Costa Rica, la nature a son meilleur !

....................................................................................................................................
Visionnez l'épisode 13 de notre périple...
Les États-Unis, les beautées cachées de la CALIFORNIE !
............................................................................................................................................
Costa Rica, la nature a son meilleur!

 

C'est au jour 153 de notre voyage que nous arrivons au Costa Rica, pays assez connu pour Simon puisque c'est la quatrième fois qu'il y vient tandis que le reste de la famille y a passé 2 semaines il y a de cela 5 ans. Donc il n'y a que Léa qui a très peu de souvenirs de ce pays, sinon, nous nous sentons presque à la maison ici! D'autant plus que ce pays est très différent du reste de l'Amérique Centrale. Le pays est comme une continuité des États-Unis ou du Canada....tellement que Marie-Jo se plaît à le rebaptiser ''Costa Gringo Rica''. En plus, le coût de la vie, pour les étrangers, y est pratiquement le même. Par contre sa faune et sa flore y est pas mal plus diversifiée! La RainForest est d'une luxure incroyable et il n'est pas rare d'y croiser plusieurs espèces de singes, des paresseux, des reptiles, des amphibiens et de papillons, dont le fameux Morpho Azul, cet immense papillon bleu métallique. En fait, 5% de la biodiversité mondiale se trouve au Costa Rica. Il paraîtrait que 160 nouvelles espèces sont découvertes chaque année dans le pays, selon l'instituto Nacional de Biodiversdad. On y compte 850 sortes d'oiseaux, 230 types de mammifères, 7 000 espèces de papillons, environ 200 sortes de reptiles et 150 espèces de grenouilles et de crapaud. Sur une superficie de 51 100 km carré, plus de 23% du territoire est protégé, par chance!

 

 

Pour notre première nuit en ce pays, après avoir tourné en rond pendant quelques heures, nous trouvons un campement magnifique sur la plage 4X4 à Cuajiniquil, une ville pas trop loin de la frontière. Avant de s'installer pour la nuit, nous avons la chance d’apercevoir plusieurs perroquets amazones verts et de nombreux colibris.

 

Le lendemain nous prenons la route pour aller à Playa Del Coco, un endroit très touristique! Nous sommes à quelques jours de la haute saison pourtant il y a déjà beaucoup de monde et le village ainsi que la plage est malheureusement très sale. Sur place nous rencontrons 2 Ticos avec qui nous jasons une partie de l'après-midi. L'un d'eux étudie à l'université en écologie et il est emballé par notre projet.

 

Jour 155, nous partons pour La Fortuna, espérant voir le Volcan Arénal une bonne fois pour toute! C'est la quatrième fois que Simon y vient et il ne l'a toujours pas vu! Chaque fois que l'on visite l'endroit, il pleut ou bien la tête du volcan se cache dans les nuages.....et cette fois ne fit pas exception, malheureusement. Après avoir demander à plusieurs hôtels si l'on peut se stationner et utiliser leurs services moyennant un montant, nous essuyons plusieurs refus et nous nous installons finalement en plein cœur du village, entre l'église et le parc central. Zack décide de nous payer le souper au Soda Visquez où nous goûtons à la spécialité locale : Casado qui signifie, l'homme marié. Autrement dit, c'est ce que la femme prépare à son homme quand il revient du travail; des légumes, du riz, des frijoles ( beans) et de la viande. Rapport quantité-prix, il n'y a pas mieux!

 

À la 156ième journée, nous arrêtons à un garage afin de changer nos freins et de refaire nos réserves d'huile synthétique, ensuite nous retournons à notre stationnement de la veille et passons la journée à faire le ménage du Staubus. Nous trions les livres et les papiers, lavons les fenêtres, la console avant......bref nous nous préparons pour la visite de nos mamans qui arrivent dans 5 jours!

 

 

Le lendemain nous partons à Santa Ana, une banlieue de San Jose, réserver une chambre pour la première nuit de nos mamans. Ensuite nous partons à Jaco, nous trouvons un superbe endroit où dormir, directement sur la plage. Par contre dès que les enfants sont couchés, nous nous rendons compte que le resto juste à côté du Staubus est en fait un bar Karaoké! Nous nous trouvons donc un autre endroit, un peu plus loin, toujours sur la plage, qui nous semble beaucoup plus tranquille. Erreur! Tout juste avant minuit, on a droit a un spectacle Brésilien digne du Carnaval de Rio! S'ensuit des feux d'artifices aussi beau que ceux de la ronde! Malgré le bruit, ce camping est beaucoup plus intéressant que celui à côté du Karaoké!

 

Jour 158, nous partons à Esterillo Este afin de réservé un autre hôtel pour nos mamans. Lorsque nous étions chez André, à la Casa Del Titito, des filles rencontrées sur place nous avait suggéré 2 hôtels sur cette section de plage qui se situe entre Jaco et Quepos. C'est à cet endroit que nous rencontrons Christine, une dame de Sainte-Anne-Des-Lacs, qui tient un hôtel magnifique, le BleuAzul. Nous nous empressons de réserver un studio pour nos mères et, puisque nous sommes encore en basse saison, nous pourrons nous stationner chez elle et utiliser ces services. Nous avons tellement hâte de montrer l'endroit à nos mamans!

 

Ensuite nous partons trouvé un dernier hôtel à Manuel Antonio. Dans cette ville, les choses se compliquent un peu; il y a peu d'hôtel pour notre budget avec un stationnement assez grand pour nous accueillir.....C'est un peu découragés que nous retournons à Quépos se stationner dans une ruelle d'où l'on peut prendre nos messages et magasiner des hôtels sur le net. Nous sommes fatigués, les enfants sont tannants et nous ne trouvons aucun endroit où loger nos mamans dans cette ville! Il y a des moments comme ça lors de notre voyage où nous avons juste envie de baisser les bras.....puis tout à coup, on entend un Québécois qui nous salue. Il se nomme Richard et demeure au Costa Rica depuis 20 ans. On lui parle de notre voyage, il est emballé! Lui même est parti du Québec alors qu'il avait 17 ans, il a habité quelques années dans l'ouest Canadien avant de venir s'installer ici, au Costa Rica. Alors qu'on lui explique que nous cherchons un endroit où nos mamans pourraient dormir et nous, nous stationner, il nous nomme quelques endroits puis ensuite nous propose une offre que l'on ne peut refuser : Il est lui même propriétaire de quelques maisons qu'il loue à la semaine. Il nous offre l'une de ces maisons avec piscine privée et BBQ, pour à peine 100$, le temps d'une nuit. À condition qu'il n'y est pas d'autres réservations d'ici là. Nous nous échangeons donc nos adresses courriels et l'on se promet de s'écrire 3 jours plus tard pour confirmer si l'offre tient toujours. Le moral des troupes s'est vite amélioré suite à cette belle rencontre!

 

Nous retournons ensuite à Manuel Antonio, dans un stationnement privé sur le bord de la plage que nous avions magasiné le matin même. L'employé nous avait dit que nous pourrions y passer l'après-midi ainsi que la nuit pour 3000 colones ( 6$) et avoir accès à une douche. Par contre au moment où l'on y revient pour se stationner, il nous fait une facture de 6000 colones, soit le double! Simon lui demande pourquoi, il y a 3 heures, il nous chargeait la moitié, il nous explique que c'est 3000 pour la journée et un autre 3000 pour la nuit! On se dit que l'on se fait arnaquer mais qu'au moins nous avons accès à une douche, c'est à ce moment qu'il nous dit que la douche coûte 500 colones ( un dollar). Il nous explique que ce matin, Simon lui a demander si il y avait une douche et non si la douche était incluse dans la prix!!!! C'est à ce moment, que nous l'avons ''affectueusement'' baptiser Gros Jambon et ce pour la durée de notre séjour!

 

En soirée, après le souper, nous entendons de la musique TRÈS forte qui vient de l'autre côté de la rue. On se dit qu'il doit y avoir un bar près du stationnement et que ça nous ferais du bien, les parents, de s'offrir une sortie. Nous expliquons à Zack qu'à 11 ans, bientôt 12, il est en mesure de garder sa sœur qui dort pendant 1 heure ou 2, nous barrons les portes de l'autobus et nous nous dirigeons vers la source de musique dan l'espoir de déguster un margarita avant de se coucher. Nous fûmes un peu déçus, arrivés de l'autre côté de la rue de s'apercevoir que la musique venait en fait d'un haut-parleur sur le trottoir d'une pharmacie!!!! Après avoir déambulé sur la rue principale de bord en bord, nous avons finalement trouvé un petit bar où nous avons pu prendre un verre en amoureux, sans enfants pendant une heure complète : le bonheur!!!!

 

Jour 159, nous faisons une dernière trempette dans la mer puis nous nous apprêtons à partir lorsque nous nous apercevons que nous sommes infestés, encore une fois, de fourmis! Le Gros Jambon, nous a fait stationner sous un arbre, avec une branche qui frottait sur le toit. De là, les fourmis ont réussi en une nuit à infester tout le dessus de l'autobus et ont commencé à pénétrer l'intérieur. Nous sommes découragés! Alors que Simon monte sur le toit, il se rend compte que le mur qui fera la séparation dans le Staubus lors de notre traversée en Colombie et qui est présentement assemblé en boîte sur le toit, est devenu leur nid.....c'est à ce moment que nous prenons une grande décision. Cela faisait environ 2 semaines que nous hésitions, nous prenons cette invasion pour un signe de la vie : nous ne traverserons pas en Amérique du Sud lors de ce voyage. Nous devons nous débarrasser de cette boîte et de ces fourmis le plus vite possible! Bien sûr, ce n'est pas qu'à cause de ces bestioles que nous changeons nos plans, nous trouvons que 6 mois c'est trop court pour visiter tous ces pays. De plus, la traversée du Staubus en cargo et de nous même par avion pour la Colombie sera très dispendieuse....puisque nous sommes tombé en amour avec le Nicaragua et que nous aimerions bien y acheter un terrain, nous croyons qu'il est plus sage de prendre ces sous et de les investir là-bas, pour le moment. Par contre, nous nous promettons de refaire des plans, dans le futur, afin de consacrer une année entière pour visiter ce continent.

 

Au moment présent, ce qu'il nous faut, c'est un endroit où passer la nuit, pas trop dispendieux, d'où nous pourrons vider l'autobus afin de le traiter. Notre premier réflexe est d'aller chez Christine au BleuAzul, voir si la chambre que nous avons réservé pour nos mères est disponible ce soir et si nous pouvons lui emprunté sa balayeuse et sa laveuse à linge. En voyant notre découragement, Christine nous fait un merveilleux cadeau de noël, elle nous offre un appartement complet afin que les enfants aient leur propre chambre et que nous puissions se reposer avant l'arrivée de nos mamans, le lendemain!

 

Nous passons donc l'après-midi à frotter, laver, balayer l'autobus au complet. Il y a une éclosion de fourmi dans le lit de Léa et lorsque nous enlevons les rideaux, (confectionnés par l'entreprise Petit Velours, en passant) des milliers de fourmis sortent des ourlets!!!! Par chance nous pouvons traiter l'autobus et dormir à l'extérieur pour ne pas s'intoxiquer.

 

Le soir, nous profitons du rancho de Christine et soupons tout le monde ensemble. Nous rencontrons Heiner, son voisin et meilleur ami, un Tico, qui est arrivé à Esterillo il y a quelques années afin de travailler dans le domaine de la construction.Il est aussi cordonnier, électricien, jardinier, pêcheur, cuisinier et cuidador, c'est à dire gardien de maison.

 

Après notre souper, nous allons faire un tour dans la piscine avant d'avoir une bonne nuit de sommeil dans un lit gigantesque!!!! Même en faisant l'étoile nos pieds et nos mains ne se touchaient pas!

 

Le lendemain matin, nous sommes très excités! Non seulement nos mamans arrivent, mais en plus, nous nous réveillons dans une maison! Nous nous sentons tel le matin de noël, nous déjeunons dans une cuisine, prenons une douche, profitons de la terrasse, de la piscine...le vrai bonheur! Tellement, que nous décidons d'annuler la chambre pour nos mamans à Santa Ana afin de les amener directement ici. Christine est emballée et nous laisse l'appartement plutôt que le studio que nous avions réservé. Ainsi, les enfants pourront dormir avec leurs grand-mamans et nous dans l'autobus....le paradis!

 

Nous partons donc à Alajuela, à l'aéroport, chercher nos mamans, nous sommes très excités! Nous avons tous hâte de les voir et de les serrer dans nos bras! Cela fait 5 mois et demi que nous ne les avons pas vu et en plus pour Sylvie,la maman de Marie-Jo, ce sera sa première expérience dans les pays chauds! Lorsqu'elles arrivent nous nous empressons de les amener chez Christine tout juste après un arrêt à l'épicerie.

 

Une fois installées et les présentations faites, nous profitons de la piscine pendant que la sauce à spaghetti cuit et après le souper, nous allons faire une courte marche sur la plage éclairée par la lune. La luminosité est si forte, que les coquillages et le dessus des vagues semblent fluorescents,tellement, que l'on se demande même si il n'y a pas du phytoplancton! Après toute cette excitation, nous partons tous nous coucher. Mais avant, une autre belle surprise nous attend lorsque Simon lit nos courriel; Richard, le Québécois qui nous offrait l'une de ces maisons pour 100$, nous fait cadeau d'une nuit finalement! La villa Manakin de Manuel Antonio Estate nous attend donc ce jeudi. Nous en profitons pour aller voir son site internet.....nous en restons bouche bée! Lorsqu'il nous a parlé de maison, nous pensions à des cabinas avec des toit de pailles ou de petites maisons simplettes.....et bien sa villa est digne du Mont Tremblant! Non seulement nous avons une piscine privée mais en plus, selon les photos, la vue est magnifique, c'est sur pilotis dans la rainforest. Bref, un coin de paradis pour nous tout seul en pleine jungle!

 

 

Au 161ième jours, nous nous offrons une journée de fainéantise et passons le matin à alterner nos baignades entre la mer et la piscine. Grand-Maman Sylvie sort des ces valises une belle surprise; elle est allée à l'école de Zack et tous ces amis lui ont écrit un petit mot afin qu'elle le lui apporte ici. En plus, elle a fait le tour des cousines pour que Léa ne soit pas en reste!

 

 

En après-midi, Simon part avec Heiner acheter du poisson chez un pêcheur, puis Zack va à la pêche avec Heiner, pratiquer de nouvelles techniques. C'est avec surprise qu'il pêche une raie! Après avoir coupé sa queue avec une machette, Heiner prend soin de l'enterrée dans la sable afin que personne ne se pique dessus.

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout juste avant le coucher de soleil, nous avons le plaisir d'apercevoir nos premiers aras rouges. Tous excités, nous l'annonçons à Christine qui nous explique que sa maison est située dans le corridor aérien où les aras passent soir et matin. Encore mieux; si nous avons de la chance, peut-être les verrons-nous venir souper dans l'un de ses amandiers!

 

En soirée, nous nous concoctons un délicieux souper communautaire sous le rancho. Christine nous prépare de délicieuses fèves vertes aux amandes avec un riz, Heiner et Zack apprêtent le poisson à la Tica et Marie-Jo termine le souper en beauté avec un pouding chômeur au sirop d'érable et au sucre de cane. Voilà notre vision de la cuisine fusion! Nous passons la soirée à jaser tous ensemble, à mieux se connaître.....une belle soirée magique. Puis après un bain de minuit, nous sommes tous allé nos couchés, les enfants avec les grand-mamans et les parents dans le Staubus.

 

 

 

Jour 162, Zack et Léa partent en expédition clandestine avec Heiner après le coucher de soleil pour couper un palmier! Il faut dire qu'au Costa Rica, le palmier est une espèce protégée. Non pas car il est en danger, mais plutôt car les propriétaires de palmeraies tiennent à garder le monopole sur l'exportation de cœur de palmier et sur la production d'huile de palme. Il est donc illégal de couper un palmier même sur notre terrain. Mais Christine et Heiner tiennent tant à nous faire goûter à un vrai cœur afin que l'on goûte la différence de celui en cane, qu'ils sont prêts à passer outre cette loi! Mais c'est bien beau le couper, encore faut-il l'éplucher! Le palmier doit avoir entre 4 et 7 ans afin que le cœur soit comestible, plus jeune ça ne vaut pas la peine et plus vieux, il devient trop coriace. Du palmier de 5 pieds, nous ne gardons à peine 40 cm! Et puis ensuite, on garde une partie pour le manger cru en salade ( comme ce que l'on trouve dans les cane mais 100 fois meilleurs!) et une autre partie, plus dure, est apprêtée à la Tica, en picadillo de corazon de palmito con Atun. Le cœur est couper en dés très fin et cuit avec des oignons, de l'ail, des poivrons rouges, des épices et à la toute fin, on y ajoute une boîte de thon : Simplement divin! Nos mamans ainsi que nous même avons été conquis! Marie-Jo qui était restée avec l'impression que le pays n'avait aucune culture gastronomique lors de sa précédente visite, fut heureuse de s'apercevoir qu'elle se trompait. Ce plat, traditionnellement, est cuisiné à la semaine sainte, soit au dimanche de Pâques.

 

 

 

À la fin du souper, Gilles, un voisin de Christine, est passé emprunter des pâtes pour son souper, mais finalement, nous l'avons convaincu, sans difficulté, à manger le palmier! Tout comme nous, il a vendu sa maison au Québec, mais lui c'est pour venir s'installer ici, à temps plein,au Costa Rica. Puisque son métier s'effectue par internet, il a la possibilité de continuer son travail de n'importe où sur la planète! Il a donc tout vendu et présentement, il loue une cabinas afin de tester si ce style de vie lui convient.

 

Le lendemain matin, il est déjà temps, pour nos mamans, de faire leurs adieux à Christine et Heiner. Quand à nous, nous préférons se dire simplement à bientôt. Puisque nous avons pris la décision de rebrousser chemin après le Panama, nous reviendrons assurément les saluer sur notre chemin du retour!

 

Après avoir roulé environ 1 heure, nous arrivons à la somptueuse villa Manakin au Manuel Antonio Estate. Bien que nous ayons visité le site internet, rien ne nous préparait à tant de luxe! Surtout pour nous, pauvre gipsy qui vivons la simplicité volontaire depuis près de 6 mois! Quand Simon arriva à l'accueil la secrétaire lui sorti 4 clés, Richard arriva à ce moment et lui dit : '' Non, non, ils sont avec les grand-mamans, donne leur le trousseau au complet, ils pourront se choisir chacun une chambre!''

 

Comment décrire l'endroit...? Disons que c'est une immense villa, qui peut être louée en partie ou en totalité. Puisque nous avions le trousseau au complet, nous avions le choix entre 8 chambre, accès à 9 salles de bains, dont certaines avec des douches multi-jets et une, dans la chambre des maîtres avec un bain tourbillon. De plus, nous avions une piscine privée, une immense cuisine, une salle à manger, un salon avec écran géant et chaque chambre avait un balcon! Le gros luxe!!! À chaque chambre que nous visitions, Léa disait : ''C'est là que je dors ce soir!'' Nous avons finalement compris que son choix s'arrêtait selon la forme de la serviette pliée sur le lit! Après une bonne demi-heure de visite, nous avons finalement choisi chacun une chambre, les parents en haut ( avec le jacuzzi), les enfants chacun à côté et les grand-mamans en bas.

 

 

 

Nous avons passé la journée à vivre la vie des gens riches et célèbres! Nous nous sommes baigné dans la piscine, les enfants ont écouté des films sur l'écran géant, Marie-Jo a montré quelques photos aux grand-mamans....puis en fin d'après-midi, Richard est venu s'assurer que tout était à notre goût (!!??!) et nous l'avons garder le temps d'un Pina Colada. Ainsi nous avons pu en apprendre un peu plus sur le parcourt de cet homme si généreux.

 

Le lendemain on se lève tôt pour aller visiter le parc Manuel Antonio. Lors de notre précédent séjour dans ce pays, ce parc avait été notre coup de cœur à tous. Tant pour ses plages presque privées, pour ses sentiers dans la jungle, mais surtout pour sa faune. Ce parc regorge de singes hurleurs, de capucins, de paresseux, d'oiseaux et de papillons.

 

Malheureusement, en 5 ans, le parc a énormément changé. D’abord, on n'y entre plus par la même place. Avant, nous devions passé par un petit estuaire pour atteindre l'endroit, ce qui ajoutait une touche d'aventure! Maintenant, ils ont aménagés une entrée de l'autre côté du parc, avec des bureaux d'accueil et d'information en plus d'avoir construit des toilettes publiques digne de la SEPAC!! Après avoir marché parmi des groupes de touristes assez nombreux et n'avoir vu pratiquement aucun animal, si ce n'est que quelques ombres dans les arbres qui semblaient être des singes hurleurs et un paresseux, nous allons nous installer à la plage afin de se baigner avant de quitter le parc. Par contre, les vagues étaient si fortes que nous ne nous sommes pas baignés très longtemps!

 

 

Ensuite l'on retourne à la villa pour y préparer notre dîner et se baigner une dernière fois avant de reprendre la route en direction de de Joachil. En chemin nous avons la chance, mis à part Sylvie, de voir 5 Toucans qui traversent la route avant d'arriver à l'hôtel Disquis Del Sur, tenu par un couple de Québécois à la retraite. Le terrain est magnifiquement aménagé. Nous y trouvons des bananiers, limiers, orangers, citronniers, caramboliers, pamplemoussiers, de la vanille, du poivre, des fleurs Ylang-Ylang ( à l'origine du parfum Chanel #5 )....un beau coin de paradis! Nous nous y installons pour 2 nuits. Le premier soir, nous allons souper à une pizzeria, au village, tenue par un Italien et une Tica. Nous y mangeons une pizza des plus délicieuse! Le vrai goût de l'Italie! Le lendemain, nous sommes allés souper à un endroit où l'on peut pêcher du Tilapia et ensuite il nous le cuisine....encore une fois ce fut délicieux, même si ce n'était pas très sportif de pêcher dans un bassin qui contenait 2 000 poissons!

 

 

C'est au jour 166 que se termine nos aventures au Costa Rica, nous allons traverser les douanes du Panama et pour la première fois, nous le ferons accompagnés...nous espérons tous que ça se fera dans la joie et surtout de façon rapide! C'est ce que nous vous raconterons dans nos prochaines aventures!

 

 

 

 

  • Total posts(30)
  • Total comments(24)

Forgot your password?