Dernier pays de l'Amérique du Nord : Mexico nous voici!

 

..................................................................................

Voyez le dernier épisode de notre périple....dans les Glaciers de l'Alaska et de la Colombie-Britanique !

 

 

..........................................................................................

 

 

Après un peu plus de 3 mois à rouler sur les routes du Canada et des États-Unis, il était temps pour nous de traverser la frontière du Mexique. Jour 69 de notre voyage; on s’y attelle! C'est accompagné de nos amis Christine, Jean-Marc et Éliott, Les Bruns en vadrouille, que le lundi de la fête du travail nous arrivons tôt aux douanes dans la ville de Técaté. Nous avions choisi cette frontière qui donne sur la Bahia California par soucis de sécurité et parce qu'elle est beaucoup moins achalandée que sa voisine Tijuana qui se trouve à être la frontière la plus traversée au monde! C'est donc vers 8 heures le matin que nous traversons le poste. Tout va bien, la lumière est verte. Car au Mexique, c'est le hasard qui décide si l'on se fait fouiller ou non, une lumière s'allume au passage de chaque véhicule, si elle est verte, on peut continuer, par contre si a lumière devient rouge; on se range et l'on est bon pour la fouille!

 

Après avoir traversé le poste frontalier, avoir échangé des regards et des salutations avec les policiers et les agents des douanes, tous plus armés les uns que les autres, nous nous demandions où devions nous montrer nos passeports, payer notre carte de touristes.....bref toute chose que l'on doit faire lorsque l'on entre dans un nouveau pays! Mystère et boule de gum! Personne pour nous indiquer le chemin à suivre, aucune affiche ou même de flèches sur la chaussée.....Nous continuons à rouler, nous voyons que nos plaques d'immatriculations sont prises en photo, sans plus! Rendus au milieu du village, nous décidons de rebrousser chemin et de s'informer. Car c'est bien beau de passer les douanes haut la main, l'on savait bien que nous aurions un contrôle routier sitôt sorti de la ville et que si nous n'avions pas nos papiers en règle (tant les nôtres que ceux du véhicule) nous pouvions être renvoyé aux États-Unis!

 

Nous nous sommes donc fait trimbaler d'un bureau à l'autre en repassant devant les mêmes gens, derrière les mêmes vitres et ou bureau, au gros soleil, fait diriger vers une pharmacie du village pour faire faire des photocopies de nos papiers déjà photocopiés ( le commerce appartenant probablement au beau-frère de l'un des douaniers!), le tout sous une température de plus de 30°C ( il est seulement 9h30 le matin une chance!), nous réussissons à obtenir nos cartes de touristes pour 180 jours ( tant nous que nos amis français) et un permis d'exportation pour nos véhicules. Après avoir déboursé plus ou moins 2 220 pesos ( environ 175$ US ) nous pouvons enfin sortir des douanes, 3 heures plus tard!!! Par chance, nous étions parmi les premiers à la frontière, un lundi matin!

 

Ensuite nous nous sommes promenés dans le village afin de trouver des assurances pour notre Staubus. Pour 100$ US, nous avons assuré le véhicule pour 6 semaines. Nous nous étions informé le matin même aux États-Unis du coût pour le même type d'assurance, pour la même période; cela coûtait 150$ US de plus!

 

Après s'être fait offrir un café par nos amis les Brun, nous avons tous repris la route afin de s'éloigner le plus rapidement possible de la frontière qui n'est pas très sécuritaire. Ensuite, la route nous a amener à traverser un désert avec des cactus gros comme des arbres, des pancartes de traverse d'animaux qui nous surprenaient à chaque fois ( traverse de serpent, de tatoo, de lézard, de géo-coucou et j'en passe!), et, beaucoup moins drôle, un mur séparant le Mexique des États-Unis, quand ce n'est pas l'arsenal au grand complet ( char d'assaut et tout le tralala...) par moment l'on se serait cru en Palestine ou encore à Berlin! Un coup la nuit tombée, nous nous sommes stationné à un Pemex (station d'essence) afin d'y dormir de façon sécuritaire pour notre première nuit au Mexique!

 

Le lendemain matin, jour 70, nous reprenons la route tôt afin de se rendre à San Carlos, une ville aux abords de la mer de Cortès. Après le dîner, pendant que nous roulons, nous avons droit à une ondée comme nous n'en avions pas eu depuis très longtemps! Cela confirmait que c'était bel et bien la saison des pluies! En fin de journée, nous nous sommes installés sur la playa Algodones, la plus belle de San Carlos, les 2 VR un à côté de l'autre, seul au monde et avons soupé tout en observant le coucher de soleil. Le ciel était mauve et au loin, nous apercevions des éclairs qui le zébrait. Plus tôt, nous avions rencontré une suisse qui travaille dans un hôtel au bout de cette plage, elle nous avait bien averti de se méfier de la tempête qui se préparait depuis 3 jours. Si elle tombait, nous devions se trouver un autre endroit pour dormir car les vagues pouvaient devenir immense et aller jusqu'à nos VR!

 

Au moment de se coucher, les éclairs étaient encore bien loin alors nous nous sommes dit qu'il y avait peu de chance que l'orage éclate cette nuit-là.....erreur! À 1 heure du matin, nous nous sommes réveillé en sursaut au son du tonnerre. Nous nous sommes dépêchés de sortir pour ramasser les tables à pic-nics et les chaises, mais puisqu'il ne mouillait toujours pas, nous en avons profiter pour monter sur le toit du Staubus afin de photographier le spectacle que nous offraient les éclairs mauves et blanches sur la mer et la plage. Puis tout à coup, le tonnerre à cogner juste au dessus de nos têtes et la pluie promise depuis quelques jours est arrivée! Christine et Jean-Marc sont vite sorti du Gus, nous avons pris nos cliques et nos claques et sommes partis dans la ville se trouver un endroit où terminer notre nuit! C'est donc derrière un stationnement de dépanneur que nous nous sommes rendormis quelques heures!

 

Le lendemain matin, Andrès, un vieux monsieur, nous réveilla en nous expliquant qu'il avait eu la gentillesse de nous ''surveiller'' pendant la nuit et que par conséquent, il aimerait bien que nous lui offrions un pourboire pour qu'il puisse se rafraîchir! Et voilà; '' Bienvenido en Mexico!!! ''

 

Puisque le beau temps était revenu, nous avons payé Andrès puis sommes parti déjeuner à notre campement de la veille, y avons fait l'école, marché le long de la plage et nous nous sommes baignés dans la mer qui était aussi chaude que l'air!

 

 

En fin de journée, alors que nous nous stationnions au super-mercado, nous avons rencontré Alexandro, un pêcheur du coin qui nous a vendu du ''Dorado'', du Mahi-Mahi, frais du jour. En jasant avec lui, nous en avons appris un peu plus sur cette région. Il nous a expliqué qu'il y a 10 ans, San Carlos était un endroit très prisé des touristes, il y avait même un Club Med et un vol direct New-York/San Carlos. Malheureusement, depuis le 11 septembre 2001, les gens ont cessé d'y venir, il n'y a plus d'avions qui atterrissent ici et le Mexique souffre d'une mauvaise publicité. Selon Alejandro, le pays n'est pas dangereux, mis à part quelques villes frontalières, mais sans plus!

Le matin du jour 72, il était temps de dire au revoir à nos amis. Nous avions des plans de routes différents mais probablement que nos chemins se recroiseraient un peu plus tard. Nous avons même envisagé de se rejoindre tout juste avant de quitter le Mexique afin de repasser les prochaines douanes ensemble!

Nous nous sommes dirigé vers l'État de Sinaloa tout en payant une fortune en paiement d'autoroute! Il faut dire qu'au Mexique, il y a des routes payantes et des routes gratuites. Bien entendu, les routes payantes sont mieux entretenues et plus sécuritaire. Par contre se sont les routes les plus chères au monde! Ce qui fait que les locaux les utilisent peu donc la circulation y est très fluides!

 

C'est sur l'une de ses autoroutes que Simon a aperçu sa première tarentule! Quand tu dois changer ta trajectoire pour éviter d'écraser une araignée c'est qu'elle est grosse!

 

Après avoir changer d'heure ( une heure plus tard) nous avons trouver un stationnement de Walt-Mart où nous nous sommes installé pour souper et y passer la nuit, dans la ville de Guasave.

Jour 73, nous arrivons dans la belle ville côtière de Mazatlàn. Fatigué par la route, Simon emprunte le beat mexicain et s'installe dans un parc pour y faire la siesta pendant que les enfants écoutent un film et que Marie lit ses guides de voyages. Ensuite nous profitons du beau temps pour faire une petite marche le long de la Ola Altas, l'allée piétonnière qui longe la plage. Marie-Jo en profite pour prendre quelques photos des magnifiques statues qui ornent la route.

 

Puisque nous nous sommes accrochés les pieds dans le rayon de pâtisserie au super mercado, Simon nous convainc ( sans trop de difficultés) à ce que nous nous fassions un souper de dessert!

Le lendemain, nous partons visiter le marché. Pour Marie-jo et les enfants, c'est une première expérience! Les odeurs, les couleurs les gens....tout est amplifié comparé à ce à quoi nous sommes habitués! Et l'on ne parle même pas des têtes de cochons entières qui nous sourient entre les steaks et les côtelettes sur les étals de boucheries!

Après un léger dîner, nous reprenons la route. En chemin, nous croisons un dragon d'eau, des flamants roses, une tortue et une vingtaine de vautour qui se régalent de la carcasse d'une vache sur le bord de la route! Arrivé à Tépic, nous nous stationnons à un Sorona ( une chaîne de super marché) pour y souper et y dormir.

Au Mexique, dans les stationnement de commerce plus ou moins gros, des hommes passent la journées à siffler afin ''d'aider'' les gens à se stationner. Ils les aident aussi à placer les sacs dans la voiture et ramènent les panier d'épicerie, le tout en échange de pourboire bien entendu! Ils ne sont pas rémunérés par les commerces, leur seul salaire est leurs pourboires. Nous les avons affectueusement surnommés les siffleux! Puisque nous dormons souvent dans ces stationnements, ils sont devenus notre réveil matin!

 

Jour 75, nous partons marcher dans 2 parcs de la villes. Immenses, bien entretenus, ils possèdent tous 2 des volières, un petit zoo, des jeux et même des jeux d'eau au grand plaisir de Léa!

 

Ensuite, nous avons visité la caserne de Tépic. C'est le pompier Louis-José qui nous a fait la visite et qui nous a expliqué que cette caserne compte 2 équipes de 38 pompiers.

 

Le matin de la 76ième journée, nous nous sommes dirigés vers la belle ville de Tequila pour le bonheur de Marie-Jo qui a un faible pour cet alcool ( entre autre!). Comme nous arrivions à la distillerie Sauza, une visite était sur le point de commencer. Nous avons donc visiter la distillerie, goûter à plusieurs types de tequila et de mezcal et en avons profiter pour acheter une bouteille à la boutique cadeau pour boire lorsque nos amis Luc et Mélanie viendraient nous visiter, quelques jours plus tard! Ensuite nous avons repris la route jusqu'à Guadalajara, une ville près de Tequila où nous avons passé la nuit.

Le lendemain, nous avions prévu aller visiter un peu la ville de Guadalajara. Marie-Jo voulait voir le parc des Mariachis entre autre....malheureusement, après avoir tourner en rond, avoir eu énormément de difficulté à se stationner, d'un commun accord, nous avons préféré reprendre la route vers Morélia, une journée plus tôt que prévu!

 

En chemin, alors qu'il commençait à pleuvoir, nous avons vu au loin une tornade se former! C'est assez incroyable de voir se tourbillon grossir et grossir et finalement rapetisser, par chance!.

 

Jour 78, nous sommes parti au centro historico de Morélia et avons visiter le Mercado de Dolces ( le marché des sucreries). Après avoir fait un tour complet du marché, nous avons arrêter notre choix sur des sucreries qui goûtent un peu comme le sucre à la crème en moins bon!

En fin d'après-midi, les gars sont partis se faire couper les cheveux! En 2 mois et demi leurs cheveux avaient poussé et il fait tellement chaud qu'ils n'en pouvaient plus! Malgré le fait que Simon a bien expliqué, en espagnol, à la coiffeuse le type de coupes que chacun voulait, ils se sont tous 2 retrouvé avec des cheveux BEAUCOUP plus courts que prévu!

 

Au 79ième jours, nous nous dirigeons vers la magnifique ville de Taxco. Arrivé à Métépec, une grosse ville sur notre chemin, puisque l,on avait déjà déboursé 350 pesos en paiement d'autoroute, nous décidons de prendre la route publique. Grosse erreur! À moins de 2 km de route, un camion de police nous demande de nous ranger sur l’accotement. Confiant de ne pas avoir enfreint la loi, nous prenons le tout avec un grain de sel et l'on se dit que ça sera vite régler! C'était sans compter la longue expérience en corruption de la police mexicaine! Le motif de notre arrestation était que selon eux, nous n'avons pas le droit de conduire un véhicule avec des vitres teintées au Mexique, alors que pratiquement toutes les voitures en sont équipées! L'un des 2 officiers embarque dans le Staubus, du côté passager et se met à fouiller partout dans l'espoir de trouver de la drogue ou des armes ( ou encore d'en cacher!) Pendant que Simon parle avec l'autre officier et qu'il lui monter les papiers ( permis, assurances, plaques....), Marie-Jo surveille l'autre agent et rassure les enfants!

 

Puisque les agents voient bien que l'on est en règle, ils tentent une autre approche : notre permis d'importation de véhicule ( autocollant posé à la fenêtre, obligatoire pour conduire une automobile étrangère au Mexique). En 2010, le Mexique a célébré le bicentenaire de son indépendance, sur presque tous les papier gouvernementaux, affiches, panneaux de routes la date 2010 y est inscrite. Les policiers ont essayer de nous faire croire que notre licence datait de 2010 et que nous devions en avoir une de 2012! Marie-Jo s'est empressée de sortir le reçu du bureau de douanes, bien estampé avec la date du 3 septembre 2012! Malgré tout, ils nous expliquent qu'ils doivent saisir notre véhicule et que si nous désirons le récupérer, nous devons payer la modiques sommes de 8 000 pesos ( plus ou moins 800$!). Ou sinon, nous pouvons leur laisser nos ordinateurs, caméra et Ipod en ''garantia'' ( cadeau, dans leur langage de flic!). Après avoir discuter, s'être fâcher tout en restant polis ( vive la diplomatie!), nous en sommes arrivés a une entente lorsque Simon a signaler qu'il est pompier au Canada et que nous désirons enseigner à nos enfants le respect des officiers; prenez ce que l'on a dans nos portefeuille et laisser nous partir! Malgré les 700 pesos en poche, l'un des agents voulait vider notre pot de change en plus! Marie-Jo a vite fait signe aux enfants de se taire quand ils ont fait savoir qu'ils pouvaient leur donner leurs économies!

Un coup sur la route, nous avons expliqué aux enfants que normalement la police sert a arrêter les voleurs, mais il arrive des fois, dans certain pays, que c'est la police qui le voleur! Désillusionnée, les yeux de Léa se sont remplit de larmes! Nous avons vite montré le beau côté des choses; nous avons pu conservé et notre Staubus et nos ordinateurs, aucune drogue n'a été cachée dans le véhicule et sommes toutes, 700 pesos ( 70 $) ce n'est pas si faramineux même si notre budget est de 40$ par jours!

 

Notre conclusion de cette mésaventure; si cela se reproduit, nous ferons semblant que nous ne parlons pas espagnol et selon d'autres voyageurs, les officiers par débit nous laisserons passer!

 

Après ces émotions, nous nous sommes dirigés vers Taxco. Une ville superbe, si ce n'est qu'il est impossible de s'y stationner et encore moins de circuler en VR dans ces rues! Les maisons sont toutes construites à flanc de montagnes, les routes y sont étroites et les gens se promènent soit à pieds, ou alors en taxi qui sont tous des coccinelles blanches. À la station service, Léa s'est exclamée : ''Regarde, il y a juste des auto de l'ancien temps!''

 

Malheureusement, puisque nous ne trouvions pas d'endroit pour se stationner et qu'il se faisait tard, nous avons vite filer vers la ville de Cuernavaca, où Stéphanie, une amie de Simon viendrait nous rejoindre le lendemain afin de fêter la journée de l'indépendance du Mexique avec nous. Bien d'autres aventures nous attendaient dans cette ville!

 

  • Total posts(30)
  • Total comments(24)

Forgot your password?