Costa Rica... prise 2 !

Voyez l'épisode 15 et 16 sur notre chaine YouTube
..................................................................................

 

..................................................................................

À la 195ième journée de notre voyage, nous revenons au Costa Rica ( encore une fois!). Cette fois, nous attaquons la partie caribéenne, que nous n'avons pas pris le temps d'explorer en décembre. Nous allons donc à Puerto Viejo, à la playa Cocles, qui nous avait un peu déplu en 2007. 

Il faut préciser qu'à l'époque, lors de notre passage, il venait tout juste d'y avoir une tempête, les plages étaient sales et notre hôtel était situé tout juste à côté d'une boîte de nuit. Cette fois, nous allons au Caribe Town, un hôtel tenu par une Torontoise et son copain Italien. L'endroit est superbe et, pour 15$, nous pouvons y stationner le Staubus, utiliser la cuisine ainsi que la toilette et la douche extérieure.

Comble de bonheur, nous avons aussi accès à la piscine qui est l'une des plus belle que nous ayons vu jusqu'à présent. Creusée, elle est moulée en béton. Un long banc la longe d'un côté et de l'autre et des tabourets donnent sur le bar. De plus, elle possède des jets, non fonctionnels au moment de notre passage, tel un bain tourbillon.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 196, nous disons au revoir à nos nouveaux amis puis l'on se dirige vers Cahuita. Sur place, on arrête au village saluer Julie Soudre, une amie du secondaire de Simon qui demeure au Costa Rica depuis 18 ans. Elle y a tenu pendant plusieurs années le restaurant Cha-cha-cha. En la quittant, elle nous conseille le camping Maria, tenu par une Tica. L'endroit est magnifique, à côté de la playa negra, avec une piscine naturelle, creusé dans la pierre. Au moment de notre passage, Maria n'a aucun client mais plusieurs membres de sa famille y sont en visite. Nous passons un moment à jaser avec l'une de ses nièces qui a apprit le français à l'école et profite de cette occasion pour le pratiquer. Après le dîner, nous allons avec cette famille se baigner à la plage. En soirée, nous partons au restaurant Miss Edith où nous dégustons un repas créole plus ou moins épicés, délicieux, mais un peu cher.

Le lendemain, on quitte la côte pour se diriger vers les montagnes. Nous arrivons à Zarcero et faisons un arrêt sur le bord de la route pour acheter des spécialités locales dont le fameux fromage Palmito, qui s'apparente un peu au fromage en grain québécois, tout en ayant la forme d'une pelote de laine. Après avoir fait le tour du village pour se trouver un endroit où se stationner pour la nuit, on voit une affiche qui annonce un stationnement à l'Iglesia de San Rafael, située au centre du village. Après que l'ébéniste est demandé la permission au Père, nous nous installons pour la nuit. Tout juste avant que l'église ne ferme, nous avons la possibilité de la visiter. Bâtie en 1895, elle vient à peine d'être rénovée, elle est magnifique avec ses peintures et sculptures.

Puisque Léa était malade depuis le jour de l'an, elle n'avait toujours pas eu la chance de manger son gâteau de fête. C'est donc ce soir là que l'on dévore un Très Leche, une spécialité d'Amérique Centrale; un gâteau qui baigne dans un mélange de trois laits; lait régulier, lait évaporé et lait condensé-sucré. Après s'être régalé de ce dessert, nous sortons les sacs de couchages et les pyjamas chauds pour la nuit, situé en montagne, les nuits sont très fraîches et ce, pour notre plus grand bonheur!
 

Au matin, nous visitons le parc Francisco Alvarado qui est juste à côté de l'Église. En 1960, le jardinier Evangelisto Blanco à taillé les cèdres en formes plus ou moins abstraites. Depuis, le site est devenu un jardin topiaire, avec des arbustes en forme d'animaux, de personnages ou simplement des formes étranges!

Nous reprenons ensuite la route en direction d'Esterillo Este où nous avons hâte de saluer Christine et Heiner qui nous avaient si bien accueilli lors de notre passage avec nos mamans. Simon est un peu hésitant à passer les voir puisqu'il se dit qu'en plein mois de janvier, l'hôtel de Christine doit être plein à craquer et il ne veut surtout pas déranger. Pour sa part, Marie-Jo se dit qu'à l'inverse, nous devons absolument arrêter au moins les saluer, et que nos amis nous en voudraient si l'on passait au Costa sans aller chez eux!

 

En chemin, on arête à Jaco, sur un pont sous lequel vivent une colonie de crocodiles. Une trentaine se prélassent au soleil cette journée là!

Ensuite, on arrive au BleuAzul où l'on est reçu, encore une fois, comme des rois! C'est si bon de se sentir à la maison! D'ailleurs, Christine est officiellement devenue notre ''maman Cricri'' d'adoption! Puisqu'elle a des clients, comme nous l'avions pensé, nous partons nous installer chez Heiner. Étant gardien de la maison d'un riche américain, il a lui même une maison sur le même terrain. Il nous accueille à bras ouvert chez lui, nous donne le choix de camper dans sa cour ou encore de dormir dans sa maison. Nous avons accès à de l'eau potable, l'électricité, sa cuisine, 2 toilettes, une douche extérieure, une piscine et une magnifique plage! Le bonheur! Et puis ce fut si beau de voir les retrouvailles entre lui et Zack, dans la mer jusqu'à la taille, puisqu'il pêchait au moment de notre arrivée! Cette image restera gravée à jamais dans notre tête ainsi que dans celle de Christine.

 

Après s'être installé, nous partons rejoindre Christine et nous soupons tous ensemble sous son rancho et rencontrons par le fait même, Jacinthe et Marcel, un couple charmant originaire de Joliette.

En jasant, nous expliquons à Christine et Heiner que nous ne voulons pas les déranger pendant la haute saison, mais que nous tenions à les saluer tout de même. Nous pension donc passer 2-3 jours et reprendre la route....c'était sans compter l'hospitalité de ces 2 êtres au cœur si grand....Christine nous menaçe de crever nos pneus si nous ne passons pas au moins 2 semaines chez elle et chez Heiner! Nous avons donc conclu de vivre au jour le jour mais de bien profiter du temps passé avec nos ''parents du sud''!

Jour 199, nous nous offrons la première d'une longue série de journées tranquilles! Au déjeuner, Heiner nous fait découvrir le Pan Casero. C'est comme une pizza pochette de luxe, garnie de sauce à spaghetti à la viande, un peu épicée.

 

En avant-midi, nous profitons des piscines ( celle d'Heiner et celle de Christine), de la plage et observons les Aras rouges qui déjeunent dans les amandiers. Au dîner, nous avons droit aux crêpes de Christine et a un délicieux cappuccino. Ensuite nous ''skypons'' notre famille et quelques amis, on sort les planches de boogy-surf puis partons à Parrita, le village voisin, acheter avec Heiner ce qui manque pour le souper qui sera encore une fois un festin : Ceviche à la Tica de Christine et rouleaux de printemps de Marie-Jo! Heiner est bien surprit par la forme et surtout la texture des rouleaux!

Après le souper, nous faisons un feu sur la plage, au grand bonheur des enfants qui ont passé des heures à ramasser le bois de grèves. Quelques clients se joignent à nous puis nous regagnons le Staubus.

Le 12 janvier, nous en sommes rendu à notre 200ième jour sur la route! Comme le temps file, plus de la moitié du chemin de fait, déjà!

Au matin, nous nous installons sous le rancho du BleuAzul afin d'y faire l'école, de travailler sur le blogue et sur les capsules vidéo. Tout juste avant, nous avons la chance d’apercevoir un paresseux qui a élu domicile dans les cocotiers et les amandiers chez Heiner!

En après-midi, nous nous baignons, ressortons les planches et avons l'ultime chance de surfer avec d'immenses raies, inoffensives! C'est tout simplement magique d'être dans la vague et d'avoir 5 raies qui planent à nos côtés!!!

 

C'est donc ainsi que s’échelonnent les jours suivants; le matin les enfants font l'école, pendant ce temps Marie-Joëlle travaille sur le blog, les photos et les articles, tandis que Simon travaille sur ses vidéos. Au dîner, nous mangeons soit chez Heiner ou encore sous le rancho ce Christine. Ensuite, nous nous baignons tant dans la mer que dans la piscine. Nous surfons, Zack pêche, nous partons au village acheter ce qui manque pour que nous soupions tous ensemble. Marcel et Jacinthe se joignent à nous jusqu'à ce que chacun regagne son chez-soi pour la nuit! Une belle routine s'installe et il nous fait du bien de demeurer au même endroit si longtemps.

 

Jour 204, au moment de leur départ, Marcel et Jacinthe nous offrent une commandites surprise : 180$ afin d'offrir du Diesel au Staubus! Nous profitons de ce blog pour les remercier, encore une fois, ainsi que leur entreprise : Techno Diesel inc, de Joliette.

 

Puis, puisque tous les studios se sont vidés d'un coup et qu'il n'y a plus de clients dans l'hôtel, Christine nous fait elle aussi un beau cadeau : 2 studio pour la familia! Simon, Marie-Jo et Léa dans l'un, puis un autre pour Zackary tout seul afin qu'il est un congé de sa sœur et de ses parents!

 

En fin de journée un orage digne d'une tempête tropicale, débute et ce pour toute la soirée! La fraîcheur s'installe et nous soupons dans l'appartement que nos mamans avaient occupées en décembre. Au menu; du poulet BBQ, salade de choux et frites maisons! Menoum!!!

 

C'est donc dans un vrai lit que nous passons tous la nuit dans les magnifiques studio du BleuAzul!

 

Jour 205, Via Skype, Simon réussi, sans trop de difficultés à convaincre nos amis, Éric Faucher et Mariève Côté à venir nous visiter....le 23, soit 5 jours plus tard!

 

Le lendemain, nous rencontrons le fils, la belle-fille et la petite fille d'Heiner. Nous soupons tous ensemble et Heiner nous fait sa succulente soupe au poisson-coco, que Christine nous vente depuis le mois de décembre et ce, avec raison! C'est du pur bonheur en bouche!

 

Le lendemain, des clients arrivent à l'improviste et l'hôtel se rempli d'un coup! Nous nous réinstallons donc chez Heiner et nous passons la journée à faire du Ménage; Marie-Jo dans le Staubus et Simon dans le studio! Puis nous soupons tous chez Heiner avec sa famille et Christine....la soirée s'étire jusqu'aux petites heures!

 

20 Janvier, jour 208, c'est l'anniversaire de Simon et nous célébrons ces 37 ans! On s'offre une journée relax puisque l'on s'est couché tard. Nous nous baignons, faisons la siesta, Simon et Léa érigent un gros château de sable.....et pour le souper Marie-Jo a confectionné un festin! Du gravlax de saumon maison, des steaks de thon teryiaki et sésame et du risotto à la noix de coco. Christine à amener ses fèves vertes aux amandes et pour le dessert nous avons droit au désormais traditionnel gâteau Très Leche!

Les 2 jours suivants, nous nous préparons à l'arrivée des Faucher! Nous amenons le Staubus au garage dans l'espoir de se faire poser une nouvelle jante sur notre roue de secours et se faire souder la charpente qui a un peu forcé tout au long des 34 000km de routes plus ou moins belles! Finalement, ni l'un ni l'autre ne sera être effectué, selon le garagiste du Costa et notre mécanicien personnel, Mécanique Luc Gareau, la charpente à l'air plus abîmée qu'elle ne l'est réellement, donc nous n'avons pas à nous inquiéter plus qu'il ne le faut. Quant à la roue, nous devrons repasser la semaine prochaine.

C'est donc au jour 211, le 23 janvier que nos amis arrivent! Nous sommes si excités, surtout que ce voyage s'est organisé à la toute dernière minute! Nous partons donc à San Jose afin de les accueillir à l'aéroport.

Alors que l'on observe chaque passager dans l'espoir de voir nos amis, nous avons eu une belle surprise : Jean Leloup, sa guitare et sa choriste ( à peu près dans cet ordre) passent sous nos yeux; ils ont fait le voyage avec nos amis! Finalement, on aperçoit nos amis et l'on se jette tous dans les bras l'un de l'autre! Un coup le drink de bienvenue débouché, une canette de cuba libre, nous reprenons la route vers l'hôtel que nous leur avons réservé, le Flor D'Esterillo, situé pas très loin de chez Christine. En chemin, nous arrêtons à Jaco, afin d'y manger une pizza, il est passé 20hrs et nous sommes tous affamés! Arrivé chez nous, nous couchons les enfants dans le Staubus et allons rejoindre nos amis à leur hôtel où nous restons dans la piscine jusqu'à 3hre du matin! Encore une fois, nous tenons à nous excuser au près des autres clients de l'hôtel, mais ça faisait 7 mois que l'on ne s'était pas vu et cela faisait plus de 4 ans que nos amis n'étaient pas venus dans le sud, ce qui nous excuse un peu....

Le lendemain, on s'installe chez Heiner pour y déjeuner, se baigner et dîner. En après-midi, on sort les boogie-board et l'on initie nos amis au surf! En fin d'après-midi, on va s'installer chez nos amis et l'on se concocte une sauce à spaghetti au saucisses épicées. Léa est si bien installée avec Aryane dans le lit simple qu'on la laisse là pour la nuit ( au grand bonheur de Zack!)

 

À la 213ième journée, 2 autos arrivent chez Heiner afin de passer la journée dans la maison du proprio et sur la terrasse. Nous apprenons que ces 2 familles ( une dizaine de personnes) sont des amis de celui qui est en charge de la maison ( bref un ami de l'ami du proprio!). Nous préférons donc se sauver chez les Faucher et y passer la journée. En soirée, on va rejoindre Christine et Heiner chez lui où l'on se fait un bbq sur le charbon tout le monde ensemble. Vers minuit, un autre fils d'Heiner arrive avec 2 de ses amis. Nous passons donc une partie de la nuit dans la piscine encore une fois!

Le samedi, nous faisons un peu d'école puisque les enfants sont en pédagogique depuis l'arrivée de nos amis. Ensuite l'on va rejoindre les Faucher-Côté pour un pique-nique face à la plage et un après-midi tranquille à se baigner. En soirée, on s'installe sur le sable pour observer la pleine lune. Nous repartons ensuite en amoureux pour une dernière saucette dans la piscine chez Heiner avant le dodo.

 

Jour 215, on laisse notre linge sale chez Maman Cri-Cri ainsi que Zack qui aide Heiner à jardiner, puis l'on part en direction de Jaco pour aller au super-mercado, à la fruiterie et à la boucherie. On revient en après-midi pour se baigner et souper chez Heiner avec Christine. En fin de soirée, elle offre à Zack de venir dormir chez elle, afin de s'offrir une pause de ses parents et de sa sœur! Il a donc une chambre pour lui tout seul, qu'il partage finalement avec Azuro, le labrador de Christine. Il y dort jusqu'à 10h30 le lendemain! Lui qui se réveille habituellement vers 6 heures!

 

Le lendemain, nous vidons l'autobus de l'essentiel puisqu'il s'en va passer la journée au garage afin d'y ajouter une nouvelle boîte pour la batterie et envoyer notre jante en ville.

 

Pendant ce temps Marie-Jo fait faire l'école aux enfants tout en terminant la chronique pour le journal. Ensuite nous passons l'après-midi à se baigner, encore une fois, et Marie-Jo et Mariève s'adonne à leur vice : une partie de scrabble! En fin de soirée, après un souper hamburger et de légumes grillés, nous nous couchons tous très tôt.

 

C'est au jour 219, que nous décidons que ça suffit la vie de pacha à profiter des piscines et de la plage, nous partons en expédition au Parc Manuel Antonio. Nous y apercevons plusieurs singes hurleurs et des capucins à face blanche avant même d'avoir débuter notre randonnée dans le sentier de la cathédrale. Après un pique-nique où il nous fallut se protéger des ratons-voleurs, les filles se sont baignées dans la mer puis nous reprenons la route vers le Staubus. En chemin, Léa n'est pas du monde, alors nous décidons de souper chacun chez soi afin de réintégrer une certaine routine et de lui permettre de se reposer.

 

Jour 220, nous partons souper chez une bonne amie à Mariève , Fannie Doré, qui, par pur hasard, se trouve à 20 minutes de chez nous en même temps qu'eux! Fannie demeure dans une maison avec son chum et leur fille ainsi que ces parents qui ont loué la demeure pour 3 mois. Quant à eux, ils y sont pour une semaine. Nous y passons une magnifique soirée où les discussions sur le thème du voyage sont à l'honneur. Les parents de Fannie ont toujours voyagé, avec ou sans leurs enfants. Tandis que Fannie et son chum, Pierre-André, ont fait le même itinéraire que nous en automobile il y a quelques années.

 

Le lendemain, 1 février, c'est le dixième anniversaire de rencontre d'Éric et de Mariève. Après avoir fait l'école, travaillé sur les photos et les vidéos en matinée, nous partons faire des commissions à Parita. Fruiterie, épicerie, quincaillerie, garage et poissonnerie, nous faisons le tour du village!

 

En soirée, nous dégustons un festin sous le rancho, chez les Faucher avec leur voisin; Pat, un Québécois qui vient dans cette région du Costa depuis une vingtaine d'année, avec son père. Sa copine viendra le rejoindre d'ici quelque jour jusqu'à la fin de son séjour. Nous passons une agréable soirée avec lui et en apprenons un peu plus sur son métier; policier à Montréal.

 

Jour 222, nous sommes tranquilles et passons la journée à faire de la piscine, Simon fait un peu de mécanique, les 2 Marie jouent au scrabble, nous assistons à notre quotidien couché de soleil sur la plage puis nous nous couchons tous très tôt.

Au matin, nous partons en expédition au Rain Maker, près de Jaco, marcher dans les sentiers dans la jungle et traverser des ponts suspendus. Alors que nous regardions leur site, la veille, nous avions bien rit d'y lire : construit selon les standards américains de sécurité. Arrivés sur place, nous avons vite compris qu'il s'agissait des standards d'il y a plusieurs années! Les ponts étaient très branlants, les filets de sécurités, séchés par le soleil, étaient tous déchirés et ne servaient plus à grand chose... bref, la vraie vie en jungle! Sans compter les sons que l'on entendait et les insectes, reptiles et amphibiens que nous avons eu la ''chance'' d'apercevoir....ce n'est pas pour rien qu'ils nous ont fait signer une décharge à l'arrivée et que nous avons croisé une famille qui avait rebroussé chemin car leurs enfants ne suivaient pas la route!

Au premier pont suspendu, nous avons failli revirer de bord nous aussi! Non pas par crainte de traverser le pont, mais bien car nous avons eu peur, nous devons l'admettre, d'une armée de fourmis! Oui, oui! Elles faisaient le guet aux marches du pont et tout le long de la main couante Vous devez vous dire qu'il faut plus que des fourmis pour faire reculer de braves aventuriers tels que nous, mais quand les dites fourmis sont noires guerrières et ont un derrière jaune, mais surtout qu'elles suivent de la tête, de l'abdomen et, surtout, des mandibules, chacun de nos mouvements.....mais bon, nous voulions une expérience hors des sentiers battus, alors nous nous devions d'au moins traverser un pont! L'autre bord du pont, nous apercevons des grenouilles noires et vertes fluo! Vite on sort les caméras!!! Les enfants sont un peu lassent d'attendre les photographes et les cameramans ( Mariève et Simon) alors Marie-Jo prend de l'avance avec eux....jusqu'à ce qu'elle entend : ''Maman! Un serpent!!!'' Comme elle croit qu'il est au sol, elle manque de s’accoter sur un arbre pour chercher le dit serpent qui est finalement sur l'arbre en mode plus que camouflage! Comble de chance, c'est un fer de lance, un serpent extrêmement venimeux plus il est petit et qui a tendance à se jeter sur ces proies pour les mordre et les laisser tomber dans le coma....

Par chance, le reste de la promenade fut un peu plus tranquille, de nombreux papillons, dont le morpho Azul, des libellules tout droit sorti d'un film d'animation, des lézard, salamandres et gecko....bref, des espèces presque banales! Au milieu de notre expédition, nous nous offrons une pause baignade en eau glacée avant de poursuivre notre chemin jusqu'à l'accueil.... En résumé, ce fut une matinée haute en couleur et forte en émotion!

De retour à l'hôtel des Faucher, nous prenons l'apéro avec Fannie et P-A en fin d'après-midi, soupons sous leur rancho et jouons aux cartes avec un couple voisin qui vient de Montréal, Jean-Guy et Hallah.

 

Jour 224, nous partons à Jaco rejoindre P-A et Fannie afin de dîner avec eux au Fish Taco, un coup de cœur gastronomique! Un bar à tacos, et un bar à salade à un coût très raisonnable. La fraîcheur des aliments est exceptionnelle et l'éventail de choix est alléchant! Ensuite, sur le chemin du retour, nous présentons au Faucher nos ''amis'' les crocos qui vivent au pont à Jaco! Cette fois, ils sont encore plus nombreux à se prélasser au soleil et nous passons plusieurs minutes à les observer et les photographier.

Au lendemain, c'est déjà l'avant dernier jour de vacances de nos amis. Nous en profitons pour faire du ménage chacun de notre côté puisque ce sera le moment du départ pour nous aussi. Nous irons les reconduire à l'aéroport le lendemain et ensuite nous reprendrons la route après presque un mois d'arrêt.

 

Après le ménage, Mariève vient nous rejoindre chez Christine afin de nous offrir, en tant que photographe officielle d'Exploraventure, un shooting photo dans la cour du Bleu Azul et sur la plage....encore une fois, cette photos sont superbes! Elle sait capter la beauté en chacun de ses sujets et immortaliser les parcelles de bonheur du quotidien!

Le soir, alors que les Faucher-Côté soupent avec Pat à leur hôtel, nous soupons pour une dernière fois avec nos chers Heiner et Christine, bien que nous ayons du plaisir, nous avons tous le cœur lourd de savoir que demain nous nous dirons au revoir....mais tout de même, nous avons droit à un ultime festin de rois : La Ceviche de Christine et le cœur de palmier d'Heiner!

En plus, à la fin du repas, ils nous font cadeau du restant de palmier afin que moi et Zack en cuisinions une dernière fois en pensant à eux!

Jour 226, nous partons prendre nos dernières vagues en boogy board, nous mangeons pour une dernière fois un gallo Pinto a la Heiner, puis allons verser quelques larmes sur l'épaule de notre maman CriCri!

Ensuite l'on dit au revoir à tous les clients du Flor D'esterillo et nous partons pour San Jose reconduire nos amis à l’aéroport...encore des larmes aux yeux, mais au moins l'on sait que l'on se reverra très bientôt!

Alors que nous reprenons la route, ça nous fait vraiment drôle de se retrouver en famille sans endroit précis où aller. C'est la première fois que l'on s'arrête si longtemps et c'est comme si nous étions un peu ankylosés!

 

Nous décidons de retourner où nous étions au début du mois, dans la fraîcheur des montagnes de Zarcero. Nous arrivons au moment même où Oswaldo s'apprête à fermer le stationnement d'église! C'est avec joie qu'il nous ré-accueille chez lui et nous passons une excellente nuit au frais sous une couverte!

Jour 227, nous reprenons la route vers Los Chiles. Heiner nous a parlé d'endroits magnifiques à visiter dans ce coin et puis nous aimons l'idée d'emprunter une nouvelle frontière. Nous arrêtons acheter du palmita ( le fromage local) ainsi que du bon miel frais. Alors que nous arrêtons dans un garage afin de faire vérifier un frein qui fait du bruit, le garagiste nous informe qu'il est impossible de traverser à Los Chiles. Seulement les camions d'oranges ont accès à cette frontière! Par chance, il n'est pas trop tard pour rebrousser chemin et nous retournons donc où nous nous étions promis de ne plus revenir : Arenal. Comme elle nous l'a prouvé mainte fois lors de ce voyage, la vie est bien faite! Figurez-vous que pour la première fois, nous avons eu la chance de voir le fameux volcan et en plus il était en éruption!!! Comme quoi ce n'est pas pour rien que nous devions repasser par cet endroit! Nous avons donc dîner du restant de gallo pinto d'Heiner à La Fortuna puis avons longer le volcan ainsi que le lago Arenal. En chemin, nous avons aperçus un coatzi qui traversait la route!

En fin d'après-midi, nous nous sommes arrêté à une station-service près de Liberia et nous nous sommes installés pour la nuit. Léa s'est fait offrir une mangue par des cueilleuses et nous nous sommes promis de se faire des provisions au matin avant de repartir!

C'est donc après avoir fait le plein d'une douzaine de mangues, de Diesel et de propane que nous reprenons la route. Après un arrêt dans un stationnement de Mcdo afin de prendre nos messages, le même où nous étions arrêter en décembre, nous reprenons la route jusqu'à Bahia de Salinas à la playa Soley. Sur place, il y a un poste de police frontalier, directement sur la plage, où nous avons le droit de camper. Nous y observons de nombreux geais gris qui ont vite trouver notre cachette de mangues ainsi qu'un couple d'inséparables. Nous passons un après-midi relaxe dans le Staubus à mettre à jour nos textes, vidéo, photos, à écouter des films et même à jouer une partie de scrabble. Nous nous couchons tôt car le lendemain nous avons des douanes à traverser.

Jour 229, on se réveille au lever du soleil avec plein de pélicans qui déjeunent au sardines dans la baie. Nous arrivons aux douanes du Costa Rica à 8h15 et en ressortons à 9h15. Ensuite, nous faisons les démarches pour entrer au Nicaragua et réussissons à pénétrer dans le pays à 10h50....ce qui n'est pas si mal!

Après avoir fait un arrêt à l'épicerie nous nous dirigeons vers la Casa Del Titito....nous avons bien hâte de revoir notre ami et aussi d'y rencontrer sa conjointe, Denise qui n'était pas arrivée lors de notre passage en novembre....ne manquez pas notre prochain blogue afin de connaître toutes, ou presque, les péripéties que nous vivrons dans ce cher pays qui deviendra notre terre d'adoption!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Total posts(30)
  • Total comments(24)

Forgot your password?