin de faire des provisions avant de traverser vers le Costa Rica. Sur notre chemin vers la ville, nous embarquons 2 fermiers qui ont manqué leur autobus. Ils sont vraiment sympathique, quand nous leur expliquons que nous avons vendu notre maison pour faire ce voyage et à quel point nous aimons leur pays ils nous disent que si nous revenons, ils nous offriront une parcelle de leur terrain!

 

 

Arrivé à San Juan, nous tombons par hasard sur nos amis Albertain-Norvégiens Siri et Kyler, que nous avions rencontrés à Antigua au Guatemala. Eux aussi ils traversent la frontière cette journée là; comme le monde est petit! Nous arrivons donc aux douanes à 11h et à 12h45 nous sommes en sol Costaricien! Vraiment, c'est de mieux en mieux! Cette fois nous avons même été guidé par nos amis puisqu'ils avaient effectués une partie des démarches et pouvaient donc nous enlignés!

 

Et voilà, nos aventures au Nicaragua se sont donc terminés.....mais nous savons que ce n'est qu'un début car définitivement, nous avons eu un coup de cœur pour ce pays et nous nous voyons très bien y vivre quelques mois par année lorsque les enfants seront plus vieux....en attendant, il nous reste une semaine avant que nos mamans viennent nous rejoindre....c'est la première fois que nous sommes séparés d'elles si longtemps....nous tacherons de leur faire vivre des vacances inoubliables!

 

Le Guatemala, la jungle, ses lacs et ses volcans!

Voyez l'épisode 11 de nos aventures;

États-Unis - Washington - Oregon....

 

.............................................................................................................................................

 

Notre premier matin au Guatemala, journée 104 de notre voyage, nous profitons du fait que l'on a dormi dans le stationnement d'un immense centre d'achat pour aller acheter des sandales à Léa qui en a besoin depuis quelques jours! Marie-Jo eu une belle surprise : En plein cœur de la cour centrale du Mall, nous avons trouvé un Mega Paca qui se veut un Village des Valeurs guatémaltèque! Marie-Jo qui habituellement visite les bazars une fois par semaine quand elle est au Québec, fut bien contente de fouiller dans les guenilles! En plus que les hauts-parleurs scandaient le slogan ''Mega Paca; cuesta menos, compra mas!'' qui signifit ''Mega Paca, ça coûte moins cher, achetez-en plus!''

 

Après s'être rassasié en linge usagé, au moment où nous partions, nous et les Brun, nous avons vu arriver un gros VR de 33 pieds québécois.....conduit par des basques!

 

La Famillepassepartout.topdépart.com Béatrice, Christian, leurs enfants Samuel, 7 ans et Arthur 2 ans en plus de Maïka, une superbe border-colley, sont arrivés au Québec au moment même où nous partions, le 27 juin! Comme nous, ils se sont donnés un an pour visiter les Amériques et qui sait, peut-être s'acheter un petit coin de paradis en chemin!

 

Comme nous nous dirigions vers le site de Tikal, des ruines au nord du Guatemala, et qu'eux ne désirait pas s'y rendre nous nous sommes donnés rendez-vous pour le lendemain afin de passer une belle soirée les 3 familles ensemble!

 

Arrivé à Tikal en fin d'après-midi, nous nous sommes installé sur un terrain de camping et sommes parti faire une première excursion sur le site avant le coucher de soleil....le site est superbe, niché en plein cœur de la jungle, en plus de pouvoir y visiter l'une des plus belle cité Maya, il est possible d'y rencontré une foule d'animaux sauvages.....en à peine une heure de marche, nous y avons vu des singes araignées, des dindons ocellés, des cotuzas et des coatis.

Le lendemain matin on se lève à 6 heures pour aller visiter avant qu'il fasse trop chaud et avant qu'il y est trop de monde sur le site, quoi que, puisque nous sommes en pleine saison des pluies, nous y avons plus vu de singes que de touristes! Nous aurions aimé pour visiter le site dès 5 heures afin de voir le lever du soleil du haut du temple V, mais malheureusement, ce type d'excursion est possible seulement avec un guide, puisque c'est avant l'ouverture du site, et cela coûte très cher.

Il nous a fallu un peu plus de 5 heures pour visiter la citée. Le parc National de Tikal mesure plus de 550km carré et contient des milliers de ruines L'ère centrale de la citée a plus de 16 km carré et nous y avons visités plusieurs temple dont l’impressionnant temple V qui une fois en haut, surplombe la jungle dans toute sa splendeur!

 

 

Après cette journée riche en émotion dans la cité qui nous a le plus impressionner depuis le début de notre voyage, nous sommes parti à El Remate sur le bord du lac de Peten Itza où nous attendais nos nouveaux amis basques!

Ce camping gratuit est sur le bord du lac, sur un grand terrain vacant et c'est à cet endroit que les femmes viennent faire leur buanderie la fin de semaine pendant que les hommes pêchent et que les enfants se baignent! Nous avons tellement aimé cet endroit que nous y sommes resté près de 3 jours!

Jour 107, nous partons les 3 familles, à Poptùn a la finca Ixobel, une ferme qui offre des terrains de campings, des cabanes dans les arbres, des palapas ( hutte avec toit en paille) ainsi que quelques chambres. Le lendemain, après le déjeuner, un autobus scolaire est arrivé, rempli d'enfant venu jouer au soccer. Zackary s'est rassasié dans les buts avec ces nouveaux ami(e)s, ça faisait longtemps qu'il avait envie de jouer avec des jeunes de son âge! Au moment du départ, tous les enfants voulaient qu'il aille souper chez eux et plusieurs filles auraient aimé rester plus longtemps à ces côtés! Ce fut de toute beauté de voir toutes les mains lui faire des au revoir à travers les fenêtres de leur autobus!

Le lendemain, au moment de partir, il pleuvait à boire debout et c'est à ce moment que Gus, le cc des Brun, a choisit de s'enliser dans la boue! Après que les hommes aient forcé à poussé dans la terre et qu'ils se soient bien mouillés, une voisine qui travaille à la Finca, est gentiment venue tirer le vr avec son 4 roue motrice. Elle a même refusé le pourboire que Jean-Marc lui a offert! Après cette mésaventure, nous partons les 3 campers vers Rio Dulce. Nous nous trouvons un stationnement chez Bruno's avec une petite piscine et de là, le lendemain, une lancha ( petite barque à moteur) nous prendra au quai pour nous amener sur le rio jusqu'à Livingston, au bord des caraïbes.

Livingston est un petit village accessible qu'en bateau. C'est le seul endroit au Guatemala où vivent les Garifuna, par contre on les retrouves aussi au Belize, au Honduras et au Nicaragua. Leurs racines viennent de l'île St-Vincent où les esclaves africains se sont métissé avec les indigènes caribéens au 17ième siècle. Le langage garifunien est un mélange de caribéen, d'africain et d'un peu de français.

 

Livingston est situé où le Rio Dulce se transforme en la baie de Amatique. En garifuna, le village se nomme Buga, qui signifie bouche.

Avant d'arriver à Livingston, nous avons d'abord fait un escale au Castillo de San Felipe. Ce château et sa forteresse ont été construit en 1652 afin de protéger les villages d'Izabal contre les pirates. Ce qui fonctionna jusqu'en 1686, année où les boucaniers ont réussi à capturer et à brûler la forteresse. L'endroit a ensuite servi de prison puis une fois abandonné, le lieu est devenu des ruines jusqu'en 1956, année où le fort a été rebâtit.

 

 

Ensuite, nous nous sommes arrêtés, afin de se détendre, dans des sources thermales. Ça fait tellement du bien de sentir les courants d'eau brûlants qui contraste avec le reste de l'eau froide et en plus, l'eau sulfureuse est bonne pour la peau! Rien de mieux pour nous tous qui avions un peu abuser avec le rhum la veille!

Après cette journée bien remplie, nous nous sommes dirigés vers la Finca Paraiso. C'est le lendemain, jour 110, que nous sommes allés à cette impressionnante chute d'eau chaude d'environ 12 pieds qui se jette dans une rivière d'eau pure, claire et froide! Simon ainsi que les Basques y étaient allés il y a quelques années, par contre c'était la première fois que nous y allions en pleine saison des pluies ce qui change un peu la donne; plutôt que de pouvoir s’asseoir sous la chute et de profiter de ce moment pour se relaxer et se délier les muscles, il faut nager à contre courant en plein torrent pour se rendre à la cascade et s'agripper de toute nos force afin de ne pas se laisser emporter par le courant! Disons que c'est plus sportif que thérapeutique!

Après s'être battu contre les torrents pendant 2 heures, nous reprenons tous la route pour se diriger vers Lanquin et Seymuc Champey. S'était s'en compter l'état des routes! À 1 km après Soledad, nous rebroussons chemin, Gus ne peut monter cette côte escarpée et recouverte de grosses roches Nos amis nous suggère de continuer sans eux, mais nous ne pouvons nous résoudre à nous séparer ainsi et qui sait si nous ne devrons pas nous aussi rebrousser chemin un peu plus loin. Alors nous choisissons tous de se trouver un endroit sécuritaire afin de passer la nuit et d'employer un autre chemin tôt le lendemain pour arriver à notre but.

 

Revenus à Soledad, nous nous arrêtons sur le terrain de l'église et du centre communautaire puisque c'est assez grand pour stationner les 3 Vr. Surprise! Puisque c'est dimanche, la communauté au grand complet est dans l'église et ils sortent tous, curieux de voir qui et quoi se trouve à l'intérieur de ces drôles de maisons roulantes! Nous nous sentons comme des animaux dans un zoo à la façon qu'ils nous observent! Des regards curieux, venant des jeunes et des hommes et presque apeurés de la part des femmes! Finalement, le chef de la communauté accepte que l'on dorme dans le centre du village. Par contre jusqu'au couché du soleil, les enfants encerclent nos véhicules et se collent le nez aux fenêtres! Et le lendemain, dès que l'on se lève, c'est pareille! Selon nous, ils ont du inscrire sur leur calendrier, où lors de la rétrospective de l'année, Le 14 Octobre 2012, jour où les hommes blancs sont arrivés au village dans leurs drôles de véhicules!

Jour 111, nous quittons donc ce drôle de village pour se diriger à Coban, afin de peut-être gagner Seymuc Champey! Après avoir rouler pendant 2-3 heures sur des chemins infernales, nous arrivons finalement à un immense trou, une flaque, en plein milieu de la route, impossible à traverser. Nous n'avons pas d'autre choix que de sortir la pelle et de jouer aux gars de la voirie! Pendant que les hommes pellettent, les femmes en profitent pour préparer le lunch, tant qu'à être arrêter! Dès que la route est ''réparée'' nous reprenons la cadence dans le même type de routes tout le long de l'après-midi. Vers 17h nous arrivons finalement à Coban, nous allons tous porter notre linge à la buanderie afin d'avoir du linge propre le lendemain. Nous nous installons pour la nuit dans un stationnement de centre d'achat.

Jour 112, nous devons nous rendre à l'évidence, puisqu'il a plu toute la nuit, il nous sera impossible de rejoindre Seymuc Champey. Après tout ce temps à rouler, à risquer notre vie, du moins celle de nos véhicules, sur des chemins escarpés à flanc de montagne, minés par la saison des pluies, nous devons nous résilié et virer de bord! Alors puisque c'est ainsi, nous changeons de cap pour la magnifique ville d'Antigua. Nous arrivons à Guatemala Ciudad à la tombée de la nuit, en pleine heure de pointe et malgré le peu d'indication routière nous réussissons à traversée la ville sans encombre et arrivons au site de la police touristique vers 20h.

 

La police touristique offre gracieusement un espace de camping aux voyageurs, pour le temps désiré. Le site est un ancien hôpital qui s'est écroulé il y a plus de 20 ans. Quelques murs sont encore présents. Sur le site, la police y a un dortoir ainsi que leur école.

Après une bonne nuit de sommeil, nous partons explorer la ville que Simon connaît très bien pour y être venu il y a environ 8 ans. Nous en profitons pour magasiner une école pour Marie-Jo qui entamera une leçon d'espagnol dès le lundi suivant. C'est dans la maison d'une famille qu'aura lieu ces leçons. Antigua est reconnu pour ces cours d'espagnols, les gens viennent de partout à travers le monde pour apprendre ou perfectionner la langue. Habituellement, les cours se donnent en immersions, c'est à dire que l'élève est héberger dans une famille guatémaltèque, le matin est consacré aux heures de classes et l'on mange et dort avec les autres membres de la famille. L'on peut y rester le temps que l'on veut, une semaine ou encore 2 mois!

 

En après-midi, nous partons à la recherche de David Coursol, le frère d'une connaissance à Simon. David habite à Mont-Rolland, mais depuis 1 an et demi, il loue sa maison et demeure à Antigua, où il est guide de motocross pour les touristes. Nous le trouvons au café, de l'entreprise pour laquelle il travaille; CATour. Après nous avoir offert une bière, nous regagnons le campement de la police touristique. En soirée, nous partons souper au magnifique resto Luna de miel, une crêperie tenue par des français. Alors que Marie-Jo prend ces messages, elle confirme que son amie Laëticia, est en ville au moment même. Il n'en faut pas plus pour qu'elle vienne nous rejoindre au resto le temps de belles retrouvailles! En plus, elle a une belle surprise pour Léa, sa fille Maïa, une très bonne amie à Léa, lui envoie une belle carte et une photo! Ensuite on se laisse tôt car demain nous partons faire l'ascension du volcan Pacaya., par contre l'on se promet de se revoir avant la fin de ses vacances!

 

Le volcan Pacaya est un volcan actif de 2552 m. à 25 km d'Antigua. Il nous a fallu près de 3h30 pour arriver au bout de la piste. La première fois que Simon y était allé, on pouvait monter jusqu'au cratère, suite à des irruptions nous ne pouvons plus allé jusqu'au sommet. Tout de même, de où nous étions la vue est très impressionnante! L'on sent la chaleur qui se dégage sous les roches volcaniques qui ressemble à des miettes de biscuits Oréo!

 

Le soir, nous nous sommes installés sur le terrain de la police afin de se faire un bbq avec nos amis Basques et Français. Encore une fois, du bonheur à l'état pur!

Jour 115, nous quittons Antigua pour la fin de semaine avec les Brun. Direction le lac Atitlan. Nous arrivons tard en après-midi et nous nous couchons tôt car le lendemain nous partons explorer le lac et ces villages à bord d'une lancha.

Premier arrêt, Santiago Atitlan où nous allons faire des offrande à Maximòn ( Mah-shee-mohn). C'est une combinaison d'un Dieu Maya, de Pedro de Alvarado (espagnol, d'espagne) et du biblique Judas. Les Espagnols le nomme San Simon, les Ladinos ( métisses indigènes et européens), l'appellent Maximòn, tandisque les Mayas Rilaj Maam. C'est en fait une statue à grandeur humaine que les guatémaltèques visitent afin de lui offrir de l'alcool, du tabac et de l'argent en échange de bénédiction. La statue reste une année entière dans une maison, puis elle déménage pour une autre année. Il suffit de demander au villageois où elle se trouve afin de la visiter, par contre nous n'avons pas le droit de la prendre en photo.

Après cette drôle de visite, nous sommes parti à San Pedro La Laguna où nous avons dîner dans un resto sur le bord du lac, puis on reprend la lancha afin de gagner le village San Juan de la Laguna. Nous marchons un peu dans ce village, nous nous arrêtons pour prendre un café puis l'on revient à Panajachel, vers 17h, acheté ce qu'il faut pour se faire des bonnes banana-split chez Gus! Rien de mieux pour souper!

Jour 117 nous allons à Chichicastenango visiter le plus gros marché du Guatemala. Le parvis de l'église est jonché de monde, de fleurs, d'encens qui brûle, le marché artisanal est magnifique avec tous ces tissus au milles couleurs....des jeunes filles nous suivent tout l'avant-midi, en tentant de nous vendre des babioles et en faisant des beaux yeux à Zack!

Le soir nous regagnons Antigua et le terrain de la police touristique car Marie-Jo débute sa semaine scolaire le lendemain matin.

 

La semaine qui s'ensuivit fut donc assez routinière : le matin pendant Marie-Jo va suivre ses cours de 9h à 13h, Simon enseigne aux enfants et prépare le dîner. En après-midi, nous faisons des commissions, allons au bureau de poste se brancher au net et le soir nous soupons et prenons l'apéro avec nos amis.

Malheureusement, le mercredi, jour 121, vient le temps de faire nos adieux tant à Christine, Jean-Marc et Eliott, qu'à Béatrice, Christian, Samuel et Arthur. Pour eux, il est temps de reprendre la route. Les Basques doivent atteindre le Costa Rica pour le mois de novembre car les parents de Béa viennent les visiter et les Brun doivent augmenter la cadence car il ne leur reste que 7 mois pour atteindre l'Argentine! C'est donc le cœur gros que nous nous disons au revoir. Pour les Basques, nous savons que nous allons le recroiser sur notre chemin, malheureusement pour ce qui est des Français, bien du temps s'écoulera avant que nous allions les visiter en France où eux au Québec. Par chance qu'il y a l'internet pour garder contact!

 

Tout juste après avoir dit adieu à nos amis, Marie-Jo part pour l'école et Simon part en activité parascolaire : une excursion en moto-cross et en scooter avec notre ami David et les enfants! Ils ont passé la journée à visiter les villages aux alentours d'Antigua, une magnifique chute...Léa s'est même fait habillée en costume traditionnelle par une dame dans un marché!

Pour remercier David de cette belle journée, nous l'invitons à souper avec nous et passons une belle soirée en sa compagnie sur le terrain de la police. En fin d'après-midi, un nouveau camper arrive sur le terrain. C'est un couple de Suisse à la retraite qui vont jusqu'en Argentine.

 

Le lendemain, pour le dernier jour d'école, Simon fait une belle surprise à Marie-Jo; lui et les enfants viennent l'attendre à la sortie des classes avec un beau bouquet de gerbera!

 

En après-midi, Nous faisons la rencontre de John, un jeune du Colorado, qui a vécu 3 ans au Mexique et qui parcourt les Amériques en vélo. Plus tard, en soirée, un camper arrive. Nous avons le plaisir de rencontré Nadine et Benoît ainsi que leurs enfants Noam, Nelson et Laurice. Ils sont parti de la Belgique au mois de juillet pour le Mexique, où Benoît a déjà travaillé comme travailleur de rue.

Samedi matin, jour 123, nous profitons du fait que le garage a de la disponibilité pour y apporté Staubus, qui a bien besoin d'une mise au point après les ''belles route'' que l'on lui a fait emprunté! Nous devons lui faire souder le tuyau d’échappement et il a encore besoin d'un nouveau ballon de suspension ( que nous avons puisque Luc nous en avait apporter 2 lors de sa précédente visite).

 

Vers midi, Laëtitia arrive pour passer ces derniers jours de vacances avec nous! Le soir nous organisons une belle fête avec elle ainsi que David. Nous avons su recréer un Mont-Rolland, ici, à Antigua! Se joindra à nous plus tard un couple charmant; Sirie et Kyler, lui originaire de l'Alberta et elle de la Norvège. Ils sont présentement en voyage de noce en Amérique centrale à bord d'une Eurovan. John se joindra aussi à nous et nous avons tellement de plaisir que la police doit venir nous rappeler que nous n'avons pas le droit de consommer de l'alcool sur les lieux...oups!

 

Jour 124, nous partons marcher en après-midi dans le centre-ville d'Antigua et prendre une crème glacée. Ensuite nous revenons prendre une apéro avec nos nouveaux amis Belges et Laëticia ( très discrètement pour ne pas se faire chicaner par la policia!)

En soirée, Laëtitia nous offre un bon souper au resto, à la Luna de miel que nous avions bien aimé. En chemin, nous avons la surprise de croiser sur notre chemin de belle montgolfières, fabriquées en papier de riz par des gens de la place et qui une fois allumée avec du gaz, s'envolent dans le ciel....enfin quelques unes! C'est féerique de voir ces petits feu s'envoler dans le ciel noir alors que nous soupons sur la terrasse au deuxième étage du resto! Le serveur nous explique que cet événement à lieu dans le cadre de la fête de l'assomption.

 

Lundi matin, Simon repart au garage avec le Staubus et nous devons faire nos au revoirs à Laëtitia qui regagne le Québec cette journée là....En soirée, l'on se fait un bon souper avec les Belges.

Jour 126, Zackary ne va pas trop bien, il a la nausée. Il passe la journée coucher dans la tente à se reposer. En après-midi, nous apprenons que nous resterons plus longtemps que prévu dans cette belle ville : la lame de ressort maîtresse de la suspension est brisée! Pour se changer les idées, nous partons souper au resto avec Dave alors que Zack se repose à la ''maison''! David nous fait découvrir le Tuko Baro, un excellent restaurant abordable.

 

Jour 127 c'est l'Halloween!!!! Marie-Jo part en quête d'une citrouille et de bonbons pour faire un atelier avec Zack et Léa mais aussi avec Noam, Nelson et Laurice qui ne connaissent pas l'Halloween puisque cette fête n'est pas célébrée en Belgique.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir mangé quelques bonbons autour de 2 courges déguisées en citrouille pour la cause, nous partons, les 2 familles mangé au resto. Le soir, pour les dodos, puisqu'il manque une roue sur l'autobus et qu'elle est sur le crique, nous n'avons pas d'autre choix que de dormir au garage!

 

Le lendemain, 1er novembre, c'est le jour des morts et nous partons avec les Belges, à Santiago de Sacatepequez ( un nom aussi long à dire qu'à mémoriser!). Dans ce village à lieu chaque année une compétition de cerfs-volants gigantesques à l'occasion de la fête des morts. Originalement, les gens accrochait un message à la corde avec un message pour un être cher décédé. Le message était donc livrer quand le cerf-volant s'envolait!

 

Les compétions ont lieux dans les cimetières, puisque c'est aussi cela la fête des morts : l'on mange, l'on boit et l'on danse sur les tombes de la famille! Ici la mort est synonyme de joie et de fête. C'est un moment pour se rappeler les bons moments passés avec les gens décédés plutôt que de pleurer.

En cette journée, nous étions 200 000 personnes rassemblés dans ce tout petit village. La rue principale était bondée....tant par les visiteurs que par les vendeurs de nourriture et de souvenirs. Nous nous sentions comme des animaux de bétails! Assez étouffant, mais tout de même ça valait la peine pour voir ces immenses cerfs-volants d'environ 25 pieds de diamètre! Fabriqué en bambou et en papier de riz multicolores représentant toute sorte de scènes différentes. Les artisans commence à les confectionné dès le mois de juillet, le soir et les fin de semaines jusqu'à la fin d'octobre!

Après cette journée, nous sommes reparti dormir dans le Staubus, au garage encore une fois!

 

Jour 130, le patron du garage, ne trouvant la pièce pour réparer notre Staubus la fait finalement faire sur mesure!!! Puisque demain c'est dimanche et que le dimanche il n'y a aucun, ou presque, commerce d'ouvert en Amérique latine, nous devons attendre à lundi pour faire installer la fameuse pièce!

 

Entre temps, nous en profitons pour faire dire nos aux revoirs aux amis que nous nous sommes fait ici. Un dernier souper avec Dave, un autre avec Julien et Carolina un couple Franco-Chilien qui se promène en westfalia depuis un peu plus d'un an et demi en Amérique du Sud et Centrale. Marie-Joëlle en profite même pour se taper une indigestion alimentaire dans le garage! Nous faisons aussi nos adieux à Oswaldo, notre nouvel ami mécanicien ainsi qu'à toute l'équipe du garage à qui nous offrons la pizza, un dîner.

 

Et puis le grand jour du départ arrive enfin!!! Mardi nous hissons les voiles pour reprendre la route....après une légère frousse; ayant écouter de la musique une partie de la soirée lors du souper avec Julien et Carolina et puisque les enfants on chacun écouter des films, nous avons mit la batterie à plat! Donc on recharge le tout grâce à Sylvain, un français qui arrive de la Colombie Britannique avec sa copine et des amis puis enfin, cette fois c'est vrai, on reprend notre route!!! Comme c'est bon le sentiment de liberté, ça nous manquait à tous! Nous n'étions jamais resté si longtemps au même endroit et en plus contre notre gré! Mais bon, on peu tourner la page et se dépêcher de gagner le Nicaragua, 3 frontières plus loin, puisque Gigi, la meilleure amie de Marie-Jo et marraine de Zack ,vient nous faire une visite improviser pour une semaine! Dans 5 jours elle arrivera à Managua et nous avons 2 pays à traversé avant d'y être! Alors en voiture pour de nouvelles aventures!

 

Mexico...........la fin!

 
Visionnez la toute dernière vidéo de nos aventures...
Épisode - 10 - Les États-Unis; Washington state...

 

..............................................................................................................................

Au matin du jour 90, une mésaventure débuta notre journée : l'une de nos bouteilles d'eau, de 20 litres, était fendue et s'est pratiquement vidée au complet pendant la nuit! Résultat : de l'eau dans les armoires sous le comptoir et dans le double-fond du plancher là où sont cachés nos doubles de papiers d'identités et l'un de nos disques externe! Par chance, les papiers ont seulement déteints un peu et l'eau ne s'est pas rendue jusqu'au disque externe! Mais tout de même imbiber une dizaine de litres d'eau le matin avant d'avoir bu son café.....ce n'est pas le type de matinée que l'on préfère!

 

Après ce charmant matin, nous nous sommes arrêtés à la Cenote Azul. Nous avions lu dans nos guides de voyages que les cenotes sont des cratères remplis d'eau transparente situés dans des grottes. Alors puisqu'il faisait très chaud, dès que nous avons vu une affiche faisant la promotion de celle-ci, nous sommes allés s'informer des prix. Première surprise, alors que nous étions dans une région du Mexique où le coût de la vie est nettement supérieur au reste du pays et où tout coûte très cher, la baignade était gratuite! Deuxième surprise, cette cenote est à ciel ouvert et l'eau n'y était pas du tout transparente....malgré les craintes de Marie-Jo de se baigner dans ces eaux si profondes, nous avons eu beaucoup de plaisir et ce fut très rafraîchissant!

Le lendemain nous avons passé une parti de la journée à magasiner une villa puisque nos amis, Luc, Mélanie et Chloé, leur fille, arrivaient dans à peine 3 jours! Nous espérions trouvé un endroit où l'on pourrait nous aussi dormir une fin de semaine et eux le reste de la semaine si cela en valait le coût. Akumal et Tulum nous semblaient les 2 villes de choix dans cette région; pas trop touristique comparé à Cancun et Playa Del Carmen, des prix encore raisonnables et en prime, des plages magnifiques!

 

C'est à la Villa Las Brisas que Simon a dégoté la perle rare! Une magnifique villa avec une chambre que l'on peut ajouter à l'appartement ou non selon notre convenance. C'est donc dans cette chambre que nous dormirons pendant la fin de semaine le temps de réparer notre lit dans le Staubus ( après presque 100 jours à dormir dessus, il a besoin d'être raffermit un tant soit peu à l'aide de planche de contre-plaqué!). Ensuite, alors que nous regagnerons nos pénates, la famille Gareau-Roy pourra rester dans le confort de la villa et nous pourrons abuser de la cuisine et de la salle de bain! Non seulement la villa est magnifique, mais en plus, elle donne directement sur la mer turquoise et la plage est l'endroit préféré des tortues pour y faire leur nid! Nous avions tellement hâte que nos amis arrivent pour profiter de l'endroit en bonne compagnie!!!!

Jour 92, nous sommes allé faire une pratique de l'accueil de nos amis! En fait l'on voulait savoir à combien de temps la villa était située par rapport à l'aéroport et voir où exactement nous devions aller les chercher. Ensuite nous sommes allés à la Punta Sam et à la Laguna Chakmochuk, en haut de Cancun. Puisqu'il était difficile d'y dormir, il n'y avait que des terrains privés, nous sommes revenus à la Playa Del Carmen et avons fait dodo entre 2 gros complexes hôtelier dans une ruelle sur le bord de la plage! Ça faisait étrange d'être une petite famille d'aventuriers dans leur Staubus, coincé entre 2 hôtels remplis de gens riches! Les paroles d'une chanson de Richard Desjardins sont venu à l'esprit de Marie-Jo ''As-tu besoin de 5 étoiles quand t'en a 5 milliards dans le ciel?!''

 

Jour 93, dernier jour avant que nos amis arrivent!!!! Nous passons l'après-midi à la Playa Del Carmen. Il est à noter qu'au Mexique, les plages sont toutes publiques. Donc les magnifiques plages des hôtels, nettoyées quotidiennement, sont elles aussi publiques. Et il est bon de préciser que les plages nudistes sont interdites en ce pays, mis à part quelques rares exceptions où les seins nus sont tolérés. Bingo! Sans le savoir nous étions à l'une de ces plages cette journée là! En plus que le sable soit blanc et fin, les filles à moitié nues, l'eau était turquoise! Le paradis! Nous y sommes restés jusqu'à ce que l'on s'aperçoive que l'on ne bronzait plus mais que l'on avait carrément grillés!!!!

 

 

Pour le souper, nous sommes allés se chercher une pizza que l'on a mangé dans un stationnement d'un supermarché tout en écoutant le film Avatar les 4 ensembles.....un restaurant à côté du parking d'un resto-bar où le cuisinier préparait sa braise pour un bbq dans la cour arrière. Au début cela sentait le bon bois mais en plein milieu du film, de la fumée rentrait dans le Staubus par les fenêtres et ça sentait le plastique fondu.....le ''cook'' préparait sa braise avec des chaises de patio brisées!!!! L'on eu beau changer de stationnement, ça l'a senti mauvais une bonne partie de la nuit! En plus, pour agrémenter l'odeur, ce restaurant faisait aussi office de discothèque et l'on eu droit à de la musique jusqu'à 5 heures du matin! Ça nous apprendra à ne pas aller dans les hôtels!

 

Le lendemain matin, nous sommes allés faire notre buanderie avant l'arrivée de notre visite. Pendant ce temps, nous faisions l'école aux enfants dans le Staubus. Pendant que le linge se faisait laver et sécher nous avons fait la rencontre de gens ultra sympathique. Au début, ce fut un père, sa fille et son frère qui nous avait aperçu la veille et qui était curieux de savoir qui nous étions. Nous avons jaser un bout de temps de notre voyage, de leur pays, sa fille était très intéressée par notre projet et elle nous a timidement demandé si elle pouvait nous photographier avec le Satubus! Ensuite, on a fait la rencontre d'un couple Franco-Cubain qui demeure au Mexique depuis leur retraite. Ils nous ont invités à aller chez eux, rencontré leur chien et leurs oiseaux! Malheureusement, nous n'avions pas le temps cette journée là mais ont leur dit que peut-être nous y irions au courant de la semaine avec notre visite si le temps nous le permettait!

 

Après le dîner, nous sommes allé faire une épicerie afin que nous ayons assez de nourriture et d'alcool pour les 2 premières journées avec nos amis. Ensuite après avoir préparé la villa, pris nos douches ( dans une vrai douche!!!) il était temps de partir pour l'aéroport de Cancun!!!

Nous avions réussi à tenir notre langue sur la présence de Chloé afin de faire une surprise à Léa. Par contre Luc et Mélanie avait réussi eux aussi de leur côté à nous faire une surprise : Pascal Faucher, un de nos bons amis était avec eux! Wouhou! Par chance il y avait un divan dans la villa sur lequel il pouvait dormir! Nous étions vraiment content de voir nos amis, nous nous sentions comme si c'était la veille de noël! Et quand ils sont arrivés à la villa....ils n'en revenaient pas! Il furent émerveillés tant par la beauté de la bâtisse que de la plage! En plus, pour agrémenter le tout, c'était soir de pleine lune, nous avons veillé sur la terrasse jusqu'à 6h du matin pour fêter nos retrouvailles!

 

 

Jour 95, nous avons eu la chance au matin de voir une dame déterrer 3 bébés tortues. Près de la villa il y a un organisme qui s'occupe de la protection des tortues. Depuis 1990, le commerce de la tortue est rendu illégal, mais tout de même, il y a encore beaucoup de braconniers qui chassent la tortue pour sa chair et qui récoltent les œufs pour les vendre au marché noir.

 

Après le déjeuner, nous avions tous hâte d'aller se baigner dans la mer. Auracio, le propriétaire de la villa, nous dit que l'on pouvait utiliser ses 2 kayaks, ses planches de bodysurf et son matériel de snorkling! Nous avons passé la journée à se baigner, s'allonger sur les chaises longues, dans le hamac ou sur la terrasse.....de vraies vacances!!!!! En après-midi, Marie-Jo, Pascal et Luc ont eu tout une frousse : un serpent rouge s'est faufiler entre leurs jambes alors qu'ils étaient sur la terrasse!!!!

 

Le lendemain, ce fut une journée de mécanique pour Luc et Simon! Et oui, Luc avait réussit à glisser des ballons dans sa valise pour la suspension du Staubus! Après en avoir changer un, ils ont réparer notre lit dans le Staubus, mais nous ne pourrions le tester avant une semaine puisque Luc et Mélanie nous offraient un beau cadeau : ils nous payaient la chambre dans la villa pour la semaine au complet! Vraiment c'était le noël des campeurs; des amis, presque de la famille, de la bonne bouffe, de l'alcool et des cadeaux! Mariève, notre amie et photographe attitrée nous avait fait parvenir un pot de betteraves marinées, Marielle la maman de Simon nous envoyait des confitures maisons, Sylvie la maman de Marie-Jo, des revues pour tous les 4, Ginette, la maman de Pascal, un pot de beurre d'amande et Bernard, le père de Luc, des sous pour que l'on s'offre tous un bon repas au resto! C'est si bon de se savoir aimer même si l'on est loin de notre monde.....ça fait chaud au cœur!

En après-midi, nos amis les Brun arrivèrent. Nous les avions invité dans notre ''chez-nous'' afin de se faire un souper tout le monde ensemble. Lors de leur passage au Québec, ils avait rencontré Luc ainsi que Mélanie, ça faisait drôle de se revoir tout le monde sur une plage au Mexique! Avant de déguster un chili et un bon gâteau que Christine et Jean-Marc avait apporter, Jean-Marc ne put résister à manger quelques cacahuètes en apéro!

Au jour 97, nous sommes partis à Tulum visiter les ruines qui nous ont un peu déçu. Le site est magnifique, la plage superbe mais c'est tout! Les ruines n'ont rien d’extraordinaires et en plus on ne peut grimper ni même visiter aucun des temples.


 

 


La plupart des archéologue s'entendent pour dire que les ruines furent occupées par les Maya entre 1200 et 1521 et que c'était un important port. La cité fut abandonnée 75 ans après la conquête espagnole ce qui en fait l'une des dernière à l'être. La plupart des autres temples furent délaissés bien avant l'arrivée des espagnols mais les Mayas ont continué à visiter Tulum et les réfugiés lors de la guerre des castes sont venus se protéger entre ces murs. D'ailleurs Tulum signifie en Maya ''Murs'', ses résidents appelaient la cité Zama, ''Aube''. Le nom de Tulum viendrait des explorateurs du début du 20ième siècle.

Après le dîner, nous sommes allés à la Grand Cenote. Là, nous en avons eu pour notre argent! L'endroit est magnifique, l'eau claire et limpide, l'on y voit plein de poissons et en plus on a accès à 2 cavernes à la nage et l'on peut y voir des chauves-souris. En plus, fait non négligeable pour nous québécois en manque de fraîcheur; l'eau était froide!!!! Le bonheur, nous y avons passé un merveilleux après-midi.

Le soir, à la villa nous avons eu la chance de voir une grosse maman tortue pondre ses œufs et ensuite déguerpir dans l'océan. Tout le long de son ''accouchement'' nous étions à ses côtés, silencieux, installé sur des chaises de patios! Ce fut un moment magique!

Les 2 jours suivants furent très relax, plage, baignade, kayak, films, bonne bouffe et bons drinks!

 

Pour notre 100ième journée sur la route, nous sommes partis visiter les ruines de Chichen Itza et se baigner dans la cenote Ik Kil, encore un autre nom avec lequel l'on peut faire des jeux de mots....le meilleur de la semaine revient a Simon avec le nom de la ville où nous dormions : ''Est-ce que tu sais pourquoi Akumal? Parce que sa mère ne lui a jamais appris!'' ( battement de tambour!)

Chichen Itza est probablement le site Maya le plus connu et mieux restauré du Yucatan. Malheureusement c'est aussi le plus touristique et là où il y a le plus de vendeur de souvenirs au pieds carré. Après avoir visité le site au complet, nous en sommes venu à la conclusion que chaque vendeur devait avoir une formation avant d'avoir le droit d'avoir un étal sur le site puisque leur technique de vente était presque toute la même. La phrase la plus courante était : ''cadeau pour la belle-mère, cadeau pour la belle-dutch,'' lorsqu'ils entendaient que nous parlions français. La plus drôle tout en étant la plus désolante était : ''Cheaper than Wal Mart!''. Fait à noter, lorsque les vendeurs vous abordent, presque chaque objet est à 1$ jusqu'au moment où vous paraissez intéressé, le prix de l'objet en question grimpe d'un coup!

 

Mais Chichen Itza n'est pas qu'un grand marché aux puces, il s'y trouve aussi de magnifique temple ainsi que le jeux de pelote le plus gros et le plus important de tout le Mexique. L’acoustique de l'endroit est incroyable, une conversation peut être entendue à plus de 135 m et les clappements de mains font un écho incroyable. Ce qui est drôle lorsque l'on visite d'autre temples, est de voir des touristes testé si le même phénomène se reproduit d'un endroit à l'autre et de les voir marcher en clapant des mains en espérant entendre un quelconque écho!

 

C'est aussi dans cette cité que plusieurs mystères du calendrier Maya furent résolus. El Castillo, aussi nommé la pyramide de Kulkucán,, bâtie par dessus un ancien temple Toltec est en soit un immense calendrier Maya. Chacun des 9 étages d'El Castillo est divisé en 2 par un d'escalier, formant ainsi 18 terrasses se rapportant au 18 mois de 20 jours de l'année Maya. Les 4 escaliers de la pyramide on 91 marches chacun; si on y ajoute le dessus de la plate forme, on a un total de 365, le nombre de jours de l'année. Sur chaque façade du temple, il y a 52 panneaux qui rappellent les 52 années du calendrier ( tel leur siècle, ou ère) Maya.

 

Encore plus impressionnant; à chaque équinoxe ( au printemps et à l'automne) la lumière du soleil et les ombres forment une série de triangle sur le côté nord de l'escalier qui donnent l'illusion d'un serpent qui monte et descend le long de la pyramide.

 

Après cette magnifique visite qui nous a un peu plus impressionner que les ruines de Tulum, nous sommes partis se rafraîchir à la Cenote. Ik Kil est à 3 km environ de Chichen Itza. L'endroit est simplement magnifique! Un immense cratère dans lequel de petites cascades d'eau se jettent et des lianes frôlent la surface de l'eau....en plus, des ''tremplins''sont aménagés dans la grotte afin que l'on puisse se lancer dans le vide! Zackary a adoré l'expérience et a passé plus de temps à sauter qu'à se baigner! Par contre Chloé n'a pas du tout apprécier se baigner parmi les centaines de poissons curieux! Léa au contraire passait son temps à vouloir les flatter!

 

Une fois retourné à la villa, nos amis ont rapidement fait leurs valisent et nous sommes tous allé se coucher puisque nous devions les reconduire à l'aéroport très tôt au matin....déjà!

C'est donc leur cœur gros mais rempli de promesses d'une prochaine visite que nous avons dit au revoir à nos amis dans le stationnement de l'aéroport. Une semaine c'est bien vite passé, surtout en bonne compagnie dans un endroit paradisiaque!

Le soir même, nous sommes allés dormir à Bacalar, un village sur le bord d'une Lagune turquoise où il fait bon se baigner. Afin de se changer les idées un peu noires après le départ de nos amis et puisque que c'était notre dernière soirée probablement au Mexique, nous nous sommes offert un délicieux souper avec les sous que Bernard nous avait envoyer. Bien sur à la base ces sous était censé être pour un souper avec nos amis. Nous avions prévu manger la veille au resto après les ruines et la cenote, mais notre cher gps nous a fait emprunté le chemin le plus long et nous sommes arrivés trop tard pour souper au resto avec 3 enfants, nous avons donc préféré se prendre des pizzas que nous avons mangé à la villa tout juste avant de se coucher! C'est donc sur le bord de la lagune que l'on s'est régalé d'une immense assiette d'un mélange de riz, crevettes, poissons et légumes....cela goûtait un peu comme une paëla, bref ce fut délicieux! Après le souper, nous sommes allé faire une baignade dans la lagune même si il faisait noir....rien de mieux avant le dodo!

 

Le lendemain matin, jour 102, nous faisons une petite baignade dans la lagune puis nous reprenons la route; direction le Belize!

 

À prime à bord, nous étions sensé passer la frontière avec les Brun. Christine nous avait écrit dans le courant de la semaine afin de confirmer le tout. Puisque nous en étions à nos derniers jours avec nos amis, l'on s'était dit qu'on lui répondrait avant de quitter la villa; manque de chance, après avoir fait nos valises, au moment où l'on s'apprêtait à écrire à notre famille et à nos amis tout en faisant chauffer les restants de la semaine avant de quitter l'endroit il y a eu une panne d'électricité! Sur la route, nous avons bien chercher du wifi, mais n'en avons pas trouver.....nous nous sommes dit que le lendemain matin, nous arrêterions à un cybercafé près de la frontière afin de savoir où nos amis étaient rendu, si on les attendait ou bien si nous allions les rejoindre.....De leur côté, n'ayant pas de nos nouvelles, ils ont craint que peut-être nous étions en froid pour une raison quelconque ou encore que nous n'avions pas envie de traverser au Belize avec eux mais que nous ne savions pas comment leur dire.....du coup, ils décident de traverser le même matin que nous sans le savoir!.....tout juste avant de tourner vers la ville où les douanes se trouvent, ils s'arrêtent sur l'accotement pour x raisons.....au même moment nous passons sur le viaduc tout juste à côté! Coup de klaxon et l'on se rejoint à l'entré de la ville! Dans la vie il n'y a pas de hasard ( sauf sur les chars comme a déjà dit Luc!). C'est donc tel que prévu, avec nos amis que nous avons traversé, sans trop d'ennuis les douanes du Bélize. Petit détail, au moment où Simon et Jean-Marc partent annuler nos cartes de touristes, le monsieur au comptoir leur charge 30$ pour sortir du pays. Quand ils reviennent aux VR, Christine et Marie-Jo s'empressent de sortir les factures qui prouvent que ce montant à déjà été payé à l'entrée du pays! Sans s'excuser, le type rembourse Jean-Marc et Simon et explique que c'est différent d'une douane à l'autre et qu'il ne peut demander à chacun si ils ont payé ou non!

 

Ensuite, un homme s'approche d'eux et leur explique qu'au Belize il est obligatoire d'assurer le véhicule. Il leur offre une assurance pour la modique somme de 500$! Puisque nous avons prévu y passer de 2 à 7 jours dans ce pays, nous trouvons ce montant un peu exagéré! Finalement nous trouverons une assurance, arrivé au Belize, au coût de 15$ pour 7 jours! Donc avec les frais de sorti du pays et l'assurance que nous n'avons pas acheter, nous avons épargner la modique somme de 605$ par famille en moins d'une heure! Ce qui équivaut à près de 60 pollos ( notre nouvelle unité de mesure, par exemple; certain poste de péage au Mexique coûte 2 pollos ,200 pesos!)

 

Après les douanes, nous sommes allé manger près de l'océan à Corozal Town. Ensuite nous avons mit le cap pour Bermudian Landing, un petit village créole où nous fûmes accueilli par Robert, un guide du ''Community Baboon Sanctuary''. Un endroit qui protège les singes hurleurs et qui offre des tours guidés ainsi qu'un terrain de camping à côté d'un petit musé. Nous nous sommes stationné pour la nuit au sanctuaire et avons prit rendez-vous avec Robert le lendemain matin afin qu'il nous amène dans la jungle voir les singes et nous en apprendre sur les plantes médicinales.

C'est très excité que nous avons attendu Robert sous la pluie le lendemain matin. Après un léger retard de 30 minutes, un jeune garçon du village est allé le réveiller! Nous sommes parti dans la jungle, à la pluie battante avec un couple d'américain. La jeune fille travaille à la collecte d'insectes, ses informations, combinées à celle de Robert était vraiment intéressantes! En plus de voir les fameux singes hurleurs, les enfants ont pu les nourrir et les flatter. Nous avons vu aussi le fameux maripoza Morpho Azul ( le papillon bleu qui ressemble à un hibou lorsqu'il ferme ses ailes), des araignées immenses, des killers bees, et nombreuses plantes plus utiles les unes que les autres! Une en particulier qui sert de test de grossesse; les mères faisaient faire pipi à leur fille sur ces feuilles lorsqu'elles soupçonnaient que la demoiselle avait perdu sa virginité!

 

Après cette visite, nous avons repris la route afin de se diriger vers le Guatemala. Ce n'est pas que nous n'avons pas aimé le Belize, c'est un pays magnifique, mais nous avions déjà prévu n'y rester que quelques jours afin d'avoir plus de temps pour le Guatemala. Le Belize est un pays intéressants à long terme pour ceux qui font de la plongée sous-marine surtout. Sa côte est très développée et plutôt dispendieuse, de magnifiques atolls s'y trouvent ainsi que des récifs de coraux. Qui sait, nous y retournerons peut-être un jour? Mais pour le moment, la jungle du Guatemala nous attendait! Nous avions hâtes de visiter les ruines de Tikal, le lac Atitlan et la magnifique et paisible ville Antigua entourée de volcans.....encore une fois, l'aventure nous appelait!

 

 

 

Mexico....la suite!

Voyez le 9ième épisode de nos aventures...
La Colombie-Britannique, du nord au sud !
...........................................................................................
 
 

 

...........................................................................................
 
 

Nous voici rendu au 80ième jour, c'est à dire au quart de notre voyage, déjà! Nous avons profité du fait que nous sommes arrivés une journée plus tôt que prévu à Cuernavaca pour aller visiter un site de pyramide en plein cœur de cette ville; Teopanzolco. Nous aurions aimé profiter du site à sa juste valeur, d'autant plus que nous y étions seul, mais l'on ne sait si c'est suite au émotions de la veille ( notre altercation avec la police) ou simplement parce que c'était les premières ruines que nous visitions, mais les enfants n'étaient pas du monde! Nous avons tenté de leur expliquer que les sites archéologiques méritent un respect.

 

En ces lieux, des pages d'histoires ont été écrites, des gens ont été sacrifiés, des Dieux ont été louangés, des guerres ont décimées des villages entier....bien que ces lieux donnent envie de jouer aux espions et aux ninjas, nous nous devons de garder notre calme.....surtout quand deux vieilles dames Maya s'occupent du site et du musé adjacent! Tout de même, nous avons bien aimé ce petit site, qui contient,entre autre, 2 pyramides l'une dans l'autre, comme des poupées russes!

La plus petite et plus vieille pyramide, fut bâtie par les Tlahuicas, il y a plus de 800 ans. La plus grosse fut construite par les Aztèques quand Cortés est arrivé et ne fut jamais terminée. Le nom de Teopanzolco signifie place de l'ancien temple et fait référence à une ancienne construction bâtie à l'ouest de la pyramide, dont des artefacts d’influence Olmec datant de 7000 ans avant Jésus-Christ ont été trouvés.

En fin d'après-midi, nous sommes allés rejoindre Stéphanie, une amie de Simon qui habite Mexico City depuis 5 ans. Puisque que nous ne voulions pas aller dans cette gigantesque ville avec le Staubus, nous nous étions donné rendez-vous ici pour la fin de semaine. Après avoir mangé un bon souper tout le monde ensemble à l'intérieur du Staubus et avoir souligner le fait que c'était la première fois que l'on recevait quelqu'un pour dîner à grand coup de mousseux, nous sommes partis en taxi dans la ville afin de rejoindre Alexandra, une connaissance chez qui Stéphanie allait dormir pendant le w-e. Alexandra nous a fait découvrir un resto bar tenu par des français; l'Arrosoir d'Arthur, un endroit superbe, dans une bâtisse centenaire.

Il nous faisait étrange d'entendre d'autre clients se parler en français! Le propriétaire nous a expliqué que cela faisait 2 ans que lui et son associé avaient ouvert la place et que c'était bien drôle d'entendre les locaux parler de l'endroit, puisqu'en espagnol, les mots arrosoir et Arthur sont imprononçables!!!

 

Le lendemain, c'était la veille de la fête nationale du Mexique. Comme chez nous au Québec, la veille est autant, sinon plus, célébrée que la journée même de la fête! Après avoir rejoint Stéphanie dans le centre-ville, nous sommes allé visiter une magnifique Cathédrale ainsi que le marché central.

 

Nous avons passé une excellente journée et ce, beaucoup grâce à Stéphanie qui nous a fait découvrir plusieurs spécialités de son pays d'adoption! C'était vraiment un jour de fête, nous avons mangé des churros ( pâte à choux façonnée en pâte cannelée, frite et saupoudrée de sucre vendue un peu partout dans les rues du Mexique), des quésadillas, des fajitas, de la soupe aux crevettes avec des yeux qui flottaient à la surface...nous avons même trouvé un plat de frites et fromage qui ressemblait vaguement à une poutine de chez nous et Marie-Jo s'est gavée d'une brochette de chips! Léa s'est fait maquiller un drapeau du Mexique et nous nous sommes acheté des moustaches que nous reluquions depuis quelques jours afin de pendre une belle photo déguisés en mexicains ( Léa a préféré une couronne de princesse avec des pompons aux couleurs du Mexique!).

Après le souper, nous sommes partis rejoindre Alberto, un ami comédien et disc-jockey, qui était engagé afin de faire la musique à l’hôtel (chic) Las Casas. Nous fûmes assez impressionnés par la quantité de corps policier et de l'armée déployés dans le centre-ville et surtout à la place centrale où avait lieux le grand spectacle. Au matin, notre chauffeur de taxi, un charmant monsieur d'une soixantaine d'année, nous avait un peu fait peur lorsqu'il nous avait dit que lui et sa femme s’encabanait dès 16 heures et que ça faisait des années qu'ils n'allaient plus aux spectacles car il y a parfois des fous qui en profite pour tirer dans la foule! Nous nous étions dit que ce genre d’événement arrive aussi chez nous ainsi qu'aux États-Unis et que ce n'était pas une raison pour s'empêcher de sortir, mais lorsque nous avons vu sur le toit des édifices des ''snippers'' bien armés et éclairant la place avec des lampes de poches, digne d'un film hollywoodien nous avons conclu que ce n'était peut-être pas le meilleur endroit pour célébrer avec les enfants! Par contre au Las Casas, nous étions plus qu'en sécurité! Installés sur le bord de la piscine, sirotant une bière et regardant une projection vidéo sur un mur au son du DJ....la belle vie de touriste! Sur le coup de minuit, nous avons eu droit à des feux d'artifices, un shooter de mescal et un tintamarre de flûtes, gracieuseté de l’hôtel! Un peu plus tard, étant très fatigués, le cœur gros nous avons dit au revoir à Stéphanie et avons regagné le Staubus en taxi....

Jour 82, nous partons pour la ville de Oaxaca où nous avons donné rendez-vous à nos amis les Brun.....malheureusement, après avoir tourné en rond plusieurs fois sous la pluie battante, nous devons nous rendre à l'évidence : l'épicerie où nous sommes sensé se rejoindre n'existe pas ou plus!!! Nous leur redonnons donc rdv 2 jours plus tard, puisque de leur côté ils ne sont pas encore arrivé à cette ville.

La ville de Oaxaca a été témoin, en 2006, de gigantesques manifestations débutées par les enseignants. À chaque année des grèves avaient lieu quand venait le temps de négocier les salaires des professeurs, par contre cette année là, le gouverneur autoritaire et impopulaire de l'état, Ulises Ruiz, a décidé de ne pas négocier. Les grèves annuelles se sont transformées en un gigantesque conflit politique; des milliers d'enseignants ont pris d'assaut les rues de Oaxaca. Le 14 juin, Ruiz a répliqué en envoyant des milliers de policiers afin de détruire les barricades des professeurs. S'ensuit une escalade de violence qui s'est soldée par 23 morts à la fin d'octobre....la ville est plus ou moins revenues sécuritaire et le tourisme a reprit en 2007, mais le climat politique et les protestations contre Ruiz ne sont toujours pas terminées.

 

Jour 83, Marie-jo prend un coup de vieux lorsque Zackary perd sa dernière dent de lait....s'en est fini pour lui de la souris et de la fée des dents! Même si il n'y croit plus depuis bien longtemps, il fut content de trouver des pesos sous son oreiller au matin!

 

C'est au matin du 84ième jour que nous recroisons Christine, Jean-Marc et Elliot. Puisque les 2 familles ont des visites différentes de prévues, nous partons chacun de notre côté et nous nous donnons rdv à Mazunte, un village sur le bord de l'océan.....

De notre côté, nous sommes partis visiter les temples de Monte Albán, l'ancienne capitale Zapotec, qui signifie Montagne Blanche. Bâtie en 5 étapes de 200 av. J-C jusqu'en 700 après J.-C, elle comptait une population de plus de 25 000 personnes à son apogée. Abandonnée de l'an 700 à 950, elle fut redécouverte par les Mixtecs qui réutilisèrent ces tombes jusqu'en 1521.

Après cette magnifique visite, nous calculons grâce à notre gps que nous avons amplement le temps de nous rendre à Mazunte après le dîner....c'était avant de s'apercevoir que nous ne pouvions avancer à plus de 30km/heure vu l'état des routes, le fait qu'il pleuvait et qu'il y avait une brume à couper au couteau! Nous arrêtons dans un petit resto sur notre route, la propriétaire, était une vieille dame qui nous fit énormément penser à Thérèse, la grand-maman de Simon. Lorsque nous lui disons où nous allons, elle s'empresse de sortir ces cartes ''routières'' datant de l'époque où ils ont construit la route. Ces cartes étaient en fait des dessins de la montagnes avec une route sillonnant jusque sur la côte.....avoir su que les S qui y étaient dessinés étaient plus ou moins réels, nous serions restés dans ce petit village pour la nuit!

Honnêtement, c'était la pire route que nous avions emprunté jusqu'à présent et même si nous nous étions promis de ne jamais rouler de nuit au Mexique, nous n'avions plus le choix de continuer puisqu'il n'y avait aucun endroit pour s'arrêter afin d'y dormir.....aucun stationnement, ni station-service! Ce n'est qu'à 10 km de Puerto Angel que nous arrivons finalement à un Pe-Mex et que nous y passons la nuit afin de se remettre de nos émotions.

Le lendemain, nous arrivons à Mazunté, petite ville hippie très relax où nous espérons passé du bon temps. On se promène un peu afin de voir si nos amis sont arrivés. Alors que Marie-Jo enseigne aux enfants ''pout-pout'' Gus, leur camping-car s'annonce! L'on part les 2 vr afin de se trouver un endroit où se stationner afin de profiter de la plage et y dormir. Malheureusement, un mois plus tôt, la côte a subi un déversement de pétrole et la plage est encore croustillante de mazout séché....Nous n'avons donc pas le choix, nous payons notre premier camping depuis le début du voyage! Pas si mal en 85 jours! Puisque c'est la saison morte, nous réussissons à négocier le propriétaire du Rancho Los Mangos à 500 pesos pour les 2 Vr, accès à la piscine, aux douches, toilettes et à l'internet!

Au matin du 86ieme jour, Simon profite de l'emplacement pour faire le changement d'huile de Staubus, l'on profite de la piscine et on reprend la route; direction San Cristobal. Cette magnifique ville située dans le Chiapas a 2160 m d'altitude est entourée d'une douzaine devillages traditionnels de communautés Tzotzil et Tzeltal. En plus d'être belle, cette ville est fraîche! Enfin!!!! D'autant plus que nous sommes le 21 septembre, première journée de l'automne, cela nous fait du bien d’enfiler une veste pour marcher dans la ville! Avec nos amis les Brun, nous sommes allés visiter la Iglesia de Guadeloupe. Habituellement, qui dit la vierge de Guadeloupe dit statue de la vierge Marie noire....qu'elle ne fut pas notre surprise d'y voir plutôt un Jésus noir! Crucifié sur le mur et paré de vrais cheveux....assez impressionnant!

Après cette belle marche dans la ville, nous avons regagné notre Staubus que nous avions stationné dans le centre historique au parc central...un vendredi! Jusqu'à 22h, nous avons eu droit à un orchestre qui jouait sous le gazébo du parc et ensuite jusqu'aux petites heures ce fut de la musique ''dance'' et des pétards! Le Mexique à l'état pur!

Jour 88, nous partons vers Agua Azul, un site grandiose où coulent des cascades turquoises dignes d'image de cartes postales.....en saison sèche! Car à cette date, nous avons préféré surnommer le site Agua morreno (brun!!) Toute la terre venant des montagnes se mêlait à l'eau et lui donnait une couleur pas très invitante à la baignade! N'empêche nous passions par là d'une façon où d'une autre afin de se rendre aux ruines que nous voulions visiter le lendemain; Palenque. Ces ruines Maya, en pleine jungle, sont l'une des principales attraction des Chiapas.

 

Le nom Palenque, palissade, est d'origine espagnol. L'ancien nom de cet endroit est Lakamha et signifie grande eau. Habitée dès 100 av. J-C, c'est entre 630 après J-C 740 que la citée prend de l'expention sous le règne de Pakal. Après l'an 900, Palenque fut abandonnée et puisque cette région du Mexique reçoit les plus grosses précipitations de pluies, les ruines ont vite été recouvertes par la jungle. En 1746, un prêtre espagnol s'y est intéressé, puis en 1837, un archéologue new-yorkais. Finalement c'est en 1952 qu'Alberto Ruz Lhuillier, un archéologue Mexicain, a découvert des cryptes cachés sous les plantes grimpantes. Encore aujourd'hui, les secrets de Palenque ne sont pas tous découverts et plusieurs temples sont encore dissimulés par la jungle!

C'est après cette magnifique visite que vint le temps de dire au revoir, pour quelques jours, à nos amis Christine, Jean-Marc et Elliot. De leur côté, ils partaient vers la région de Tabasco puis du Yucatan, tandis que nous, nous devions faire un sprint vers Cancun, ou nos amis Luc, Mélanie et leur fille, Chloé, arrivaient du Québec afin de passer une semaine avec nous. Ils étaient nos premiers visiteurs, nous avions très hâte de les voir et désirions arrivés quelques jours avant eux afin de magasiner un bel hôtel pour les recevoir!

 

C'est donc la tête pleine de belles images et de beaux projets que nous reprîmes la route seul, encore une fois....à l'aventure!

 

 

Dernier pays de l'Amérique du Nord : Mexico nous voici!

 

..................................................................................

Voyez le dernier épisode de notre périple....dans les Glaciers de l'Alaska et de la Colombie-Britanique !

 

 

..........................................................................................

 

 

Après un peu plus de 3 mois à rouler sur les routes du Canada et des États-Unis, il était temps pour nous de traverser la frontière du Mexique. Jour 69 de notre voyage; on s’y attelle! C'est accompagné de nos amis Christine, Jean-Marc et Éliott, Les Bruns en vadrouille, que le lundi de la fête du travail nous arrivons tôt aux douanes dans la ville de Técaté. Nous avions choisi cette frontière qui donne sur la Bahia California par soucis de sécurité et parce qu'elle est beaucoup moins achalandée que sa voisine Tijuana qui se trouve à être la frontière la plus traversée au monde! C'est donc vers 8 heures le matin que nous traversons le poste. Tout va bien, la lumière est verte. Car au Mexique, c'est le hasard qui décide si l'on se fait fouiller ou non, une lumière s'allume au passage de chaque véhicule, si elle est verte, on peut continuer, par contre si a lumière devient rouge; on se range et l'on est bon pour la fouille!

 

Après avoir traversé le poste frontalier, avoir échangé des regards et des salutations avec les policiers et les agents des douanes, tous plus armés les uns que les autres, nous nous demandions où devions nous montrer nos passeports, payer notre carte de touristes.....bref toute chose que l'on doit faire lorsque l'on entre dans un nouveau pays! Mystère et boule de gum! Personne pour nous indiquer le chemin à suivre, aucune affiche ou même de flèches sur la chaussée.....Nous continuons à rouler, nous voyons que nos plaques d'immatriculations sont prises en photo, sans plus! Rendus au milieu du village, nous décidons de rebrousser chemin et de s'informer. Car c'est bien beau de passer les douanes haut la main, l'on savait bien que nous aurions un contrôle routier sitôt sorti de la ville et que si nous n'avions pas nos papiers en règle (tant les nôtres que ceux du véhicule) nous pouvions être renvoyé aux États-Unis!

 

Nous nous sommes donc fait trimbaler d'un bureau à l'autre en repassant devant les mêmes gens, derrière les mêmes vitres et ou bureau, au gros soleil, fait diriger vers une pharmacie du village pour faire faire des photocopies de nos papiers déjà photocopiés ( le commerce appartenant probablement au beau-frère de l'un des douaniers!), le tout sous une température de plus de 30°C ( il est seulement 9h30 le matin une chance!), nous réussissons à obtenir nos cartes de touristes pour 180 jours ( tant nous que nos amis français) et un permis d'exportation pour nos véhicules. Après avoir déboursé plus ou moins 2 220 pesos ( environ 175$ US ) nous pouvons enfin sortir des douanes, 3 heures plus tard!!! Par chance, nous étions parmi les premiers à la frontière, un lundi matin!

 

Ensuite nous nous sommes promenés dans le village afin de trouver des assurances pour notre Staubus. Pour 100$ US, nous avons assuré le véhicule pour 6 semaines. Nous nous étions informé le matin même aux États-Unis du coût pour le même type d'assurance, pour la même période; cela coûtait 150$ US de plus!

 

Après s'être fait offrir un café par nos amis les Brun, nous avons tous repris la route afin de s'éloigner le plus rapidement possible de la frontière qui n'est pas très sécuritaire. Ensuite, la route nous a amener à traverser un désert avec des cactus gros comme des arbres, des pancartes de traverse d'animaux qui nous surprenaient à chaque fois ( traverse de serpent, de tatoo, de lézard, de géo-coucou et j'en passe!), et, beaucoup moins drôle, un mur séparant le Mexique des États-Unis, quand ce n'est pas l'arsenal au grand complet ( char d'assaut et tout le tralala...) par moment l'on se serait cru en Palestine ou encore à Berlin! Un coup la nuit tombée, nous nous sommes stationné à un Pemex (station d'essence) afin d'y dormir de façon sécuritaire pour notre première nuit au Mexique!

 

Le lendemain matin, jour 70, nous reprenons la route tôt afin de se rendre à San Carlos, une ville aux abords de la mer de Cortès. Après le dîner, pendant que nous roulons, nous avons droit à une ondée comme nous n'en avions pas eu depuis très longtemps! Cela confirmait que c'était bel et bien la saison des pluies! En fin de journée, nous nous sommes installés sur la playa Algodones, la plus belle de San Carlos, les 2 VR un à côté de l'autre, seul au monde et avons soupé tout en observant le coucher de soleil. Le ciel était mauve et au loin, nous apercevions des éclairs qui le zébrait. Plus tôt, nous avions rencontré une suisse qui travaille dans un hôtel au bout de cette plage, elle nous avait bien averti de se méfier de la tempête qui se préparait depuis 3 jours. Si elle tombait, nous devions se trouver un autre endroit pour dormir car les vagues pouvaient devenir immense et aller jusqu'à nos VR!

 

Au moment de se coucher, les éclairs étaient encore bien loin alors nous nous sommes dit qu'il y avait peu de chance que l'orage éclate cette nuit-là.....erreur! À 1 heure du matin, nous nous sommes réveillé en sursaut au son du tonnerre. Nous nous sommes dépêchés de sortir pour ramasser les tables à pic-nics et les chaises, mais puisqu'il ne mouillait toujours pas, nous en avons profiter pour monter sur le toit du Staubus afin de photographier le spectacle que nous offraient les éclairs mauves et blanches sur la mer et la plage. Puis tout à coup, le tonnerre à cogner juste au dessus de nos têtes et la pluie promise depuis quelques jours est arrivée! Christine et Jean-Marc sont vite sorti du Gus, nous avons pris nos cliques et nos claques et sommes partis dans la ville se trouver un endroit où terminer notre nuit! C'est donc derrière un stationnement de dépanneur que nous nous sommes rendormis quelques heures!

 

Le lendemain matin, Andrès, un vieux monsieur, nous réveilla en nous expliquant qu'il avait eu la gentillesse de nous ''surveiller'' pendant la nuit et que par conséquent, il aimerait bien que nous lui offrions un pourboire pour qu'il puisse se rafraîchir! Et voilà; '' Bienvenido en Mexico!!! ''

 

Puisque le beau temps était revenu, nous avons payé Andrès puis sommes parti déjeuner à notre campement de la veille, y avons fait l'école, marché le long de la plage et nous nous sommes baignés dans la mer qui était aussi chaude que l'air!

 

 

En fin de journée, alors que nous nous stationnions au super-mercado, nous avons rencontré Alexandro, un pêcheur du coin qui nous a vendu du ''Dorado'', du Mahi-Mahi, frais du jour. En jasant avec lui, nous en avons appris un peu plus sur cette région. Il nous a expliqué qu'il y a 10 ans, San Carlos était un endroit très prisé des touristes, il y avait même un Club Med et un vol direct New-York/San Carlos. Malheureusement, depuis le 11 septembre 2001, les gens ont cessé d'y venir, il n'y a plus d'avions qui atterrissent ici et le Mexique souffre d'une mauvaise publicité. Selon Alejandro, le pays n'est pas dangereux, mis à part quelques villes frontalières, mais sans plus!

Le matin du jour 72, il était temps de dire au revoir à nos amis. Nous avions des plans de routes différents mais probablement que nos chemins se recroiseraient un peu plus tard. Nous avons même envisagé de se rejoindre tout juste avant de quitter le Mexique afin de repasser les prochaines douanes ensemble!

Nous nous sommes dirigé vers l'État de Sinaloa tout en payant une fortune en paiement d'autoroute! Il faut dire qu'au Mexique, il y a des routes payantes et des routes gratuites. Bien entendu, les routes payantes sont mieux entretenues et plus sécuritaire. Par contre se sont les routes les plus chères au monde! Ce qui fait que les locaux les utilisent peu donc la circulation y est très fluides!

 

C'est sur l'une de ses autoroutes que Simon a aperçu sa première tarentule! Quand tu dois changer ta trajectoire pour éviter d'écraser une araignée c'est qu'elle est grosse!

 

Après avoir changer d'heure ( une heure plus tard) nous avons trouver un stationnement de Walt-Mart où nous nous sommes installé pour souper et y passer la nuit, dans la ville de Guasave.

Jour 73, nous arrivons dans la belle ville côtière de Mazatlàn. Fatigué par la route, Simon emprunte le beat mexicain et s'installe dans un parc pour y faire la siesta pendant que les enfants écoutent un film et que Marie lit ses guides de voyages. Ensuite nous profitons du beau temps pour faire une petite marche le long de la Ola Altas, l'allée piétonnière qui longe la plage. Marie-Jo en profite pour prendre quelques photos des magnifiques statues qui ornent la route.

 

Puisque nous nous sommes accrochés les pieds dans le rayon de pâtisserie au super mercado, Simon nous convainc ( sans trop de difficultés) à ce que nous nous fassions un souper de dessert!

Le lendemain, nous partons visiter le marché. Pour Marie-jo et les enfants, c'est une première expérience! Les odeurs, les couleurs les gens....tout est amplifié comparé à ce à quoi nous sommes habitués! Et l'on ne parle même pas des têtes de cochons entières qui nous sourient entre les steaks et les côtelettes sur les étals de boucheries!

Après un léger dîner, nous reprenons la route. En chemin, nous croisons un dragon d'eau, des flamants roses, une tortue et une vingtaine de vautour qui se régalent de la carcasse d'une vache sur le bord de la route! Arrivé à Tépic, nous nous stationnons à un Sorona ( une chaîne de super marché) pour y souper et y dormir.

Au Mexique, dans les stationnement de commerce plus ou moins gros, des hommes passent la journées à siffler afin ''d'aider'' les gens à se stationner. Ils les aident aussi à placer les sacs dans la voiture et ramènent les panier d'épicerie, le tout en échange de pourboire bien entendu! Ils ne sont pas rémunérés par les commerces, leur seul salaire est leurs pourboires. Nous les avons affectueusement surnommés les siffleux! Puisque nous dormons souvent dans ces stationnements, ils sont devenus notre réveil matin!

 

Jour 75, nous partons marcher dans 2 parcs de la villes. Immenses, bien entretenus, ils possèdent tous 2 des volières, un petit zoo, des jeux et même des jeux d'eau au grand plaisir de Léa!

 

Ensuite, nous avons visité la caserne de Tépic. C'est le pompier Louis-José qui nous a fait la visite et qui nous a expliqué que cette caserne compte 2 équipes de 38 pompiers.

 

Le matin de la 76ième journée, nous nous sommes dirigés vers la belle ville de Tequila pour le bonheur de Marie-Jo qui a un faible pour cet alcool ( entre autre!). Comme nous arrivions à la distillerie Sauza, une visite était sur le point de commencer. Nous avons donc visiter la distillerie, goûter à plusieurs types de tequila et de mezcal et en avons profiter pour acheter une bouteille à la boutique cadeau pour boire lorsque nos amis Luc et Mélanie viendraient nous visiter, quelques jours plus tard! Ensuite nous avons repris la route jusqu'à Guadalajara, une ville près de Tequila où nous avons passé la nuit.

Le lendemain, nous avions prévu aller visiter un peu la ville de Guadalajara. Marie-Jo voulait voir le parc des Mariachis entre autre....malheureusement, après avoir tourner en rond, avoir eu énormément de difficulté à se stationner, d'un commun accord, nous avons préféré reprendre la route vers Morélia, une journée plus tôt que prévu!

 

En chemin, alors qu'il commençait à pleuvoir, nous avons vu au loin une tornade se former! C'est assez incroyable de voir se tourbillon grossir et grossir et finalement rapetisser, par chance!.

 

Jour 78, nous sommes parti au centro historico de Morélia et avons visiter le Mercado de Dolces ( le marché des sucreries). Après avoir fait un tour complet du marché, nous avons arrêter notre choix sur des sucreries qui goûtent un peu comme le sucre à la crème en moins bon!

En fin d'après-midi, les gars sont partis se faire couper les cheveux! En 2 mois et demi leurs cheveux avaient poussé et il fait tellement chaud qu'ils n'en pouvaient plus! Malgré le fait que Simon a bien expliqué, en espagnol, à la coiffeuse le type de coupes que chacun voulait, ils se sont tous 2 retrouvé avec des cheveux BEAUCOUP plus courts que prévu!

 

Au 79ième jours, nous nous dirigeons vers la magnifique ville de Taxco. Arrivé à Métépec, une grosse ville sur notre chemin, puisque l,on avait déjà déboursé 350 pesos en paiement d'autoroute, nous décidons de prendre la route publique. Grosse erreur! À moins de 2 km de route, un camion de police nous demande de nous ranger sur l’accotement. Confiant de ne pas avoir enfreint la loi, nous prenons le tout avec un grain de sel et l'on se dit que ça sera vite régler! C'était sans compter la longue expérience en corruption de la police mexicaine! Le motif de notre arrestation était que selon eux, nous n'avons pas le droit de conduire un véhicule avec des vitres teintées au Mexique, alors que pratiquement toutes les voitures en sont équipées! L'un des 2 officiers embarque dans le Staubus, du côté passager et se met à fouiller partout dans l'espoir de trouver de la drogue ou des armes ( ou encore d'en cacher!) Pendant que Simon parle avec l'autre officier et qu'il lui monter les papiers ( permis, assurances, plaques....), Marie-Jo surveille l'autre agent et rassure les enfants!

 

Puisque les agents voient bien que l'on est en règle, ils tentent une autre approche : notre permis d'importation de véhicule ( autocollant posé à la fenêtre, obligatoire pour conduire une automobile étrangère au Mexique). En 2010, le Mexique a célébré le bicentenaire de son indépendance, sur presque tous les papier gouvernementaux, affiches, panneaux de routes la date 2010 y est inscrite. Les policiers ont essayer de nous faire croire que notre licence datait de 2010 et que nous devions en avoir une de 2012! Marie-Jo s'est empressée de sortir le reçu du bureau de douanes, bien estampé avec la date du 3 septembre 2012! Malgré tout, ils nous expliquent qu'ils doivent saisir notre véhicule et que si nous désirons le récupérer, nous devons payer la modiques sommes de 8 000 pesos ( plus ou moins 800$!). Ou sinon, nous pouvons leur laisser nos ordinateurs, caméra et Ipod en ''garantia'' ( cadeau, dans leur langage de flic!). Après avoir discuter, s'être fâcher tout en restant polis ( vive la diplomatie!), nous en sommes arrivés a une entente lorsque Simon a signaler qu'il est pompier au Canada et que nous désirons enseigner à nos enfants le respect des officiers; prenez ce que l'on a dans nos portefeuille et laisser nous partir! Malgré les 700 pesos en poche, l'un des agents voulait vider notre pot de change en plus! Marie-Jo a vite fait signe aux enfants de se taire quand ils ont fait savoir qu'ils pouvaient leur donner leurs économies!

Un coup sur la route, nous avons expliqué aux enfants que normalement la police sert a arrêter les voleurs, mais il arrive des fois, dans certain pays, que c'est la police qui le voleur! Désillusionnée, les yeux de Léa se sont remplit de larmes! Nous avons vite montré le beau côté des choses; nous avons pu conservé et notre Staubus et nos ordinateurs, aucune drogue n'a été cachée dans le véhicule et sommes toutes, 700 pesos ( 70 $) ce n'est pas si faramineux même si notre budget est de 40$ par jours!

 

Notre conclusion de cette mésaventure; si cela se reproduit, nous ferons semblant que nous ne parlons pas espagnol et selon d'autres voyageurs, les officiers par débit nous laisserons passer!

 

Après ces émotions, nous nous sommes dirigés vers Taxco. Une ville superbe, si ce n'est qu'il est impossible de s'y stationner et encore moins de circuler en VR dans ces rues! Les maisons sont toutes construites à flanc de montagnes, les routes y sont étroites et les gens se promènent soit à pieds, ou alors en taxi qui sont tous des coccinelles blanches. À la station service, Léa s'est exclamée : ''Regarde, il y a juste des auto de l'ancien temps!''

 

Malheureusement, puisque nous ne trouvions pas d'endroit pour se stationner et qu'il se faisait tard, nous avons vite filer vers la ville de Cuernavaca, où Stéphanie, une amie de Simon viendrait nous rejoindre le lendemain afin de fêter la journée de l'indépendance du Mexique avec nous. Bien d'autres aventures nous attendaient dans cette ville!

 

La Californie.... la suite !

Voyez le reportage sur exploraventure de l'émission:

C'est ca la vie, à Radio Canada...

...............................................................................................................................................

Visionnez notre toute derniere video:

L'ours et le Saumon.... Les glaciers du BC et de l'Alaska !

............................................................................................................................................

C'est donc à Cayucas, près de Morrow Beach que nous sommes arrivé. La mer était encore une fois magnifique et encore une fois froide! Une dame avec qui nous jasions tout juste avant de s'installer pour le souper nous répondit ceci lorsque nous lui avons demander si la mer serait chaude à Santa Barbara et L.A. : '' The sea will not be warm, but warmer!!!'' avec un petit sourire en coin! Elle nous confirma que nous n'étions pas les premiers touristes qu'elle rencontrait à être surpris que la mer soit si froide en Californie.....nous n'avons pas osé lui avouer que nous espérions qu'elle serait chaude dès l'Oregon!

Pendant que nous terminions notre souper, un délicieux pizza-ghetti accompagné de la bouteille de vin que nous nous étions offert au vignoble l'école, des centaines, voir des milliers de pélicans et de goélands ont surgit de nulle part! Un banc de poisson était sur le bord du rivage et les oiseaux en profitaient! C'était vraiment impressionnant de les voir voltiger  tout juste devant nous et d'observer les mouettes qui attendaient sur la plage afin de recueillir les restants de festins! Ça plongeait, volait piaillait partout, nous nous sentions sur le lieux de tournage de ''The Birds'' de Hitchcock!

 

Le lendemain, nous sommes retourné à la même plage pour dîner. Simon avait lu sur un écriteau de la ville, que ce jour là, samedi, le 25 Août, les tests annuels de sirènes d'alarmes en cas de Tsunami seraient effectué. On s'est dit que ce serait bien de filmer le tout pour le plaisir!

 

Après le dîner nous sommes partis exploré le Montana de Oro State Park ( la montagne d'or) C'est un magnifique endroit de plus de 8000 acres connu pour ses sentiers de randonnées pédestres, équestre ou encore praticable en vélo de montagne. En plus, le parc possède des plages idéales pour pratiquer le surf.

 

En soirée, nous nous sommes offert une belle sortie en famille : Une soirée au ciné-parc! Au début Léa était réticente à écouter un film en anglais mais lorsqu'elle a vu les sacs de chips, de bonbons et la banquette que nous avions installé dans le Staubus, elle n'a pu s'empêcher d'embarquer avec nous dans l'histoire de Paranorman, un petit garçon qui voit les morts dans son village ( en dessin animé par chance!)

 

Au jour 61, nous sommes parti à la plage municipale de Goleta, où nous avons passé l'après-midi. Les enfants ont profiter du sable pour y faire plein de construction et surtout y trouver des sand.... la nouvelle découverte de Zack depuis quelques jours. Un mélange entre une écrevisse et une crevette. Ces bébittes rentrent dans le sable à chaque vague et les enfants adorent les trouver depuis qu'ils ont aidé un pêcheur à les ramasser afin qu'il s'en serve comme appât.

 

Pendant que les enfants jouaient à l'extérieur, les parents, ben installé dans leur bureau ( avec vue sur la mer et sur les enfants) ont répondu aux questions que le magazine camping destination famille leur avait envoyé. C'est en faisant l'entrevue que Simon a appercu quelque chose au large qui semblait sauter à travers les vagues. Avec les jumelles et sa caméra nous avons pu confirmer : Nous voyions nos premiers dauphins!!! L'un des rêves de Léa se réalisait!!!! Au moins 5 dauphins communs jouaient dans les vagues tout près du rivage!

 

 

Après le souper, nous sommes allé marcher sur le quai des pêcheurs dans l'espoir de filmer d'autre dauphins....surprise! C'est un banc de sardines qui sautaient hors de l'eau que nous avons pu filmer! Bien que cet endroit soit réputer pour les maquereaux et les sardines, les pêcheurs nous ont avoué qu'il était rare dans voir autant! Zackary a tant aimé les voir pêcher qu'il nous disait qu'il voulait s'acheter une mer! Plus raisonnablement, il nous a demandé si plus tard il pourrait vivre près d'une plage, pêcher le jour et cuisiner le soir!

Au 62ième jour, nous sommes allé au Arroyo burro park, communément appelé la Hendry's beach, par les locaux de Santa Barbara. Cette fois l'eau était chaude...enfin baignable! Malheureusement, au moment de sortir, nous nous sommes rendu compte que l'on s'était saucer dans une flaque de pétrole....Ouache!!!! Les enfants avaient plein de gouttelettes  sur leur peaux et leur maillots!

 

Le lendemain, nous nous avons réussi à se trouver une plage gratuite, sans pétrole tout juste avant la ville de Malibu, au Point Mugu State Park. Par contre ce fut une plage pour y marcher et y jouer dans le sable car les vagues y étaient bien trop fortes pour pouvoir s'y baigner. Après le coucher de soleil, nous nous sommes trouvé un stationnement dans la très, trop, chic ville de Malibu. Le lendemain matin un monsieur est venu cogner à la porte du Staubus, aussi désolé que nous, pour nous signaler que nous n'avions pas le droit de dormir là.....ce qui confirma notre malaise dans cette ville trop artificielle pour le voyage que nous y faisions! Mais bon, il est amusant de pouvoir dire que nous avons dormi dans un parking de centre d'achat à Malibu! Surtout qu'une bonne partie de la nuit, des camions de vidanges nous ont empêché de dormir!

 

 

Jour 64, nous sommes parti dans l'immense ville de Los Angeles! C'est tout excité que Marie-Jo et Zackary ont repéré les lettres d'Hollywood au loin sous le regard amusé et un peu découragé de Simon!

 

 

Après le dîner, nous sommes parti visiter le Science Center. Les enfants étaient déçu de ne pas y aller lorsque nous étions à Seattle, tout 2 adorent visiter celui de Montréal, c'est pourquoi Marie-Jo avait décidé de leur faire une surprise lorsqu'elle avait lu que celui de L.A. Était gratuit!

 



 

 

 

 

 

 

Nous avons tant aimé la visite que nous y sommes resté jusqu'à la fermeture! À la sortie, Zackary a décidé de nous payer le souper! Nous nous sommes donc prit des plats pour emporter , Mcdo pour les enfants et Yokinoya ( fastfood japonais) pour les parents, et sommes allé mangé le tout dans le Staubus tout en écoutant un film en famille! Pendant le souper, ça cogne à la porte. Un jeune homme est intéressé par notre voyage, nous jasons un instant avec lui il s'appelle Ben et viens du Salvador. Il est représentant pour une compagnie  Rlief, une crème fait à partir d'ingrédients naturel qui aide à réduire les douleurs....en nous en offrant des échantillons ( il tenait absolument à nous offrir un cadeau!) il nous dit que peut-être le recroiserions nous en Colombie car la compagnie y développe un marché et qu'il y sera au printemps!

 

C'est au 65ième jour que nous nous sommes amusé à photographier les fameuses étoiles du Walk of fames sur hollywood Boulevard. Des heures de plaisir à lire le noms des vedettes et de prendre nos coup de cœur en photo!




 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

En fin d'après-midi, nous sommes parti au Griffith park qui est 5 fois la grosseur de Central Park! Nous y avions donné rdv à nos amis français, les Bruns et avions bien hâte de souper ensemble afin de se raconter nos aventures depuis juin! Malheureusement, vers 19h30 ils n'étaient toujours pas arrivés. Nous étions un peu inquiets mais en même temps, étant voyageur nous aussi, nous savions que bien des aléas peuvent arriver. Nous nous avons donc souper et sommes parti voir la ville illuminée du haut de l'observatoire avant de regagner la ville afin de trouver du wifi pour voir si nos amis nous avaient écrit. Figurez-vous que tout ce temps, nous nous trouvions l'un à côté de l'autre, dans 2 aires de pic-nic presque parallèle! Nous leur avons donc donné les coordonnées du stationnement où nous dormions ce soir là et ils sont revenus nous rejoindre au déjeuner!!! 

Après avoir jaser un peu, nous nous sommes redonnés rdv au même parc, en confirmant bien cette fois dans quelle des 2 aires nous serions! De notre côté, nous avions à faire ce matin là : nous nous rendions au bureau de la délégation du Québec de Los Angeles afin devoir si ils avaient reçu ( et conservé) notre trousse électorale!

Nous y avons été reçu comme à la maison ( en un peu plus chic tout de même!). La gentille dame à l'accueil nous a remis nos lettres, nous a fait entrer dans la salle de conférence, offert à boire et a installé les enfants avec du matériel pour colorier. Elle nous a permit de prendre le nombre de photo que l'on désirait et est allé chercher nul autre que le délégué en personne; Alain Houde! M. Houde a été très sympathique, il s'est informé sur notre projet, ce que nous avions vu jusqu'à présent et a répondu à nos nombreuses questions à savoir en quoi consiste exactement le métier de délégué du Québec en Californie. En résumé, on métier est de représenter le Québec et de s'assurer que l'on ne manque aucune opportunité. Il nous a avouer qu'en Californie, ce poste avait peu d'importance en comparaison avec d'autre pays, mais que les plus gros enjeux consiste le marcher du carbone ( la Californie et le Québec sont parmi les premier à s'y intéresser) et l'aéronautique. Il en a profiter pour nous venter le plan nord, Marie-Joëlle avec son chandail free Tibet s'est dit qu'il ne votait probablement pas du même bord qu'elle, mais bon! Il a même remis aux enfants un beau drapeau du Québec et des jumelles ( avec l'inscription look closer at Québec, a nucleus creativity!).

Ensuite nous avons pu voter ( Youppi!) et la gentille dame nous a indiqué l'endroit le plus proche où nous pourrions poster le tout. Et c'est là que tout s'est compliqué....nous étions un peu dernière minute ( nous étions vendredi le 31 août et les élections avaient lieu le mardi 4 septembre). Au bureau de UPS, le gentil jeune homme m'expliqua qu'il pouvait me garantir que mon colis arriverait le 4 au centre de tri à Montréal, mais il ne savait pas à quelle heure, donc peut-être qu'il serait acheminé au bureau des élections que le lendemain.....idem à la poste régulière et en plus cela coûterait 45.00$.....notre budget quotidien pour le voyage est de plus ou moins 40.00$.....nous avons beau être très conscientisé point de vue politique, 45.00$ est hors de nos moyen malheureusement surtout que nous n'avions pas l'assurance que l'enveloppe se rendrait bel et bien à temps! Tout de même nous avons fait notre effort de guerre et nous avons pu démystifier le métier de délégué tout en rencontrant encore une fois des gens très accueillants et aimables.

En fin d'après-midi nous sommes retourné à notre rendez-vous manqué de la veille au Griffith Park et avons souper avec nos amis tout en buvant de rafraîchissantes bières pendant que les enfants s'amusaient ensemble. Ça fait du bien de jaser avec une autre famille de voyageurs, de s’apercevoir que l'on rencontre les même difficultés et les mêmes petits bonheurs! Et surtout, il est rassurant d'entendre des parents faire les même reproche que nous à leur enfant!

Après le souper, nous nous sommes suivi pour aller dormir un vr à côté de l'autre dans un stationnement de Stapples puisque le parc fermait à 22h.

Le lendemain matin, les 2 familles avaient des trucs à accomplir de son côté, nous sommes donc trouver un point de rencontre dans une ville près de la frontière pour le soir même. Nous avions prit la décision de traverser les douanes ensemble. Cela rassurait Jean-Marc et Christine ne parlant pas vraiment espagnol et de notre côté, nous trouvions cela simplement plus sécuritaire comme première ''vraie'' frontière! Nous avions donc convenu de se rejoindre à l'école primaire de Pine Valley en soirée et d'y passer 1 jour ou 2 pour se reposer avant ''d'affronter'' le Mexique!

 

Pendant la journée, un coup notre buanderie fait, nous sommes parti visiter une caserne de pompier de L.A. Nous avions croiser une de leur équipe le matin pendant leur pratique et ils nous avaient gentiment indiqué où aller pour faire une visite complète de leur caserne. Honnêtement, ce fut la visite la plus complète jusqu'à présent! Shawn Phillips ( oui oui comme le chanteur!) nous a fait visiter de fond en comble leur firehouse! Les camions, la cuisine, la salle d'entraînement, le local pour jouer au handball, le dortoir des pompiers, celui des ambulanciers.....le tout avec le sourire malgré nos nombreuses questions! La caserne compte 40 pompiers ( en plus des cadets la fin de semaine), la ville de L.A. en emploie 3000 afin de répondre au 1 400 appels quotidiens! Le tout avec des échelles en bois!!! Zackary trouva très drôle d'apprendre qu'ils jouaient au basket-ball à chaque jour afin de déterminer qui laverait la vaisselle!

 

À la toute fin de la visite, Shawn dû partir précipitamment car son équipe venait de recevoir un appel! Nous avons donc reprit la route afin d'aller rejoindre nos amis qui nous attendaient à Pine Valley.

 

Le lendemain, jour 68, nous avons prit la journée très relax! Cela nous a fait un bien immense de rien faire où presque! Nous étions installé dans un grand parc, les enfants jouaient dans les modules et les parents préparaient leur trajet pour le prochain pays. Tout simplement....de vraies vacances! Cela nous a tant reposer que nous avons décider de mettre nos cadran pour le lendemain matin et de partir tout de suite pour Mexico....c'est donc la tête pleine de questions que nous sommes parti nous coucher après un bon festin partager dans la cour de la bibliothèque municipale. Les douaniers seraient-ils gentils, fouilleraient-ils le Staubus ou le Gus ( le vr de nos amis)? Nous n'étions pas trop inquiets, surtout curieux! Encore une fois; à l'aventure!!!!

La Californie, lieu mythique démystifié!

 

Voyez notre derniere video: Les montagnes vues de Telkeetna / Les chercheurs d or et Dawson City

 

Lisez notre derniere chronique du Journal des pays d en hauts Lavallee... Cliquez ICI

...................................................................................................

 

 

 

Jour 51, nous arrivons enfin en Californie. Nous sommes tous excités!! Arrivés à la pancarte qui annonce l'état, alors que Simon prend quelques photos, Zackary s'amuse à sauter d'un bord à l'autre de l'écriteau pour ensuite narguer Léa en lui disant qu'il est allé 10 fois en Californie lui....mais elle si contente d'y être qu'elle ne se fâche même pas!

 

 

Puisque nous avions promis que la mer sera chaude et baignable rendu en Californie, nous nous dirigeons tout de suite vers la côte. À l'intérieur des terres, la température avoisine les 40 °C, alors nous sommes confiant de se baigner le soir même où alors le lendemain matin.....Et non! Ici aussi la mer est glacée!!! Nous nous empressons de dire que probablement, plus au sud elle sera chaude bien que nous n'osons plus rien promettre! Même la température ambiante est fraîche....pas plus de 25° C.....ce n'est pas ce à quoi nous nous attendions de la Californie mais bon, nous nous amusons quand même sur le bord de la plage à Crescent City à regarder les bernards l'hermitte, crabes et étoiles de mer.

 

 

 

Le lendemain matin, puisqu'il mouille nous décidons de rouler jusqu'à ce que nous trouvions le soleil! Un coup le beau temps retrouvé, nous sommes allés faire un tour sur l'avenue of the giants, une portion du Redwood State Park. Ce parc est divisé en 3 parties le long de la côte ouest et fait partie de la réserve internationale de la biosphère et est un site d'héritage mondial. Pourquoi? Parce qu'il contient les arbres les plus gros du monde; les redwood de la côte ( Sequoia sempervirens). Il y a des millions d'années, ces arbres recouvraient une bonne partie de l'hémisphère nord alors que maintenant ils ne poussent qu'à 2 endroits en Californie, quelques un en Oregon et en Chine. Ces arbres peuvent vivre plus de 2200 ans, pousser jusqu'à 378 pieds ( le record de l'arbre le plus grand, toutes espèces confondues!), avoir un diamètre de 22 pieds et une écorce de 12 pouces d'épaisseurs!!! Dans ces forest, nous nous sentons tels des fourmis, il est impossible de résister à stationner le Staubus et prendre plusieurs photo. C'est si impressionnant de marcher entres ces mastodontes, nous nous sentons comme dans une forêt enchantée!

Arrivé dans la ville de Legget, une enseigne indique un tunnel sculpté dans un arbre traversable en automobile....bien sûr, le Staubus est bien trop gros pour y passer et il nous en coûterait 5.00$ pour simplement passé à côté de cet arbre! Devant cette arnaque, nous faisons demi-tour et reprenons la route 1 pour rouler au bord de la côte. C'est une route magnifique pour y rouler à condition de ne pas être le conducteur! Des côtes, des courbes, des falaises, l'océan.....de toute beauté, mais encore une fois pas de garde fous!

 

 

 

Au jour 53, nous sommes parti pic-niquer au Sonoma Coast State Park, l'une des plages les plus mortelles de la Californie! Les vagues sont traîtres, le ressac est si fort que des pancartes tout au long de la plage indiquent de ne jamais tourner dos à la mer afin de ne pas se faire surprendre par une vague qui peut nous emportée!

 

La principale raison pour laquelle nous voulions allé à cet endroit était pour voir une colonie de phoques ( Harbor Seals) qui vient accoucher à cet endroit chaque année. Les manchons étaient vraiment drôles à sauter dans les vagues et à jouer à cache-cache entre eux pendant que les mamans se faisaient dorer au soleil!

 

Le soir même, nous arrivons à San Francisco! Afin d'éviter le trafic sur le fameux Golden Gate Bridge, nous allons souper au Golden national recreation Area, tout juste devant le pont, d'où nous en profitons pour prendre pleins de magnifiques photos du pont, de la brume et du coucher de soleil. Le soir, nous nous sommes trouvé un stationnement dans le centre-ville, gratuit pour la fin de semaine ( nous sommes un samedi) et y dorons sans se faire déranger.

 

 

 

Le dimanche matin, nous partons à pieds faire notre buanderie dans le quartier. À l'extérieur, Simon apperçoit le Vr de nos amis français, Jean-Marc, Christine et leur fils Éliott qui font plus ou moins le même trajet que nous ( allez voir leur blogue Les Brun en Vadrouille). Malheureusement, nous les perdons de vues et ils ne nous ont pas aperçu. Grâce à internet nous nous écrivons un peu plus tard dans la journée et nous promettons un rdv en Californie!

Pendant que notre linge se fait laver, Marie-Jo demande à Léa si elle aime cela être une Bohémienne ''Belle et à toi?!'' ( Beau et mienne!)

 

 

Après le dîner, nous sommes parti marcher dans San Francisco pendant plus de 6 heures! Nous sommes allés visiter Fisherman Wharf et ses quais bondés de touristes venus se faire divertir par les amuseurs publiques et magasiner dans les nombreuses boutiques. Au Pier 39, malgré la foule et les bateaux, chaque année, des lions de mer viennent s'installer pour quelques mois et se font dorer sur les quais. Nous sommes allés reposer nos jambes et nos pieds ( il y en a des côtes à San Francisco!) dans un parc , le Washington Square dans le très bohémien quartier de North Beach, dans la petite Italie. Ensuite nous avons décidé de nous gâter et d'aller souper au resto. Puisque nous étions près du Chinatown et que Léa avait envie d'un buffet et Zackary de sushi, nous avons enté notre chance pour voir ce que nous y trouverions.....Habituellement nous adorons visiter les quartier chinois des grosses villes que nous visitons. Celui de Montréal est magnifique, celui de New York est dépaysant, celui de Toronto est immense....celui de San Francisco est sale et nauséabond! Peut-être est-ce dû à l'heure de notre passage (17-18h, alors que les commerces vident leurs étalages et se préparent à fermer) mais nous avons vite fait quelques rues et sommes sorti du quartier! Nous nous sommes redirigés vers le Staubus en se disant que nous trouverons bien un resto intéressant en chemin ( Nous étions à San Francisco tout de même l'Endroit pour bien manger au États-Unis!)

 

 

 

Alors que tout l'après-midi nous étions passé devant des restos plus qu'intéressant, maintenant que nous étions afamés, nous ne voyions que des grandes chaînes tel que Mcdo, PFK......tout juste avant d'arriver aux Staubus, nous avons déniché un restaurant rétro, Mel's qui sert les meilleurs hamburger en ville et des sundays 2 fois plus gros que l’appétit de Léa! Et surprise, les enfants se sont initiés aux plaisirs du Juke Box à même la table!

 

 

 

Après s'être rassasiés, nous avons dormi dans le même stationnement que la veille. Le lendemain, jour 55, nous sommes allé passé la journée au Golden Gate Park. Des connaissances, les fondateurs des Aventuriers Voyageurs, qui nous ont commandités des formations en prise d'images de documentaires de voyage et en montage vidéo, s'y trouvaient et nous nous sommes dit que peut-être nous nous croiserions en chemin....mais avec une superficie de plus 1017 acres, difficile d'y trouver quelqu'un!

 

 

Jusqu'en 1869, cet endroit était des dunes de sables. Aujourd'hui, cet immense espace vert héberge le jardin botanique de San Francisco, le Jardin de thé japonais, un jardin de rose où nous nous sommes plut à les sentir les unes après les autres. S'y trouve aussi le Jardin de Shakespeares qui hébergent toutes les espèces de plantes nommées dans ses œuvres.

 

Nous avons fait le tour du magnifique Stow Lake qui entoure la Strawberry Island avons joué dans le gigantesque parc pour enfants, tout juste à côté d'un carrousel où Léa a eu beaucoup de plaisirs, et avons terminé la journée en passant devant un champs qui héberge des bisons! Le soir, puisque tout le monde en réclamait depuis le départ ( et même un peu avant) Marie-Jo à cuisiné des sushis pendant que les enfants jouaient dans une cour d'école, comme quoi il est possible de cuisiner de tout à bord du Staubus!

 

 

Le lendemain matin, léger détail auquel nous n'avions pas tenu compte la veille alors que nous nous étions installé pour la nuit dans le stationnement de la cour d'école : à San Francisco, les enfants commencent l'école le 21 août cette année!!!! Nous nous sommes donc éveiller entouré de jeunes et de leurs parents venus les reconduire!! Surprise! Nous sommes donc reparti dans le parc de la veille pour pouvoir déjeuner tranquillement et avons ensuite repris la route vers le parc de Yosemite ( se prononce Yo-ssé-mi-té!). Comme nous y sommes arrivés à l'heure du souper et qu'il est impossible d'y dormir sans payer un camping, nous avons rebroussé chemin vers le village précédant; Groveland. Nous trouvons un joli parc entre la bibliothèque et la caserne de pompiers. Voyant les camions sortis et les pompiers en uniforme, Simon amène les enfants visité la caserne pensant qu'ils font leur pratique. Oups, c'était en fait une réunion avec les citoyens de la ville afin de décider si la ville de Groveland conserve leur service d'incendie où si il se fusionne avec celui d'une ville voisine. Tout de même, Jarred, un pompier fait faire une visite éclair de la caserne. Après le souper, nous nous sommes stationnés derrière la bibliothèque qui était wifi et nous nous sommes endormi au doux son des grenouilles!

 

 

 

 

Au 57ième jour, nous sommes retourné à l'accueil du parc Yosemite et avons traversé e parc au complet d'ouest en est afin d'atteindre le Mono Lake pour le dîner. Nos amis les aventuriers-voyageurs avait prévu passé la journée, nous nous étions donc dis ''tant mieux si nous les croisons et sinon, nous ferons une visite intéressante!''. Nous ne les avons pas vu mais nous avons effectivement eu droit à une visite des plus intéressante! Zackary était très content d’apercevoir de près ces premiers lézards du voyage!

 

 

Le Mono Lake est une mer intérieure nichée au pied des pics de plus de 13 000 pieds de la Sierra Nevada à l'ouest, de l'ancien volcan Bodie Hill au nord, d'un océan de SAGEBRUSH à l'est et des tours de cendre du jeune Mono Crater au sud. En plein cœur du désert, s'y trouve un fragile écosystème de plantes et d'espèces d'animaux dont certain ne se retrouve nul part ailleurs!

 

 

 

Ce lac est qualifié par certain comme étant la mer morte de la Californie. Depuis 1930, un des 5 affluant du lac est détourné par un aqueduc de la L.A. Departement of Water and Power ( LADWP) afin de fournir de l'eau à la ville de Los Angeles à plus de 355 miles de là! Le volume du lac a chuté drastiquement ce qui fit doublé sa salinité!! En 1976, un environnementaliste, David Gaines s'est attardé au problème. Il s'est rendu compte, que si rien n'était fait, le lac serait complètement sec au bout de 20 ans! Un comité à donc été formé et après plusieurs années de batailles juridique et de lobbying, en 1994, La California State Water Ressources Control Board a obligé la LADWP à réduire la quantité d'eau dérivée du lac. Ceci permit au la de regagner 20 pied. En août 2008, sa surface attaignait 6383 pieds, soit moins de 8 pieds des objectifs du départ!

 

 

 

En plus de sa faune et de sa flore unique, l'on peut observé un phénomène des plus étranges au Mono Lake : les tours de Tufa ( Too-Fah). Ces tours sont formées par l'eau fraîche du printemps qui contient du calcium se mélange à l'eau du lac alcaline qui est très riche en carbone. Cela forme des tours qui ressembles à des châteaux de sable que la nature aurait pris plaisir à construire!

 

Le nom de Mono Lake vient de la tribu des Kutzadika'a, ou les Mono Lake Paiute, les amérindiens qui vivent dans le Mono Basin. Ces amérindiens utilisaient les ALKALI FLY PUPAE comme l'une de leur première source de nourriture. Les Yokuts, une tribu avec qui les Kutzadika'a échangeaient des glands, les nommaient les Monache, qui signifit '' mangeur de mouches''. Mono serait donc le diminutif de Monache et désigna la région ainsi que les gens qui y habitaient vers les années 1850.

 

 

Après avoir marché et filé dans les sentiers du Mono Lake, nous avons repris la route vers le Parc Yosemite. Arrivé au Pothole Dome, nous n'avons pu résister, malgré la chaleur, à le grimper jusqu'au sommet. C'est comme une immense boule de granit. Une montagne ronde et lisse! Nous avons ensuite souper à Wawoma près de la sortie du parc avant d'aller à Fresna afin d'y passer la nuit. Le Parc Yosemite est un endroit magnifique, mais nous ne pouvons dire si c'est parce que nous avons vu trop de belles choses en si peu de temps, si nous sommes blasé ou simplement que nous n'y sommes pas allés au bon moment de l'année....toujours est-il que nous n'avons pas été impressionné par cet endroit. Pourtant, c'était l'un des parcs que nous avions hâte de visité alors que nous étions au Québec et que nous lisions des magazines sur les States park! Nous croyons qu'il est préférable de le visiter au printemps quand les chutes coulent à flots et que la température change drastiquement d'un jour à l'autre. Nous le saurons si nous y revenons!

 

 

 

Jour 58, nous sommes partis visité le Sequoia Park. Là encore malheureusement la magie n'a pas opérée...Probablement que la chaleur accablante n'aidait pas! Nous avions été si impressionné par les gigantesques Redwood au bord de la côte que ceux si nous on laissé un peu plus froid! Bien sur, ils sont magnifiques et nous avons adorés nous photographier à côté, de se sentir si minuscule dans cette forêt de géant....mais sans plus.

 

 

En terme de volume de bois, le Séquoia Géant est l'arbre vivant le plus gros au monde. Une seule espèce d'arbre vit plus longtemps, une a un plus large diamètre, trois deviennent plus hautes mais aucune n'est plus large! L'arbre le plus populaire du parc, le General Sherman tree, est estimé à 2 200 ans, ses plus grosses branches font 7 pieds de diamètre.

 

 

En plus de faire près de 40° C ( nous avions lu que nous aurions peut-être froid étant dans les montagnes!) la route que nous empruntions était en construction....ce qui veut dire que nous devions attendre parfois près de 45 minutes avant de pouvoir avancer dans les courbes abruptes et étroites aux travers des ouvriers Mexicains! Bref, rien pour nous faire aimer ce coin de pays! Mais tout comme le Yosemite Park, probablement que si nous étions arrivé en Californie en avion, sans avoir passé 2 mois dans les rocheuses, le Yukon, l'Alaska, les glaciers, les vallées et Volcan de Washington et la côte de l'Oregon, nous aurions adoré visiter ces endroits!

 

 

Le lendemain matin, nous n'en pouvions plus de cette chaleur. Tant pis, nous avons fait un sprint et rouler jusqu'à l'océan! Tant qu'à avoir chaud aussi bien que ce soit près de l'eau! Depuis que l'école était recommencé, les piscines publiques étaient de moins en moins facile d'accès....aussi bien retourné à la mer! Et puis les enfants ont bien hâte de se baigner dans les vagues...à 40°C, nous nous disons que cette fois, l'océan sera plus chaud qu'en Oregon! Le sera t-elle? C'est ce que l'on vous dira dans le prochain blogue!

 

 

 

 

 

L’Oregon, une côte magnifique, des dunes de sable et le Crater Lake

 
Voyez notre derniere video, sur la route de l Alaska...,disponible sur notre chaine YouTube

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 

 

Jour 45,nous sommes retourné en Oregon pour de bon! Au bord de la rivière Columbia, nous avons visité 2 chutes; Horsetail et Multnomah. La gorge de la rivière est reconnue pour ses nombreuses chutes et ses nombreux touristes venus les voir! C'est pourquoi nous nous sommes contentés de 2 escales, même si elles sont toutes magnifiques!

 

 C'est au jour 46 que nous sommes enfin arrivé sur la Côte. Après avoir à peine entrevue l'océan à Vancouver, nous avions hâte de tremper nos pieds dans les vagues! Après une marche d'1.5 miles au Ecola State Park dans une forêt qui ressemblait presque à la jungle, nous sommes enfin arrivé sur la plage....surprise : l'eau est froide! Nous qui pensions nous baigner, nous avons plutôt marché aux travers des rochers....ce qui fut encore mieux qu'une baignade! Nous y avons observé nos premiers crabes, Bernard l’hermite, anémones de mer et de gigantesques étoiles de mer! Ce fut un magnifique après-midi!

 



 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, Marie-jo avait lu dans son guide de voyage, qu'une route menait à 3 capes avec des phares, des sentiers et des sites d'observations d'animaux (phoques, lions de mer, oiseaux marins....). Malheureusement, la brume, le vent puis la pluie était de la partie! Nous ne voyions pas plus loin que notre main! En plus il faisait froid...comme l'automne à Tadoussac! Plutôt que d'aller marcher, nous nous sommes installé bien au chaud dans le Staubus avec un bol de soupe  face au cape Meares... le mauvais temps eu raison du mal de gorge que Marie-jo traînait depuis quelque jours....la fièvre se mit de la partie.....

 

Le lendemain, jour 47, nous avons profité du beau temps et sommes allé marcher sur la plage du Seal View Point à Lincoln City. Nous avons observé des gens qui lançaient une grille attachée à une corde avec un pilon de poulet dedans....au début nous pensions que c'était pour saumurer la viande avant de la faire griller....de vrai touriste quoi! Après les avoir bien observé et jasé avec eux, nous avons compris que le pilon était en fait un appât pour pêcher du crabe! Zack en chasseur et pêcheur amateur fut très impressionné et aurait passé la soirée complète à les observer! Sur une pointe face à nous, nous avons observé des phoques communs qui se faisaient dorer au soleil....après avoir parlé avec un pêcheur, il nous a expliqué que cette pointe était située au bout d'un quartier de personnes très riches....mais tout de même, nous pouvions aller voir, peut-être qu'ils nous laisseraient y aller pour filmer les phoques.

 

 

Rendu à la guérite, le garde nous expliqua que malheureusement nous ne pouvions passer, même pour notre documentaire, par contre, il a eu la gentillesse de nous signaler d'autres endroits où nous pourrions voir des lions de mer de près et les filmer! Nous sommes donc partis dans la ville de Newport, juste à côté de Lincoln City et avons marché dans la Bayfront, le quartier face à la Marina, qui longe la côte. Nous sommes passés devant des usines où les poissons et les crevettes sont traités directement en sortant du bateau. De grandes baies vitrées nous permettaient de voir toute la chaîne de production. En marchant, nous entendions japper au loin....rendu au bout des quais de la Marina, nous avons vu les drôles de lions de mer installés sur les rochers, qui jappaient à qui mieux mieux!

 

 

Au matin du 48ième jour, le mal de gorge de Marie-Jo est pire que jamais. Simon ayant eu 2 amygdalites l'une après l'autre a vidé la réserve d'antibiotique des parents.....Marie a bien tenté de se soigner avec la pharmacie naturelle que la Clef des Champs nous a fourni, cela a fonctionné tout l'été mais cette fois, la fièvre ne la lâche pas. Tant pis, il est temps pour elle de se servir des assurances voyage et d'aller tester le système de santé américain! La réceptionniste de l’hôpital a la gentillesse de lui expliquer que cela coûtera moins cher si elle va à la clinique juste à côté plutôt qu'à l'urgence . Arrivée à la clinique, une autre réceptionniste lui fait remplir un formulaire puis lui explique qu'elle doit rejoindre son assurance pour avoir un numéro  de réclamation ou encore, elle peut payer puis se faire remboursé ensuite par son assurance. Donc, il en coûtera des frais de base de 65.00$ puis une facture sera envoyé pour les frais supplémentaires selon les soins qui lui seront prodigués. À peine 2 heures d'attentes, une infirmière, très sympathique, lui fait un prélèvement buccal puis un médecin lui explique qu'elle a une infection à la gorge ( ah oui?!) et lui prescrit des antibiotiques ainsi qu'un rince-bouche médicamenté.....le problème est qu'il y a autant de temps d'attente pour avoir la prescription rendu à la pharmacie!!!! 

 

Par chance, pendant ce temps d'attente Simon a pu aller au Staples ( le bureau en gros anglophone) afin de régler un autre dossier : Comment voter aux États-Unis? Tout d'abord, nous avons rejoins par courriel, le bureau de vote du Québec qui nous a clairement expliqué que nous devons avoir une adresse aux États-Unis afin que le bureau puisse nous faire parvenir une trousse d'élection. Pour cela, nous devons leur faire parvenir notre dossier ( 2 pièces d'identité avec adresse au Québec et un formulaire disponible sur le site internet) tout cela avant le 16 août....soit 3 jours plus tard!!!! À prime à bord, nous sommes bohémiens et avons vendu notre maison.....donc nous n'avons pas d'adresse au Québec ni au États-Unis! Par chance avant notre départ nous avons fait un changement d'adresse pour la liste électorale ( entre autre) se doutant bien qu'avec le climat politique qui régnait, il y aurait des élections pendant notre absence! Donc notre adresse de correspondance est celle des parents de Simon. Par contre pour notre adresse aux États-Unis, nous n'étions pas plus avancé. Nous avons calculé approximativement où nous serons rendu au 4 septembre, date des élections. Nous aurions aimé avoir traversé la frontière du Mexique, mais comme cela risque d'être encore plus ardu de voter de ce côté, nous resterons quelques jours aux alentours de Los Angeles afin d'y faire poster la trousse au bureau de la délégation québécoise. Simon leur envoie donc un courriel afin de s'assurer qu'il est possible de faire cela et n'ayant pas de réponse, nous faxons nos documents au Québec en espérant que le tout soit conforme! Quelques jours plus tard, Marielle, la maman de Simon, nous écrira comme quoi des enquêteurs d'élection provinciale sont allé chez elle pour confirmer nos informations!!! Comme quoi c'est difficile d'exercer son droit de vote lorsque l'on est vagabond!

 

Après toutes ces péripéties, une fois nos papier faxés et les médicaments achetés,nous avons repris la route jusqu'à Cape Perpetua, afin de marcher sur le bord de la mer à marée montante avec d'immenses vagues qui nous arrosent en allant se frapper contre les rochers!

 

 

Une fois les enfants couchés,  Simon a fait des tartes aux mûres! Marie-Jo avait préparé le remplissage à tarte plus tôt en soirée pour ne pas gaspiller ce qui restait de la cueillette du début de semaine, mais après le souper, les antibio lui donnaient trop de nausées pour qu'elle cuisine, Simon s'est donc bien amusé devant les fourneaux!

 

 

Au 49ième jour, nous sommes parti au John Dellenback Trail afin d'aller se promener dans les dunes. Des km de sables à perte de vue! Nous avions vraiment l'impression d'être dans le désert!

 

 

À l'épicerie le matin, nous nous étions laissé tenté par des soucoupes en plastique ( pareil comme nos luges pour la neige) qu'ils vendaient à chaque bout d'allée en indiquant ''Ideal for the Sand Dunes''....malheureusement, soit que c'était un attrape touriste où alors nous n'étions pas dans les bonnes dunes....bref nous avons acheté et traîner la soucoupe pour rien! Une chance que nous nous sommes retenus, au début nous voulions en acheter 2!

 


 

 

 

 

 

Puisque les enfants étaient gentils, avant d'aller dans les fameuses dunes, nous avons fait un immense spécial : Nous avons manger de la tarte pour dîner! Et pour dessert, nous avons mangé de la crème glacée au Dulce de leche! Le Bonheur total!

 

 

Au jour 50 nous sommes parti visiter le Crater Lake. Ce lac est formé dans le creux d'un volcan ayant été en éruption il y a de cela 7700 ans. Des siècles de pluies et de fonte des neiges l'ont rempli.  C'est le lac le plus profond des États-Unis, 1 943 pieds, et la plus grosse réserve d'eau pur au monde, 4,9 trillions de gallons d'eau!

 

 

En été, une route permet d'en faire le tour. À mi-chemin, après avoir souper, nous avons emprunté un sentier qui nous permettait d'aller jusqu'au bord du cratère. En bas, Simon a filmer un couple qui s'est lacer d'un rocher pour atterrir dans le lac! Zack les enviait, il aurait bien aimé que ces parents le laisse essayer....



 

 

 

 

 

En remontant, Léa se plaignait que c'était trop long pour remonter jusqu'au Staubus...Simon a usé de psychologie inversé et lui a remit les clé du bus en lui disant ''Si tu arrives avant nous, part pas avec le bus sans nous'' et bien ça l'a fonctionné! Elle a fait un sprint jusqu'en haut de la montagne, une bonne demi-heure de montée qu'elle a fait au pas de course, seule! Lorsque nous sommes arrivé en haut, elle était assise et nous attendait, fière de son exploit! Nous lui avons promit un 100% dans son devoir d'éducation physique!

 

C'est le lendemain, 51ième jour que nous avons traversé la frontière de la Californie, État mythique....

nous avions bien hâte de voir ce que cet endroit nous réserve comme aventures! 

 

Washington : Seattle, le Mont Rainier, les vallées et le Mont St Helens


Voyez le 4ièm épisode de notre périple :

Goodbye Alberta... Alaska highway (première partie)

 

...................................................................................................................................................................................................

C'est sans grandes craintes que nous avons traversé les douanes des États-Unis. Peut-être était-ce parce que ça l'avait été trop facile en Alaska, toujours est-il que nous étions confiant de ne pas avoir de problème. Seul point négatif que nous pouvons formuler est que le douanier avait l'air extrêmement bête!

Pour notre dîner du 38ième jour, Simon nous a amené à Everett, dans le stationnement de l'usine de fabrication d'avion, voisine de Boeing, où il a travailler il y a 10 ans! Cela lui faisait tout drôle de revenir en ces lieux! Nous avons donc mangé nos sandwichs en observant les avions et les hélicoptères décoller.



 

 

 

 

 

 

Ensuite nous nous sommes dirigés vers la belle ville de Seattle un peu plus prêt à affronter un centre-ville qu'à notre arrivée à Vancouver! Cette ville nous a beaucoup plus et pourtant elle aurait pu nous rebuter dès le début; sur l'autoroute, une affiche nous indiquait de synchroniser notre radio au AM  car il y avait un message d'intérêt public : Amber Alert! À la radio, on nous signalait le numéro de plaque d'une Altima ayant à bord un enfant kidnappé! Nous en avons profiter pour remémorer les mesures de sécurité avec Léa et Zackary afin qu'ils comprennent qu'ici, ce n'est pas des grizzli que nous devons nous méfier!

Puis à peine entré dans la ville, nous arrivons sur les lieux d'un meurtre! La flaque de sang, le camion avec un trou de balle dans le pare brise, les voitures de police.....Welcome to Seattle!

 

Finalement, après avoir tourné en rond pour se trouver un stationnement, nous avons conclu qu'il était préférable d'aller dans un stationnement payant afin de ne pas écourter nos visites pour un parcomètre. Nous calculons qu'avec 16$, cela couvrirait amplement le temps dont nous avions de besoins pour visiter les alentours....finalement cela nous coûta 20$, la machine du stationnement ne remet pas la monnaie! On s'est senti un peu touriste par cette arnaque, mais c'est à nous de lire les petits caractères!

 

 

Direction le monorail afin de parcourir une partie de la ville à vol d'oiseau. Léa est très impressionnée, cela lui rappelle vaguement un précédent voyage à Miami. Ensuite nous marchons vers le célèbre Pike Place Market. 
 

Ouvert au début du 20ième siècle, c'est le plus vieux marché encore en fonction des États-unis. Nous avons bien aimé y marcher pour regarder tous les produits offerts; des étals de poissons aux boutiques de cartes de sports en passant par les magnifiques bouquets de fleurs et les magasins de bandes dessinées. Et que dire du mur de bubble gum?! Aussi dégueulasse qu'intrigant!C'est aussi à cet endroit qu'à vu jour le premier café Starbuck.



 

 


 

 

 

Ensuite, nous sommes revenus à pied vers le Seattle Center, où nous avions stationner le Staubus. Dans une cour intérieur il y avait des spectacles gratuits avec des dégustations et des jus gratuits.....nous nous sommes même fait donner un ballon de plage et un cd de musique pour un road trip à Washington!

 

Après avoir pris quelque photos de la fameuse Space Needle, cette tour de 605 pieds de haut, nous nous sommes offert un festin digne des rois dans le Staubus, poitrines poulet grillées, papillote de légumes et asperges rôties! Pour digérer, nous sommes retourné au Seattle Center où il y avait un spectacle de son et lumière à la fontaine centrale avec un D.J. Live. La musique faisait top peur à Léa, alors nous avons simplement déambuler dans le parc en écoutant les musiciens de rues et en observant les gens de la place avant d'aller s'installer pour la nuit.



 

 

 

 

 

 

 

C'est au 40ième jour que nous sommes parti observer le Mont Rainier. Avec ses 14 410 pieds il est le plus haut sommet de Washington, situé dans la chaînes de montagne des Cascades. Le mont Rainier est un volcan  relativement jeune, d'à peine 500 000 ans d'existence! Tout comme le Mont St-Helens, ce volcan peut exploser n'importe quand, ce qui rend la visite encore plus excitante!

 



 

 

 

 

 

 

 

C'est tout d'abord par le site de Sunrise, à 6 400 pieds au-dessus du niveau de la mer, que nous sommes allé l'observer. C'est le plus haut point accessible en auto et la route n'est ouverte qu'en été. Après avoir pic-niquer, nous avons emprunter la sunrise natural trail qui nous a fait découvrir la beauté des fleurs sauvages que nous offre la flore unique de ce parc. Après cette marche, nous sommes allés souper à Paradise, site qui nous permet d'observer la partie sud de la montagne.

 

En soirée nous avons roulé vers la vallée de Yakima. Puisqu'il faisait noir, nous n'avons pas vu que nous étions rendu dans une région désertique, ce fut une belle surprise de sentir l'air chaud sur notre peau en ouvrant les fenêtres, cela faisait changement des neiges éternelles du Mont Rainier! Alors que Seattle reçoit jusqu'à 37 pouces de pluie par année, cette région en reçoit à peine 8 et les températures peuvent atteindre 100°F (38°C) aisément, au moment où nous y étions, il a fait plus de 40°C et notre frigo dans le Staubus avait bien de la difficulté à faire son boulot!

 

 

À prime à bord, nous n'avions pas prévu venir dans ce coin de pays,  mais Dave Knight avec qui Simon a marché sur le Salmon Glacier, habite à Walla Walla, à côté de Yakima et nous nous sommes dit, ''Pourquoi ne pas aller lui porter les dvd tournés lors de cette marche directement chez lui plutôt que de les lui poster?!''Nous savions qu'il ne serait pas encore revenu de son voyage, mais nous avons pensé que ça lui ferait une belle surprise à son retour! Nous voilà donc dans cette région, surpris par ce climat et ce décor! C'est magnifique, la presque totalité des fruits de l'état de Washington y pousse.....vous savez le petit collant sur les Granny Smith indiquant Washington....il y a de forte chance qu'il est été appliqué ici! Tant de fruits sont cultivés ici que la région a hérité du surnom ''Fruit bowl of the nation''!. C'est aussi ici qu'est produit la plupart des vins du Washington.

 

Au 42ième jour, Marie-Jo a décidé qu'il était temps de faire une sortie destinée un peu plus les parents. Depuis le début du voyage, nous tentons de faire plaisir aux enfants, soit dans le choix des musées, de randonnées....aujourd'hui il était temps de faire plaisir aux parents, d'autant plus, qu'en ce 7 août, nous fêtions nos 8 ans de vie commune. Quoi de mieux qu'une visite d'un vignoble suivi d'une dégustation de vin pour souligner cela? Lorsque l'on annonça notre programme de la journée nous pensions devoir nous justifier, surprise; les enfants étaient aussi emballés que nous par ce choix de sortie!


 

C'est sur le vignoble L'École °41 que s'est arrêté notre choix parmi la trentaine ouvert au Public à Walla Walla. La bâtisse est magnifique, une ancienne école comme l'indique son nom avec une grosse cloche à l'entrée que Léa s'empresse de faire raisonner dès notre arrivée! Première déception, les vignes ne sont pas ici, nous pourrons donc pas visiter le vignoble en temps que tel mais par contre il est possible de déguster les produits pour 5$ nous avons un choix de 6 dégustations le tout gratuit si nous achetons une bouteille.....avec la chaleur qui régnait, après 4 dégustations, nous avons préféré nous arrêter et ce choisir une bouteille que nous dégusterions plus tard.....le voyage nous  rendrait-il plus sage?!

Après avoir été se rafraîchir à la piscine municipale, Nous nous sommes dirigés vers la maison de Dave, en banlieu de Walla Walla....vous vous rappeler que l'on avait souligner le fait que Dave ressemble comme 2 gouttes d'eau à Jean-Guy, le père de Marie-Jo....encore plus étrange, sa maison ressemble à la sienne!! Une charmante demeure, sur une île, entouré par des vergés, 2 chevreuils nous saluent au passage.....un endroit superbe où il semble faire bon vivre!

Ensuite nous avons amené les enfants mangé au Mcdo et quant à nous,nous nous sommes offerts des sushis que nous avons dégusté au lit une fois qu'ils étaient couché, le tout accompagné de champagne et de chocolat noir aux amandes salées...c'est pas tous les jours que c'est fête!

Le lendemain matin, nous nous installons dans le parc afin de faire un peu d'école, ensuite les enfants s'intègrent tout naturellement au camp de jour.....tellement que les monitrices les invitent à dîner!

 

 

 

 

Nous avons ensuite repris la route pour se diriger vers la Columbia River afin de Zig-zaguer entre l'Oregon et l'état de Washington.  Au jour 44 nous nous sommes diriger vers le Mont St-Helens, un volcan qui est entré en éruption pour la dernière fois le 18 mai 1980. L'explosion qui en découla fut plus forte que 27 000 fois la puissance d'une bombe atomique telle que celle d'Hiroshima!

 

Malheureusement, 57 personnes sont décédées lors du tremblement de terre de 5.1 à l'échelle de Richter qui s'ensuivit.....en plus de l'onde de choc qui a saccagée des centaines de km de forets, c'est plus de 172 mile carré qui ont été enterrés sous des millions de tonnes de roches volcaniques et de cendre. Le nuage de cendre a atteint 11 états!

 

En chemin vers le Mont, nous sommes tombés sur une talle de mûres; impossible de ne pas s'y arrêter, depuis le début du voyage nous espérions trouver des mûres mures! Une heure et 5 litres de fruits plus tard, nous avons repris la route avec des idées de confitures et de dessert en tête!

 

C'est vers 18 heures que nous sommes arrivés au visitor center du Mont St-Helens. Les rangers étaient sur le point de fermer mais ont pris le temps de bien nous expliquer les endroits à visiter tout en nous indiquant des places sur la carte ou nous pourrions dormir gratuitement! Emballés par notre voyage, ils sont venus visiter notre Staubus avant de fermer le centre!



 

Après le souper, nous sommes allés visiter les Apes Caves du lava tube. C'est un tunnel sous terrain d'environ 1.5 mille formé par la lave lors d'une éruption il y a plus de 2000 ans.

 

C'était très impressionnant de se retrouvé seuls sous terre, éclairé que par nos lampes de poches....malgré que nous ayons enfilé des chandails chauds, nous regrettions nos tuques, il fait froid et humide dans les profondeurs de la terre!

Pour se coucher, nous nous sommes installé dans un stationnement qui sert d'escale au motoneigiste l'hiver. Nous étions seul sous le ciel étoilé....le bonheur!

Au matin, nous sommes partis voir le fameux Volcan du côté Est, moins fréquenté par les touristes que l'ouest, mais tout aussi joli!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons vu le Spirit Lake, sur lequel flottent encore des milliers de billots de bois atterris là suite à l'impact de l'éruption. Nous avons profiter d'une présentation sur le volcan offert par l'une des nombreuses rangers du parc. Malgré que Léa ne comprenait pas trop, les enfants ont bien aimé le ''spectacle''!

 

Ensuite il était temps pour nous de dire adieu à l'état de Washington, nous avions bien hâte d'aller en Oregon ( qui se prononce Or-uh-guns!). Pleins de nouvelles aventures et de rencontres nous y attendaient et nous avions hâte de poursuivre notre route.....

 

 

La Colombie Britanique du nord au sud!

 

 

 

Voyez le tout dernier épisode de notre aventure : de Banff à Jasper 2ieme partie !

 

................................................................................................................................................................

 

La Colombie-Britannique est la troisième plus grosse province du Canada, plus grosse que tout états confondu! Les premiers aborigènes originaires de l'Asie, y seraient arrivés il y a plus de 15 000 ans via le détroit de Béring. C'est au 18ième siècle que les premiers explorateurs européens sont apparus. En 1820 a commencé d’opéré ces postes de traites à travers la régions. En 2012 ce fut au tour d'Exploraventure de visiter cette magnifique province à bord du Staubus!

 

Jour 28, nous revenons au B-C, province que nous avions à peine effleuré entre l'Alberta et le Yukon. Tout en roulant, Marie lit dans un de ses guides de voyage qu'un détour d'à peine 67km nous mènerait à un glacier, à la frontière du sud de l'Alaska....étant resté sur notre faim avec le glacier de l'Athabasca, nous nous sommes dit ''Why not?!'' C'est donc sans trop d'attente que nous nous sommes dirigés vers Stuart, BC et Hyder,AK.  Quelle belle surprise cette route! Des montagnes, des glaciers, des chutes......de toute beauté! Encore une fois, la chance nous sourit, les routes viennent tout juste de ré-ouvrir après avoir subies de fortes avalanches. Sébastien, de Whitehorse nous avait dit la même chose à propos du Yukon; quelques semaines avant notre arrivée il n'y avait pas moyen d'entrer ou de sortir de Whitehorse, les épiceries étaient vides et il n'y avait plus d'essence dans la ville!  

Nous passons devant Fish Creek, un parc avec une passerelle en bois d'où nous pouvons voir des grizzli pêcher du saumon.....pour à peine 5$ par adulte. C'est donc accompagné d'une cinquantaine de personnes que nous attendons l'ours, jumelles, appareil photo et caméra bien en main. Au tout début nous fûmes impressionnés de voir frayer les saumons dans les eaux transparentes de la rivière. Ensuite, de voir voler au dessus de nos têtes un aigle Royale valait facilement le 10$ déboursé. Mais le clou du spectacle fut de voir cet immense ours brun se jeter dans l'eau afin d'attraper son souper....époustouflant! Malheureusement, Simon n'a pu capter le tout avec sa caméra car il y avait trop de monde devant lui, par chance, Marie-jo qui était à l'écart  avec Zackary a pu filmer le spectacle avec son petit appareil photo, c'est mieux que rien!

 

 

 

Après ces émotions fortes, nous avons décidé d'aller au bout de la route, même si une famille de Français nous a dit que ce n'était qu'un cul de sac , qu'il n'y avait rien au bout et malgré le fait ( ou parce que) qu'une affiche indiquait ''À vos risques et périls''. C'est donc par cette route criblée de nid de poule, de dinde devrions nous dire, que nous avons aperçu le ''l'orteille'' du glacier Saumon. Nous aurions pu nous arrêter là mais nous avions du diesel, de la nourriture en plus du goût du risque , alors nous avons décidé de continuer! Et nous avons bien fait! Tout en haut de cette route sans garde-fou, plus que dangereuse mais oh combien magnifique, nous avons compris pourquoi le Salmon Glacier est le 5ième plus gros glacier au monde! Devant cette vue panoramique, nous avons rencontré Keith Scott  dit :The Bear Man! Un monsieur du Nouveau-Brunswick qui vient dans cette région depuis 30 ans afin de prendre des photos et des vidéo d'ours chaque été et vendre ses livres et ses dvd. L'hiver il fait des conférences dans les écoles. Malgré ses 70 ans, il dort tout l'été dans sa tente où dans son auto quand il fait trop froid!

 

Après avoir soupé tout en haut du glacier nous avons décidé d'aller jusqu'au bout de ce chemin. Une pancarte indiquait défense de passer puisqu'il y avait eu des avalanches, mais Keith nous signala que les camions avaient terminé de dégager les routes en après-midi....après 16 km de route en courbes, côtes et trous (toujours sans garde-fou)  nous avons compris pourquoi l'endroit n'est pas plus touristique et pourquoi il n'y a aucune pancarte qui annonce le glacier. Tout au bout se trouve des mines d'or et de cuivre, soit en fonction ou alors en construction....nous supposons que les industries minières n'ont pas envie de voir apparaître des hôtels et des restaurants dans l'coin!

 

 

C'est donc après cette journée riche en émotions que nous nous sommes installés en haut du glacier pour dormir....Vous imaginez le vertige lorsque nous avons regardé par la fenêtre au matin?



 

Jour 29, Simon, gonflé par les émotions de la veille et par la magnifique vue qui accompagne notre déjeuner, a déjà planifié sa journée! Il débutera par une entrevue avec Keith The Bear Man, pour le documentaire, suivi d'une descente, tant que les sentiers nous le permettrons, vers le glacier.
 


 

En se préparant pour notre marche, Dave Knight, un monsieur en vacance qui  est installé avec son camper près du sentier, vient nous poser des questions à propos du Staubus. Emballé par notre voyage, il nous raconte qu'il vient de l'état du Washington et qu'il était sensé aller avec sa femme en Alaska pour leurs vacances mais que finalement, trouvant le glacier trop beau, ils ont terminé leur route ici! Il nous fait part qu'il aimerait aller sur le glacier, qu'il a l'équipement pour 2 personnes mais qu'il ne peut y aller seul car c'est trop risqué.....Simon saute sur l'occasion! Quelles sont les chances de rencontrer quelqu'un dans ce coin plus que perdu qui a les connaissances et le matériel nécessaires pour aller sur un glacier?

 

 

Pendant que Simon se prépare, Dave vient nous porter un documentaire, Death by medicine, qui traite des erreurs médicinales subies aux États-Unis dans lequel lui et sa femme, Cherryl, sont présentés.  Cherryl souffre de problèmes neurologique sévères suite à une mauvaise médication. Petit à petit elle retrouve la mémoire mais elle a encore de nombreuse périodes d'absence....Dave tient à ce que l'on en parle le plus possible afin d'éviter que cela se reproduise et aussi pour que le documentaire soit vu dans le plus de pays possible.

 

Vient ensuite le grand moment de la descente vers le fameux glacier....2000 pieds de dénivelé, une descente d'à peine 30 minutes mais tout en éboulis et très abrupte! Ensuite, après avoir mit des crampons et que Dave est bien examiné la situation, les gars on marché sur le glacier pendant au moins 1h30! La sensation était extraordinaire, sans parler du bruit que la glace fait sous chaque pas! Bien sur le tout fut filmé afin de nourrir notre documentaire! Ensuite ce fut le temps de l’ascension ....une montée d'environ 1 heure afin de regagner le Staubus. Épuisé, endolori mais le regard fier Simon arriva tout en haut de la falaise avec le sentiment d'avoir accompli quelque chose de grand que peut de gens  ont fait! Il faut préciser qu'en plus, Dave est le sosie de Jean-Guy, le père Marie-Jo. Autant physiquement que mentalement....le même rire, la même moustache, la même philosophie de vie et en plus tout 2 sont des professeurs retraités!



 

 


 

 

 

 

 

Dave était professeur de musique et il est encore aujourd'hui chef d'orchestre en plus d'être un organiste, il a offert de composer la musique pour le documentaire. La vie est si bonne, elle met les gens qu'il faut sur notre chemin et cela est encore plus palpable en voyage.....

 

Le soir venu, malgré que Simon soit très raqué, nous avons reprit la route après le souper pour rejoindre Smitters, où nous attendaient 2 amis, Adrianne et Sam. En fait nous étions sensé arrivé la veille, mais puisque ce sont eux mêmes des voyageurs, je savais qu'ils ne seraient pas trop inquiet! Léger détail, à l'heure où nous sommes partis, la station d'essence était fermé, nous nous sommes dit qu'à la jonction il y aurait sûrement un garage et avons prit une chance.....il y avait bel et bien un garage mais il semblait abandonné depuis belle lurette! C'est donc déçus que nous avons rebroussé chemin en se disant que ceux qui nous suivent sur www.trakgps.com/se demanderaient ce qu'on fait! Nous étions si fatigués, rappelez vous que le chauffeur du Staubus a marché 4 heures sur un glacier cette journée là, que nous ne ralentissions même plus en voyant des ours noirs dans les fossés!


 

C'est finalement au trentième jours de notre voyage que nous sommes arrivés  dans le magnifique village de Smitters. Sam et Adrianne loue une maison sur la ferme d'un de leur ami. Les enfants étaient tout exciter d'y voir des chèvres, des poules, un chien et un chat....Léa apprit qu'il y avait des chevaux en pension dans le champs un peu plus loin, nous avons dû promettre que s'il ne mouillait plus le lendemain nous irions les saluer!

 

 

La maison est simplement magnifique! Et simplement est le juste mot! Étroites, sur 2 étages, poêle au gaz, eau du puits, toilettes sèches dans la cour et verrière qui longe la maison où poussent de délicieuses fines herbes.....C'est vraiment superbe comme endroit avec une vue sur la vallée et le lac....à couper le souffle!


 

Nous avons passé une merveilleuse soirée avec un de leur ami, Luc, un Français en voyage dans l'Ouest Canadien pour l'été. Adrianne nous a concocté une délicieuse omelette pour souper avec des œufs frais, le tout en bonne compagnie alors que la pluie tombait à l'extérieur....le bonheur! Le lendemain, alors qu'ils se préparaient pour une fin de semaine dans un festival de musique, Sam nous a fait visiter la ferme et les jardins. Nous avons eu la chance de repartir avec un frigo rempli de bons légumes récolté par Marie-Jo et les enfants; des zuchinis, des pois mange-tout, des oignons, des fines herbes du kale et même de délicieux cocos que les enfants sont allé cherché dans le poulailler! Vive l'abondance de la ferme, et puis les enfants mangent des trucs qu'ils n'aimaient pas avant simplement car ils les ont cueilli eux mêmes!


Après les adieux, nous avons roulés jusque tard dans la soirée pour atteindre Prince George.

 

 

Le lendemain nous avons roulé le plus que l'on pouvait afin de se rapprocher de Squamish, une petite ville près de Vancouver où nous pensions visiter un de nos amis de Ste-Adèle, Xavier, qui y demeure l'été afin d'y faire de l'escalade....En calculant le kilométrage, nous croyons être capable d'atteindre la ville en fin de soirée. C'était en n'ayant jamais emprunté la Sea to Sky highway! En plus que nous l'avons fais à l'envers, alors dans notre cas ce fut la Sky to sea highway!!! Une route incroyable où l'on peut soit tomber dans le vide ou recevoir une roche sur la tête! D'autant que nous l'avons emprunté de soir et qu'il a commencé à faire noir...c'était plutôt inquiétant! Finalement, arrivé à Whistler, nous avons préféré nous arrêté pour la nuit et arriver à Squamish en avant-midi le lendemain plutôt que tard dans la nuit.


 

C'est donc au jour 33 que nous avons rejoint Squamish, après un bon déjeuner de pain doré à bord du Staubus! Arrivé dans la ville, nous sommes allé voir quelques endroit reconnu pour l'escalade au cas ou nous y croiserions le Westfalia de Xavier,  bredouille nous nous sommes dirigé vers la piscine municipale, où nous avons pu nous rafraîchir et prendre une douche debout! Le bonheur!!!! Ensuite, à la demande générale, Marie-Jo à cuisiné un pâté chinois pour le souper, puis elle est partie avec les enfants marcher à la marina, sur le bord de la grève avec les enfants. Des odeurs qui commençaient à ressembler à l'océan nous montaient au nez!! Nous avons même pu y observer notre première marée! Pendant ce temps, Simon travaillait dans le Staubus pour réaliser la première capsule vidéo! Nous avions averti les enfants que nous profiterions des 3 prochain jours passé à Squamish afin de travailler....Nous avions une capsule à faire, des photos à mettre en ligne, une chronique à envoyer pour le journal et un blogue à mettre à jour! Par chance, la ville offrait plein de parc où nous pouvions nous stationner afin que les enfants aillent jouer pendant ce temps! Le soir alors qu'ils dormaient nous nous stationnions au Mcdo, afin d'utiliser le Wifi pour mettre tout cela en ligne. À chaque nuit, à minuit, minuit et quart, nous y avons vu un coyote traversé le stationnement et passer juste à côté du Staubus....y'a pire comme environnement de travail! Ensuite nous allions nous coucher dans le stationnement du Save-On-Food, une chaîne d'épicerie....Léa ayant lu le nom de la bannière nous dit :''En français, est-ce que ça s'appelle le Savant Fou?'' Il n'en fallait pas plus pour que nous rebaptisions le supermarché!



 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendu au 35ième jour, nous avons su grâce à Facebook, que Xavier était toujours au Québec....nous avons tout de même décider de rester une journée de plus à Squamish afin d'offrir au Staubus un changement d'huile...et oui, déjà le deuxième depuis le début du voyage!!! Nous en avons fait du millage depuis nos chères Laurentides!


1er août, 36ième journée du voyage, nous sommes arrivés à Vancouver. C'est une ville magnifique, le problème est qu'après être allé au Yukon, en Alaska et d'avoir vu le nord du B-C, nous n'étions pas prêt à l'apprécier à sa juste valeur....les grands espaces et les stationnements gratuit nous manquaient!!! Nous avons quand même profiter de l'océan afin d'y faire une courte marche sur une plage bondée de chiens. Ensuite nous avons réussis à trouver un stationnement près d'un parc afin que les enfants se dégourdissent pendant que les parents préparaient le souper.....ensuite alors que nous repartions afin de se trouver un endroit pour passer la nuit, Marie-Jo remarqua que malgré l'heure, 20h, les gens semblaient s'installer dans les parcs plutôt que de les quitter....Elle regarda dans une revue de la ville en même temps que l'on entendit à la radio que nous étions en plein festival de feux d'artifice et que ce soir là, le Brésil était en compétition! Vite! Nous sommes dépêché afin de trouver un autre stationnement et avons attendu la noirceur afin de profiter de ce beau spectacle!

 

 

Le lendemain, nous avons tourné en rond toute la matinée afin de trouver des commerces que nous indiquait notre gps mais qui s'avéraient soit fermé, déménagé ou alors en rénovation!!! Nous avons finalement pus trouver un Future Shop pour la Gopro, une banque de Mtl afin de changer de l'argent canadien en américain et un Canadian Tire d'où Simon a pu faire quelque réparation et graisser le Staubus à même leur stationnement. Conclusion, Vancouver nous a été utile comme point de ravitaillement, sans plus....nous nous sommes promis d'y revenir avec un plus petit véhicule ou encore en utilisant les transports en commun et de prendre le bateau afin d'aller sur l'île de Vancouver!


En soirée, le Staubus traversait les douanes de Washington en direction de Seattle.............

 

Le Yukon, l'Alaska et encore le Yukon!

*Visionnez notre toute dernière vidéo:

Épisode 2 de nos aventures dans les Rocheuses entre Banff et Jasper !

 

*Lisez notre chronique du mois d'Août dans le Journal des pays d'en haut Lavallée: Cliquez ici

 

*Surveillez la toute dernière édition du Magazine Camping & destination famille, en kiosque dès maintenant... Une superbe entrevue sur notre Grand départ y est publiée! Voir le lien

 

............................................................................................................................................................................
 

C'est au jour 18 que nous sommes arrivés à Whitehorse, capitale du Yukon, population d'environ 23 800 dont 10% sont francophile. Nous avons profité d'un arrêt pour ''skyper'' avec les grands-mamans. Avant le souper, nous avons croisé 3 grizzlis qui gambadaient dans les fleurs des champs! Arrivés à Haines Jonctions, nous avons dormi dans une cour d'école où il y avait un module afin que les enfants puissent se dégourdir. De plus nous pouvions brancher l'autobus afin d'avoir de l'électricité.

 

Haines Jonction est aux abords du Kluane National Parc (prononcez ''Kloo-wah-neee'') qui veut dire ''lac avec beaucoup de poissons''. Ce parc protégé par l'Unesco, est l'une des plus vastes aires de protection de la vie sauvage. C'est à cet endroit que se trouve les plus hauts monts du Canada, le Mont Logan (5959 m.) et le Mt St-Élias, 5488 m. ainsi que le plus grand lac du Yukon, le Kluane Lake.

 

Jour 19, Nous nous sommes préparé afin de faire une randonnée dans ce parc. Tout juste arrivé dans le stationnement, nous y avons rencontré John Creech, un américain qui habite en Caroline du nord. Cela fait trois mois qu'il voyage afin de faire de la photographie, spécifiquement d'ours. Après avoir échanger des adresses et s'être montré nos photos, nous avons marché un peu dans le parc avant de virer de bord et de s'avouer vaincus face aux maringouins! Quand nous avons repris la route nous avons roulé aux abords du Kluane Lake et nous avons compris pourquoi les guides de voyages disent que c'est l'un des plus beaux lacs du Canada!



 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés à Beaver Creek, tout près de la frontière de l'Alaska, nous sommes arrêtés dans une cour d'école pour la nuit et avons profité de l'eau courante ainsi que de l'électricité, le tout gratuitement.

 

C'est donc au 20ième jour que nous avons traversé les douanes. Nous nous demandions comment cela se passerait.... les douaniers aimeraient-ils notre Staubus....faudrait-il le vider au complet.....pfff! Nous avons passez les douanes les doigts dans le nez! Le douanier, un monsieur âgé, était tout content de nous parler de sa grand-mère Canadienne et de ses cousins qui demeurent à Montréal......c'est donc à 11h15 ( heure de l'Alaska, 4 heures plus tôt qu'au Québec) que nous sommes arrivés en pays américain. En après-midi nous sommes arrivés au bout de l'Alaska highway.

 

Rendus à Fairbank, nous nous sommes installés pour dormir, le stationnement du Wal-Mart nous semblait l'idéal dans cette ville jusqu'à ce que l'on réalise qu'il était ouvert 24 heures donc très bruyant! Déjà qu'il fait clair pratiquement toute la nuit, nous avons donc opté pour le Lowe's tout à côté qui en prime était wi-fi!

 

Quelques faits intéressants sur l'Alaska, environ 676 990 personnes y vivent dans une superficie de 586 400 miles carré. 137 millions de livre de saumon sont pêchées chaque année, soit 90% du total des États-Unis! À Barrow, petite ville au nord, il y a 84 jours sans soleil durant l'hiver, et l'Alaska se trouve à 55 miles de la Russie!

 

Au 21ième jour, Marie est partie avec les enfants visiter des musés pendant que Simon faisait des petites réparations au Staubus. Le centre culturel, Morris Thompson Cultural and Visitors Center , en plus d'être le centre d'information touristique, offre gratuitement des spectacles (chants et danses amérindiennes quand nous y étions) ainsi qu'un musé très intéressant. En après-midi, nous sommes allés au Pioneers Park. Un parc thématique sur la quête de l'or avec entre autre un petit train, une ''mine'' d'or, un musé sur l'aviation, plusieurs boutiques et le bateau ''Last Lady of the River'' que l'on peut visiter. Un bateau de 237 pieds de long, qui a vogué sur la rivière Nennna de 1933 à 1952. À l'intérieur l'on peut voir plusieurs maquettes relatant la vie d'autrefois dans les villages riverain des rivières Nenanna et Yukon.
 


 

 

 


 

 

 

 

 

 

 
 
En soirée nous sommes allés voir la pipeline qui se rend jusqu'à Prudoe Bay, 1 300 km de pétrole! C'est immense, une grosse veine en plein cœur de l'Alaska!
 
 
 
Le lendemain, avant de partir de Fairbanks, nous avons fait notre première visite de caserne. C'est difficile de dire qui était le plus excité entre nous et les pompiers! Ils ont été tous très sympathiques, ont offert aux enfants un cahier à colorier, un crayon et des auto-collants. Simon en a profité pour faire un échange de badges. La caserne est située sur le campus de l'université et compte 45 pompiers afin de répondre à 1500 appels par années. En tout, la ville de Fairbanks compte 14 casernes.

En après-midi nous sommes arrivé au Denali National Park. Nous comptions y dormir et y marcher le soir ou le lendemain, mais lorsque nous avons vu les prix, le monde qu'il y avait et le fait que nous ne pouvions aller dans le parc en Staubus et que nous étions obligé de payer pour un autobus, nous avons décider que notre autobus nous coûtait assez cher comme cela et qu'il était hors de question que l'on paie pour l'autobus de quelqu'un d'autre! En fait nous avons fait une moyenne de ce que cela coûterait et du temps que cela prendrait versus le plaisir que les enfants auraient....la réponse fut aisée!

C'est donc sans trop de regrets que nous avons poursuivi notre route, sachant que la vie nous mettrait d'autres expéditions moins chères et peut-être même plus plaisantes sur notre chemin...... Tout en profitant avant de partir de la magnifique exposition que nous offrait le Centre d'information C'est donc à Telkeetna que nous nous sommes arrêtés pour dormir, d'où nous avons pus photographier le Mont McKinley, plus haut mont de l'Amérique du nord avec ses 20 320 pieds d'altitude.

Telkeetna est un magnifique village d'une population de 848 personnes. Par contre le jour, il y a plein de touristes qui y viennent afin de faire des tours de bateaux et d'avions. Au jour 23, Marie-Jo est partie avec les enfants visité l'ancienne école de ce village qui est maintenant un magnifique musé qui parle des trappeurs de la régions, de l'ancien bureau de poste, de la gare ainsi que des gens qui ont tentés ( et quelques un réussit) à gravir le Mont McKinley. Pendant ce temps, Simon faisait des modifications électriques au Staubus. En après-midi, dans la cour d'école, les enfants se sont liés d’amitié avec les jeunes d'un camp de vacance. Zack a même organisé une partie de soccer. Nous avons ensuite repris la route et ce jusqu'à Anchorage, capitale de l'Alaska avec une population de 283 938 âmes. C'est dans un stationnement d'épicerie, Carrs, que nous nous sommes installés pour la nuit et que nous avons profiter du Wi-fi.

 

Le lendemain, avant de reprendre la route, nous avons amené les enfants faire une trempette au Goose lake, un lac en plein cœur d' Anchorage. Tout juste avant le glacier Matanaska, nous y avons vu nos premiers Ptarmigans, des lagopèdes, oiseau qui ressemble un peu à une perdrix. Rendu à Glennallen, nous avons pris la route Tok-cut-off en direction de Toc, où nous avons passé la nuit à la school Tok.

Jour 25, nous arrivons à Chicken, tout juste avant le dîner. Bien que ce soit une toute petite ville, 6 habitants y demeurent l'hiver et à peine une trentaine l'été, c'est un arrêt obligatoire! De par sa quantité d'habitants et aussi pour son nom, cette ville est très intéressante! L'histoire dit qu'à l'origine, les gens voulaient nommer cette ville Ptarmigan, puisqu'il y en avait en grande quantité, par contre personne ne s'entendait sur la façon d’épeler ce nom, donc, d'un commun accord, la ville fut baptiser Chicken! Simon profita de l'arrêt pour acheter une badge de pompier à l'effigie de la ville pour la collection!

 

Au dîner, nous nous sommes arrêtés sur l'accotement et pendant que Marie-Jo préparait le dîner, Simon et les enfants ont tenté leur chance sur le bord d'une rivière afin de trouver de l'or....malgré le fait qu'ils revinrent bredouilles, le plaisir et l'excitation était présent! Ensuite, nous avons poursuivi notre chemin via la légendaire route Top of the world. Tout au long, la vue est magnifique, vastes montagnes verdoyantes entrecoupées de vestige d'incendies de forêt à perte de vue... Mais cœur sensible s'abstenir! Vous avez le choix entre des trous, des courbes, des bosses ou des précipices! C'est sur ce chemin que nous avons vu notre premier caribou qui traversait nonchalamment la route tout en posant devant notre caméra go-pro! Ensuite nous sommes arrivés à un poste de douane afin de regagner le Canada tout juste avant Dawson City, au Yukon. Le douanier nous a laissé passé encore plus vite qu'à notre arrivé, il semblait avoir hâte de retourner dans sa cabine pour regarder son comte Facebook!!! La top of the World, est une route estivale, donc ce poste frontalier n'est ouvert que du mois de mai à octobre et de 8h à 20h, heure de l'Alaska....si vous arrivé à 20h30, aussi bien vous installer pour la nuit!

Après avoir avancé nos montres, nous nous sommes dirigés vers le traversier qui allait nous amener vers Dawson City, ancienne capitale du Yukon. Cette ville est reconnu pour être un endroit festif, où les gens y dorment très peu l'été. En plus nous arrivions en plein festival de musique, partout où nos regards se posaient, l'on voyait des tentes, des roulottes et des gens soûls! Il n'en fallait pas plus pour ajouter cette ville à nos coup de cœur! Ajoutez à cela un look à la Lucky Lucke, des vieilles et nouvelles bâtisses de types saloons; voici à quoi ressemble Dawson City! Le genre d'endroit où es enfants peuvent jouer dans un parc jusqu'à minuit sans y être les seuls!

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au tout début du voyage, nous avions fait un pari afin de voir qui rencontrerait quelqu'un qu'il connaît en premier, ce de façon fortuite bien sûr....C'est à Dawson, le lendemain matin, que Marie-Jo remporta le pari! Le groupe Canailles était de prestation lors du festival et l'on rencontra Dan Tremblay, le guitariste du band, au coin d'une rue alors que nous allions déposer un truc à donner sur une table ''Trading post''.

Ce genre d'endroit est génial; nous y déposons un truc à donner, n'importe quoi, nous y avons vu des bouts de corde, un morceau de LEGO, un condom, une roche...vraiment n'importe quoi, ensuite l'on a le droit de prendre un objet. Nous en avons donc profiter pour nous départir d'écouteur qui nous encombraient depuis que nous en avions acheter des plus performants pour les enfants....au départ nous étions sensé qu'y déposer un truc sans rien prendre, mais M-J n'a pus résister devant la tuque en face de singe pour Léa.....cela servira lors des nuits fraîches!

 

Après avoir fait un tour de ville afin de prendre des prises de vue pour notre documentaire, nous avons repris la route, la Klondike Highway, ce jusqu'à Whitehorse où nous nous sommes arrêtés pour la nuit dans un terrain vacant à côté du Mcdo afin d'abuser du wi-fi! Quelle surprise le lendemain matin que de voir un facteur s'approcher de nous pour venir nous parlé; c'était Sébastien, ami d'une connaissance de Ste-Adèle avec lequel nous avions communiqué via Facebook puisqu'il habite à Whitehorse depuis 3 ans! Après avoir jaser quelques minutes avec lui, assez pour le mettre en retard au travail, nous sommes parti visiter la caserne de Whitehorse.

 

Cette caserne reçoit plus de 600 appels par année, compte 25 pompiers temps plein et 20 à temps partiel. Il faut dire que c'est une magnifique et gigantesque caserne toute neuve. Mike, le pompier qui nous a fait visiter la caserne nous a aussi donné le nom d'une ville à visiter lorsque nous serons au Nicaragua puisqu'il y a une maison, depuis quelques années, il y envoie même des équipements de combat! Qui sait peut-être que ces vacances coïncideront avec les nôtres!
 

Nous avons ensuite repris la route pour se diriger vers la Colombie-Britannique afin de vivre d'autres aventures.

 

C'est donc ainsi que nous avons terminé notre boucle Alaska-Yukon, boucle un peu dispendieuse pour ce qui est de l'essence et de la nourriture mais qui vaut le déplacement pour tout ce qu'elle a à offrir. Des montagnes, des parcs, des rivières...un coin de paradis pour tous les adeptes de plein air! Nous nous sommes promis d'y revenir d'ici 5 ans car il y a tant à voir et à explorer que cela rempli un voyage entier!

 

 

 

Traversée des Rocheuses vers le Yukon

Visionnez notre première capsule vidéo dès maintenant!

 

-LA TRAVERSÉE DU CANADA...

 

Nous voici rendu au 10ième jour, arrivé à Banff, nom qui vient de Banffshire, région en Écosse, qui se trouve à être le lieu de naissance de l'un des principaux financiers du Canadian Pacifique. Cette ville se trouve à 1384 m d'altitude.

 

 

Après être allé faire une petite marche dans les ''hoodoos'', des cheminées de fées, nous avons trouvé un stationnement, au Fenland Center, pour passer la nuit et où nous avions droit à 1 heure d'essai internet gratuit ( par ordinateur). Nous étions heureux d'avoir trouvé un endroit calme et solitaire dans l'hyperactive ville de Banff. Petit détail, nous étions à côté du chemin de fer. Au premier train, nous nous sommes dit que c'était le dernier avant la nuit et qu'ensuite nous nous ferions réveiller vers 7 heures par le premier train du matin.....pfffff! Toute la nuit, à chaque heure, un train nous sifflait son tchou-tchou dans les oreilles! Mis à part Zack qui n'a rien entendu, nous avons tous passé une nuit mouvementée!

 

 

En se couchant la veille, nous étions rempli de bonnes intentions et espérions aller monté une montagne en famille.....suite à la mauvaise nuit, nous avons préféré faire une petite excursion aux abords du lac Minne Wanka ( prononcer Minni Wanka, comme Willy Wonka) et la forêt juste à côté. Ensuite, nous avons repris la route jusqu'au Lake Louise, fait une petite marche et observé la foule de touristes ( qui se trouve à être une autre sorte de ''Wildlife''!) qui y vient depuis les années 1890. Le Lake Louise fut nommé ainsi en 1884 en l'honneur de la princesse Louise Caroline Alberta, 6ième fille de la reine Victoria. Les Assiniboines quant à eux,le baptisaient le ''lac des petits poissons''. Il est situé à une altitude de 1731 m.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite nous nous sommes dirigés au Moraine Lake dans la Vallée des Dix Pics. C'est ce lac que l'on voit à l'arrière des vieux 20 dollars. Zackary, étant malade ( un gros rhume), a préféré nous attendre dans le Staubus pour se reposer.

 



 

 
 
 
 
 

C'est donc au 12ième jour que nous avons fait notre première ascension de montagne....et toute une! Nous avions prévu monter jusqu'à vallée que l'on voyait sur la carte à l'entrée des pistes. Une petite ascension en forêt, puis du plat.....nous avions évalué le tout à un 4 heures de marche avec les enfants, donc inutile de préparer un dîner, des collations feraient l'affaire. C'était sans compter l’enthousiasme de Zackary et Simon quand ils ont vu le Col des Sentinelles à partir de la vallée....pas question d'avoir marcher jusque là sans aller jusqu'au bout! C'est donc sans grand enthousiasme que MJ et Léa les ont suivi....mais ça valait le coup et l'énergie! 2 200 m d'altitude un gain de 725 m de dénivelé, d'en haut la vue est grandiose! Dans la vallée nous avons eu la chance d'apercevoir 2 marmottes de montagnes ( Ça ressemble à un mélange entre une marmotte et un castor haut sur patte!).

 

Finalement nous avons regagné le Staubus vers 15h! Fiers et épuisés, nous avons dit aux enfants qu'ils se méritaient un buffet chinois dès que nous en verrions un sur notre chemin! C'est au pied du glacier Athabasca que nous avons terminé la journée, bien installé pour la nuit dans le stationnement. Ce glacier se trouve à être la langue du champs de glace Columbia, le plus large glacier des Rocky Mountains. Avec sa fonte, il nourrit les rivières Saskatchewan nord, Columbia, Athabasca, Fraser et McEnzie.

Le lendemain matin, après le déjeuner, nous espérions pouvoir aller marcher dessus; erreur! Simon est déjà venu sur ce glacier en 1993 et en 2000. Les deux fois, il a pu marcher sur quelques mètres sans danger et surtout sans débourser de sous....malheureusement, le glacier a tant fondu depuis, que la seule façon d'y aller aujourd'hui est de s'offrir soit un guide et son équipement ou encore un tour d'autobus conçu exprès pour aller dessus.....d'une façon où d'une autre, sortez vos bidous! Nous avons préféré rester au pied, prendre quelques photos et reprendre la route....en chemin, nous nous sommes arrêté aux chutes Sunwapta ainsi qu'aux chutes Athabasca. Tout juste avant d'arriver à Jasper, nous avons vu notre premier ours brun, ainsi que 3 chevreuils.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est dans la ville de Jasper que les enfants ont eu leur récompense dûment gagnée : un souper au restaurant chinois....qui s'avéra assez ordinaire si ce n'est du message que Simon trouva dans son biscuit : ''You desire to discover new frontiers. It's time to travel''!

 

 



 

 

 

 

 

 

 

Après le souper, nous avons profité de l'accès internet du Mac's ( Version anglophone de Couche Tard). Nous avions droit à 120 minutes gratuite. Le centre d'information touristique offre aussi un accès internet gratuit et ce jusqu'à la fermeture, soit 21h l'été.

 

Bien que la ville de Jasper affiche à l'entrée qu'il est interdit de se stationner pour la nuit, nous avons pris une chance et avons stationné le Staubus à côté du parc du club des Lions dans un quartier résidentiel. Nous avons pu y passer la nuit sans se faire déranger.

Le matin du jour 14, nous sommes allés au Lac Anette ( la canette). C'est avec la motivation d'une promesse de baignade que les enfants ont fait un peu d'école. Un cours d'anglais pour Léa et un résumé de lecture pour Zack. Autour de ce Lac, nous avons aperçu un chevreuil, un wapiti et, oh bonheur pour Marie-Jo; un pygargue à tête blanche et son nid!

Après la baignade, nous avons mis le cap vers Grande Cache où nous attendait Coralie Bleyaert, une amie à Marie avec qui elle a fait son cours de pâtisserie à Sainte-Adèle en 2004. Cela fait maintenant 7 ans qu'elle vit dans l'ouest canadien, où elle a rencontré son amoureux et fondé une famille; de magnifiques jumelles qui auront bientôt 5 ans, Amy et Alison.

C'est sur ce chemin que nous avons croisé notre premier grizzli!

 

Le soir, Coralie nous a fait découvrir l'absinthe du canada : fatal!!!! Nous nous sommes tous promis de ne plus jamais toucher à cela! Mais tout de même, quelle belle nuit nous avons passé avec elle et son fiancé, Norm.

Jour 15, malgré le fait que nous étions lendemain de veille, Simon a fait le premier changement d'huile au Staubus qui en avait grand besoin....c'est en faisant un petit examen de routine qu'il s'est rendu compte qu'il y avait un pneu d'écorcher jusqu'à la corde suite à une rencontre avec un tuyau d'échapement sur la route.... nous devions donc le changer avant de se diriger vers le Yukon....



 


 

 

 

Ce fut une journée très relaxe, pendant que Zack surveillait Amy, Alison et Léa, Coralie nous a montré des sentiers en 4 roues afin que l'on puisse y amener les enfants ensuite. Zack fut très heureux de pouvoir sortir son côté ''ti-gars'' en plus Coralie lui a fait essayer son ''Baby gun'' ( une carabine à plomb) dans le champs derrière la maison. Il a décidé de conserver sa mire pour la mettre dans son journal!

Jour 16, c'était le moment de dire au revoir à Coco et la remercier pour l'accueil extraordinaire qu'elle nous avait témoigné. Direction Grande Prairie afin de changer le pneu et faire une épicerie pour regarnir le Staubus avant d'être plus au nord et que tout y soit trop cher....des rumeurs de litre de lait à 20$ nous inquiétaient..... ( rumeurs qui s’avérèrent non fondées là où nous sommes passés!) C'est vers 19h que nous avons atteint le nord de la Colombie-Britannique et vu 2 orignaux ainsi qu'un loup traverser la route....

 

Jour 17, nous avons rencontré 2 québécoises et un français arrêtés à un point de vue, Emmy, Claudia et David. Emmy s'en va jusqu'au Yukon, tandis que Claudia et David font le même itinéraire que nous ( sauf qu'eux l'ont commencé une dizaine de jours plus tôt aux îles de la Madeleine....).

Nous vous invitons à aller voir leur blogue: autourdesameriquesen365jours.wordpress.com

 

Avant le souper nous nous sommes arrêtés dans les sources d'eau chaudes de Liard river. Plus de 250 espèces de plantes poussent dans ce parc. À 10$ pour la famille, elles valent le coup d'autant qu'elle ne sont pas trop commercialisées, c'est à dire qu'elles sont à même la rivière et non pas dans des piscines de béton. Deux bassins s'y trouvent, l'un à 42°C et l'autre à 53°C

 

Après y avoir préparé le souper, nous avons reprit la route, se disant que les enfants dormiraient bien après cette baignade....c'était sans compter le zoo naturel que nous a offert la route ce soir là.....cela a commencé par un troupeau de bisons sauvages d'environ 20 têtes....des gros mâles, des femelles et même des bébés qui en profitaient pour tétés....puis un deuxièmes troupeau, celui là de plus de 50! Ensuite un ours noir puis un autre, 2 bisons solitaires, 1 ours, 3 grizzlis, 1 ours, un énorme bison, 1 gros grizzli, 2 ours noir puis un autre, 1 gros lièvre, 1 ours noir, 14 bisons,1 ours suivi d'un autre, 3 grizzli ( une maman et ses 2 petits) et enfin un dernier ours!!!!

 



 

 
 
 
 
 
 


 

 

 

 

 
 
 
 

 

Arrivé à Watson Lake de nuit, nous sommes allé voir la forêt de panneaux de signalisation dont Claudia nous avait parlé, nous y avons apposé un auto-collant d'Exploraventure. La première pancarte, de Danville en illinois, y fut installé en 1942, par un soldat, Carl K Lindley, qui s'ennuyait de sa maison. Il posa une pancarte tout en indiquant la distance qui le séparait de chez lui...plusieurs gens l’imitèrent ensuite si bien qu'aujourd'hui c'est plus de 62 000 pancartes qui constituent cette ''forêt''! 50 ans plus tard, en 1992, Lindley revint avec sa femme visiter l'endroit.
 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est encore tout excité par cette magnifique journée que nous nous sommes arrêté pour notre première nuit au Yukon.....

 

 

 

 

Canada - Des Laurentides aux Rocheuses...

 

Première semaine de notre tour des Amériques

 

La vie de Famille en Staubus :

 

Dans un voyage, nous faisons tous des rencontres au cours des chemins mais quelle ne fut pas notre surprise , en allant saluer une dernière fois notre ami et mécanicien, Luc, d'y voir 2 de nos amis qui nous attendaient afin de faire la première partie de route avec nous! C'est donc escorté pas Mathieu Sigouin et Pascal Drolet que nous avons débuté notre voyage et ce jusqu'au Basketong! Nous avons ensuite roulé jusqu'à Rouyn Noranda pour s'installer dans un stationnement d'un Wal-Mart afin d'y passer la nuit. Notre but étant d'arriver le plus vite possible en Alberta, les premières journées du périple furent constituées de route, d'arrêts afin de remplir le véhicule de carburant, se dégourdir, dîner en roulant, souper dans des haltes routières ou des cours d'école, reprendre la route jusqu'à ce que le conducteur se sente fatigué.

 

 

 

Les 3 premiers jours furent assez similaires pour ce qui est du paysage : des épinettes et de la mouche! Par chance, quelques fois nous apercevions des rivières et des lacs mais sinon c'était surtout des conifères à perte de vue! Un soir nous avons eu la chance de voir un orignal traversé la rue, nous avons croisés quelques chevreuils, plusieurs canards, des gros becs errants et des centaines de corneilles et corbeaux!

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le soir de la troisième journée, nous avons décidé de continuer à rouler de nuit pendant que les enfants dormaient. C'est donc vers 1h du matin que nous sommes enfin arrivé au Manitoba sous de magnifiques aurores boréales vertes! Nous avons roulé ainsi jusqu'à Winnipeg avant de se préparer pour la nuit. 

 

Le quatrième jour, nous sommes arrivé en Saskatchewan à 15h et avons trouvé une plage de rivière afin que les enfants puissent se baigner. Malheureusement une tempête venait de passer sur la rivière Qu'appelle et l'eau était brouillée et très froide! De là, à Bird's Point nous avons vu un passereau indigo, plusieurs espèces d'oiseaux que nous ne connaissions pas et nos premiers bébés chien de prairie ( spermophile, ''Gopher'' ).Nous avons encore une fois continuer à rouler pendant que les enfants dormaient pour prendre de l'avance sur notre itinéraire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 5, c'était Canada day! Arrivé en Alberta, nous sommes arrêté à Brooks pour préparer le souper. Cherchant un parc pour que les enfants se dégourdissent, nous avons déniché une fête de quartier avec des jeux gonflables. Dans le parc, nous avons rencontré une fille de Gatineau, qui nous a indiqué que la piscine intérieure était gratuite jusqu'à 19h, si nous avions envie de se baigner.....tout excité nous allons chercher nos maillots dans le Staubus, mais en regardant l'heure, on vit qu'il était déjà 19h15....Simon, optimisme, décide d'aller voir tout de même, au cas ou....surprise, la nuit d'avant, nous ne nous sommes pas aperçu que nous avions traversé un fuseau horaire, nous avons donc passer la journée entière une heure en avance!!! Non seulement il y avait une piscine, mais en plus elle était à vague, il y avait une glissade d'eau gigantesque, un bain tourbillon, une petite rivière et plein de jeux! Une magnifique surprise de la vie! Ensuite, vers 23h, nous sommes allé voir les feux d'artifices dans un champ, près du quartier industriel.

 

Le 6ième jour, nous sommes allés dans les Badlands visité le Dinosaur provincial park. C'est sur ce site archéologique qu'a été trouvé le plus d'os de dinosaure au monde! L'endroit est magnifique, c'est comme le Grand Canyon en miniature. Ensuite, nous nous sommes dirigés vers Calgary où nous attendait notre ami Sébastien Ouellette. C'est avec lui que Simon était venu dans l'ouest la première fois, alors que tout deux n'avaient que 17 ans!

 

 

De là, nous avons eu le bonheur de prendre une vraie douche et avons pu laver notre linge! Des petits plaisirs qui prennent de l'ampleur après une première semaine de vr! Nous avons passé une super soirée qui s'est étirée tard dans la nuit à se rappeler des souvenirs, tant de l'ouest que de notre adolescence à Mont-Rolland.

Jour 7, vers midi nous avons repris la route pour se diriger à Canmore, la première ville des rocheuses....à cet endroit, nous avons été accueilli chez la sœur et le beau-frère de notre amie Josée, Sylvie et Jean-François. Le couple possède un restaurant de cuisine française depuis 22 ans, Restaurant Chez François . C'est donc à cet endroit que Marie-Jo a dépensé son cadeau d'anniversaire que son papa lui avait offert en invitant toute la famille pour un souper gastronomique. Personne ne fut déçu! Ensuite Sylvie a proposé aux enfants de dormir chez elle, Léa a sauté sur l'occasion tandis que Zack en a profité pour prendre un break de sa sœur l'espace d'une nuit!

 

 

 

Deuxième semaine ...

 

Le matin du huitième jour nous avons été reçu comme des rois pour un déjeuner copieux au resto à même la table des proprios! Ensuite M-J et les enfants ont laissé Simon travaillé sur les centaines de photos et d'extraits vidéo captés pendant la semaine, en allant se promener sur la piste cyclable qui est juste derrière la maison de Sylvie et Jean-François. Au retour les enfants se sont liés d'amitié avec les voisins. Pour Zackary qui parle parfaitement anglais, ce fut facile, tandis que pour Léa, c'était de toute beauté de la voir mimer chaque phrases! Heureusement que les mots Barbie et Lego sont universels!

 

En soirée nous sommes parti avec le véhicule au Canmore Nordic Center. De là nous avons aperçu nos premières mouflons, un grand harle qui courrait sur l'eau et nos premiers wapitis. En fin de soirée, nous avons eu une belle visite, Sébastien nous avait repéré via TrackGPS et puisqu'il travaillait à Canmore le lendemain, il est venu passé la soirée avec nous!

 

 

 

Le 5 juillet, 9ième journée de notre périple, Simon a profité du stationnement du restaurant pour faire un peu de mécanique. Au dîner, Sébas nous fit découvrir un resto, La belle patate, tenu par 2 Montréalais qui font de la poutine assez similaire à celle que l'on peut déguster au Québec, Zackary était plus qu'heureux, d'autant que le resto était tapissé de photos, cartes et chandails des canadiens de Montréal! Sébastien en profita pour nous présenter son ami musicien, Kenny, qui nous prêtera sa musique pour les capsules vidéos...
 

Le vendredi, nous avons décidé qu'il était temps pour nous de reprendre la route, encore une fois, nous fûmes gâté par Sylvie et Jean-François qui nous ont offert un déjeuner-dîner au resto. En jasant avec Jean-François comme quoi nous avions vu un véhicule de RDC\CBC la veille devant son resto et disant à la blague que nous nous demandions si il nous suivait, il nous dit qu'il avait un ami, Martin Flibotte producteur d'une émission de radio à la première chaîne d'Edmonton, Le café show. Nous avons donc convenu que le plus simple serait de se fixer un rdv par courriel pour ensuite réaliser une entrevue par téléphone avant que l'on quitte le Canada. Qu'elle ne fut pas notre surprise de le rencontrer ensuite dans le stationnement ( il arrivait du Stanpede de Calgary et venait dîner au restaurant.) Lorsqu'il entendit notre projet, il appela l'animateur de l'émission, Rudy Desjardins qui arriva 10 minutes plus tard pour réaliser une entrevue avec nous! Une belle opportunité pour de la visibilité encore une fois!

Pour écouter l'entrevue :

première partie

deuxième partie

 

C'est avec regret que nous avons fait nos au revoir à Jean-François et Sylvie tout en se promettant de garder contact et de se revoir, tant à Canmore qu'au Québec.

 

Le soir c'est à Banff que le Staubus s'installa pour la nuit....

 

 

Le GRAND ADIOS !

Voilà le moment tant attendu, nous aurons mis près de deux ans et demi pour préparer et réaliser ce rêve... faire le Tour des Amériques en famille ! Parenthèse de vie qui s’amorce, laissant derrière nous; famille, amis, maison, repères et mode de vie... Nous partons à l'aventure se réinventer une routine, pas de routine... ouvert aux nouveaux paysages, à la rencontre des gens que la vie mettra sur notre route...

 

Le Staubus peaufiné dans les moindres détails... il rendra sûrement le voyage plus confortable, mais le défi reste de taille. Les facteurs irritants que nous appréhendons sont réels, mais nous composerons avec quotidiennement. D'abord la proximité... une année entière dans la ''boite de tôle''  ne laisse que très peu, pas du tout d'intimité... Nous vivrons entassé dans notre mini-havre de paix sur roues n'ayant que l'amour propre pour motiver notre patience et indulgence. En contre partie, nous aurons le plus grand et le plus beau terrain de jeu qui soit!  Aussi, la chaleur sera probablement une de nos pire ennemie. Pas d'air climatisé, il reste les fenêtres pour se ventiler en roulant et les deux Fan-tastique (évent de toit avec ventilateurs intégrés) en guise d'échangeur d'air pour les moments ou nous serons stationnaire et que le soleil fait du Staubus un four... Voyez les étapes finales dans la préparation de notre véhicule...

 

Le budget...

 

Nous n'avons fait qu'un budget bien sommaire jusqu'à présent laissant ainsi une marge pour s'adapter aux coûts réels du périple. Voici comment nous avons dirigé notre réflexion... En s'inspirant de plusieurs autres voyageurs qui ont déjà parcourus un itinéraire semblable, nous avons à priori, déterminé un montant maximum ''réaliste'' pour mener à terme notre projet, sans luxe, dans la plus grande simplicité volontaire ''possible''. Nous avons donc établis ce montant à vingt cinq mille dollars pour les frais de déplacement et subsistances pour l'année. Quarante quelques dollars par jours excluant le carburant... C'est bien peu pour les portion du Canada et des Usa, mais nous pensons nous rattraper dans certains pays du sud où le coût de la vie est moindre, où nous pourrons manger et faire des activités à peu de frais.

 

Communication:

 

Nous avons récemment répondu Myriam Alarie du magazine Camping & destination famille,dernières entrevue avant-départ, qui sera dans le prochain numéro d'été 2012... À suivre!

 

Un journaliste de La Presse à rédiger une série d'article sur des familles qui ont entrepris ou entreprendrons (nous) un long périple à bord d'un VR. Cet article parle donc de notre projet et met en vedette  notre Staubus dans sa laborieuse transformation...  Lire l'article...

 

 

Remise de la clé de notre ville par le Maire de Sainte-Adèle  En effet, le 7 mai dernier,  M. Réjean Charbonneau nous a remis la clé de Sainte-Adèle en guise de symbolique, nous souhaitant de faire bon voyage et d’être prudent... Il mentionne également que ça prend une jeunesse comme la notre pour peupler notre belle ville et donc que nous serons toujours les bienvenus chez nous !

Lire l'arrticle en page 6...

 

 

 

Notre toute première cyber-entrevue à été réalisée dernièrement par le biais de Skype. Nous avons répondu aux questions de Stéphanie Perron, blogueuse pour GLOBER.tv, qui met en lumière notre Tour des Amériques en famille. GLOBER.tv , la webtélé qui fait voyager... photos, vidéos, blogue, communauté...D’ailleurs, GLOBER.tv devient notre diffuseur officiel pour les vidéos que nous présenterons!    Lire l'article...

 

Nous avons aussi fait l'objet d'un reportage dans le cadre de l'émission: "C'est ça la vie" présenté à la télé de Radio-Canada et sur Tout.tv. Une belle journée de tournage sous la pluie avec une équipe fort sympatique!  Date de diffusion à venir, pour la saison d'automne 2012...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En attendant, allez sur: http://www.radio-canada.ca/emissions/c_est_ca_la_vie/2011-2012/

 

 

Le déménagement...  Avec l'aide de la famille et des amis, nous avons déménagé nos biens et meubles vers différents lieux d'entreposage... En effet, la plupart des meubles ont été transporté dans une remorque de 48 pieds servant d’entrepôt pour Serge (papa de Simon) et les bacs de linges, eux, sont envoyé dans son sous-sol. D'autres meubles ainsi que certains biens sont bien au chaud chez notre ami Luc ainsi que chez Julie (soeur de Simon).

Merci à tous nos amis pour les bras !!

 

 

Bagage... l'espace est très limitée, le choix de ce que nous apportons doit être fait judicieusement...

 

Vêtements: Nous avons de quoi tenir environ 5 jours sans laver... Donc, t-shirts, chemises, shorts, pantalons et sous-vêtements en 5 exemplaires chacun, 2 chandails chaud, 2 paire de chaussures (1 x marche et 1 x léger), et 2 manteaux (1 x imperméable et 1 x polar ou duvet) pouvant être porté ensemble ou séparément.

 

Jeux-jouets: Pour les jeux en famille, nous avons encore opté pour du compact... Jeux de cartes et versions compacte de questions et jeux de tables. Nous avons aussi, pour les plus technos, 3 nintendo DS comprenant ....beaucoup, beaucoup de jeux de toutes sortes. Évidemment, des jeux d'ordi sont installés sur les laptops.

 

Matériel scolaire: Ouff, ça fait beaucoup de bouquins une année entière... par chance,  Marie-Jo à fait une présélection et un assemblage de cahiers d'exercices assez serré. Donc en terme de livres et cahiers, le tout tiens dans une caisse de lait (30cm x 30cm x 30cm) par enfant, soit environ 15 items chacun. En plus, on ajoute un peu de papeterie, crayons et autre bidules. Certains livre et jeux éducatif sont en version électronique, sur l'ordi...

 

Cartes et guides de voyage: Marie-Joëlle a trouvé quelques guide de voyage usagés très intéressant pour les endroit ou nous passerons. Aussi, nous avons acheté les cartes routières ''papier''pour notre trajet. Encore une fois, par manque d'espace, nous naviguerons de façon électronique... Nous avons la série des Lonely Planet en version PDF pour l'ordi ou la liseuse et les carte GPS nécessaire pour se rendre à bon port!

 

Matériel électronique : Nous somme une famille moderne... la technologie existe, profitons-en! Nous somme donc très équipé à ce niveau, il faut dire que nous avons un site Web/Blogue à entretenir, des chroniques à rédiger et expédier, des enfants à instruire et divertir, des vidéos à filmer et monter, des photos à prendre et classer, un itinéraire à visualiser et des route à naviguer, des données à sauvegarder, etc..... Nos bidules électroniques sont donc; 2 ordinateurs portables, 3 disques dur externes, une caméra HD semi-pro (photo-vidéo) une Gopro HD (photo-vidéo), une mini caméra pour les photos (enfants), 3 nintendo DS pour le plaisir, une liseuse électronique (avec énormément de livre...) un GPS avec toute les cartes, un appareil SPOT (repérage satellite) fournis par TRAKGPS.com, une bonne quantité de cartes mémoire SD pour tout les appareils et une grande quantité de batterie rechargeable pour alimenter le tout!!!

 

Outils et pièces de rechanges :Afin de pouvoir réparer presque n'importe quel bris mécanique ou même rénover l'intérieur du Staubus, nous avons un kit très complet d'outil et de pièce de rechange... Un coffre complet de clés, tournevis, pinces et autres outils générales prend place abord. Aussi un kit complet de douilles et rochet accompagnerons le cric 2 tonne et demi, la perceuse à batterie, la pelle et le compresseur. Quelques pièces de rechanges importantes ont été prévues; des plaquettes de freins, des filtres à huile et une gamme complète des liquides nécessaire à l'entretient et la réparation du Staubus... À ne pas oublier, du ''WD-40'', des ''tye-wrap'' du ''tape'' de toute les sorte et des collets universels de plusieurs grandeurs... Nous serons assez équipé pour se dépanner... nous pourrons même dépanner les autre...

 

Cuisine : Vaisselle en plastique complète et ustensiles en 4 exemplaires, batterie de cuisine; chaudrons, poêlons, bol a mélanger, lèchefrite, mélangeur, pichet, cafetière bodoum, etc... tout ce qu'il faut pour bien se régaler!

 

Pharmacie : Trousse de premiers soins facile d’accès, pansements, désinfectant, onguents de toute sorte, sirops pour le rhume et stock de Tylénol et Advil, Gravol, suppositoires, oragel,cannestan, antibiotique de base (cypro), crème à base de cortisone, pilules contre les courbatures, seringues stériles au cas ou... Nécessaire pour hygiène corporel et buccale, kit de rasage.... Trousse complète de produits bio-naturels pour se guérir; teinture de drastyx ( hydraste, échinacée et autre...), gingembre, sureau, reine des prés, mélisse, guimauve, molène...onguents de plantain, d'arnica, sirop de plantain.

 

Belle rencontre! L'an passé, suite à l'échange de quelques courriels, nous avions eu la visite de Christine, venue de France pour visiter un de ses fils aux études à Québec. C'est que Christine et son conjoint, Jean-Marc, préparaient un périple semblable au notre, accompagné de leur plus jeune fils, Éliot, ils partent faire les Amériques en camping car... Voilà donc une année passée et hop ils se retrouvent chez-nous, à Sainte-Adèle, deux mois après être parti de Halifax et nous les accueillons pour échanger sur nos projets respectifs tandis que les enfants s'amusent ensemble! Nos chemins risquent fort bien de se recroiser dans l'ouest des USA et ailleurs!   Bon voyage les copins !!

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 
 
 
 
 

 

 

 

Vous pouvez suivre leur périple sur : http://famillebrun.canalblog.com/
 

 

Le temps des AUX REVOIRS...

 

 

Le sprint final....les 3 jours précédant le départ furent bien chargés! Bien que cela fait plus de 2 ans que nous épurons, donnons, jetons il en restait énormément!!! Merci les grands-parents pour le répit que vous nous avez fourni en gardant à tour de rôle les enfants. Sylvie, merci pour l'aide au frottage de fonds d'armoires et de salle de bain. Marielle, merci pour l'hébergement lors de la dernière journée, les repas et tes laveuses-sécheuses!!

Party de départ...Comme l’anniversaire de Marie-Joëlle coïncide avec la fin des classes, la St-Jean-Baptiste et notre départ, nous avons décidé de célébrer tout cela en même temps! Le 22 juin donc ce fut l'occasion pour nos amis et notre famille de venir nous dire au revoir et célébrer les 31 ans de Marie-Jo....tristesse et joie se sont côtoyer l'espace d'une soirée. 75 à 80 personnes sont venus témoigner leur amour et nous donner le goût de revenir!

En plus le matin même, le 27 juin, notre famille proche et quelques amis qui pouvaient se libérer en semaine, sont venus déjeuner avec nous tout juste avant le vrai départ! Nous tenons à remercier la quincaillerie des saveurs Starca pour l’accueil qu'ils nous ont tous réservé, une magnifique tablée avec des fleurs des champs et des papiers mouchoirs.....entourés de gens que nous aimons.....nous sommes partis bien rempli d'amour, et de pré-nostalgie! Il est bon de vivre dans les Laurentides entourés de tous ces gens! Cela ne fait que confirmer que nous y serons bien au retour et que c'est loin d'être une fuite que nous entreprenons.....

 

 

Nous vous aimons gang ceci n'est pas un adieu mais bien un Adios ( mot signifiant simplement au revoir....)

 

Hasta luego !

 

Notre véhicule - 3 ...STAUBUS -Version finale !

Convertir un minibus en VR est un projet aussi périlleux que le voyage qui l'attend...

 

Voilà donc près de deux années passées à imaginer et concrétiser la métamorphose complète de notre STAUBUS ! Son nom de baptême est venu spontanément de son mécano personnel, Luc Gareau, et représentait naturellement les origines du véhicule... Ancien BUS scolaire sous le bistouri de STAUB et fils;  Serge, grand maître ébéniste et Simon, technicien en finition intérieure d'avion...

 

Après des mois à le peaufiner pour être aux normes de la SAAQ, nous recevons enfin la certification qui fait maintenant de l'ancien bus une habitation motorisée. Voilà, c'est fait ! Maintenant nous pouvons finaliser les détails pratiques et améliorer le confort.

 

 
 
 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(D'autres photos plus bas...)

 

Ce qui à été fait depuis:


 

 -Aménagement complet du toit... En ajoutant plusieurs coffres de rangement et une pelle, juste au cas...

-Ajout de deux coffres supplémentaires sous le véhicule; un pour y mettre un ''jack'' (crique) 2 tonnes et demi et l'autre pour ranger la tablette extérieure et le poêle-grill portatif.

-Finalisation de la teinte des vitres... Pour se mettre à l’abri des regards, mais surtout pour couper la chaleur et les UV...

-Installation d'une ''bull bar'' en avant, plutôt esthétique, mais aussi pratique pour le remorquage et l'installation de 2 phares auxiliaires pour mieux voir dans le brouillard et le soir !

-Ajout de portes-goblets pour les places de croisière... ça évitera quelques dégâts!

-Installation de porte-papier/pigeonniers pour la salle de classe.

-Des verrous de portes ont été installés... deux en avant et un en arrière pour ralentir les bandits...

-Un déflecteur a été installé sur le capot contre les cailloux... il arbore fièrement son nom:STAUBUS

-Un wrap (auto-collant) des logos de nos commanditaires imprimé chez CMCOM et installé avec l'aide du grand maître des enseignes à Sainte-Adèle, Normand Russell....merci à toi!

-Réparation de la toilette... La jauge de la cassette (réservoir d'eau noire) était brisée, une nouvelle flotte en styromousse à été refaite. Un système SOG artisanal à été confectionné et installé pour ventiler le compartiment d'eau usée et facilité la décomposition des matières sans produits chimiques! Aussi, à l'intérieur de la cabine de toilette-douche, le revêtement des murs en vinyle n'a pas aimé l'hiver et a éclaté... Les murs ont donc été refait en tôle d'aluminium …

-Le frigo lui avait un élément 110v. brisé qui à été changé et un bouton de contrôle arraché qui a été remplacé. Les pièces pour ce modèle ne sont plus disponibles chez le fabricant (trop vieux modèle) mais la vie à mise sur notre chemin un frigo identique avec les composantes fonctionnelles pour réparer le tout...

-Pose de nouveaux pneus Michelin 10 plis... Les meilleurs sur le marché pour le poids du véhicule, offrant une tenue de route silencieuse!

-Question de faire un peu moins sérieux, confection d'une peau de ''cookie monster'' en poil ''shaggy'' bleue pour le tableau de bord !...

-Ajout de 2 flutes klaxons sur le toit... Merci Luc !

-Achat et installation de ventilateurs; un petit pour le co-pilote (la fenêtre ne s'ouvre pas de ce côté...) un autre portatif extra puissant, positionné selon les besoins...

-Éclairage extérieur arrière 100w supplémentaire, pour une meilleure visibilité au recul et intéressant pour toute activité nocturne.

-Recyclage d'un ancien miroir d'autobus scolaire en miroir de recul.

-Installation d'une sortie d'eau pour douche extérieure et boyau d'arrosage.

-Confection, assemblage/désassemblage d'une cloison antivol, isolant le poste de pilotage du reste de la cabine... Lorsque nous traverserons du Panama à la Colombie, le Staubus partira seul sur le pont du bateau, piloté par les employés du port... C'est donc pour éviter le vol de matériel dans le reste de la cabine que nous ré-assemblerons cette cloison avant de sortir par la porte de derrière en barrant le tout.

-Compartiment pour installer l'ordi au plafond avec chargeur intégré et prise audio pour faire jouer dans le radio d'auto ou dans les écouteurs de chaque sièges arrières. En retournant l'image dans les paramètres de l'ordi, ça devient un cinéma maison...

- Plusieurs cachettes ont été faites pour y mettre les ordinateurs et autre matériel électronique, pour ainsi éviter les vols faciles... Doubles fonds d'armoires et autres petits recoins difficiles à déceler sont maintenant exploités...

 

En mécanique...

 

Le système de freinage complet à été changé; frein d'urgence, tambours, disques, plaquettes, étriers, lignes et boyaux... La serpentine, le radiateur, la pompe à eau et pompe à ''vaccum'' sont neuves. Un amortisseur et le silencieux ont été changé. Les filtres à air sont neufs et la mise au point, graissage et vidange d'huile sont fait.

 

1, 2, 3...GO! On part!!!


Finalement, nous avons mis toutes les chances de notre côté pour franchir le plus de kilomètres possible sans pépins, mais nous resterons vigilants pour ne pas négliger les entretiens et faire durer le plaisir! Malgré les embûches dans la folle aventure de la conversion du minibus en VR, nous en sommes très satisfaits et fiers. Il est unique en son genre et répond exactement à nos besoins (on l'espère...) . En plus, il fait tourner les têtes... il ne laisse personne indifférent, quand les gens le croise sur la route, ils sourient.... le Staubus rend heureux!!!

 

 
 

 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 


 

 

 


 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au rique de se répéter, cette grande opération n'aurait été possible sans l'aide de deux grands chirurgiens...
 
MERCI  À LUC GAREAU pour les heures passées sur et sous le STAUBUS à ''gosser'', à réparer et à répondre à mes questions... parfois inutiles ! Nous partirons l'esprit tranquille... et si jamais nous avons un problème majeur.... nous pourrons essayer une mécano-conférence avec SKYPE !!!
 
MERCI TOUT SPÉCIAL À SERGE STAUB, mon papa !  Pour les centaines et les centaines d'heures passées ensemble à imaginer et concrétiser ce projet de FOU !  Quelle aventure... qui m'aura permis de passer du temps exceptionel avec mon père... qui peut en dire autant...Merci pour ta patience, grâce à ton ingéniosité et ton talent, le STAUBUS est né!
 
C'est fini !

Avril 2012 - Derniers préparatifs... !

Avancement du projet...

 

Le temps passe !!! tellement que ça fait presque deux mois que nous voulons rédiger et mettre en ligne cette mise à jour.. mais bon, les priorités parlent d’elles-mêmes !

Et voilà, le décompte est enfin commencé, dans moins de 60 jours, nous larguerons les amarres et partirons à l'aventure! Ce pourquoi nous nous préparons depuis plus de 2 ans est enfin sur le point de se concrétiser. D'ici là, nous sommes en pleine course contre la montre. Tous les dossiers doivent se clore d'ici deux mois et ensuite ce sera ''Incha'Allah''!

 

Telles de petites abeilles, toute la famille bourdonne ici et là. Les enfants tout comme les parents, donnent, recyclent, jettent tout ce qu'ils n'ont ou n'auront plus de besoin, le peu qui reste est mis en boîtes. Les armoires et garde-robes se vident, bientôt ne restera que le stricte minimum. Il faut se l'avouer, cet exercice est très libérateur!

 

Les rares cases blanches du calendrier sont vite remplies; nous désirons voir tous nos ami(e)s et famille avant le grand départ! Un souper par-ci, un dîner par-là....c'est bon de se savoir si bien entouré.....

 

Encore des nouveaux partenariats !

 

Disons que durant les mois de février et mars, Simon n'a pas chômé pour les demandes de commandites. En effet, courriels, appels téléphoniques et déplacements nous aurons valus neuf nouvelles commandites! Malgré quelques refus, nous sommes fiers de vous présenter ceux qui se lancent dans notre aventure et nous supportent de toutes sortes de façons...

 

Sincèrement MERCI à:

 

 

Théorêt Quincaillerie/Électronique; Véronique et  Alexandre nous offrent généreusement un disque dur externe et des cartes SD pour mémoriser les beaux moments dans nos différents appareils... on s'en souviendra !

 

 

 

Éric Gauthier de TRAKGPS nous offre un appareil de localisation GPS qui vous permettra à tous de nous suivre en temps réel via notre interface (google maps). Ce système nous permet aussi d'avoir accès à un bouton d'aide relié par satellites au réseau GÉOS technologie qui envoit par courriel des messages SOS si nécessaire...( on ne sait jamais....!)                                           SUIVEZ NOUS ICI...

 

  L’association des Pompiers de Sainte-Adèle, APSAD, contribue financièrement à la visibilité de notre projet. En effet, un montant de 500$ nous a généreusement été offert par les membres de la confrérie de Simon, montant qui est directement investi dans la publicité du projet...  

Merci les Boys !

 
 
Carole de CMCOM, une entreprise de Sainte-Adèle, nous offre un rabais considérable afin de ''wrapper'' (lettrer) notre autobus des logos de toutes l es entreprises qui se joignent à notre aventure! Merci pour le beau travail et l'excellent service.
 

Les Aventuriers Voyageurs, un réseau de conférenciers voyageurs qui présente des ciné-conférences, des films, des ateliers éducatifs et des spectacles en lien avec les voyages, nous ont offert une formation d'une journée sur la réalisation d'un premier film de voyage de type documentaire. Longue vie aux Aventuriers Voyageurs!

 

 

Et que dire de la gentillesse et du professionnalisme de Mme Marie-Claude Thouin de la Clinique Santé Voyage Évasion qui nous offre consultation, conseils et sants pour les vaccins de toute la famille!

 
Autre commandite intéressante, grace à la générosité de Marie Provost de la Cléf des Champs herboristerie , nous partirons avec une pharmacie de produit naturel et une base d'épices et herbes bio pour la cuisine...
 
 

Finalement, deux commerçants de Sainte-Agathe-des-Monts se joignent à l'aventure en nousfournissant des pièces/main d'oeuvre pour le Staubus... Merci à Ghislain Millette de Pièces d'auto Sainte-Agathe et David Legault de VitroPlus Sainte-Agathe.

 

Communication

Nous continuons notre collaboration avec le Magazine Camping & Destination Famille...

Cette fois-ci,  les questions de Myriam Alary porteront sur les derniers préparatifs et le Grand Départ ! Nous répondrons donc à ses questions pour une dernière fois à partir de la maison... ensuite, c'est sur notre route que nous donnerons des nouvelles du voyage aux lecteurs de CDF... Nous tenons à remercier Mme Alary pour sa confiance, sa patience et sa générosité, nous sommes choyés de bénéficier d'une telle vitrine!

Prochain rendez-vous dans la revue d'été !

LIRE LES ENTREVUES ICI...

 

Depuis mars 2011, le journal Pays-d'en-Haut La Vallée, se joint à notre belle aventure. En effet, nous avons eu la chance d'accorder une entrevue avec le journaliste Éric Nicol et dès juillet, nous y signerons une chronique mensuelle et ce tout au long de notre voyage, le tout accompagné d'une ou deux photographies. Bien sûr, nous mettrons un lien de ces chroniques style ''carte postale'',sur notre site au fur et à mesure qu'elles paraîtront.

 

Lire l'entrevue...

 

 

Nouveau site WEB et BLOGUE explorAventure.com !!!

Au cours des derniers mois, Simon a refait un tout nouveau site Web, permettant plus de fonctionnalités que le précédent et à moindre coût. C'est donc après plusieurs heures de travail  que nous vous présentons cette nouvelle plate-forme qui mettra en lumière notre Tour des Amériques, mais aussi une foule d'informations et de liens pratiques sur les voyages d'aventure. Via explorAventure.com, vous pouvez accéder à notre BLOGUE qui sera mis à jour plus fréquemment tout au long de l'année. 

 

Médias sociaux

Outre notre site Web, blogue et les médias ''papier'' avec lesquelles nous collaborons, vous pouvez aussi nous suivre par Facebook et Twitter... Nous diffuserons aussi nos photos sur Flickr et nos vidéos sur notre chaîne YouTube et sur Glober.tv...  Allez faire un tour pour voir !
 

Le minibus ... la conversion

Il s'est fait baptiser !!! Depuis le début, nous lui cherchions un nom significatif... Sans nécessairement avoir de lien direct avec le projet, il se fait appeler par son mécanicien favoris (merci Luc), le Staubus ! Et oui, assemblage du nom de famille ''Staub'' et bus... nous retenons ce nom puisqu'il est de confection familiale digne de ce nom...

Au moment où nous écrivons ces lignes, Simon s'affaire à finaliser les petits détails afin que l'autobus soit PARFAIT!  Donc d'ici quelques jours, réparation de la cloison de douche, un peu de calfeutrant ici et là, quelques branchements, retouches de peinture, modifications et réparations mécaniques seront à faire...  L'installation de nouveaux pneus s'est fait récemment ainsi que le changement d'un amortisseur du silencieux et de quelques composantes des freins...  en plus de se faire ''wrapper'' (vinyle imprimé auto-collant) des logos de tous ceux qui nous commanditent.

 

La maison... le camp de base...

 

Quoi dire à propos de la maison, mis à part que cela fait du bien de ne plus avoir ce stress?! C'est bon d'être locataire, même si c'est étrange de voir le printemps arriver et de ne pas penser aux fleurs et fines herbes qui agrémenteront la cour, de ne pas avoir à installer le trampoline, ne pas faire la mise au point des bicyclettes....simplement regarder la neige fondre et se demander où nous entreposerons le BBQ!

  

Le compte à rebours est amorcé !

 

Moins de  60 jours....c'est si vite passé! Nous ressentons une sorte d'urgence afin que tout soit prêt! Parfois nous regardons notre liste de choses à faire et nous aimerions avoir des clones afin de s'alléger la tâche....Petit à petit, nous pouvons rayer des trucs... et en rajouter d'autres auxquels nous n'avions pas pensé!


Depuis quelques temps, nous hésitions à modifier notre itinéraire initial. Il était prévu de prendre 6 mois afin d'atteindre l'Argentine par la côte ouest, puis, 6 mois pour revenir au Québec par la côte est. Par contre, nous trouvions que 6 mois c'est bien peu pour profiter de notre voyage pleinement. Nous avons donc pris la décision d’étaler sur une année complète notre descente pour atteindre la pointe de l'Amérique du sud et, plutôt que de revenir par les voix terrestres, nous mettrons l'autobus sur un bateau et irons le rejoindre par avion. Nous considérons que le montant que nous économiserons en diesel et frais de subsistance devrait couvrir le cargo pour le bus et les billets d'avions pour nous... en plus de bénéficier de plus de temps de qualité, nous épargnerons l'usure du  Staubus!

 

Ainsi, puisque que nous aurons une année complète pour descendre le long de la côte, nous réévaluons ainsi le temps de faire une escale en Alaska, en passant par le Yukon.

Autre changement à l'itinéraire, suite à notre parution dans le journal Pays-d'en-haut La Vallée, nous nous sommes fait offrir de l'hébergement au Belize par le propriétaire du bar ''Lazy lizard'' sur l'isle de Caye Caulker... nouveau point d'escale !

 

Achat d'équipement...

Puisque nous avons l'intention de capter en sons et images notre périple familial, nous avons fait l’acquisition de deux nouvelles caméras HD. Après plusieurs mois de réflexion et de magasinage, notre choix s'est arrêté sur l'achat d'une caméra ''principale'', soit une Sony NEX VG-10 qui est un heureux compromis entre la camera HD conventionnelle et la professionnelle. Elle nous suivra partout pour filmer et prendre en photo notre quotidien. Aussi, nous trouvions la GoPro très intéressante... c'est qu'elle est toute petite et peut etre fixée partout sur et dans le Staubus en plus de s'installer sur un casque, un bandeau et autre support, elle peut même aller sous l'eau afin de filmer et photographier des activités ''live''. C'est donc avec cette combinaison d'appareils que nous espérons capter sur le vif les gens et les paysages sur notre route...

 

École ...ça se prépare!

 

Ce qui est le plus difficile en ce qui à trait à l'école, c'est le manque d'espace. Il y a tant de trucs intéressants sur le marché que de faire un choix s'avère difficile! Et les parents qui enseignent à la maison sont si généreux de leur matériel via le net qu'il faut savoir arrêter de vouloir tout imprimer! Par chance, nous avons rencontré les professeurs que nos enfants auraient eu l'an prochain pour nous aider à choisir quels cahiers d'exercices et manuels scolaires apporter avec nous afin que les enfants suivent sensiblement le même programme que leurs amis. La matière sera dispensée par projets, de façon à intégrer les notions dans nos activités quotidiennes... Nous sommes confiants que l'adaptation prendra du temps mais sera éducative tant pour les enfants que pour les parents...

 

La vie de famille...

Que d'excitation dans l'air....vu de loin, ça fourmille dans cette famille! À mesure que la neige fond, nous sentons tous que la date du départ se rapproche. Les enfants vivent le tout très bien! Le soir, nous regardons des documentaires, des cartes géographiques, le globe terrestre....plein de questions sont posées, mais somme toute, c'est de la curiosité saine et non de la crainte qui découle de tout cela!

Simon passe énormément de temps à l'élaboration d'un nouveau site internet ( trop selon les enfants, pas assez selon son perfectionnisme! ). Quelques journées sont consacrées aux projets de rénovation de notre ami Luc et de Julie, soeur de Simon, en échange d'espace d'entreposage pour nos biens...Le peu de temps libre restant est attribué aux recherches de commandites et bientôt aux dernières modifications de l'autobus. Reste le déménagement à planifier !

 

Marie-Joëlle prend un réel plaisir à vider la maison ! De nature ''ramasseuse'', elle se découvre un côté simplicité volontaire qui lui plaît bien!  Et lorsqu'elle n'est pas en train de faire des boîtes, elle navigue sur internet sur les sites et les blogues tantôt de voyage ou alors d'école à la maison. Bien sûr à travers tout cela, le calendrier se noircit continuellement de rendez-vous, soit chez les médecins, les enseignants et surtout avec les amis!

 

Zackary, en vrai québécois, a râlé tout l'automne pour avoir de la neige afin de skier et patiner. Rendu au printemps, il s'impatiente qu'elle fonde afin de ressortir le ballon de soccer ( football) et le vélo! Sa passion pour la cuisine ne cesse de s'accroître; pour son anniversaire, nous l'avons invité à l'école hôtelière afin de visiter les classes et surtout de déguster un repas de 5 services préparé et servi par les élèves. De plus, il est bon de noter que Zackary a fait d'énormes efforts point de vue académique ces dernières semaines, nous sommes très fiers de lui!

 

Léa qui vouait déjà une passion envers l'école, ne cesse de nous impressionner; elle a apprit à lire seule! Depuis, tout est propice à la lecture, que ce soit une revue que maman a laissé traîner, un pot de confiture sur la table, s'il y a des lettres, Léa veut savoir de quoi il s'agit! Maintenant que ses cours au petit Gym sont terminer et que les sentiers s'assèchent, Léa débute ses cours d'équitation avec hâte et enthousiasme! Et puis gros changements dans la vie de Léa ces dernières semaines, elle a perdu sa première dent, papa lui a coupé les cheveux et elle s'est fait percer les oreilles!

 

Avec tout ce qui nous reste à accomplir avant le départ, probablement que notre prochaine mise à jour se fera sur la route, entre l'Ontario et l'Alaska. Qui sait ce qui nous attend, seul l'avenir nous le dira! D'ici là, nous profitons de chaque moment passé au Québec avec notre famille et nos ami(e)s!


À bientôt !

 

 

Notre véhicule - 2

... Suite de la publication ''Notre véhicule - 1''


La fin de la finition va finir par finir !!!

publié en aout 2011

On y est presque... Jusqu'à maintenant, le projet de conversion s’avère pas mal plus long qu'on ne l'imaginait...

Les mois de mai, juin et juillet on été productifs pour avancer le projet de conversion au maximum...Tout le mobilier est en place et fonctionnel, à quelques petits ajustements prêt... Les lignes de gaz propane ont été installés et raccordés aux quatre appareils soit; le chauffage, le chauffe-eau, le poêle et le frigo.


Ce système (gaz) a passé des tests par un technicien accrédité de chez Lajeunesse VR pour sa certification lors de l'inspection finale. La plomberie terminé, testé...100%. Pour ce qui est de l'électricité, là, ça été plus long que prévu... Passer tout les bons fils aux bonnes places, sans en oublier....ouf ! 

Installer des gaines protectrices pour éviter les dommages dûs aux frottements et vibrations...Ensuite raccorder chaque appareil, commutateur ou lumière au bon panneau... Installer les bonnes fusibles, les bons relais ou autre composante... Le tout dans des espaces très restreints...

Après cette dure épreuve, nous jouissons d'une installation électrique qui fonctionne de la façon suivante. Premièrement, si un réseau 120 volts domestique est disponible, nous pouvons nous s'y raccorder et ainsi garder les batteries auxiliaires bien chargées. Si il n'y a pas de réseau, nous pouvons vivre en 12 volts grâce aux deux batteries auxiliaires à décharge profonde, grande autonomie. Aussitôt que le moteur du véhicule se met en marche, un relais permet à l'alternateur de charger les batteries du moteur et auxiliaires en même temps... plus on roule, plus elles se chargent.

Finalement, une petite génératrice de 1200 watt est installée dans un coffre latéral et servira pour charger le tout en cas d'urgence.   Les équipement choisi sont très peu énergivore et la cabine est éclairée aux ampoules LED. La distribution passe par un panneau de fusible de 30 ampères et au besoin, par un ondulateur 1750 watt qui convertis le courant continu (12 V) en courant alternatif (120 V) .Nous avons également installé un détecteur de propane, un avertisseur de fumée ainsi qu'un détecteur de monoxyde de carbone pour plus de sécurité... Donc voilà, l'expérience fut tout de même enrichissante, donc sécurisante en cas de pépin éventuel...

Pour la partie peinture carrosserie et mécanique, là aussi il y a eu quelques modifications et réparations de faites. Nous avons tout d'abord scellé toute la carlingue avec un calfeutrant thermoplastique ''Flextra'', chaque rivets, chaque vis et chaque joints ont été révisé. Ensuite nous avons lavé l'autobus avec un dégraisseur ''TSP'' et poncé toutes les parties de la carrosserie trop lustrées. L'étape suivante était de masquer et protéger les vitres et les parties à ne pas peindre et ça y est... Peinturons !!!

Nous avons opté pour une peinture anti-rouille de couleur grise. Le choix de la couleur à été influencé par certains critères, entre autre; la discrétion (pas trop flash...) et la teinte (moins chaud que noir et moins salissant que blanc...). Nous l'avons appliqué au pinceau, au rouleau et en aérosol et avons fini le tout avec une ligne bleu, un rappel avec les couleur de notre logo. D’ailleurs, nous avons fait imprimé notre logo ainsi que la carte de notre itinéraire sur une pellicule de vinyle blanc auto-collant qui ont été installé avec l'aide de M. Normand Russell, grand maitre pour qui les enseignes n'ont plus de secrets !
À l'intérieure, nous avons installé un tapis en caoutchouc 10mm question de rehausser le look mais surtout pour assourdir les bruits et facilité le nettoyage du plancher et escalier. Les portes ont toutes été posées et ajustées, un grand miroir est installé sur la porte de salle de bain. À l'intérieure de celle-ci, les pôles à rideau de douche sont accrochées, la douche téléphone fixée et une pharmacie en coin, qui nous sera bien utile...


Pour ce qui est de l'épreuve de l'inspection de la SAAQ et remettre le véhicule sur la route avec sa nouvelle identité... Pas de tout repos !!! Ça prépare pour les démarches de douanes compliquées qui nous attends peut-être... Comme dans les 12 travaux d'Astérix !

Là ou c'est compliqué, c'est que c'est peu fréquent pour les mandataires en inspection de traiter des dossiers du genre... C'est après une douzaine de téléphones et plusieurs rencontres que nous avons fini par connaitre la vraie démarche a suivre et présenter les bons documents... Au moment d'écrire ces lignes, le véhicule est de nouveau immatriculé comme autobus et peu circuler légalement sur la route en attendant la réponse du département d’ingénierie de la SAAQ pour changer la vocation du véhicule et qu'il devienne ''habitation motorisé'' non soumis a des inspections mécanique annuelles.

En attendant, nous commençons le roadage de notre futur espace de vie sur roues, nous testerons plusieurs aspects du véhicule comme le rangement, la mécanique, les ajustements et l'autonomie. Il restera tout de même quelques petits ajouts comme le support à bagages sur le toit, les moustiquaires, la douche extérieur,  et autres équipements pratiques...


 


 

 

 



 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 


 


 

 

 


 


 


 
 
 

 

 

 


 
 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

....................................................................................................................................................................................................

 

La lumière au bout du tunnel...


publié en novembre 2011
 

Voici un bref résumé de la saga bureaucratique entre les partis traitants notre dossier:

Lors de l'achat du véhicule, fin juin 2010, nous avions dès lors pris contact par téléphone avec le service d'ingénierie des véhicules de la société d'assurance automobile du Québec. La personne en charge, nous avait alors rassuré que le processus ne prendrait que quelques semaines suite à une inspection mécanique dans un de ces centres de vérification mandatés. Il s'agissait donc d'effectuer la conversion pour ensuite prendre rendez-vous chez un mandataire afin que celui-ci, suite à l'inspection, complète une série de formulaires et ajoute des photos, afin de les soumettre à un ingénieur du service d'ingénierie. Cette étape fut donc accomplie au début du mois d'août 2011 avec un léger retard sur notre plan initial.

Suite aux commentaires plus que positifs de la part de l'inspecteur mécanique et de son directeur, nous pensions que ça serait du gâteau! Au niveau de la mécanique, seules quelques petites réparations étaient à effectuer, chose faite, pour obtenir le droit de circuler à nouveau sur les routes.Pour le changement de vocation du véhicule scolaire en ''habitation motorisée'', (toujours dans le but d'éviter d’être soumis à des inspections mécaniques périodiques obligatoires) il restait quelques formulaires à compléter pour la vérification, tel que ; équipements au gaz, réserve d'eau propre et usée, nombre de places assises et couchées, etc...Donc en attendant la réponse de l'ingénieur, nous avons mis à l'épreuve notre futur espace de vie en partant faire quelques petites escapades de week-end en famille pour enfin tester le confort et l'autonomie auquel nous aurons droit lors du grand voyage...

Première fin de semaine de camping au parc du Mont-Tremblant concluante !!! Le confort y était tant en roulant que stationnaire. Il est certain que nous devrons nous habitué à synchroniser nos déplacement à l'intérieur, mais dans l'ensemble, tout est pratique et confortable.

Un mois c'est donc écoulé et nous étions toujours sans nouvelles de l'ingénieur. Suite à plusieurs tentatives non concluantes de communications par courriels, c'est au téléphone que nous apprenons que la personne en charge de notre dossier ne travaillait plus pour le compte de la SAAQ mais que notre dossier sera traiter dans un bref délais par un autre employé. S'ensuit une série de détails manquants au dossier tel que certains annexes au formulaire et quelques photos d'éléments du motorisé, ont dus être envoyés, causant  encore plus de semaines d'attente.



 

 

Septembre arrive et nous sommes toujours sans nouvelles. Nous récidivons et partons pour une escapade à 5 en direction de Tadoussac dans le but de décrocher, observer les baleines et tester l'autonomie du véhicule. Après 1200 km de route et 3 nuits de bivouac, le confort y est et les réserves en eau et énergie suffisent à la demande... Nous croyons à une autonomie d'environ 4 à 7 jours!

Au retour, nous reprenons contact par téléphone avec le service d'ingénierie pour finalement se faire dire de ne plus les contacter directement et de suivre la procédure normale en communicant via notre centre de vérification mécanique mandataire. En gros, si vous avez des questions, adressez nous-les en ajoutant un intermédiaire, donc plus de délais pour les réponses.....

Ah.....bureaucratie, quand tu nous tiens!

Finalement, au moment d’écrire ces lignes, nous avons rectifié certaines choses dans l’aménagement final pour suffire aux normes et espérons toujours une réponse positive et finale de l’ingénieur. En attendant, le véhicule est toujours immatriculé comme un autobus scolaire et peut rouler légalement.

En dehors de ce processus, quelques petits ajouts on été fait. La teinte des vitres est presque terminée, s’en suivra l’installation des rideaux. Aussi, un support métallique avec échelle, ainsi qu’une boite à bagages ont été installés sur le toit, permettant ainsi une meilleure latitude pour la gestion de notre matériel et un support pour la roue de secours (accroché à la porte arrière est en construction.
L'ajout d'une tablette amovible coté cour question d’accommoder la cuisinette extérieure.Enfin, une antenne wi-fi de 15 db à été intégré au support de toit, question de rester en contact avec le monde !!!


Toujours à suivre !!!

 

 

 

 


 


 


 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Nous sommes présentement en rédaction pour les mois de décembre, janvier et février 2012... Revenez voir cette rubrique très bientôt !!!

 

 

 


 

 

La Floride en famille... ''road-test'' de 2 semaines...


Publié en février 2012

 

Vers 6h30 le matin du 26 décembre nous sommes fin prêt à partir, tous les 4 dans notre minibus ainsi que Serge et Marielle, les parents de Simon, dans leur motorisé. C'est un peu fatigué que nous nous apprêtons à entamer le voyage, il faut dire que Marie-Jo à travailler très fort pour son service de traiteur avant les fêtes. Ensuite les souper de Noël se sont enchaînés les uns après les autres et comble de malheur; alors que Simon réparait la poignée de porte du motorisé, il a dû répondre à un appel de pompier le 25 décembre au soir.....C'est donc avec joie que nous sacrons notre camp!

 
Le passage aux douanes se déroulent à merveille, notre autobus fait tourner bien des têtes et le douanier semble impressionné par notre aventure! Seul hic...léger détail, l'autobus ne semble pas vouloir redémarrer du poste de douane (park neutral switch à ajuster...) , on respire, on réessaye, on fait 2-3 jokes au douanier et on repart!
 
Pour notre première nuit, puisqu'il fait froid, nous décidons de dormir dans un Comfort Inn à New-Cumberland. Rouler à 6 personnes dans 2 VR  qui font chacun leur road-test, fait que nous avançons beaucoup moins vite que prévu! Mais l'humeur générale est au beau fixe!
 
Le lendemain matin, après un copieux ''hot breakfest inclued'', nous repartons à l'aventure vers 9-10h...ce qui fait que nous fûmes surpris par le trafic de Washington City....après à peine 800km de route, nous décidons de squatter un stationnement de Walt-Mart pour la nuit.
 
Le 28 décembre, après une bonne nuit de sommeil, nous nous dirigeons vers un Waffle-House afin de bien se gaver avant d'attaquer la route. Zack est très impressionné par les performances du cuisinier qui casse les œufs d'une seul main!
Ensuite, direction Daytona où nous trouvons un camping fermé à l'heure à laquelle nous arrivons mais qui par chance contient plusieurs terrains vacants que nous payerons le lendemain matin à l'ouverture. Nous pensions y passer 2 nuits afin de se reposer un peu et de profiter de la plage, mais trouvant le matin trop frais pour des québécois ayant fuit l'hiver, nous décidons de rouler jusqu'à Fort Lauderdale.
N'ayant pas accès à internet, c'est grâce au GPS que Marie-Jo déniche un State Park au bord de la mer, croyant pouvoir y dormir nous nous y rendons.....Surprise: le site ferme au coucher du soleil ( 5 minutes avant notre arrivée) et seulement des groupes organisés de scouts semblent avoir le droit d'y dormir....
 
Après avoir croiser un camping fermé, Simon à l'idée d'aller dans un motel  d'Hollywood où nous avions déjà séjourné 3 ans plus tôt afin de se faire suggérer un camping: Ceux qu'ils connaissent sont malheureusement fermé à cette heure....Par chance, il leur reste une chambre de libre avec cuisinette. Serge et Marielle la loue et le Motel Richard nous permet de dormir dans le stationnement...en prime, les enfants peuvent enfin profiter d'une piscine pendant que Marie-Jo et Marielle préparent un souper tardif!
Puisque nous avions déjà réservé pour le 31 décembre une nuit au Sunshine resort, nous prenons une chance d'arriver une journée à l'avance.Nous réussissons à avoir 2 terrains séparés par un seul motorisé. Nous sommes entourés de québécois retraités fort sympathiques, qui ne semblent pas trop dérangés par nos enfants! La piscine chauffée plait aux enfants et le soleil nous comble de sa présence! Après un pic-nic, nous nous informons des plages aux alentours...il s'avère que le parc où nous nous sommes cogné le nez la veille détient les plus belles plages des environs....après un après-midi à sauter dans les vagues et à sculpter le sable nous nous dirigeons vers un restaurant chinois et un ''liquor store'' afin de rapporter au camping un festin digne des rois, que nous mangeons tous les 6 à la belle étoile!
Puisque c'est le premier lieu en 5 jours où nous passons 2 nuits consécutives, nous profitons de ce répit pour passer la journée à l'épicerie pour les femmes, à la quincaillerie pour les hommes ( stéréotypée notre famille?? À peine!) Pendant que les hommes réparent la douche et autre petits détails à fignoler sur les 2 VR, les enfants profitent de la piscine, jouent dehors et rencontrent même d'autres enfants venus visiter leurs grand-parents.
En soirée, une GROSSE surprise attend Zack, il s'en va voir les Canadiens de Montréal contre les Panthers avec Simon. Puisque une belle sortie attend Zack, nous laissons Léa choisir le restaurant pour notre ''réveillon'' du jour de l'an, résultat; on mange tous au McDo! Un taxi vient y chercher Simon et Zackary qui n'a encore aucune idée d'où il s'en va!! 
Marie-Jo, Marielle et Serge emmène Léa magasiner, puis, elle et sa maman vont profiter de la piscine qui est vide à cette heure étant sensée être fermée ( chut!) Ensuite, toutes 2 s'installent devant un film dans le lit des parents avec un gros bol de jujubes, bonbons et réglisse.....ce qui fait bien changement de l'éternelle dinde du 31 décembre!
 
Léger détail; personne ne nous avait avisé qu'il est d'usage de klaxonner pour fêter l'arrivée de la nouvelle année! Un camping rempli de motorisé tous plus gros les uns que les autres ça résonne... Simon et Marie-Jo l'apprennent à leur dépend, par chance les enfants ont le sommeil profond!!!!!
Pour le 1er janvier, veille de son anniversaire, c'est au tour de Léa d'avoir sa journée spéciale; nous partons à North Palm Beach afin d'aller visiter sa très bonne amie Frédérique qui y est vacance chez ses grands-parents avec sa maman Marjorie.
 
Nous passons l'après-midi à la plage et le soir, nous sommes invités tous les 6 à un gigantesque BBQ de côtes levées chez les Fortin-Lyonnais dans une villa digne des plus grand soap américain!
 

 

 
À l'heure du dessert, Léa se voit offrir des cups cakes très colorés agrémentés de chandelles, elle est si drôle à n'y rien comprendre ''hein?! mais c'est demain ma fête!!?''. Ensuite ce sont les parents qui ont droit à une belle surprise; Zackary et Léa feront dodo chez Fredou, ce sera donc une nuit sans enfants!!!! Nous regagnons notre autobus, seul, qui nous attend dans un stationnement d'épicerie.
Le 2 au matin, Léa réveille la maisonnée à grand coup de 6 petits doigts en l'air devant un immense sourire!!! Après un copieux déjeuner cuisiner par Zack et Dominique ( l'une des grand-mamans de Fred), Nous reprenons la route en direction de Kissemee, tout à côté d'Orlando au Tropical palm resort campground.
  Après avoir passé 3 belles journées très chaudes et très ensoleillées, c’est avec regret que nous subissons une vague de froid, le mercure descend très vite en après-midi, mais les enfants tiennent tout de même à profiter de la piscine qui par chance est chauffée!
Ça y est, le 3 janvier nous allons enfin profiter du cadeau de noël, que toute la famille ( grand-parents inclus) a offert aux enfants: Disney World !!! Après une nuit à -5 degré Celsius... ( merci Simon d'avoir consacré tant de temps à la réparation du système de chauffage!) C'est donc en manteau d'hiver que nous attendons notre chauffeur de taxi à 8hres le matin....après s'être fait niaiser par un vendeur de ticket semi-légal et avoir fait patienter et promener notre chauffeur ( et avoir dû le payer en double!!) nous sommes fins prêts à passer une journée glaciale au Magic Kingdom....
 
Disney en tuque et mitaine, à un avantage non négligeable; la foule étant diminuée au moins de moitié, nous n'avons pratiquement aucune attente lors des manèges et à la fin des parades et du fameux feux d'artifice, la foule se déplace sans accrochage!

Le lendemain nous partons à la découverte du magnifique Animal Kingdom. La journée est encore fraîche mais beaucoup plus ensoleillée que la veille. Où d'autre qu'à Disney World est-il possible de débuter la journée au Kilimandjaro et de la terminer en ascendant l’Everest?

 

 

 

 

 
 

 

Le safari du Kilimandjaro est magnifique, les enfants sont surpris et ravis de voir que les animaux ont énormément d'espace et semble heureux et bien traiter, et les parents sont bien content de constater que le temps froid fait en sorte que tous les animaux sont visibles dans les faibles rayons de soleil! Jusqu'à l'hippopotame qui habituellement reste bien caché sous l'eau!

Zackary s'est vraiment déco uvert une passion pour les manèges qu'il a partagé avec ses parents et Léa à eu beaucoup de plaisir à déterrer des os de mammouth. Marielle et Serge ont été très impressionnés des nouvelles technologies lors de l'écoute d'un film en 4D ( odeur et jet d'eau inclus!) Vers 18h, nous sommes épuisés! 2 journées de marche au grand air frais, à vivre de grandes émotions ont raisons de notre niveau d'énergie et c'est épuisés mais au combien ravis, que nous allons tous nous coucher très tôt.
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alors que la chaleur et le soleil réapparaissent, nous nous préparons tranquillement à regagner le Québec, puisqu'il nous a prit environ 3 jours pour arriver en Floride, nous préférons prendre un peu d'avance pour le retour....après plusieurs heures de routes, nous dormons dans un stationnement d'un Walt-Mart en Georgie.
Le 6 janvier, après un léger déjeuner, nous repartons. Nous hésitons quant à la marche à suivre; nous devons hiverniser les véhicules avant la neige....dilemme, trouverons nous un camping à l'heure du dodo et surtout y fera t-il encore assez chaud? Nous ne prenons pas de chance et arrêtons dans un camping dans un tout petit village afin de vider les toilettes et le réservoir d'eau.....La dame ne nous charge que 10$ par véhicule!
 
  Après avoir réussi à contourner Washington de nuit ( merci GPS!) nous arrêtons a Hagerstown, Maryland, dans un Super 8 pour la nuit....petit détail; un autobus d'adolescents en compétition de lutte gréco-romaine y séjourne aussi....après une très courte nuit de sommeil inconfortable ( nous ne nous étions pas rendu compte à quel point notre autobus est confortable!), nous avons tous hâte d'arriver au Québec! Nous repartons donc vers 8hre le matin et roulons jusqu'à la frontière de la Pennsylvanie et de New-York et dînons dans notre deuxième et dernier Waffle House! En fin d'après-midi, nous faisons un dernier arrêt dans un ''liquor store'' afin de faire des réserves! Simon en profite pour faire une mini sieste dans l'allée du bus! C'est vers 22hres que nous arrivons aux Douanes en Ontario, encore une fois, le douanier est très impressionné par notre véhicule et le périple que nous accomplirons à partir de juillet!

C'est exténués, mais oh combien contents que nous arrivons chez nous....le voyage c'est déroulé à merveille, l'autobus est plus que parfait, l'espace est idéal, les enfants y sont confortables, la cuisine est géniale et la mécanique tient le coup! Seul petit bémol, alors que nous étions à Disney World ( entre le 2 et le 3 janvier ) Julie, la sœur de Simon nous a écrit afin de nous aviser que nous avions été victimes d'un cambriolage.

  À ce moment, elle croyait que rien n'avait disparu, seulement du linge avait été éparpillé.....afin de ne pas faire peur aux enfants et de ne pas ''gâcher'' le voyage des grands-parents nous n'avions rien dit à ce moment.... peu de chose on été volées; ordinateur ( contenant toutes nos photos) quelques babioles électroniques et de l'argent liquide.....bref par chance nous avons de bonnes assurances et surtout cela confirme que nous avons bien fait de vendre la maison avant de partir une année complète, nous avons si hâte de n'avoir aucune adresse à gérer à distance, seulement ce que nous avons avec nous dans notre petite maison mobile!
 
À bientôt pour une autre tranche de vie... sur la route !
 
 
 
 

 

Janvier 2012 - Préparatifs

publié en janvier 2012
 
 
Avoir su qu'il suffisait de faire un réel lâcher prise afin que tout s'arrange, nous l'aurions fait bien avant! Sans farce, rien arrive pour rien dans la vie et nous devions prendre une année supplémentaire à la préparation du projet afin d'être vraiment prêt et ce, dans toutes les sphères de nos vies!
 
Mais tout de même, il est étrange que les 2 grosses embûches auxquelles nous faisions face et qui nous empêchaient de partir, c'est à dire la vente de la maison et la certification de notre véhicule, ce soit réglées la même journée qui est en plus une date des plus symbolique: le 11 du 11 2011!!! Et oui, la même journée que nous acceptions l’offre d'achat que notre agent immobilier nous faisait parvenir, nous recevions par la poste le certificat de conformité de notre autobus...La vie est si bonne, il faut simplement être patient avant qu'elle exauce nos souhaits!
 

Voilà donc quelques semaines plutôt chargées... Après  être passé par toute la gamme d'émotions, nous réalisons que finalement, ça n'a pas été si long que ça vendre la maison...  Après plusieurs visites et beaucoup d’espoirs, nous aurons mis moins d'un an pour conclure...ce qui est très normal! Quant aux démarches pour la certification de notre véhicule.... ça l'aurait pu être moins pire...Après en avoir bavé avec cette bureaucratie complexe et rempli d'aberration et de délais..... à ne plus finir, nous avons fini par obtenir notre certificat de conformité !

 

 

 

Après ces semaines épuisantes, mais stimulantes, nous décidons de célébrer l'atteinte de nos 2 grands objectifs de préparations (maison et véhicule) en s'offrant une virée de 2 semaines en Floride !
 
Évidemment, nous le faisons pour le plaisir et pour se gâter avec un peu de chaleur des tropiques. Mais nous le faisons aussi dans un souci de préparation, c'est-a-dire qu'il constitue un excellent ''road test'' pour évaluer le comportement du véhicule sur une grande distance. Au niveau mécanique et convivialité, mais également pour vivre la dynamique familiale en situation réelle, confiné au partage de 8 mètres carrés pour cohabiter...
 
 
Partenariats ...
le sprint final est amorcé !
 
Cette fois une entreprise de notre région partageant nos valeurs, nous a approché pour se joindre à notre aventure.
 
Il s'agit de Ressources vertes des Laurentides , qui est une entreprise de biens et services issue d’une initiative citoyenne ayant pour mission de mettre en valeur les alternatives écoresponsables et solidaires et de les rendre plus facilement accessibles.
  Nous sommes donc en période d’essais pour des produits nettoyants multi-usages écologiques en concentré.  Visitez-les, vous y trouverez  les produits et services nécessaires à la vie de tous les jours , à la maison ou au travail, convenant à tous les types d’occasions et de porte-feuilles, d’une manière simple et efficace ainsi que toutes les informations pertinentes sur une multitude d’articles, de produits et de pratiques écologiques et tenant compte de l’aspect humain entourant les processus qu’ils impliquent.
 
 Ressources vertes des Laurentides, c’est votre magasin général écologique!
Aussi, nous sommes en pleine campagne de sollicitation auprès d'entreprises et de médias ciblés qui pourraient être de bon partenaire de voyage... En effet, sans divulguée leur nom (il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué...) nous sommes en discussion avec notre journal local afin de voir quelle visibilité notre projet peut avoir dans notre région. Aussi, nous finalisons une entente avec un fournisseur d'équipement de repérage en temps réel de type GPS... nous sommes très optimistes et complétons certaines étapes aux dossiers et attendons des réponses positives de ces derniers...
 
Vous voulez devenir commanditaire,  vous connaissez quelqu'un qui serait intéressé par notre projet ou voulez nous supporter d'une autre façon...
 Contactez-nous, nous serions bien heureux de vous faire voyager avec nous !
 
 
Communication
Belle complicité avec le  Magazine Camping & Destination Famille...
Rappelons qu'au mois d'avril dernier (2011), la parution d'une première entrevue avec CDF eue lieu, ce qui allait donner vie à une proposition pour d'autres entrevues pendant notre périple.
 
On nous offre maintenant en commandite, un espace publicitaire dans le magazine pour la durée de notre périple. Cette pub permettra au projet d'avoir un maximum de visibilité avec les lecteurs, mais aussi d'offrir cette vitrine à nos commanditaire... que nous remercions !

 
 
Consultez la section MÉDIAS sur explorAventure.com pour lire les chroniques et entrevues
 
 
 
 
 
Le minibus ... la conversion
Enfin !!! ...à bout de nerf, prêt à abandonner.... mais, au dernier souffle... ça y est, on l'a notre papier !  Il aura fallut plus d'un an pour complété les modifications nécessaires à sa convivialité, mais surtout pour répondre aux exigences du service d'ingénierie de la SAAQ. Nous sommes fière de clore le dossier une fois pour toute et passer à autre chose...
 
Voyez la transformation complète du véhicule dans la rubrique ''Notre véhicule'' ... et lisez un  bref résumé des complications rencontrées dans nos démarches...
 
 
La maison... rien ne va plus,
les jeux sont fait!
                  
Ça y est, c'est fait, depuis le 16 janvier 2012, nous pouvons enfin dire que nous ne sommes plus propriétaires de cette charmante maison qui a su nous satisfaire pendant 7 belles années...Nous ne sommes pas encore sans domicile fixe, mais ça s'en vient! Jusqu'en juillet, nous resterons à la même adresse mais en tant que locataires, ce qui pour nous est l'idéal: pas besoin de déménager avant le grand départ, les enfants ont une certaine stabilité pour terminer leur année scolaire et ça nous laisse 6 mois pour faire les boîtes et le grand tri ...  à jeter, à donner, à placer!
 
 
 
La fébrilité et l'excitation se font sentir !
Alors que nous trouvions donc le temps long avant que tout se place, savoir si nous partions et surtout quand....tout d'un coup c'est l'inverse! 5 mois c'est si vite passé pour tout organiser! Histoire de bien décrocher et surtout d'effectuer  un réel ''road-test'' , dès que la vente de la maison fut officielle, nous avons décidé de partir passer le temps des fêtes en Floride en famille avec les parents de Simon qui, eux aussi, testaient pour la première fois leur motorisé....Conclusion: l'autobus est vraiment idéal pour le type de voyage que nous allons faire! Le fait d'avoir accès en tout temps à la cuisine et à la salle de bain s'avère très pratique pour sauver du temps lors des longs déplacements ! De plus, avoir 6 places assises permet aussi de séparer les enfants lors des petites chicanes, ou simplement lorsque chacun a envie de faire des activités différentes.... A ucun ennui mécanique, quelques petites réparations connues seront à faire avant le grand départ. Aussi un ''cruise control'' sera installé et sera plus qu’apprécié !
 
Bref maintenant que nous nous sommes ''reposés'' il est temps d'attaquer les dernières phases de préparation au départ! Beaucoup de pain sur la planche nous attends!
 
 
 
 
 
École ...c'est partis!
 
Maintenant que c'est confirmé, nous avons pus faire l'annonce aux professeurs des enfants. Ils sont si contents pour nous, malgré que le personnel soit chagriné de nous voir partir! Alors maintenant, il faut rédiger le plan d'éducation pour la première année de Léa et la sixième de Zackary et surtout les faire approuvé. par les commissions scolaires...
Une chance, diverses associations et connaissances sont là pour nous guider tout au long de ce processus. D’ailleurs, nous avons pris contact avec une famille de notre région qui fait déjà l'école à la maison et une rencontre à été fixé pour échanger sur les façons de présenter le programme aux comission scolaires et mettre en place une routine d'enseignement qui convient aux parents et enfants et qui respectent l'atteinte des acquis académiques. Bref au cours des prochains mois, le dossier ''école-voyage'' sera prioritaire, nous accorderons donc beaucoup de temps aux démarches et rencontres sur le sujet...
 
 
La vie de famille...
 
À travers les hauts et les bas des derniers mois de préparation, l'énergie positive de tous à su garder l'esprit de famille fort et uni pour  dominer nos craintes et finalement récompenser l'effort et la patience. Nous pouvons enfin sortir du mode passif et devenir actif dans nos comportements et nos actions... La concrétisation d'un grand rêve, en passant par les impondérables, les plaisirs et les frustrations, démontre bien que la persévérance peut être difficile à maintenir dans nos plans de vie, mais tellement gratifiante quand les éléments se mettent en place pour facilité l'atteinte d'un but!
 
Simon  a prit la décision au moment de la vente de la maison de terminer plus vite que prévu son contrat chez Bombardier....à quoi bon faire des aller-retour à Montréal, de soir, si ce n'est pour récolter qu'un  salaire et le remettre en essence et réparations,alors qu'il a tant à faire ici....Bien sûr il conserve son emploi de pompier qui convient beaucoup plus à ses motivations... moins de dépenses, plus facile d’arrondir les fins de mois... Dès qu'il a 2 minutes de libre, il consacre son temps au site internet, aux demandes de commandites et à la recherche de matériel pour le voyage....au printemps, il profitera du beau temps pour finaliser les petits détails à régler sur le bus....
Marie-Joëlle a adoré préparer tout au long de l'automne de délicieux petits plats pour son entourage, c'est donc avec regret qu'elle met pause à son entreprise....il faut être réaliste, cela occupe beaucoup trop de temps dans les semaines déjà surchargées. Il reste moins de 6 mois pour finaliser les programmes scolaires des enfants, faire l'achat du matériel, faire les boîtes.... ouf! Les semaines sont bien remplies!
Zackary, a accueilli avec joie les bordées de neiges que nous avons fini par avoir!! Jusqu'à notre départ pour la Floride, il était tombé si peu de neige qu'il avait bien peur de ne pouvoir faire de ski alpin cette saison..C'est donc avec entrain qu'il affronte les montagnes tant sur ses skis que sa luge avec ses nombreux amis! De plus Zackary est rendu notre cuisinier attitré du dimanche soir. Lasagnes, pizza et œufs brouillés n'ont plus de secrets pour lui, au grand plaisir de Marie-Jo qui s'est trouvé un acolyte pour partager sa passion!  
Léa, continue d'adorer l’école, elle y va avec plaisir et nous raconte tout en détail le soir venu. Après avoir passé des vacances magnifiques, elle était bien heureuse de revoir ses amies afin de fêter ses 6 ans! De plus elle a débuté des cours d'initiations à la gymnastique la fin de semaine ( cadeau de sa marraine) et dès qu'ils seront achevés, elle aura droit à des leçons d'équitation ( cadeau de ses parents!) À toutes les semaines elle a la chance de faire du patin avec sa classe et dès que la température le permet, nous y allons en famille!  
 
Fini de vivre dans l'attente de l'incertitude... Maintenant, c'est l'attente du concret !!! La vie nous aura servi une belle leçon... tout vient à point à qui sait attendre ! Les derniers mois nous aurons permis de se familiariser avec l'émotion familiale en situation d'impuissance face à la tournure des événements. Ce laps de temps aura aussi permis de réaliser que nous avons faits les bons choix jusqu'à maintenant et donne un nouvel élan pour les dernières semaines de préparation. Finalement, le stress est tombé pour laisser place à l'excitation et la fébrilité !

Au plaisir de vous réécrire ...

 
À bientôt !
 
 

Novembre 2011 - Préparatifs

Publié en novembre 2011
 
C'est avec regrets que nous nous résignons à écrire cette article à partir de notre port d'attache. Nous, qui depuis plus de 18 mois pensions partir en juillet 2011, devons nous rendre à l'évidence qu'il serait mieux de reporter le tout d'un an....
 
Malheureusement, notre maison n'a toujours pas trouvé preneur et nous avons dépassé la date butoir d'un départ tardif pour cette année. Par contre cela nous donne plus de temps pour préparer un voyage extraordinaire qui aura lieu, nous l'espérons, en juillet 2012...
 
Le lâcher prise ayant été fait, s'ensuit l'acceptation des aléas de la vie. Et tout ceci n'est qu'un apprentissage pour ce que l'aventure nous réserve !
 
En plus de de ne pas avoir vendu la maison dans les temps désirés,il faut faire face aux contre-temps des préparatifs tels que : complication administrative quant à nos renouvellements de passeports, obtention du certificat de modification du véhicule avec le service d'ingénierie de la SAAQ, les précisions à apporter dans l'élaboration du plan d'éducation des enfants etc...
 
Par chance, nous avons toujours un magnifique toit sur la tête! 
 
 
Partenariats
 
 
C'est avec joie qu'Exploraventure compte parmi ses fiers partenaires une nouvelle venue: Petit Velours, une entreprise de notre région qui se spécialise dans la confection Bio-Éthique de literie, accessoire et linge de maison. Grâce à la générosité de Jacinthe Rondeau, propriétaire et artisane, nous profiterons d'une intimité à l'intérieur de notre autobus. En effet Petit Velours habillera les fenêtres du véhicule avec un ensemble de rideaux en coton bio.
Aussi, nous avons obtenu l'appui de l’association des pompiers de Sainte-Adèle (dont Simon fait parti) qui nous à fournis des auto-collants à leur effigie qui seront apposés sur le véhicule. Aussi, le directeur du service, offre une quantité de badge à échanger lors de nos visites de casernes rencontrées sur la route... D’expériences, il constitue un excellent moyen de briser la glace afin d’approcher les fraternités et obtenir du support et de l’aide en territoire inconnu...
 
Le départ prévu pour plus tard, nous laisse ainsi plus de temps pour continuer nos démarches en recherche de commandites... voila un autre point positif !
 
Vous voulez devenir commanditaire,  vous connaissez quelqu'un qui serait intéressé par notre projet ou voulez nous supporter d'une autre façon...
 
  Contactez-nous, nous serions bien heureux de vous faire voyager avec nous !
 
 
 
Communication
 
 
Deuxième entrevue pour le Magazine Camping & Destination Famille...
 
Rappelons qu'au mois d'avril dernier (2011), la parution d'une première entrevue avec CDF eue lieu, ce qui allait donner vie à une proposition pour d'autres entrevues pendant notre périple.
 
Malgré les embuches qui retardent notre départ, Myriam Alarie, rédactrice de CDF, crue bon de mettre en lumière  tout le travail de préparation accomplit depuis la dernière année, mais aussi les réalités qui nous frappent et qui changent les plans... Elle récidive donc avec une deuxième série de questions qui sont publiées dans la revue d'automne 2011
 
Cette revue spécialisée traite avec passion de camping - voyage - mode de vie - plein air par des articles et chroniques riches en contenu, suggestions de sorties, conseils et informations pratiques pour le camping et bien plus!
 
Nous partagerons nos péripéties avec ses lecteurs tout au long de l'année à venir... c'est un rendez-vous !
 
 
 
 
 
 
Le minibus ... la conversion
 
Un des points positifs du fait que la maison ne soit pas encore vendue, est que cela nous donne le temps de mettre aux normes le véhicule pour répondre aux nombreuses exigences demandées par le service d'ingénierie de la SAAQ.
 
Voyez la transformation complète du véhicule dans la rubrique ''Notre véhicule'' ... et lisez un  bref résumé des complications rencontrées dans nos démarches...
 
 
 
La maison...  allez-y, faites une offre !
 
N'ayant eu aucune visite de tout l'été, nous avons donc été surpris d'en avoir 3 de suite au mois d'octobre! De ces visites, deux futurs acheteurs trouvent enfin la maison qu'ils cherchent, seule ombre au tableau, pour acquérir notre maison, ils doivent vendre la leur.....Nous ne sommes donc pas plus avancés et nous dépassons notre seuil psychologique d'un départ tardif automnal qui était pour la mi-octobre.
 
Mais qui sait, peut-être que l'un de ces futurs acheteurs vendra sa maison plus rapidement que la notre et à ce moment nous aurons à nous dénicher un appartement pour les mois précédant juillet....
 
Nous sommes donc encore et toujours résidents de la ville de Sainte-Adèle et avons renouvelé notre contrat de vente pour les mois à venir gardant espoir que notre maison plaira à quelqu'un qui en a les moyens.
 
 
 
 
Vivre ''en attendant'' ...un jour à la fois...
 
Après avoir envisager un plan C et même un plan D, la vie a fait en sorte que nous revenions au plan B pour attendre notre plan A. En d'autre mot, bien que plusieurs options de départ aient été envisagées, nous devons nous rendre à l'évidence qu'il est plus sage d'attendre et de reporter le tout d'une année entière. En portant un regard global sur la situation, le véhicule non certifié, l'école bien entamée, etc....ce n'est pas seulement de vente de la maison qui marque la date d'un départ réussi.
La tentation de baisser les bras ou encore, celle de partir sur un coup de tête nous traverse souvent l'esprit, mais nous savons bien que cela n'est pas la solution....alors nous nous disons que la pratique mène à l'excellence et c'est pourquoi nous effectuons de courtes escapades. Que ce soit en famille dans l'autobus, pour se donner un avant goût, au chalet avec des amis ou encore en amoureux pour se retrouver et ne pas se perdre, nous nous accordons plusieurs temps d'arrêt, des mini-vacances concentrées!
Après avoir testé pour une première fois l'autobus dans le parc du Mont-Tremblant, nous sommes reparti à Tadoussac pour ainsi vivre une expérience en pleine autonomie dans le confort d'une maison mobile. Lors de ce voyage nous avons aussi pratiqué la cohabitation à cinq puisqu'une invitée s'est jointe à l'aventure. Conclusion; bien que nous soyons un peu à l'étroit à quatre dans le bus, nous ne le sommes pas vraiment plus à cinq !

 
Bien que l'on s'accorde de courtes escapades curatives, la vie continue; les enfants vont à l'école, voient leurs amis, Simon travaille de soir à Montréal, ne voit plus les siens et Marie-Joëlle, ayant perdu son emploi, s'en bâti un nouveau.... Nous cessons donc de nous restreindre dans certaines facettes de notre vie de famille... en attente et adaptons un rythme plus conviviale en prévision de l'année scolaire en cours et de la longue saison d'hiver québécois qui nous attend. 

 

 
 
 
 
 
 
École ...c'est partis!
Là aussi, les enfants ( et les parents ) doivent faire face à une légère déception; aller à l’école en autobus plutôt que dans l’autobus!
Pour Léa, cela reste une aventure puisque c’est son entrée dans le monde des grands : la maternelle! Alors que pour Zack, l’idée de revoir ses amis et de passer de belles récréations demeure attrayante...
 
Pour les parents, cela laisse un plus grand délai afin de préparer le plan d’éducation scolaire pour l’an prochain, par contre la tâche risque d’être encore plus ardue, car à ce moment, ils devront leur enseigner des années cruciales, c’est à dire la première année pour Léa et la sixième quant à Zackary....  
 
 
La vie de famille...
 
  Malgré les déceptions et regrets, il faut se dire que la vie continue.... visualiser et rêver à notre grand départ, tout en acceptant et vivant notre moment présent. Mettre le projet sur la glace fondante..., autrement dit ne pas le mettre de côté mais bien le faire grandir sans pour autant négliger notre quotidien. Pas toujours facile dans la vie de tous les jours, mais vient le moment où l’on ne peut plus vivre en attendant...
 
  Simon trouve bien difficile la route que lui occasionne son travail, en plus de l’horaire qui lui enlève pratiquement toute possibilité de vie sociale....Il trouve quand même le temps de bien remplir ses journées, soyez sans craintes! Depuis qu’il subit le quart de travail de soir à Montréal, ses matinées sont consacrées à effectuer tous les menus travaux qu’emmène l’automne, tant pour la maison que pour le motorisé. Le but étant de finaliser le tout, incluant les appels téléphoniques et la paperasse afin de le rendre conforme  ...  en plus de continuer son travail de pompier à temps partiel ! Il est définitivement dû pour des vacances !
 
  Marie-Joëlle a due faire face à une situation pour le moins inattendue; un changement d’administration à la boulangerie où elle travaillait à fait en sorte que son poste à été plus ou moins abolit! Puisque l’option départ semble être reporté à une date ultérieure, elle a décidé de se créer son propre emploi pour le temps où la famille devra rester au Québec. C’est ainsi qu’elle a commencé à faire des repas hebdomadairement  pour son entourage. Avec cet emploi, Marie-Jo est assurée d’être à la maison aux mêmes heures que les enfants lorsque Simon travaille (soit à Montréal ou pour un appel du service d’incendie)....en plus c’est moins contraignant à laisser comme emploi le jour où le grand départ arrivera! 
 
Zackary,est un tant soit peu déçu de commencer l'école. Il est tout à fait normal que dans la vie d’un garçon âgé de 10 ans et demi, qui rêve de partir à l'aventure, de ne pas avoir envie de retourné à son école à la rentrée scolaire! Par chance la perspective de revoir ses amis qu’il n’a pas vu de l’été et l’espoir qu’il y aie de nouvelles filles dans sa classe on fait passer la pilule! Zackary fait de gros efforts cette année afin de réussir à l’école. Il a beaucoup de devoir et d’étude le soir à la maison, mais de savoir qu’il aura droit de jouer au Xbox ensuite lui redonne de l’énergie! De plus il profite de ses fin de semaines pour voir son meilleur ami qui ne va pas à la même école que lui ou encore pour faire des activités avec la famille....
 
  Léa, bien qu’elle soit ennuyée de ne pas devenir Léa l’exploratrice tout de suite, faire son entrée à l’école,  préparer sa boîte à lunch et attendre l’autobus  fait en sorte que l’automne à été une grande période de changement pour Léa, même si nous sommes toujours au Québec! Léa adore la maternelle, depuis qu’elle a 2 ans elle attend ce moment avec impatience! Si vous verriez ses yeux s’illuminer et son débit de parole s’accélérer lorsque qu’elle nous raconte sa journée! Et que dire de toutes les nouvelles chansons et comptines qu’elle pratique, des bricolages qu’elle reproduit à la maison....le comble du bonheur pour elle, c’est lorsque son professeur exige un devoir! Tout comme Zack, elle profite de ses fin de semaines pour aller chez ses amies, les inviter à la maison où encore passer du temps en famille....
 
Vivre dans l'attente d'une grande aventure n'est pas de tout repos... c'est pourquoi il faut relativiser. C'est en canalisant les irritants et déceptions cumulés depuis le début que nous voyons finalement du positif !!! Un excellent apprentissage de famille s'offre à nous, faisant ressortir ainsi un regard plus critique sur la conjoncture et les impondérables dans un tel projet. Certain doivent souffrir d'avantage ou s'offrir une thérapie pour arriver à cette conclusion !
 
Ce voyage nous le rêvons et le préparons depuis trop longtemps.... mais quelques mois de plus, c'est quoi dans une vie...? De plus, l'image qu'en retiennent les enfants jusqu'à maintenant...la persévérance !  Puis qui à dit que la vie était facile?
 
Comme l'a dit le vieux sage : '' l’expérience, ça ne s’achète pas..... ça s'acquiert! ''
 
 
À bientôt !
 
 
 
 

 

Août 2011 - Préparatifs

Publié en aout 2011
 

 

 
Le creux de la vague est passé, nous reprenons notre souffle. La vie se fait entendre, certains élément du projet ne sont vraisemblablement pas assez peaufinés...  Le marché immobilier ne joue pas en notre faveur pour vendre la maison...Nous passons sans hésiter (non pas sans déception...) au Plan ''B'' ; ne pas se décourager, foncer, mais aussi  rêver et se préparer ! La vie continue !
 
 
 
Le plus difficile est de lâcher prise..... En réalisant que tout
ne se passe pas comme on le désirs, on prend aussi conscience que ces événements qui retardent le départ sont le genre d'impondérables que nous risquons de rencontrer un coup partis...
 
 
Et voilà ! Faut bien se rendre à l'évidence et accepter de vivre le moment présent... ici, maintenant et entre nous ! Nous allons donc de l'avant pour passer un très bel été en famille et entre amis, a profiter des attraits et plaisirs qu'offre notre belle région.
 
Nous sommes toujours en lien, via Facebook, avec des personnes qui nous invitent à les rencontrer lors de notre passage, d'autres qui échangent parce qu'ils planifient ou font présentement un long périple semblable au nôtre, ou encore simplement pour nous encourager. C'est agréable et nourrissant !
 
Continuez à nous écrire et à nous référer ... ces échanges feront toutes la différences quant à notre sécurité et notre plaisir à voyager !
 
 
Communication et partenariat
 
 

 

Depuis la dernière mise à jour, coté recherche de commandites et développement de partenariats, nous sommes moins actifs... par manque de temps mais aussi par changement de priorités.

 

Nous avons quand même obtenus un shooting photo, gracieuseté de Mariève Côté de Studio Art Fotovision pour immortaliser le moment présent... voyez par vous-même ! Nous relancerons la recherche active de commandites dès que notre nouvelle routine  travail-famille ''standby'' se sera stabilisé... 

 
 
En attendant le grand départ, nous recherchons toujours des entreprises de chez nous qui ont le goût de participer à cette grande aventure de quelque façon que ce soit. Nos besoins actuels sont: pièces mécaniques, matériel  audio-visuel, et visibilité médiatique ou toute autre chose qui pourrait venir en support à l'équipage...
 

Nous tenons aussi nos partenaires, parents, familles et amis pour le support et l'aide que vous nous apportez... Vous êtes notre ressource en énergie !!! 

 
 
 
 
 
 
 
Vous voulez devenir commanditaire,  vous connaissez quelqu'un qui serait intéressé par notre projet ou voulez nous supporter d'une autre façon...
 
Contactez-nous, nous serions bien heureux de vous faire voyager avec nous !
 
 
 
Deuxième entrevue pour le Magazine Camping & Destination Famille...

Rappelons qu'au mois d'avril dernier (2011), la parution d'une première entrevue avec CDF eue lieu, ce qui allais donner vie à une proposition pour d'autres entrevues pendant notre périple.

Malgré les embuches qui retardent notre départ, Myriam Alary, rédactrice de CDF, crue bon de mettre en lumière  tout le travail de préparations accomplis depuis la dernière année, mais aussi les réalités qui nous frappent et qui changent les plans... Elle récidive donc avec une deuxième série de questions qui seront publiées dans la revue de septembre-octobre !

Cette revue spécialisée traite avec passion de camping - voyage - mode de vie - plein air par des articles et chroniques riches en contenu, suggestions de sorties, conseils et informations pratiques pour le camping et bien plus! Nous partagerons nos péripéties avec ses lecteurs tout au long de l'année à venir... c'est un rendez-vous !
 
 
 
Le minibus ... la conversion
 
On y est presque... Jusqu'à maintenant, le projet de conversion s’avère pas mal plus long qu'on ne l'imaginait...
  Les mois de mai, juin et juillet ont été productifs pour avancer le projet de conversion au maximum...Tout le mobilier est en place et fonctionnel, à quelques petits ajustements près... Les lignes de gaz propane ont été installés et raccordés aux quatre appareils soit; le chauffage, le chauffe-eau, le poêle et le frigo. La plomberie terminée, testée...100%. Pour ce qui est de l'électricité, là, ça été plus long que prévu... Passer tout les bons fils aux bonnes places, sans en oublier....ouf!
  Ensuite raccorder chaque appareil, commutateur ou lumière au bon panneau... Installer les bonnes fusibles, les bons relais ou autre composante... Le tout dans des espaces très restreints...L'expérience fut tout de même enrichissante et sécurisante en cas de pépin éventuel.
Pour la partie peinture, carrosserie et mécanique, là aussi il y a eu quelques modifications et réparations de faites. Pour ce qui est de l'épreuve de l'inspection de la SAAQ et remettre le véhicule sur la route avec sa nouvelle identité... Pas de tout repos !!! Ça prépare pour les démarches de douanes compliquées qui nous attendent peut-être... Comme dans les 12 travaux d'Astérix !
 
 
Voyez les développements par vous même dans la rubrique ''Notre véhicule'' ...
 
Au risque de se répéter, ENCORE MERCI ! à notre ami Luc Gareau pour les bons conseils et les longues heures passées sous le véhicule et à Serge Staub (père de Simon) pour la patience et les longues semaines à user de son génie et son talent mis à contribution dans la transformation du minibus ! Sans vous, on n'y arriverait pas ...
 
 

 

 

 

 

 

 

 

La maison...  il faut vendre !

  Plutôt tranquille cet hiver, nous espérions une reprise saisonnière du marché immobilier ce printemps... mais en vain. Malheureusement (pour nous), dans les Laurentides, comme dans plusieurs autres régions du Québec, les ventes de maisons sont au ralenti. Le choix des acheteurs se tourne aussi de plus en plus vers la construction neuve, laissant ainsi un très grand choix de maisons ''d'expérience'' aux futurs propriétaires...  C'est peu réjouissant et surtout frustrant quand il ne reste qu'à vendre pour partir... 
 
Voilà donc pour ce qui est du contexte, maintenant il faut vivre avec et continuer d'essayer. Après quelques visites non concluantes, nous avons choisi de faire certains compromis et réviser notre prix à la baisse, ainsi attirer des visiteurs et espérer une offre sérieuse !  
  Fraîchement rénovée, grande cours privée, offrant un logement à revenus (bachelor) et située dans un secteur tranquille, près de toutes commodités... elle est pour vous !
 
 
 
 
 
Vivre le plan B...
 
  Nous ne partons pas en temps voulu, il faut faire face aux impacts, repenser notre départ autrement, mais aussi adapter notre routine de vie actuelle en s'armant de patience. Il est certain que plus le départ sera tardif, plus la première portion du trajet initiale sera modifiée... Le plan initial étant de traverser le Canada d’est en ouest, pour ensuite descendre la cote ouest des trois Amériques afin d’atteindre la Terre de Feu à l’extrémité sud du Chili et de l’Argentine. Nos autres options, suite à un départ repoussé sont; soit de traverser en diagonal les États-unis afin d’arriver au Mexique plus rapidement et rattraper le beau temps, ou en dernier recours, mettre le bus sur un bateau jusqu’en Argentine, le rejoindre par avion et ainsi ne faire que l’itinéraire du retour, du sud au nord....le but étant de suivre la belle saison tout au long du périple.

En contrepartie, nous trouvons plus difficile le fait de débuter notre aventure en Amérique du Sud. Si telle est l’option retenue, le défi d’acclimatation sera plus radical. Nous aimons l’idée de se servir de la portion de l’Amérique du nord comme une zone tampon afin que toute la famille s’habitue à une nouvelle vie nomade, tout en étant dans un environnement et une culture similaire à celle que nous vivons chez nous.  Les conditions climatiques auront certes des répercussions mais le temps aussi....tant pour le retour scolaire que pour les contraintes en ce qui a trait au régime d’assurance maladie et des impôts en vigueur au Québec.Il faut garder en tête l'idée d'un éventuel retour ...

  Une autre facette à ne pas oublier...nos contacts outre-mer et nos hôtes...  les offres d’aide tiennent-elles toujours ? Jusqu'à maintenant, n ous restons en contact avec ces gens, quant à eux ils sont prêt à nous accueillir au moment ou bon nous semblera, à moins de problème majeur... Nous avons aussi plusieurs contacts avec d’autres voyageurs qui parcourent le continent présentement ou encore qui partiront bientôt, ce qui nous ouvre d’autres pistes, des conseils auxquels nous n’aurions pas nécessairement pensé....De plus nous avons la chance d’avoir un pompier parmi nous ce qui nous ouvrira énormément de portes ( de caserne du moins!) Aux endroits où nous ne saurons pas du tout où aller, notre première option sera d’aller jaser avec les pompiers, fraterniser, leur expliquer notre projet et leur demander leur avis, ou encore la permission de stationner notre véhicule au poste incendie....nous avons toujours aimé faire des visites de caserne en famille !
 
En attendant, notre motivation est variable, mais le rayonnement de notre enthousiasme et positivisme nous rattrape ! Lorsque l’on élabore une aventure comme la nôtre, les bases du couple et de la famille doivent être déjà solides, donc nous puisons dans notre amour et nos convictions afin d’aller de l’avant....en  harmonie.
Par contre, certains jours la motivation est moins présente....avec l’incertitude du moment exact du départ nous avons dû prendre de grandes décisions; tout d'abord nos emplois....Marie-Joëlle a la chance de pouvoir garder son poste, à la Boulangerie La Vagabonde tant et aussi longtemps que la maison ne sera pas vendue, ses employeurs sont très compréhensifs. Quant à Simon, il a dû admettre que les entrées d’argent se faisaient beaucoup plus rares par rapport aux dépenses de matériel pour le VR et pour la rénovation de la maison....Alors, repoussant la date exacte pour la demande officielle de congé sans solde au service des incendies de Sainte-Adèle,  il a accepté le retour à ces anciens amours, lorsque son ancien employeur lui a proposé un contrat d’une durée indéterminée en finition intérieure d’avion, pour ainsi renflouer notre compte bancaire jusqu’au moment du départ....
Voilà pour les finances, maintenant il ne faut pas oublier le facteur social...  Il faut savoir répondre en toute humilité à notre famille, nos amis, collègues et partenaires,  à la fameuse question : ‘’vous n’êtes pas encore parti ?!’’ Et là, ça crée un sentiment partagé.... Autant ça ‘’remue le couteau dans la plaie’’, que ça relance notre motivation et confirme que le chemin de cette belle aventure est et sera parfois ardu, mais Oh! combien gratifiant et enrichissant. Les relations interpersonnelles sont un élément important dans les fondements de ce projet... Ici, il est question d’échange et de partage. C’est ce qui nous inspire à poursuivre notre rêve et il semble également inspirer tellement de personnes à qui on en parle... Les objectifs du projet sont atteints et nous ne sommes pas encore sur la route !
 
La communication et la visualisation reste la clé pour traverser ces embuches. Il est entre autre curatif pour nous de répondre aux questions d'entrevue de CDF ou de rédiger et alimenter notre site web pour ainsi partager avec vous les hauts et les bas de notre pré-départ... De plus cela nous aide à faire le point d’où nous en sommes.  
 
 
 
École et camps d'été ...
Depuis le printemps nous avons dû mener 2 vies parallèles....nous avons inscrit les enfants à l’école pour septembre, au cas où..., Léa a visité la maternelle qu'elle fréquentera peut-être et nous avons dû organiser notre été aussi puisque nous gardions nos emplois jusqu’à nouvel ordre. Les enfants fréquentent donc le ‘’Camp taloup’’, le camp de jour de Mont-Rolland à raison de 4-5 jours semaines.
 
En même temps, nous avons débutés les démarches pour l’école à la maison. Les écoles respectives sont au courant de notre projet, l’école de Zackary a même gracieusement prêté du matériel scolaire pour l’année prochaine. Pour l’instant, dans un scénario d’un proche départ,  il nous reste quelques semaines afin de finaliser le plan de scolarisation et aussi se procurer le matériel manquant. Nous sommes conscient ( et les enfants aussi surtout) qu’il y a de forte chance pour qu’ils débutent leur année scolaire à l’école et que nous la terminions sur la route.
 
 
 
 
La vie de famille...
Dans l'attente d'amorcer le début d'un grand rêve, il faut vivre la réalité... La vie nous passe des messages, nous devons en tirer des leçons.. Faire preuve de sagesse et d'humilité est une question de survie pour le projet et constitue des bons points d'ancrage pour le cheminement personnel de chacun. Bref, même pas parti et l'expérience est grandissante!
                        
Simon ne sais plus où donner de la tête ! Il faut dire que les mois de mai et juin ont été particulièrement productifs pour la conversion de l'autobus. Ajoutez les pompiers et un nouveau contrat de finition intérieure d'avion chez Bombardier Aéronautique (depuis juillet).... ça laisse moins de temps pour rêver, le nez dans les cartes géographiques et rédiger, la tête dans les nuages, les dernières nouvelles de la phase pré-départ.....retardé... L'offre de Bombardier Aéronautique arrivait juste au moment où le volet financier du plan ''B'' (retarder le départ pour une durée indéterminée) se devait de voir de l'avancement... Autrement dit, il faut gagner son pain en attendant de vendre la maison !
Marie-Joëlle garde le fort, c'est à dire la maison qui ne veut pas se faire vendre tout de suite! En plus de continuer son travail à temps partiel à la boulangerie, elle organise un bel été pour toute la famille afin que tous se sentent tout de même en vacances....sortie d'une journée ou deux, camping, randonnée, canot-kayak sont au menu....Elle voit à ce que tous ne manquent de rien puisque Simon à un horaire plus que chargé! En plus des sempiternelles rendez-vous, elle continu la préparation de l'école à la maison en restant en contact avec les commissions scolaires ainsi que les écoles respectives des enfants. Aussi, elle s'assure de bien remplir la trousse de premiers soins afin de palier à tout imprévu.
 
  Zackary, bien qu'il soit déçu de ne pas partir tout de suite, est très content de pouvoir passer un été avec ses amis. Camp de jour, baignade, camping, sortie au cinéma font partis de son quotidien! Il pratique aussi le vélo et vit pleinement l'été de ses 10 ans, tout en se gardant un peu d'énergie afin de taquiner sa petite sœur! Sa collection de carte de hockey prend des proportions vertigineuses et ses structures de lego sont plus qu’impressionnantes!
 
  Léa est enfin entrée dans le club des grands, fini la garderie, cet été c'est le camp de jour qui remplira ses journées, ce qui a fait en sorte qu'elle s'est découvert un appétit de loup et des nuits remplies de beaux rêves! Le lac n'a plus de secret pour elle et en plus elle suit des cours de natation chez son ancienne éducatrice. Grâce au camp, elle se fait plein de nouveaux amis, ce dont elle avait grandement besoin. L'un de ses plus agréables moments estivals est sans contredit une soirée feu de camp accompagnée de guimauves. Elle ne cesse de pratiquer ces chansons de camp d'été, au grand plaisir de ces parents.
Finalement, bien que ce n'est pas l'été que nous avions imaginé et souhaité, chacun y trouve son compte, nous resserrons les liens et nous continuons d'aller de l'avant un jour à la fois tout en anticipant notre proche départ afin d'aller à la rencontre de l'autre.....
 
À bientôt !
 
 
 
 
 

Mai 2011 - Préparatifs

Publié en mai 2011
 
Les difficultés se mettent en travers de notre chemin, la fatigue et le stress se font de plus en plus sentir... Nous sommes au cœur du scénario pré-départ le moins tentant... le marché immobilier est stagnant et le minibus nous fait une mauvaise surprise... 
 
Difficile de garder le focus, même en se conditionnant mentalement que tout ce qui arrive n'est que préparation pour le long périple qui nous attend....on l'espère !
 
Bousculé par le temps, dépassé par les évènements... le printemps tarde à se montrer et la charge de travail reste colossale ... quand on rêve grand, on assume grand... Chaque jour, le projet occupe une bonne partie de nos pensées, il y a des matins de découragement, où on pense ne pas pouvoir y arriver, passer au plan B.... et c'est là que... inattendu, une bonne nouvelle d'un commanditaire, un message d'encouragement d'un de nos hôtes en Équateur... la publication d'un article sur exploraventure dans une revue formidable, l'aide de la famille et amis pour faire avancer les étapes....ça aide à garder le moral !
 
Nous sommes toujours en lien, via Facebook, avec des personnes qui nous invitent à les rencontrer lors de notre passage, d'autres qui échangent parce qu'ils planifient ou font présentement un long périple semblable au nôtre, ou encore simplement pour nous encourager. C'est agréable et nourrissant !
Continuez à nous écrire et à nous référer ... ces échanges feront toutes la différences quant à notre sécurité et notre plaisir à voyager !
 
 
 
Communication et partenariat
 

Un nouveau partenaire se joint à notre aventure ! Nous pouvons compter sur une entreprise de chez nous, spécialisée dans la vente, service et conversion de VR. Ils mettent à votre disposition leur 30 ans d'expérience et de passion dans le domaine... 

 
Les propriétaires croient en notre projet, leur générosité se traduit par la fourniture de certaines pièces d'équipement, en main d'œuvre et surtout de précieux conseils...Merci à Claude et Serge de Lajeunesse VR inc. de supporter notre projet!  Visitez le: www.lajeunessevr.com
 
Depuis le tout début du projet, nous sommes fièrement supportés par Mécanique Luc Gareau, mécanicien hors pair et généreux ami ! Sans lui, nous n'aurions pas su surmonter les épreuves que nous réserve notre autobus...
 
De l'entretien préventif aux réparations majeures, Luc nous est essentiel tant pour les travaux mécaniques et de modifications que pour l'enseignement des rudiments de son métier ... Merci l'ami !!!  Faites appel à son service professionnel, tout comme nous, vous ne serez pas déçu !
Voilà, la première entrevue a été publiée ''version papier'' ! Vous pourrez la lire dans le Magazine Camping & Destination Famille, édition avril-mai. Cette revue spécialisée traite avec passion de camping - voyage - mode de vie - plein air par des articles et chroniques riches en contenu, suggestions de sorties, conseils et informations pratiques pour le camping et bien plus! Nous partagerons nos péripéties avec ses lecteurs tout au long de l'année à venir... c'est un rendez-vous !
 
 
 
Aussi, depuis quelques semaines nous avons commencé à nous adresser à des partenaires potentiels afin de leur présenter notre projet et ainsi créer des liens qui pourraient nous mener loin.... En fait, ce que nous recherchons, ce sont des entreprises de chez nous qui ont le goût de participer à cette grande aventure de quelque façon que ce soit. Nos besoins actuels sont: pièces mécaniques, matériel audio-visuel, et visibilité médiatique ou toute autre chose qui pourrait venir en support à l'équipage...
 
 
Vous voulez devenir commanditaire,  vous connaissez quelqu'un qui serait intéressé par notre projet ou voulez nous supporter d'une autre façon... Contactez-nous, nous serions bien heureux de vous faire voyager avec nous !
 
 
 
Le minibus ... la conversion
 
Transmission  &*?#?@) !!!   25 coups de téléphone dans les cours de pièces et recyclage auto... 800 kilomètres d'aller-retour pour acheter et se faire rembourser deux fois la pièce qui n'était pas compatible, 4-5 jours de travail de mécanique pour monter-démonter, démonter-monter la transmission, pour finalement faire ré-usiner la transmission d'origine de l'autobus... quelques milliers de dollars plus tard !
Épisode qui nous en a fait voir de toutes les couleurs et qui a épuisé temps et argent... On se console en se disant que ça fait ça de moins à s'inquiéter un coup partis ! 
 
Malgré les embuches, le projet de conversion se porte bien. Il faut avouer que c'est beaucoup plus de travail que prévu... Il y a tellement de détails et de restrictions que la production est constamment ralentie afin de résoudre les problèmes d'ingénierie...
Les derniers mois ont été consacré  aux systèmes de plomberie, de gaz ,d'électricité et à la finition intérieure.
 
Voyez les développements par vous même dans la rubrique
 
 
En passant, mille MERCIS ! à mon ami Luc Gareau pour les bons conseils et les longues heures passées sous le véhicule et à Serge Staub (père de Simon) pour la patience et les longues semaines à user de son génie et son talent mis à contribution dans la transformation du minibus ! Sans vous, on n'y arriverait pas ...
 
 
 
La maison... vendre ou louer ?
 
  Doux printemps quand reviendras-tu?..... Nous savons que notre maison est une valeur sûre et que la personne qui en prendra possession n'en sera pas déçue. Nous croyons avoir quelque chose d'intéressant à offrir. Plusieurs facteurs restent incontrôlables... la saison chaude tarde à venir... les activités du marché immobilier y sont étroitement liées... Aussi, la région est saturée de maisons à vendre et la demande ne suit pas l'offre... Que faire?
 
Quelques visites ont eu lieu, mais notre maison n'a pas encore trouvé son futur propriétaire idéal ! Le calcul reste simple...pas de vente, pas de voyage...   Fraichement rénovée, grande cours privée, offrant un logement à revenu (bachelor) et située dans un secteur tranquille, près de toutes commodités... elle est pour vous !
 
 
 
 
Envisager le plan B.....et C !?
 
  Tout ne se passe pas exactement comme nous le désirons, à quelques mois de la date de départ initiale prévue, nous sommes à l'heure d'envisager de passer au plan ''B''. Évidemment, tout reste possible, un acheteur pour la maison peut se présenter du jour au lendemain et ça y est ! Mais la réalité du quotidien est que nous devons continuer notre mode de vie en évitant de déstabiliser les enfants inutilement. Le détachement matériel est bien amorcé, l'exercice d'épuration des biens suit son cours, mais nous restons prudent puisqu'il est probable que nous passions encore plusieurs mois ici...
  Un des scénarios qui serait le moins décevant  est ;  vendre la maison un peu plus tard dans l'été et simplement repousser le départ en automne, ainsi commencer l'année scolaire en roulant et accélérer la portion de route d'Amérique du nord pour rattraper la belle saison pour le reste du périple. Sinon, advenant la vente tardive en automne ou en hiver, l'option serait:  continuer le boulot, de commencer l'année scolaire ici et aussitôt vendue, envoyer l'autobus par bateau jusqu'au Costa Rica ou en Argentine et écourter la portion''aller'' pour revenir tranquillement vers le nord en finissant l'année scolaire durant le ''retour''... Tout ceci n'est qu'extrapolation mais reste tout de moins des situations auxquelles nous ferons face bientôt. Nous nous consolons d'un éventuel départ tardif en nous disant que nous ne serons que mieux préparé !
 
 
Le site internet...
Accident de tisane a la menthe... l'ordinateur portable est aux soins intensifs.....Ceci occasionne quelques difficultés en rédaction, mais aussi en divertissement. Nous sommes toujours en attente du diagnostique du doc!  Comme depuis le début des préparatifs, notre attention est concentrée essentiellement sur l'avancement des priorités telles; la vente de la maison, la finition du véhicule et les bons moments en familles...
 
Le temps de rédaction se fait plutôt rare, mais les idées et le contenu abondent...  Imaginez sur la route...
 
 
 
École.... camps d'été ?
 
  Pour ce qui est du volet école, les préparatifs aussi vont bon train. Les deux enfants sont inscrits dans leur école respective et les personnes en charge sont avisées de toute éventualité quant à notre départ incertain... Les institutions en causes nous sont d'une grande collaboration face à la situation que nous vivons et offre de bons arrangements pour que l'éducation de nos enfants soit le moins perturbée possible.
 
Et si nous ne partions pas tout de suite... Il faut y penser ! Advenant que nous continuons nos emplois, que feront les enfants ? Nous les inscrirons tous les deux au camp de jour, où ils pourront passer les belles journées à la plage et faire pleins d'activités entre amis!
 
La vie de famille...
 
 
  Pas facile de vivre le ''moment présent'' quand on prépare et anticipe un tel voyage... Nous nous considérons comme une famille unie et forte, sans être parfaite nous avons une bonne communication et encourageons le respect de chacun. Les épreuves que nous vivons dans le préparation nous unissent vers un but commun, la découverte et le partage...                      
Simon est sollicité de toute part pour différents contrats de rénovations... La saison des chantiers étant courte, tout le monde veut être certain d'avoir le temps d'effectuer ses travaux... Hésitant d'accepter de gros contrats de peur de ne pas les honorer si nous vendons entre-temps... En attendant, il est toujours au service de la sécurité incendie de Sainte-Adèle et passe ses temps libre à la finition de l'autobus...
 
  Marie-Joëlle s'épanouit au boulot, ses patrons  arrivent tout juste  d'un périple en famille au Mexique de plusieurs mois...l'énergie et l'ambiance de travail est motivante.   Augmentation de salaire et appréciation de leur part...Ils confirment que quoi qu'il advienne, elle sera toujours la bienvenue à la boulangerie! Entre temps, elle continue de s'occuper de la vie familiale et de préparer les documents nécessaires pour un départ ... on ne sais pas trop quand...
 
Zackary 10 ans !!! Nous motivons du mieux possible notre grand pré-ado à faire des efforts tant au niveau académique que dans la vie de famille...Zack continu ses passions de cartes de hockey et de Lego. Il nous questionne de plus en plus sur les éventualités à venir... il est fébrile, la phrase motivatrice ''quand nous serons en voyage'' est répétée ad nauseam....
  Léa redécouvre les joies du printemps et des jeux dans l'eau et la boue...Elle progresse bien à la garderie, une visite de la maternelle est prévue début juin, après tout, peut-être ira-t-elle dans cette classe...   De plus, grosse décision pour elle; elle a choisi de suivre son grand frère au camp de jour cet été plutôt que d'aller à la garderie....bien sûr seulement si nous sommes toujours au Québec à ce moment!
 
Anticiper deux chemins de vie simultanément n'est pas chose facile, mais c'est le choix que nous avons fait avec toute l'incertitude que cela comporte...
 
Notre patience est mise à l'épreuve, mais nous continuons d'assumer nos choix dans un seul et unique but.....partir... élargir nos horizons, se retrouver à travers d'autres cultures et partager avec vous cette aventure rocambolesque !
 
 
À bientôt !
 
 
 
 

Mars 2011 - Préparatifs

Publié en mars 2011
 
 
 
Depuis novembre dernier (2010), un regain d'énergie et des horaires plus conciliants nous permettent d'avancer un peu plus dans les préparatifs... Même si c'est difficile et fatiguant, il faut rester motivé et de garder l'objectif ultime de partir prêts et à temps... cheminement grandissant sur bien des plans!
 
 
 
Nous sommes toujours en liens, via Facebook, avec des personnes qui nous invitent à les rencontrer lors de notre passage, d'autres qui échangent parce qu'ils planifient ou font présentement un long périple semblable au notre, ou encore simplement pour nous encourager. C'est agréable et nourrissant !
 
Continuez à nous écrire et à nous référer ... ces échanges feront toutes la différences quant à notre sécurité et notre plaisir à voyager !
 
 
 
Communication et partenariat
 

ous avons été approché et établis un partenariat avec le Magazine Camping & Destination Famille, une revue spécialisée présentée en kiosque traitant avec passion de camping - voyage - mode de vie - plein air par des articles et chroniques riches en contenu, suggestions de sorties, conseils et informations pratiques pour le camping et bien plus! Nous partagerons nos péripéties avec ses lecteurs tout au long de l'année à venir !

 
 
Aussi, depuis quelques semaine nous avons commencé à nous adresser à des partenaires potentiels afin de leur présenter notre projet et ainsi créer des liens qui pourrait nous mener loin.... En fait, ce que nous recherchons, ce sont des entreprises de chez nous qui ont le gout de participer à cette grande aventure de quelque façon que ce soit. Nos besoins actuels sont: de l'équipement de vr et pièces mécaniques pour finaliser notre véhicule, du matériel audio-visuel, de la visibilité médiatique ou toute autre choses qui pourraient venir en support à l'équipage...
Vous voulez devenir commanditaire,  vous connaissez quelqu'un qui serait intéressé par notre projet ou voulez nous supporter d'une autre façon... Contactez-nous, nous serions bien heureux de vous faire voyager avec nous !
 
Le minibus ... la conversion
 
Les mois d'hiver sont plutôt froids pour travailler dans l'autobus... Heureusement que notre bon ami Luc Gareau ''le mécano'' nous offre sont garage pour y travailler au chaud. En plus, pour tout ce qui est de la confection du mobilier et de la finition, j'ai (Simon) la chance de travailler avec mon père Serge,  dans son atelier d'ébén isterie outillé et chaleureux.
 
  En décembre et janvier, le temps consacré à la conversion
s'est fait plutôt rare... Dû à nos emploi du temps et de la définition du projet de conversion ( la récupération, l'inspection et la restauration des vieux équipements donnés ainsi que le marchandage et l'acquisition des équipements manquants), il est difficile de concilier le tout!
Nous avons tout de même fait plusieurs modifications importantes. Entre autre, nous avons fini de défaire les bancs d'autobus restants, installé les quatre sièges principaux de la cabine soit; en avant, deux sièges de mini-fourgonnette trouvé aux ordures monté sur les bases pivotantes du ''Fleury'' 1979 qui nous à été donné et deux autres, tout de suite en arrière , provenant d'un Winnebago Le Sharo, trouvé sur kijiji.ca, se transformant en lit double pour les parents...